Hamad (Sam)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Homme de sciences (ingénieur civil) né en 1958 (17 juin) à Damas (Syrie).

Études à l'Université Laval à Québec-ULQ (génie) et à l'Université du Québec à Trois-Rivières-UQTR (maîtrise en administration).
Vice-président du Groupe pharmaceutique Roche.
Président de la Chambre de commerce et d'industrie du Québec métropolitain.
Député du Parti libéral du Québec-PLQ de Louis-Hébert à l'Assemblée nationale du Québec-ANQ (2003-).
Ministre des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs, ministre responsable de la région de la Capitale nationale (2003-2005) ; évincé du cabinet lors du remaniement ministériel du 18 février 2005 ; la réaction au projet d'Hydro-Québec de construire une centrale au gaz naturel dans le Sud-ouest de la province, le projet du Suroit serait à l'origine de son départ du cabinet où il revient le 18 avril 2007 lors d'un autre remaniement ministériel ; ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale (2007-2010), ministre des Transports (2010-2011), puis ministre du Développement économique (2011-2012) dans le cabinet de Jean Charest.
En 2009, Jacques Duchesneau est nommé directeur d'une unité formée par le ministère des Transports du Québec (2008-)
En 2010, Julie Boulet qui était alors ministre des Transports du Québec, donne le mandat à Jacques Duchesneau d'enquêter sur des allégations de collusion par les entrepreneurs en vue de fixer les prix des soumissions pour les contrats de voirie. Duchesneau compléte son rapport d'enquête en 2011, mais le ministre Hamad ne voulut pas le recevoir ; ce qui amena Duchesneau à laisser couler son rapport à la Presse ; ce rapport recommandait au gouvernement libéral de Jean Charest de créer une commission d'enquête sur la collusion et la corruption dans les contrats de construction au Québec ; cette commission sera par la suite créée et sera présidée parla juge France Charbonneau de la Cour supérieure du Québec.
Ministre de l'Emploi et responsable de la Capitale nationale dans le cabinet de Philippe Couillard (23 avril 2014-28 janvier 2016).
Président du Conseil du Trésor dans le cabinet de Philippe Couillard (28 janvier 2016- 6 avril 2016).
Au début d'avril 2016, l'émission Enquête de Radio-Canada révèle que la compagnie Premier Tech aurait obtenu une importante subvention d'Investissement Québec et implique que Sam Hamad serait intervenu en faveur de l'octroi d'un soutien financier à la demande de Marc-Yvan Côté qui siège à son conseil d'administration
Le 6 avril 2016, il s'entend avec le premier ministre Couillard pour renoncer aux privilèges des ministres et il annonce qu'il ne présidera plus le Conseil du trésor et qu'il siégera comme député indépendant jusqu'à ce que les enquêtes en cours aient fait la lumière sur la nature des interventions en faveur de l'entreprise Premier Tech dont Marc-Yvan Côté siégeait au conseil d'administration.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)