Drummondville (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

[1]Superficie - 249,80 km2.

  • Gentilé - Drummondvillois, oise.

Population ; 2012 : 71 852 habitants.

  • Éphémérides -


1802
Proclamation du canton de Wickham.
1815
Après la signature du Traité de Gand qui met fin à la Guerre anglo-étatsunienne de 1812-1815, le major Frederick George Heriot reçoit instruction du gouverneur Drummond d'installer un établissement militaire et agricole sur les bords de la rivière Saint-François ; des militaires issus d'Angleterre, de Suisse et d'Allemagne, et quelques Canadiens, qui ne trouvent pas place dans les seigneuries, s'établissent près des rapides de la rivière Saint-François.
Fondation d'une mission catholique et d'une mission anglicane.
1816
Ouverture des registres de la paroisse Saint-Frédéric.
Le vilage compte 20 maisons, un hôpital, une école et des casernes militaires.
1822
Fondation de la paroisse anglicane de St. George et construction d'une petite église en bois destinée aux célébrations de rite anglican.
Construction d'une chapelle dédiée à saint Frédéric et destinée aux célébrations de rite catholique.
1826
(26 juin) Un feu d'abatis se propage jusqu'au village détruisant une trentaine de bâtiments dont 13 maisons, 2 magasins et le presbytère Saint-Frédéric.
Le presbytère Saint-Frédéric est reconstruit la même année.
1832
La population de la région est de 389 habitants.
1845
(8 juin) Constitution de la municipalité du canton de Wickham.
1847
(1er septembre) Abolition de la municipalité du canton de Wickham.
1855
(1er juillet) Constitution de la municipalité du canton de Wickham.
1854
Nomination du premier curé résidant de la paroisse Saint-Frédéric.
1856
(2 juillet) Érection canonique de la paroisse Saint-Frédéric ; son territoire couvre une partie des cantons de Grantham, Simpson, Wendover et Wickham.
1860
Construction du second presbytère Saint-Frédéric. Construction d'un premier pont sur la rivière Saint-François.
1861
La population de l'agglomération est de 400 habitants.
1862
Le pont est emporté par la débâcle printanière.
1864
(1er janvier) Constitution de la municipalité du canton de Grantham.
1867
Constitution de la municipalité du canton de Wickham-Ouest par détachement de celle du canton de Wickham.
1873
Mise en exploitation de la scierie Tourville qui achète 20 % des terres à bois de la région.
1874
(23 décembre) Constitution de la municipalité du village de Drummondville par détachement de celle du canton de Grantham.
1875
Arrivée des soeurs de la Présentation-de-Marie p.m.* qui fondent un couvent dans la paroisse Saint-Frédéric.
La population de Saint-Frédéric est de 923 fidèles.
1880
Inauguration de la seconde église Saint-Frédéric construite en bois.
Mise en exploitation de forges pour la production de fer à partir de minerais trouvés dans la région ; on y fabriquera des rails de chemin de fer pendant plus de 25 ans.
1882
La population de la paroisse Saint-Frédéric est de 2 500 habitants.
1883
Construction du troisième presbytère Saint-Frédéric. Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Watkins Mill.
1888
Prise en charge de l'école Saint-Frédéric pour garçons par la Congrégation de Sainte-Croix-CSC. Érection canonique de la paroisse Saint-Majorique par détachement de celle de Saint-Frédéric et ouverture des registres de cette paroisse. Installation d'un moulin à scie sur le site de l'actuel parc Sainte-Thérèse.
(12 juillet) Le village de Drummondville devient ville.
1890
Fondation du Pensionnat de Drummondville (cette institution était privée secondaire, pour filles en 2005).
1891
Construction du couvent pour jeunes filles.
1901
La population est de 1 450 habitants.
1914
La Southern Canada Power achète la centrale hydroélectrique et le réseau de distribution d'électricité de Drummondville.
1915 Construction d'une chapelle Saint-Nicéphore.
1916
Mise en exploitation d'une usine de poudre à canon à Drummondville.
(19 décembre) Érection canonique par détachement de celles de Saint-Pierre-de-Durham et Saint-Frédéric-de-Drummondville, nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Nicéphore ; son territoire couvre la partie est du canton de Wickham.
1917
Construction de l'église Saint-Nicéphore.
1919
(12 octobre) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Frédéric.
1920
Mise en exploitation de l'usine de textile Jenckes.
1921
(21 décembre) Incendie de la troisième église Saint-Frédéric.
1922
Constitution de la municipalité du village de Wickham-Ouest par détachement de celle du canton de Wickham.
1923
La population de la paroisse Saint-Frédéric est de 5 483 âmes. Inauguration d'une nouvelle église Saint-Frédéric. La population de la paroisse Saint-Nicéphore est de 402 âmes. Inauguration de l'église de Saint-Nicéphore.
1925
Construction d'une deuxième centrale hydroélectrique.
1926
Mise en exploitation de l'usine de la Canadian Celanese.
1928
Liquidation de la Caisse populaire de Saint-Frédéric.
1929
Ouverture d'une école par les Soeurs de la Présentation-de-Marie p.m.*. Remplacement de la chapelle de la mission Saint-Simon.
1934
Prise en charge de l'école Saint-Simon par les Soeurs de la Présentation-de-Marie p.m.*.
1936
Érection canonique de la paroisse Saint-Joseph par détachement de celle de Saint-Frédéric et nomination du premier curé résidant. Érection canonique de la paroisse Saint-Simon par détachement de celle de Saint-Frédéric, agrandissement de la chapelle. Fondation de la Caisse populaire de Saint-Simon.
(14 décembre) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Simon.
1937
Érection canonique, nomination du premier curé résidant de la paroisse et construction du sous-bassement de l'église Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus. Les Soeurs de l'Assomption prennent charge de l'école de Saint-Simon.
(19 juillet) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Joseph-de-Grantham.
1938
Constitution de la municipalité de Drummondville-Ouest par détachement de celle du canton de Grantham.
1939
(5 mars) Fondation de la Caisse populaire de Sainte-Thérèse.
(20 mars) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Frédéric.
1942
Inauguration de l'église Saint-Joseph.
1943
(27 juin) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Philippe.
1944
Les Soeurs de Notre-Dame-du-Bon-Conseil prennent la direction d'un foyer pour dames te jeunes filles. La municipalité du canton de Wickham adopte le nom de Saint-Nicéphore.
1945
Érection canonique de la paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Paul. Construction de la chapelle Saint-Philippe.
1947
Érection canonique de la paroisse Saint-Jean-Baptiste par détachement de celle de Saint-Joseph et nomination du premier curé résidant.
1949
Érection canonique de la paroisse Saint-Philippe. Bénédiction de l'hôpital Sainte-Croix dirigé par les Soeurs grises.

Ouverture du foyer Saint-Paul dirigé par les Soeurs grises.
Ouverture de l'externat Saint-Georges par les Frères du Sacré-Coeur-fsc.
1950
Construction de l'église Saint-Philippe. Érection canonique de la paroisse Saint-Charles-Borromée par détachement de celle de Saint-Frédéric.
Inauguration de l'église Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus. Ouverture d'une école-résidence dans la paroisse Saint-Philippe par les Soeurs de l'Assomption.
1951
Inauguration de l'église Saint-Charles-Borromée. (15 août) Érection canonique de la paroisse de l'Immaculée-Conception par détachement de celle de Saint-Frédéric.
(15 décembre) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Jean-Baptiste.
1952
Construction de l'église Saint-Simon.
Arrivée des Soeurs grises de la Croix d'Ottawa venues prendre charge d'une école.
Inauguration de l'église et du presbytère Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
Ouverture de l'externat classique Saint-Raphaël.
1953
Érection canonique de la paroisse du Christ-Roi. Ouverture d'une seconde maison de retraite par les Montfortains.
(8 février) Ouverture au culte de l'église de l'Immaculée-Conception.
1954
Construction de l'église du Christ-Roi.
1955
Regroupement des municipalités de Saint-Joseph, de Saint-Jean-Baptiste et de Drummondville sous le nom de cette dernière. Ouverture de l'École Normale par les Soeurs de l'Assomption.
1956
Ouverture d'une école pour garçons dans la paroisse Saint-Charles par les Frères des écoles chrétiennes.
1957
Les municipalités du village et du canton de Wickham-Ouest adoptent le nom de Wickham.
1958
Ouverture du collège Marie-de-la-Présentation par les Soeurs de la Présentation-de-Marie p.m.*.
1959
Ouverture du carmel Sainte-Thérèse.
1961
Construction de l'église Saint-Jean-Baptiste.
(4 mars) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Pierre.
1962
Inauguration et bénédiction de l'église Saint-Jean-Baptiste.
Fondation du Collège Saint-Bernard (cette institution était privée préscolaire, primaire et secondaire, pour filles et garçons en 2010).
1963
Érection canonique de la paroisse Saint-Pie-X par détachement de celles de Saint-Frédéric et de Saint-Pierre-et-Saint-Paul et nomination du premier curé résidant.
Fermeture de l'école résidence des Soeurs de l'Assomption dans la paroisse Saint-Philippe.
1964
Construction de l'église Saint-Pie-X.
1965
Départ des Frères des écoles chrétiennes de l'école de la paroisse Saint-Charles. Inauguration de l'église Saint-Pie-X.
1966
Regroupement des municipalités de Drummondville-Ouest et Drummondville sous le nom de cette dernière.
Importante grève (6 mois) des membres des syndicats de la Fédération nationale des travailleurs du textile (CSN) employés par la Dominion Textile à Sherbrooke, Magog, Drummondville et Montmorency.
1967
Agrandissement de l'église Saint-Philippe. Construction du Centre culturel (salle de spectacle de 850 sièges).
1968
Fermeture de l'externat classique Saint-Raphaël.
1976
Importante grève des employés de la Canadian Celanese, membres de syndicats affiliés à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) ; la grève sera marqué de violence réprimée par la police.
1980
Fondation du Cégep de Drummondville.
1981
Tenue du premier Festival mondial de folklore.
(26 décembre) Drummondville-Sud est annexée à Drummondville.
1987
(28 novembre) Fusion des caisses populaires de Saint-Joseph, Saint-Simon, Sainte-Thérèse et de Saint-Jean-Baptiste sous le nom de Caisse populaire de Drummondville.
1990 La population de Drummondville est de 36 020 habitants, celle de Grantham-Ouest, 5 432, celle de Saint-Nicéphore, 6 537.
1993
(22 décembre) Regroupement des municipalités de Grantham-Ouest et Drummondville sous le nom de cette dernière.
1998
Fondation de l'École Vision School (cette institution était privée préscolaire, primaire et secondaire, pour filles et garçons en 2005).
1999
(20 mars) La municipalité de Saint-Nicéphore obtient le statut de ville.
(Juillet) La compagnie Celanese Canada (usines à Edmonton, Drummondville et Milhaven) passe à la société allemande Hoechst AG qui en confie la gestion à Celanese AG, un regroupement des entreprises chimiques.
(28 octobre) Annonce de la fermeture, en mars 2000, de l'usine de fil d'acétate de la compagnie Celanese AG et la mise à pied de près de 440 travailleurs.
2000
La population de Drummondville est de 47 130 habitants celle de Saint-Nicéphore, 10 197.
(26 mars, vers 12 h 30) Tragédie mortelle ; accident de la route ; acte criminel ; une automobile de marque Chevrolet Cavalier conduite à 153 km/h change de voie sur la route 55, près de la route 139, puis se retrouve face à face avec une automobile Jeep Cherokee venant en sens inverse à Saint-Nicéphore ; bilan : 5 morts, Michel Beaudoin, 30 ans, et Maryse Côté, 31 ans, tous deux de Drummondville qui prenaient place dans la Cavalier, Robert Guay, 54 ans, sa femme, Solange Bérubé, 55 ans, et leur gendre, Martin Bousquet, 31 ans, qui voyageaient dans la Cherokee ; le coroner, Gilles Campeau, déclare le 20 septembre 2000 que la mort de Michel Beaudoin est un suicide, que celle de Maryse Côté est un meurtre et que celles de Robert Guay, Solange Bérubé et Martin Bousquet sont des homicides involontaires causés par le geste intentionnel de Michel Beaudoin de qui la conjointe, Maryse Côté, s'apprêtaient à se séparer.
2003
(Septembre) Inauguration du poste de la Gendarmerie royale du Canada.
(Octobre) Tenue d'un référendum sur un projet de regroupement des municipalités de Drummondville, Saint-Nicéphore, Saint-Charles-de Drummond et Saint-Joachim-de-Courval.
(12 décembre) La compagnie Galey and Lord Inc. de Greensboro (North Carolina) propriétaire de Swift Denim (anciennement Dominion Textiles), fabricant de denim, annonce qu'au printemps de 2004, elle cessera la production de denim à Drummondville et mettra à pied 600 employés.
2004
(10 mai) La compagnie Worldbest, une filiale du China WorldBest Group, annonce la suspension de sa production et met à pied 90 employés à Drummondville.
(7 juillet) Regroupement des municipalités de Saint-Nicéphore, Saint-Charles-de-Drummond, Saint-Joachim-de-Courval et Drummondville sous le nom de cette dernière.
2006
(11 janvier) La compagnie Galey and Lord annonce la fermeture de son usine de Swift Denim et la mise à pied définitive de ses 154 derniers employés.
2009
(28 septembre) Agropur annonce la fermeture de son usine de Drummondville.
2010
La population de Drummondville est de 70 561 habitants.
(10 octobre, vers 3 h 30) Une automobile, qui circule vers le nord sur le boulevard Mercure, manque la courbe qui précède l'intersection de ce boulevard et de la 123e Avenue à Drummondville, et termine sa course sur un arbre en face d'une maison ; l'impact est tel que l'automobile est littéralement enroulé autour de l'arbre et ses 4 occupants (le conducteur, Carl Francoeur-Ouellette, 22 ans, et les passagers, Alexandre Jutras, 18 ans, Gabriel Savard, 19 ans, et Jean-Benoît Pelletier, 18 ans) sont tués sur le coup ; selon la police, la vitesse du véhicule pouvait avoir été deux fois plus élevée que la limite de 50 km/h à cet endroit.
2012
Le 29 mai 2012, Yvan Patry, 49 ans, ex-employé d'Emballages Mitchel-Lincoln et sa conjointe, Valérie Fortin, 46 ans, sont tués dans leur résidence du 1345 Edison à Drummondville ; Monsieur Patry était l'un des directeurs à l'expédition, aux bâtiments et au transport de l'usine Mitchel-Lincoln ; Madame Fortin avait été attachée politique de l'ancien ministre Normand Jutras ; il s'agirait d'une vengence ; quelques heures après les meurtres, le suspect, Réal Pinard, 63 ans, tire une balle en l'air, puis se suicide à Asbestos en présence des agents de la Sûreté du Québec-SQ qui avaient approché le suspect dans le cadre d'une enquête sur le double meurtre par balles à Drummondville.
(24 juin) Un incendie détruit une porcherie sur le chemin Tourville dans le secteur Saint-Nicéphore ; environ 500 bêtes
(3 décembre) Les cadavres de 3 enfants (Anaïs, 2 ans, Loïc, 4 ans, et 5 ans) d'une même famille sont découverts dans la résidence de leur mère, Sonia Blanchette, 33 ans, sur la rue Turcotte à Drummondville ; les enfants avaient été noyés vraisemblablement dans la baignoire ; la mère ayant absorbé des médicaments est envoyée à l'hôpital où elle demeure aux soins intensifs jusqu'à ce que les médecins la déclarent capable de répondre aux questions des enquêteurs de la Sûreté du Québec-SQ ; elle est jusque-là considérée comme un témoin important de ces meurtres Madame Blanchette menait depuis 3 ans une bataille judiciaire contre son ex-mari pour la garde de ses enfants ; au moment du drame, elle n'avait qu'un droit de garde limité à une journée et qu'en présence d'un membre de sa famille ; c'est la mère de Sonia Blanchette qui assumait ce rôle de garde au moment du drame ; en décembre 2011, Sonia Blanchette avait été arrêtée et accusée d'avoir enlevé sa plus jeune fille alors âgée de 14 mois contrairement à une ordonnance de garde prononcée par la Cour. au moment de la séparation ; elle venait d'apprendre qu'elle n'aurait pas la garde de ses enfants ; le 2 décembre, les trois enfants sont allés voir leur mère en compagnie de leur grand-mère ; le drame est survenu pendant que celle-ci s'était temporairement absentée.
2015
(30 janvier 2015, vers 18 h 15) Un incendie éclate dans un appartement du 2e étage d'un immeuble de logements situé au 534-A, rue des Écoles à Drummondville et fait deux victimes : 2 enfants, Fabien Okenge, 4 et Julien Okenge, 7 ans ; Berthe Okenge, 36 ans, la mère des enfants, une immigrée congolaise, décède à l'hôpital le 1er février 2015 alors que son bébé âgé d'une semaine demeure à l'Hôtel-Dieu de Lévis ; une enquête sur la cause de l'incendie est entreprise par la Sûreté du Québec-SQ, mais il semblerait probable que l'incendie soit d'origine accidentelle ; un fauteuil sorti par les pompiers serait le site du début de l'incendie ; Jean Claude Okenge, le père a été hospitalisé pour un violent choc nerveux.
2017 (9 avril 2017) Un glissement de terrain dans la rivière Saint-François à Saint-Bonaventure ; une importante partie du terrain de Jacques Boisvert glisse dans la rivière.

Drummondvillois cités dans La Mémoire du Québec -

Biron, André-G.
Biron, Jacques
Cooke, Joseph Peter
Cournoyer, Yvan
Désilet, Rémi
Dionne, Marcel
Girouard, Wilfrid
Guilbault, Jean-Guy
Hains, Gaston
Hébert, Ernest
Joyal, Dorvina-Évariste
Jutras, Normand,
Malouin, Robert
Marier, Elphège
Marier, Joseph
Messier, Charles
Pépin, Jean-Luc
Pinard, Bernard
Pinard, Yvon
Scott, William Bridges
Watts, William John

  • Attraits :


Barrage ; haut de 22 m, construit en (1918) sur la rivière Saint-François pour l'alimentation d'une centrale hydroélectrique de 14,6 MW.
Centre culturel de Drummondville ; 175, rue Ringuet ; salle de spectacles de 850 sièges, galerie d'art Desjardins.
Église du Christ-Roy (1954).
Église de l'Immaculée-Conception (1953) ; plans de Paul Labranche et Émilien Bujold.
Église Saint-Charles-Borromée (1951) ; plans de Paul Labranche.
Église Saint-Frédéric (1923-1930) ; plans de Louis-Napoléon Audet.
Église St. George's Anglican ; orgue Casavant (1937).
Église Saint-Jean-Baptiste (1961) ; plans de David Deshaies; carillon Taylor (1961).
Église Saint-Joseph (1941-1942).
Église Saint-Majorique (1900-1901).
Église Saint-Nicéphore (1923) ; carillon de quatre cloches (1951) ; orgue Casavant (1951).
Église Saint-Philippe (1950).
Église Saint-Pie X (1965) ; plans de Ferdinand Blais.
Église Saint-Simon (1952) ; plans de David Deshaies ; Le band «Your Favorite Ennemies» (Alex Foster (voix), Jeff Beaulieu (guitare), Ben Lemelin (basse), Miss Isabel (claviers et voix) et Charles Allicie (batterie) fait refaire la toiture et la plomberie et transforme l'église en studio d'enregistrement de leurs disques ; il réaménage la nef en conservant la structure extérieure et les bancs de bois Pour améliorer la qualité de l'acoustique il a fait venir un spécialiste anglais de l'aménagement de studios dans des endroits inusités.
Maison Mitchell-Marchessault (néo-Reine-Anne, Eastlake, 1894) ; 131, rue Saint-Georges ; construite par William Mitchell sur un terrain acquis en 1888 par John Johnson ; les plans peuvent être de l'architecte Louis Caron de Nicolet ; vendue en 1917 à Bernadette Bélisle, épouse de Joseph-Louis Marchessault ; classée monument historique en 1981.
Manoir Trent (1837-1842) ; maison de ferme construite sur un lot concédé en 1804 à Michel Chapdelaine qui le vend à Marie Deland qui le cède à son tour à son fils, Henri Menut ; ce dernier le vend en 1837 à l'officier de marine, George Norris Trent ; au décès de George Norris Trent, la propriété passe à son fils Henry Trent qui la cèdera en 1906 à son fils Frédéric Trent ; acquis par le Gouvernement du Québec en 1964 pour y aménager le Parc des Voltigeurs ; loge le Centre québécois d'information sur les vins et fromages ; classé monument historique en 1964.
Mondial des cultures (anciennement connu comme Festival mondial du folklore) ; fondé en 1981, il attire annuellement en juillet près de 300 000 personnes.
Musée populaire de la photographie ; 217, rue Brock.
Parc des Voltigeurs.
Pavillon thématique et multifonctionnel ; expose des trésors d'autrefois dont l'automobille Cadillac de William Lyon Mackenzie King.
Village Québécois d'Antan ; 1425, rue Montplaisir ; composé de 70 bâtiments typiques de l'époque de la colonisation des cantons (1810-1910) ; contient une collection de plus de 120 000 pièces d'antiquités québécoises.

  • Sports -


Golf ; un parcours de 18 trous.
Golf ; un parcours de 18 trous à Saint-Nicéphore.
Ski de fond ; 30 km.

  • Accueil -


Auberge Aux 3 Lucarnes.
Hôtel Best Western Universel ; 915, rue Hains.
Comfort Inn ; 1055, rue Hains.
Hôtel et Suites Le Dauphin ; 600 boulevard Saint-Joseph. 120 chambres et suites, 27 salles. **
Hôtel Le Normandie.
Hôtel Motel 4 Saisons.
Hôtel-Motel Blanchet ; 225, boulevard Saint-Joseph Ouest.
Camping des Voltigeurs.
Motel Alouette.

  • Économie -


Petites et moyennes entreprises.
Fabrication de souffleuses à neige et d'outillage.

  • Services -


Aéroport municipal.
Cégep de Drummondville (public, préuniversitaire et technique).
Centre fédéral de détention (sécurité moyenne).
Centre hospitalier Georges-Frédéric (362 lits).
Collège d'affaires Ellis (privé, collégial).
District judiciaire de Drummond (chef-lieu).
Hôpital Sainte-Croix (356 lits).
Municipalité régionale de comté de Drummond (siège social).

  • Toponymie -


Drummondville rappelle le souvenir de Gordon Drummond.
Grantham rappelle une ville du Lincolnshire (Angleterre) et rappelle aussi le souvenir de William Grant.
Saint-Charles rappelle le souvenir de Charles Gariépy, premier défricheur du territoire de la paroisse Saint-Charles-Borromée.
Saint-Frédéric rappelle le souvenir du major général Frederick George Heriot.
Saint-Joseph rappelle le souvenir de Mgr Joseph-Hermann Bruneault.
Saint-Majorique rappelle le souvenir de l'abbé Majorique Marchand, curé de Saint-Frédéric (1865-1889), qui a contribué à la fondation de la paroisse. Saint-Nicéphore rappelle le souvenir de l'abbé Nicéphore Lessard (1879-1051) fondateur et premier curé de la paroisse de Saint-Nicéphore.
Saint-Philippe rappelle le souvenir de l'abbé Philippe Binette, curé de Saint-Nicéphore (1933-1936) qui contribue à la fondation du village Marcotte, la base de la paroisse.
Simpson et Wendover rappellent des localités d'Angleterre.
Watkin's Mill rappelle le souvenir de James Henry Watkin (1848-1919) qui y exploite un moulin à scie au millieu du XIXe siècle.
Wickham rappelle une ville d'Angleterre.

  • Repères géographiques -


Sur le versant droit du bassin du Saint-Laurent.
À environ 90 km au nord-est de Montréal, sur la rivière Saint-François.
Diocèse de Nicolet.
Municipalité régionale de comté de Drummond.
Région touristique du Centre-du-Québec.

  • Accès : Route 143 ou Autoroute 55 x Autoroute 20 ou Route 122.

Carte 20.

Carte 20 sur Google Maps

  • Bibliographie -


Drummondville (Jocelyn Fournier et Guy Gauthier - Société historique du Centre du Québec, 1987).

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)