Gouin (Paul)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)

En 1934, il fonde le parti de l'Action libérale nationale-ALN.
En juillet 1934, il publie le manifeste de l'Action libérale nationale qui, entre autres, propose de nationaliser l'électricité ou à tout le moins d'aménager de nouveaux barrages par l'État et de créer une assurance-maladie.
En 1935, il fusionne l'Action libérale nationale avec le Parti conservateur du Québec dirigé par Maurice Duplessis pour fonder le Parti de l'action libérale nationale-ALN.
En 1935, Duplessis rompt l'alliance avec Gouin et fonde le Parti de l'Union Nationale-UN. Affaiblie par cette séparation, l'Alliance libérale nationale disparaîtra en 1939.
Député du Parti de l'action libérale nationale-ALN de L'Assomption à l'Assemblée législative du Québec-ALQ (1935-1936).
En 1942, il adhère au Parti du bloc populaire-PBP opposé à la participation obligatoire du Canada à la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945).
Promoteur de la nationalisation de l'électricité par le gouvernement du Québec.
Président de la Commission des monuments historiques du Québec (1955-1968).
En 1964, en saluant la Révolution tranquille, il évoque «une masse anglo-saxonne protestante» qui, depuis la Conquête, était «riche de tout ce dont nous sommes pauvres».
Fils de Lomer Gouin. Petit-fils d'Honoré Mercier. Frère de Léon Mercier Gouin.
Décès en 1976 (4 décembre 1976) à Montréal.

  • Bibliographie :


Écrits et discours, 1932-1964 - Héritage culturel, modernisation sociale et réforme politique (sélection, édition et présentation par Claude Corbo et Nathalie Hamel ; éditions Del Busso, 2017)
Le Devoir (Michel Lapierre, 10 et 11 juin 2017, page F7).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)