Donnacona (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

  • Superficie - 20,12 km2.
  • Gentilé - Donnaconien, ienne.


  • Éphémérides -


1672
(3 novembre 1672) Concession d'une seigneurie (1/2 lieue de front sur le fleuve sur 1 lieue de profondeur) par l'intendant Jean Talon à Jean-Baptiste Toupin et à son fils, Jean dit Jean-Baptiste Toupin dit DuSault qui la nomment Pointe-aux-Écureuils.
1700
Mise en exploitation d'un moulin à papier au bord de la rivière Jacques-Cartier.
1706
(20 janvier 1706) La seigneurie est augmentée (1/2 lieue de front à prendre à 1 lieue du fleuve) en faveur de Marie-Madeleine Mezeray, veuve de Jean-Baptiste Toupin dit Dussault.
1742
Ouverture des registres de la paroisse Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils.
1770
(18 mars 1770) Vente d'un quart de la seigneurie (contigu à la seigneurie de Neuville) par Joseph Toupin Dussault et Alexis Toupin Dussault à Joseph Brassard Deschenaux.
1789
(6 avril 1789) Vente de la majeure partie du reste de la seigneurie à Matthew MacNider.
1791
La majeure partie de la seigneurie appartient à un groupe de propriétaires dont messieurs MacNider, Toupin et Joseph Brassard Deschenaux.
1793
(5 juin 1793) Joseph Brassard Deschenaux lègue par testament sa partie de seigneurie à ses quatre enfants, Charles-Joseph Brassard Deschenaux, curé de L'Ancienne-Lorette, Pierre-Louis Brassard Deschenaux, Madeleine Brassard Deschenaux, épouse de Guillaume de Lorimier, et Josephte Brassard Deschenaux, épouse de Michel Gamelin Launière.
1806
(12 mars 1806) Michel Gamelin Launière vend la part de sa femme, Josephte Brassard Deschenaux, à Charles-Joseph Deschenaux, son beau-frère.
1815
Mise en exploitation d'un moulin à papier appelé Jacques-Cartier.
1826
Nomination du premier curé résidant de la paroisse Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils.
1828
(26 juin 1928) L'abbé Charles-Gaspard Deschenaux lègue sa partie de seigneurie à Adelaïde Gamelin Launière, sa nièce et épouse de Édouard Larue.
1832
(13 octobre 1832) Érection canonique de la paroisse Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils par détachement de celle de Saint-François-de-Sales-de-Pointe-aux-Trembles ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Jacques-Cartier (40) et de la seigneurie de Pointe-aux-Écureuils.
1845
(8 juin 1845) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils.
1847
(1er septembre 1847) Abolition de la municipalité de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils.
1854
(18 décembre 1854) Abolition du régime seigneurial.
1855
(1er juillet 1855) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils.
1859
(6 juillet 1859) La seigneurie de la Pointe-aux-Écureuils appartient aux héritiers de Moses Hart.
Vers 1910 Construction de barrages et flottage du bois ; les saumons cessent de remonter la rivière vers les frayères de la rivière Jacques-Cartier.
1912
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Donnacona.
Début de la construction du moulin à papier de la Donnacona Pulp and Paper Company.
1915
Mise en exploitation d'un moulin à papier par la compagnie Donnacona Pulp and Paper (Domtar).
(21 avril 1915) Constitution de la municipalité du village de Donnacona par détachement de celle de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils.
1917
(27 août 1917) Érection canonique et ouverture des registres de la paroisse Sainte-Agnès ; son territoire couvre une partie de la municipalité de Donnacona.
1920
Le village de Donnacona devient ville.
1923
La population de la paroisse Saint-Jean-Baptiste est de 635 âmes, celle de Sainte-Agnès, 1 226.
1934
(13 décembre 1934) Fondation de la Caisse populaire des Écureuils.
1935
(17 mars 1935) Fondation de la Caisse populaire de Donnacona.
1949
La municipalité de Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils abrège son nom en adoptant celui de Les Écureuils.
1967
(21 janvier 1967) Regroupement des municipalités des Écureuils et de Donnacona sous le nom de cette dernière.
1979
Construction d'une passe migratoire près du barrage de la Domtar, et réimplantation des saumons qui, depuis lors, reviennent au mois de juillet accomplir leur pèlerinage annuel.
1990
La population de Donnacona est de 5 435 habitants.
2000
La population de Donnacona est de 5 651 habitants.
2007
(29 novembre 2007) La compagnie AbitibiBowater annonce la fermeture définitive de l'usine Belgo de Shawinigan (513 employés) et la fermeture pour une période indéterminée de son moulin de Donnacona (206 employés) ; elle annonce également la fermeture définitive de son moulin de Dalhousie, Nouveau-Brunswick (330 employés) et la fermeture pour une période indéterminée de son moulin et de ses deux scieries de Mackenzie, British Columbia (572 employés) ; elle annonce aussi la fermeture définitive des moulins de Thunder Bay et Lufkin qui étaient fermés pour une période indéterminée et la fermeture d'une machine à son moulin de Gatineau.
2008
(6 novembre 2008) AbitibiBowater annonce la fermeture définitive de son moulin de Donnacona, la mise à pied de ses 260 employés, le démantèlement de l'usine vendue à American Iron and Metal et l'envoi de l'équipement à la ferraille ; elle laisse un terrain vacant de 3.5 millions de pieds carrés à l'embouchure de la rivière Jacques-Cartier qu'American Iron and Metal voudrait vendre au prix de 30 M$.
(3 décembre 2008) La Confédération des syndicats nationaux-CSN intente une poursuite de 43 M $ contre Abitibi-Bowater, Investissement Québec et le procureur général du Québec ; elle invoque qu'en vertu d'une entente intervenue en 1998, le moulin devait continuer d'être exploité jusqu'en 2011 en échange de concessions majeures par les employés et de subventions de la part du Gouvernement ; elle maintient que secrètement, le Gouvernement a libéré AbitibiBowater de ses obligations envers Donnacona en échange d'une promesse de continuer l'exploitation des usines de Dolbeau et de Grand-Mère.
2010
La population de Donnacona est de 5 975 habitants.
(8 juin 2010) AbitibiBowater annonce qu'elle a vendu ses moulins de Beaupré, Donnacona, Québec, et Dalhousie (Nouveau-Brunswick) à une filiale de l'American Iron & Metal Company Inc. au prix de 8,7 M $ ; la compagnie a aussi vendu une usine de papier, 2 moulins à scie et autres installations de Mackenzie (Colombie-Britannique) à une filiale de Conifex Inc, au prix de 33,9 M $.

Donnaconien cités dans La Mémoire du Québec -

Roger Bertrand, Antoine Drolet.

  • Attraits :


Église Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils ; orgue Casavant (1911).
Pavillon d'accueil et d'interprétation du saumon de l'Atlantique.

  • Sports -


Golf ; un parcours de 9 trous.

  • Économie -


Usine de pâtes et papiers de la Donnacona Pulp and Paper (AbitibiBowater).

  • Services -


Centre fédéral de détention (sécurité maximum).

  • Toponymie -


Donnacona rappelle le souvenir de Donnacona, grand chef iroquois de Stadaconé (Québec).
Écureuils rappelle la seigneurie Pointe-aux-Écureuils dans laquelle le territoire de la municipalité est situé ; de nombreux écureuils attirés par les noyers environnants peuplaient la pointe qui s'avançe dans le fleuve Saint-Laurent à cet endroit.
Saint-Jean-Baptiste rappelle le souvenir de Jean-Baptiste Toupin dit Dussault qui était seigneur de Pointe-aux-Écureuils à l'époque de la fondation de la paroisse Saint-Jean-Baptiste.

  • Repères géographiques -


Sur la rive gauche du Saint-Laurent.
À une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Québec, à l'embouchure de la rivière Jacques-Cartier.
Diocèse de Québec.
Division administrative seigneuriale de Québec-DASQ.
Municipalité régionale de comté de Portneuf.
Région touristique de Québec.

  • Accès : Route 138 ou Autoroute de la Rive-Nord (40).

Carte 4.

Carte 4 sur Google Maps

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)