Colombier (municipalité)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

  • Superficie - 313,20 km2.
  • Gentilé - Colombien, ienne.


  • Éphémérides -


1673 Noël Jérémie dit Lamontagne ouvre un poste de traite aux Îlets-Jérémie.
1677 Concession d'un arrière-fief à Charles-Roger de Colombier.
1829-1830 Érection d'un phare sur la Pointe-de-Monts.
1866 Proclamation du canton de Manicouagan.
1867 Proclamation du canton de De Monts.
1868 Proclamation du canton de Laflèche.
1911 Proclamation du canton de Bourdon.
1914 Constitution de la municipalité des Sept-Cantons-Unis-du-Saguenay ; son territoire couvre la réserve de Betsiamites et les cantons de Raffeix, Ragueneau, Manicouagan, Laflèche, Bourdon, Franquelin et De Monts.
1920 Proclamation du canton de Raffeix. Proclamation du canton de Ragueneau.
1936 Arrivée des premiers colons venus de Sacré-Coeur et de Bergeronnes s'installer près de la rivière Colombier.
1937 Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Rivière-Colombier.
1939 Inauguration de l'église Sainte-Thérèse-des-Colombiers. Construction d'une chapelle sur les Îlets-Jérémie.
1943 (19 septembre) Fondation de la Caisse populaire de Sainte-Thérèse-de-Colombier.
1946 (1 janvier) Constitution de la municipalité de Colombier.
1948 Érection canonique et ouverture des registres de la paroisse Sainte-Thérèse-de-Colombier.
1966 Érection canonique de la paroisse Saint-Marc-de-Latour.
1990 La population de Colombier est de 1 113 habitants.
Annexion de la municipalité des Sept-Cantons-Unis-du-Saguenay à celle de Colombier sous le nom de cette dernière.
2000 La population de Colombier est de 948 habitants.
2010 La population de Colombier est de 774 habitants.

Colombiens cités dans La Mémoire du Québec -

Napoléon-Alexandre Comeau.

  • Attraits :


Chapelle missionnaire amérindienne (1898) ; restaurée en 1964 par un des gardiens du phare.
Îlets-Jérémie ; lieu de pèlerinage à sainte Anne (voir Îlets-Jérémie).
Phare de Pointe-de-Monts (1829-1830) ; 1830, chemin du Vieux-Phare ; construit sur la pointe de Monts par la Maison de la Trinité de Québec qui, à partir de 1805, assure la gestion du port de Québec, veille à la sécurité des installations portuaires le long du fleuve Saint-Laurent, supervise le pilotage et place les bouées, phares et fanaux nécessaires à la navigation ; dimensions : 7 étages sur une hauteur de 21 m ; diamètre à la base, 8,5 m. au sommet, 6,1 m ; cédé en 1964 au ministère de la Culture du Québec ; abrite un musée patrimonial ; l'un des plus anciens phares d'Amérique du Nord.
Poudrière de la Pointe-de-Monts (1867) ; servait à conserver la poudre à canon utilisée pour créer l'explosion dont le son guidait les navires par mauvais temps ; restaurée en 1964 ; classée monument historique en 1965.

  • Services -


Excursions en bateau.

  • Toponymie -


Bourdon rappelle le souvenir de Jean Bourdon (1601-1668), premier arpenteur de la Nouvelle-France.
Colombier rappelle le souvenir de Charles-Roger des Colombiers, concessionnaire d'un fief sur ce territoire en 1677.
De Monts rappelle le souvenir de Pierre Du Gua de Monts dont Samuel de Champlain était le second.
Franquelin rappelle le souvenir de Jean-Baptiste-Louis Franquelin.
Laflèche rappelle le souvenir de Mgr Louis-François Richer dit Laflèche.
Manicouagan est la déformation française de manikouaganistikou, mot amérindien signifiant «là où l'on donne à boire» ou «rivière à tasse» ou «là où l'on enlève l'écorce de bouleau».
Raffeix rappelle le souvenir du jésuite Pierre Raffeix (1635-1724), fondateur de la mission de La Prairie-de-la-Madeleine.
Ragueneau rappelle le souvenir du jésuite Paul Ragueneau (1608-1680), missionnaire en Nouvelle-France pendant 26 ans.

  • Repères géographiques -


Sur la rive gauche du Saint-Laurent.
À une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Baie-Comeau, sur la rivière Colombier.
Diocèse de Baie-Comeau.
Municipalité régionale de comté de La Haute-Côte-Nord.
Région touristique de Manicouagan (Côte-Nord).

  • Accès : Route 138.

Carte 16.

Carte 16 sur Google Maps

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)