Guerre des gangs (2008-2011) (opération de police)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Éphémérides :


Le 10 novembre 2008, Dragon est déclaré témoin hostile et le jury est appelé à visionner la vidéocassettes de sa déclaration faite en décembre 2005 ; à la suite d'informations à l'effet que Dragon aurait été menacé, puis aurait reçu 15 000 $ de la part de McClee Charles pour se taire, la police de Montréal plante un informateur au centre de détention pour tenter d'obtenir des renseignements sur ce payement.
Le 12 novembre 2008, le substitut du procureur général, Louis Bouthillier, invoquant le besoin de temps pour préparer le contre-interrogatoire de Dragon, demande et obtient un ajournement du procès.
Lors d'une séance tenue plus tard en novembre, Bouthillier admet que sa demande de délai était, en fait, une ruse pour donner à la police le temps suffisant pour piéger un témoin récalcitrant détenu en prison et non pour lui permettre de préparer son contre-interrogatoire.
Le 10 janvier 2009, dans une décision écrite de 24 pages, la juge Sophie Bourque ordonne un arrêt des procédures et la mise en liberté immédiate des accusés Théobrun, Tshiamala, Scott, Belleville et Charles parce que le procureur de la Couronne, Louis Bouthillier ayant menti à la Cour lorsque, le 12 novembre 2008, il avait demandé et obtenu un délai, que ce faux prétexte, ainsi que le dépôt d'une preuve inadmissible et d'une preuve qu'il savait douteuse, constituaient des violations des droits des accusés en vertu de la Charte des droits et libertés et que, selon elle, le seul remède était la suspension permanente du procès. À l'issue du procès, Me Kimon Kling, l'avocat de Belleville, laisse entendre que la police possède une preuve impliquant directement une autre personne dont l'ADN a été trouvée sur le couteau et dont le pantalon était couvert du sang de la victime et avait un doigt coupé ; interrogé plus tard, Kling a refusé de répondre aux journal La Presse pour «des raisons personnelles excessivement sérieuses».
Le 1er août 2009, McLee Charles, 24 ans, l'un des 5 accusés du meurtre d'Ellis est arrêté devant le bar Giliano du boulevard Saint-Laurent, puis accusé de possession d'arme à autorisation restreinte, possession d'arme dans un dessein dangereux, possession d'arme criminellement obtenue, possession de stupéfiants dans le but d'en faire le trafic et bris d'ordonnance ; il est condamné à 7 ans de prison.
Le 11 novembre 2009, Wilkerno Dragon est condamné 7 ans de prison pour une série de crimes commis sur la Rive-Sud dont un vol à main armée dans un magasin de cellulaires en 2008 et vente d'armes prohibées.
Le 19 mars 2010, John Tshiamala est appréhendé pour répondre à 8 chefs d'accusation de voies de fait armée et de séquestration.
Le 11 mars 2011, la Cour d'appel du Québec ordonne la tenue d'un nouveau procès pour les 5 accusés ; le jugement de la Cour rédigé par le juge François Doyon, estime que la suspension définitive du processus qu'avait décrétée la juge Sophie Bourque, après quatre mois de procès, est une réparation draconienne réservée aux cas les plus graves. «En réalité, l'ordonnance prononcée par la juge de première instance a toutes les apparences d'une punition infligée à la poursuite, ce que les règles de droit ne permettent pas».
Le 11 mars 2011, la police qui a obtenu de nouveaux mandats d'arrestation, appréhende Evens Belleville, 26 ans, Cleveland Alexander Scott, 23 ans, et Ernso Théobrun, 31 ans ; McClee Charles, 26 ans, se livre à la police. John Tshiamala, 25 ans, n'est pas trouvé.
Le 15 juillet 2011, Tshiamala est appréhendé à Sainte-Thérèse.
Le 15 août 2013, Cleveland Alexander Scott est acquitté.
Le 7 octobre 2013, Mclee Charles et Ernso Théobrun plaident coupable à l'accusation d'homicide involontaire ; Théobrun est condamné au temps servi en détention préventive. ce qui équivaut à 10 ans de prison et Charles est condamné à 9 ans de prison.
Le 21 décembre 2013, Dragon est reconnu coupable d'avoir fourni des témoignages contradictoires et est condamné à l'équivalent de 20 mois de prison ; à sa sortie de prison sous conditions au 2/3 de sa peine, Dragon devra être remis è L'Agence canadienne des frontières pour être détenu jusqu'à ce qu'il soit déporté vers Haïti son pays natal.
Guevremont

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)