Île-Bizard (ancienne municipalité)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Superficie - 22,68 km2.
  • Gentilé - Bizardien, ienne.


  • Éphémérides -


1678 (25 octobre) Concession d'une seigneurie (la totalité de l'île de Bonaventure et les îles et îlets adjacents) par le gouverneur Frontenac et l'intendant Duchesnau à Jacques Bizard, époux de Jeanne-Cécile Closse, seule enfant survivant de Lambert Closse.
1692 (12 décembre) Au décès de Jacques Bizard, la seigneurie passe à sa veuve, Jeanne-Cécile Closse, et à ses enfants.
1700 (8 février) Au décès de Jeanne-Cécile Closse, la seigneurie passe à son fils aîné, Jean-Louis Bizard (4/8), Louise Bizard (1/8), Louis-Hector Bizard (1/8), l'abbé Jacques Bizard (1/8) et Marie Blaise des Bergères issue de son remariage en 1694 avec Raymond Blaise des Bergères (1/8).
1707 Au décès de Jean-Louis Bizard survenu à La Havane (Cuba), sa partie de la seigneurie (4/8) passe à son frère, l'abbé Jacques Bizard.
1717 Louise Bizard épouse Charles Renaud Dubuisson.
1720 (3 février) Concession d'une terre (6 arpents de front sur la largeur de l'île) par Louis-Hector Bizard à Charles Renaud Dubuisson.
1721 Au décès de Jacques Bizard sa part de la seigneurie (1/8) passe à son frére, l'abbé Jacques Bizard.
1722 (22 septembre) Marie Blaise des Bergères épouse Guillaume-Emmanuel Théodore Denys de Vitré.
1724 (24 mars) Au décès de l'abbé Jacques Bizard, la seigneurie passe à Louise Bizard, épouse de Jacques-Charles Renaud Dubuisson, (3/4 du territoire + 1 1/2 arpent) et à Marie-Blaise des Bergères, épouse de Guillaume-Emmanuel-Théodore Denys de Vitré (2 1/4 - 1 1/2 arpent).
1728 (6 mars) Concession d'un arrière-fief appelé Dubuisson (10 arpents de front à partir de la pointe est de l'île x la largeur de l'île) à Louis-Jacques-Charles Renaud Dubuisson. (7 mai) Concession d'un arrière-fief appelé Catalogne (10 arpents de front à partir de l'arrière-fief Dubuisson x la largeur de l'île) à Charlotte Renaud Dubuisson. (7 mai) Concession d'un arrière-fief appelé Dubuisson (10 arpents de front à partir de l'arrière-fief Catalogne) à Marie-Anne Renaud Dubuisson. (8 mai) Concession d'un arrière-fief appelé Tonty (10 arpents de front à partir de l'arrière-fief Dubuisson x la largeur de l'île) à Louise Renaud Dubuisson. (9 mai) Concession d'un arrière-fief appelé Joncaire (10 arpents de front à partir de l'arrière-fief Tonty x la largeur de l'île) à Madeleine Renaud Dubuisson.
1731 (23 juillet) Madeleine Renaud Dubuisson épouse Philippe-Thomas Chabert de Joncaire.
1732 (15 septembre) Louise Renaud Dubuisson épouse Charles-Henri-Joseph Tonty.
1733 (3 février) Charlotte Renaud Dubuisson épouse Joseph de Catalogne.
1734 (11 mai) Concession d'un arrière-fief appelé Daguilhe (10 arpents de front à partir de l'arrière-fief Joncaire x la largeur de l'île) à Jean-Baptiste Daguilhe.
1735 Concession d'une terre en censive (4 arpents et demi de front x 20 arpents de profondeur) à Pierre Boileau père, de Sainte-Geneviève.
1736 Concession d'une terre en censive (4 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Michel Brunet fils de Pointe-Claire.
1738 Concession d'une terre en censive (4 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Pierre Plouf de Côte-Notre-Dame-des-Vertus.
1739 Concession d'une terre en censive (4 arpents et demi de front x 20 arpents de profondeur) à Pierre Brayer dit Saint-Pierre de L'Île-Bizard.
1740 Concession d'une terre en censive (4 arpents et demi de front x 20 arpents de profondeur) à François-Marie Cardinal de L'Île-Bizard.
Concession d'une terre en censive (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Pierre Plouf de Côte-Notre-Dame-des-Vertus.
Concession d'une terre en censive (4 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Antoine Pilon de Sainte-Geneviève.
Concession d'une terre en censive (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à René Brisebois de L'Île-Bizard.
1741 Construction du presbytère de Sainte-Geneviève par les sulpiciens de la paroisse Notre-Dame. Les 17 habitants de l'île sont desservi par le curé de la paroisse Saint-Joachim-de-Pointe-Claire.
1742 Antoine Pilon abandonne sa concession.
1749 Concession d'une terre en censive (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Pierre Boileau fils.
(17 mars) Louise Bizard Dubuisson donne sa partie de la seigneurie à sa nièce, Marie-Anne-Noële Denys de Vitré (3/4), et à son neveu Mathieu-Théodore Denys de Vitré (1/4).
(8 septembre) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front sur la rivière des Prairies x 20 arpents de profondeur) à Joseph Lahaye de L'Île-Bizard.
1751 Inauguration de l'église Sainte-Geneviève à laquelle les colons de l'île appartiennent.
(30 septembre) Concession d'une terre en censive (6 arpents de front sur le lac des Deux Montagnes x 20 arpents de profondeur) à Joseph Bigras de L'Île-Bizard.
(30 novembre) Concession d'une terre en censive (6 arpents de front sur le lac des Deux Montagnes x 20 arpents de profondeur) à Pierre Goujon du Côteau-Saint-Pierre.
Concession d'une terre en censive (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Pierre Bigras pour son neveu Charles Blay de Sainte-Geneviève.
1752 Concession d'une terre en censive à Étienne Girard.
1753 (3 septembre) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Pierre Lauzon de Sainte-Geneviève.
(3 septembre) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Pierre Lauzon pour son fils Pierre Lauzon.
(3 septembre) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Pierre Laozon pour son fils Jean-Baptiste-Pascal Lauzon.
1757 (16 juillet) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à François Mainville de L'Île-Bizard.
1758 Au décès de Charlotte Renaud Dubuisson, le fief Dubuisson passe à son fils Charles-Gédéon de Catalogne. (25 février) Jean-Baptiste Théoret achète pour son fils Jacques Théoret la terre en censive de Joseph Laberge (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) ; Joseph Laberge avait obtenu cette terre de Jean La Haye. (25 novembre) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front sur le lac des Deux Montagnes x 20 arpents de profondeur) à Jean-Baptiste Dany. (26 novembre) François Mainville vend sa concession à Michel Beaune.
1759 (28 avril) Jean-Baptiste Périllard, du bourg Sainte-Marie, achète pour son fils Jacques Périllard une terre en censive de Pierre Lauzon (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur). Jean-Baptiste Périllard achète pour son fils Jean-Baptiste Périllard une terre en censive de Pierre Lauzon (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur).
1761 (24 avril) Concession d'une terre en censive (4 arpents de front sur la rivière des Prairies x 20 arpents de profondeur) à Nicolas Brequet de L'Île-Bizard. Concession d'une terre en censive (4 arpents de front sur la rivière des Prairies x 20 arpents de profondeur) à Marie-Françoise Thibault, veuve de Pierre Brayer dit Saint-Pierre.
1762 (20 juillet) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front sur la rivière des Prairies x 20 arpents de profondeur) à Amable Boileau de Sainte-Geneviève. (20 juillet) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front sur la rivière des Prairies x 20 arpents de profondeur) à Jean-Baptiste Bernaige de Sainte-Geneviève. (6 novembre) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front sur la rivière des Prairies x 20 arpents de profondeur) à la succession de François Beaune.
1763 (8 juillet) Concession d'une terre en censive (4 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Gabriel Lalande de Sainte-Anne-de-Bellevue. (23 septembre) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Jacques Larivière de L'Île-Bizard. Concession d'une terre (4 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Pierre Brunet.
1765 (9 mars) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front x 20 arpents de profondeur) à Jacques Beaune. (12 juillet) Concession d'une terre en censive (3 arpents de front sur le lac des Deux Montagnes x 30 arpents de profondeur) à à Pierre Dubois de Côte-Saint-Paul. (9 octobre) Marie-Anne-Noële Denys de Vitré vend toutes ses possessions, dont les 3/4 de la seigneurie de l'île-Bizard à Pierre Foretier et Joseph Périneault, marchands de Montréal.
1766 (23 décembre) L'arrière-fief de Catalogne est vendu à l'abbé Jean-Pierre Besson de Lagarde, curé de Sainte-Geneviève.
1767 (23 juillet) La veuve de Louis-Jacques-Charles Renaud Dubuisson vend le fief Dubuisson au notaire Souras qui le revend à Pierre Foretier le 18 août suivant. (30 décembre) Pierre Foretier achète la part de Joseph Périnault dans la seigneurie de l'Île-Bizard.
1768 (4 août) Marie-Anne Renaud Dubuisson vend son arrière-fief à Pierre Foretier.
1769 (17 juillet) Pierre Fortier achète la part de Mathieu-Théodore Denys de Vitré (1/4) dans la seigneurie de l'Île-Bizard ; Foretier devient alors le seul seigneur de l'Île-Bizard. (4 août) Pierre Foretier achète l'arrière-fief Darguilhe des héritiers de Jean-Baptiste Darghile.
1778 Tous les biens de Louise Renaud Dubuisson, y compris l'arrière-fief Tonty, sont vendus à Pierre Foretier.
1781 3 février) Le fief Joncaire est vendu à Pierre Foretier.
1786 (14 septembre) Concession d'une terre (2 arpents et demi de front sur la rivière des Prairies jusqu'à la limite de celle de Jean-Baptiste Sauvé) à Joseph Martin pour son fils Joseph Martin.
1788 Le curé de Sainte-Geneviève, Jean-Pierre Besson de Lagarde, vend le fief Catalogne à Pierre-Marc Masson qui le revend la même année à Pierre Foretier ; Pierre Foretier est alors propriétaire de toute la seigneurie de l'Île-Bizard.
1789 (11 novembre) Concession d'une terre (3 arpents au bout de sa concession x 9 arpents de profondeur) à Jean Sarrazin. (11 novembre) Concession d'une terre de forme irrégulière (157 arpents) à Marc Masson de L'Île-Bizard.
1795 (11 mars) Concession d'une terre (45 arpents) à Claude Daoust.
1796 (22 mars) Concession d'une terre (63 arpents) à Amable Rollin.
1804 Marie-Amable Fortier épouse Denis-Benjamin Viger.
1815 À la mort de Pierre Fortier, son testament devient l'objet d'un litige qui ne se règlera qu'en 1842.
1825 La population de l'île est de 668 habitants répartis en 111 familles.
1834 Érection canonique de la paroisse Sainte-Geneviève.
1839 (10 juillet) Érection canonique de la paroisse Saint-Raphaël-de-l'Île-Bizard par détachement de celle de Sainte-Geneviève ; son territoire couvre la totalité de l'île Bizard. (20 août) Un lopin de 8 arpents de terre est donné par Alexis Berthelot (4 arpents) et Jacques Brunet et son épouse, Josephte Martin dit Saint-Hilaire (4 arpents), pour la construction d'une église et d'un presbytère et l'aménagement d'un cimetière.
1842 La seigneurie de l'Île-Bizard passe aux mains de Marie-Amable Fortier, héritière de Pierre Foretier, et de son époux, Denis-Benjamin Viger.
1843-1847 Construction de l'église paroissiale, du presbytère et du manoir seigneurial de Denis-Benjamin Viger.
1843 (3 décembre) Bénédiction de la première église Saint-Raphaël.
1844 La population de l'île est de 865 habitants réparties dans 155 familles habitant 121 maisons. Nomination du premier curé résidant de la paroisse Saint-Raphaël.
(22 mars 1844) Premier baptème célébré dans l'église Saint-Raphaël ; Raphaël Boileau, fils d'André Boileau et Émilie Larivière.
(22 mars 1844) Premier service funèbre célébré dans l'église Saint-Raphaël ; Léocadie Trottier, fille de Rémy Trottier et de Léocadie Martin.
(19 août 1844) Premier mariage célébré dans l'église Saint-Raphaël ; François Brunet, fils de François Brunet et de Amable Cardinal avec Domitille Gérard, fille de Jean-Baptiste Gérard et de Marguerite Langevin.
1845
(18 juin 1845) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Raphaël-de-l'Ile-Bizard.
1847 Bénédiction du premier cimetière de la paroisse.
(1er septembre 1847) Abolition de la municipalité de la paroisse de Saint-Raphaël-de-l'Île-Bizard.
1854
(18 décembre 1854) Adoption de la loi abolissant les droits et devoirs seigneuriaux en échange d'une compensation à être versée aux seigneurs en un seul paiement ou sous forme de rente constituée.
1855
La population de l'île est de 853 habitants répartis dans 132 familles.
(1er juillet 1855) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Raphaël-de-L'Île-Bizard en vertu de la Loi des municipalités et des chemins du Bas-Canada.
1861 La population de l'île est de 1070 habitants.
(24 janvier 1861) Abolition des rentes seigneuriales dans l'île Bizard.
(13 février 1861) Décédé sans enfant, Denis-Benjamin Viger lègue tous ses biens, y compris sa seigneurie, à Côme-Séraphin Cherrier qui demeure seigneur de l'Ile-Bizard jusqu'à sa mort survenue en 1885.
1871
La population de l'île est de 835 habitants.
1872
Incendie de la première église paroissiale.
1874 (10 décembre 1874) Inauguration de la nouvelle église paroissiale construite par Narcisse Prévost (maçonnerie et pierre de taille) et Benjamin Boileau (charpente et décoration intérieure) selon des plans des architectes Victor Bourgeault et Alcibiade Leprohon.
1881
La population de l'île est de 831 habitants.
(11 octobre 1881) Consécration solennelle de la nouvelle église Saint-Raphaël. Ornée d'un tableau de Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté intitulé L'apparition du Sacré-Coeur de Jésus à sainte Marguerite (1921) offert par le sénateur Joseph-Marcellin Wilson, un tableau de Ozias Leduc intitulé L'Apothéose de Jeanne d'Arc (1921) offert par les paroissiens et un tableau d'Antoine Plamondon placé au dessus du maître-autel et intitulé Les Adieux de l'Archange Raphaël à la famille de Tobie (1847) offert par Denis-Benjamin Viger, il avait été sauvé de l'incendie de l'église en 1872.
1891
La population de l'île est de 715 habitants.
1893
Inauguration d'un pont en acier entre l'île Bizard et Sainte-Geneviève.
1901
La population de l'île est de 682 habitants.
1911
La population de l'île est de 586 habitants.
1915
(Octobre 1915) Un incendie débuté dans la maison de Philibert Saint-Pierre, 35 ans, (il meurt dans l'incendie) se propage à la maisons et à la beurrerie de Edgar Lacombe et à la maison de Stanislas Cardinal.
1916
(Octobre 1916) Le conseil municipal autorise la Pierrefonds Electric Company à planter des poteaux pour l'usage de la lumière électrique et autres.
1919-1921
Décoration de l'église Saint-Raphaël confiée à Ozias Leduc.
1921
La population de l'île est de 688 habitants.
1928
Le Conseil municipal donne la permission à la compagnie Bell de passer une ligne téléphonique sur l'île Bizard.
1931
La population de l'île est de 712 habitants.
1937
Le domaine seigneurial et le manoir Monk sont vendus au vicomte de Roumefort, président du Crédit franco-canadien.
1940
Adoption d'une loi pour faciliter le rachat des rentes seigneuriales.
1941
La population de l'île est de 783 habitants.
1947
Le curé Conrad Prévost fait effectuer des travaux de décoration et fait enlever les tableaux de Plamondon et de Ozias Leduc.
1951
La population de l'île est de 968 habitants.
1953
Le domaine seigneurial et le manoir Monk sont vendus à John Alexander Laing qui fera démolir le manoir et divisera la propriété en lots vendus à des particuliers.
1954
(13 juillet 1954) Tragédie mortelle ; accident maritime ; naufrage d'une embarcation dans le lac des Deux Montagnes près de l'île Bizard ; bilan : 12 morts (des enfants dont 11 de race noire).
1957
Le club de golf Royal Montreal, fondé en 1873 à Montréal et qui était installé à Dorval depuis 1895, emménage sur l'île.
1959
Inauguration officielle du club de golf Royal Montreal par le Gouverneur général du Canada.
1961
La population de l'île est de 1 950 habitants.
1966
Construction d'un nouveau pont (232,2 m de longueur) entre l'île Bizard et Sainte-Geneviève.
1969
(Décembre 1969) Une loi de l'Assemblée nationale ordonne, entre autres, la création de la Communauté urbaine de Montréal-CUM et l'intégration à cette communauté de toutes les municipalités de l'île de Montréal, de l'île Bizard et de l'île Dorval. Constitution de la Communauté urbaine de Montréal-CUM par une loi de l'Assemblée nationale.
1971
La population de l'île est de 2 950 habitants.
1972
Le conseil de la municipalité abolit les redevances qui avaient remplacé les rentes seigneuriales en 1940. Fondation de la bibliothèque municipale.
1980
Le club de golf Royal Montreal accueille l'Omnium du Canada.
1995
La population de Saint-Raphaël-de-l'Île-Bizard est de 11 499 habitants.
(22 mars 1995) La municipalité de Saint-Raphaël-de-l'Île-Bizard devient ville et adopte le nom de L'Ile-Bizard.
1997
Le club de golf Royal Montreal accueille l'Omnium du Canada.
2000
La population de L'Île-Bizard est de 13 895 habitants.
(20 décembre 2000) Sanction de la Loi portant réforme de l'organisation territoriale municipale des régions métropolitaines de Montréal, de Québec et de l' Outaouais adoptée par l'Assemblée nationale le même jour; cette loi ordonne, entre autres, la fusion de toutes les municipalités de l'île de Montréal (Anjou, Baie-D'Urfé, Beaconsfield, Côte-Saint-Luc, Dollard-Des-Ormeaux, Dorval, Hampstead, Kirkland, Lachine, LaSalle, Montréal, Montréal-Est, Montréal-Nord, Montréal-Ouest, Mont-Royal, Outremont, Pierrefonds, Pointe-Claire, Roxboro, Sainte-Anne-de-Bellevue, Sainte-Geneviève, Saint-Laurent, Saint-Léonard, Saint-Pierre, Senneville, Verdun et Westmount) et des municipalités de L'Île-Bizard et de L'Île-Dorval pour constituer la nouvelle ville de Montréal. Les territoires des anciennes municipalités de L'ïle-Bizard, Sainte-Geneviève et Sainte-Anne-de-Bellevue sont réunis pour former l'arrondissement L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève-Sainte-Anne-de-Bellevue de la ville de Montréal.
2001
Selon Statistiques Canada, 70,3 % de la population est francophone. Le club de golf Royal Montreal accueille l'Omnium du Canada.
(4 novembre 2001) Élection du conseil de la future nouvelle ville de Montréal.
(31 décembre 2001) Toutes les villes fusionnées cessent d'exister.
2002
(1 janvier 2002) Naissance de la nouvelle ville de Montréal.
2004
Les francophones de la municipalité compte pour 69 % de la population totale.
(20 mai 2004) Les contribuables des anciennes municipalités de Sainte-Anne-de-Bellevue (26,83 %), de L'Île-Bizard (21,21 %) et de Sainte-Geneviève (14,21 %) signent les registres demandant la tenue d'un référendum visant à démembrer la ville de Montréal et à devenir trois entités municipales distinctes des autres municipalités de l'île.
(20 juin 2004) Référendum sur le démembrement de Montréal ; le vote pour la séparation devant atteindre 50 % + 1 des électeurs ayant voté et représenter au moins 35 % des électeurs inscrits, L'Île-Bizard demeure partie de Montréal avec une majorité de 63,17 % ne représentant que 21,49 % des électeurs inscrits.
Un groupe de citoyens conteste en Cour supérieure la validité du scrutin référendaire.
2011
(27 janvier 2011) La Cour suprême du Canada refuse d'entendre l'appel d'un groupe de citoyens de L'Île-Bizard d'une décision de la Cour d'appel du Québec qui maintenait la validité du processus référendaire de 2004 et maintenait l'ancienne municipalité dans la ville de Montréal.
2012
(12 décembre 2012) La presse révèle que Patrice Rochemont, un magnat de l'immobilier européen qui a acheté le manoir La Closerie et sa terre de 15,5 hectares appartenant à Claude Blanchet, l'époux de Pauline Marois, a aussi acheté plusieurs autres propriétés de l'île Bizard dont

le 850 de la rue Cherrier ; fin de novembre 2011 ; 750 000 $
2 terrains du groupe Grilli sur la rue des Vinaigriers ; 2 décembre 2011 ; 1,03 million $
le 264, rue Joly ; 2 avril 2012 ; 400 000 $
le 1601, chemin-du-Bord-du-Lac ; 4 juillet 2012 ; 2,6 millions $
le 122, rue Joly ; 19 septembre 2012 ; 110 000 $

Des difficultés avec le ministère de l'Immigration retardent la conclusion de la vente de La Closerie ; ; la Loi de la protection du territoire agricole stipule que quiconque veut acheter une terre agricole de la taille de la Closerie doit s'établir au Québec et y vivre plus de la moitié du temps., mais pour ce faire, l'acheteur doit obtenir le statut de résident permanent ;

Bizardiens cités dans La Mémoire du Québec -

Claude Charron, Monique Guay, Roland Théoret, Charles-Avila Wilson, Joseph-Marcellin Wilson.

  • Attraits :


Église Saint-Raphaël-Archange (1881) ; plans de Victor Bourgeau et Étienne-Alcibiade Leprohon ; tableau de Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté intitulé L'apparition du Sacré-Coeur de Jésus à sainte Marguerite (1921) offert par le sénateur Joseph-Marcellin Wilson.

Parc-nature du Bois-de-l'Île-Bizard ; superficie : 1,8 km2) ; passerelle (0.5 km) ; sentiers pédestres (10 km) ; pistes cyclables (10 km) ; piste de ski de fond (20 km).

 faune aviaire : butor, grand héron, héron vert, hirondelle, plusieurs espèces de canards et, en migration, bernaches, oies blanches.
 faune terrestre : le renard roux, le castor du Canada, et quelques espèces de tortues.
 flore : l'érable argenté, le hêtre et le cèdre ;




  • Sports -


Golf ; un parcours de 18 trous (Saint-Raphaël), 5 parcours privés de 18 trous et un parcours de 9 trous.

  • Toponymie -


Île-Bizard rappelle le souvenir de Jacques Bizard, le premier seigneur de l'île.
Aussi appelée Île-Bonaventure.
Saint Raphaël aurait été choisi comme patron de la paroisse à la demande du seigneur Denis-Benjamin Viger qui avait fait ses études au collège Saint-Raphaël de la Pointe-aux-Trembles (Montréal).

  • Repères géographiques -


Sur l'île Bizard dont elle occupe toute la surface, au nord-est du lac des Deux-Montagnes et au nord de l'extrémité ouest de l'île de Montréal.

  • Bibliographie -


Histoire de l'Île Bizard (Éliane et Roger Labastrou, Corporation de la municipalité de l'île Bizard, 1976).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)