Jalbert (Luc)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Homme de sciences (ingénieur et inventeur).

Études à l'École de technologie supérieure-ETS de Montréal.
Employé à l'automatisation des emballages de la compagnie Ciba-Geigy de Dorval jusqu'à la fusion de cette dernière avec la compagnie Sandoz pour former la compagnie pharmaceutique Novartis. Novartis ferma l'usine de Dorval laissant Jalbert sans emploi.
En 1998, il invente une bouchonneuse automatisée à laquelle il donne le nom de beltorque (un appareil pour poser et serrer des bouchons sur bouteilles et autres contenants) utilisée en 2012 principalement par les entreprises de produits pharmaceutiques et cosmétiques ; la machine serre les bouchons par un système de courroies ; la bouteille et le bouchon sont apportés par deux convoyeurs distincts à la beltorque ; une première paire de courroies pose et visse partiellement le bouchon sur la bouteille, tandis qu'une seconde paire de courroies resserre les boutons pour fixer la fermeture de la bouteille ou du contenant.
En 1998, Luc Jalbert fonde la compagnie Jalbert Automatisation dans laquelle il possède 51 % des actions avec la compagnie NJM Packaging 49 % ; celle-ci est un distributeur de chaînes de production de produits pharmaceutiques ; Jalbert conçoit un prototype en 2004 dans un bâtiment de Boisbriand ; les premières versions de la beltorque ont été vendues en 2006.
En 2011, l'apport du capital de NJM Packaging et les Crédits d'impôt gouvernementaux permettent de commencer l'exploitation industrielle.
En 2012, le chiffre d'affaires de la compagnie a atteint 4 M $ ; elle a 30 employés dont 12 ingénieurs.
La majorité des beltorques sont faites sur mesure et adaptées aux besoins spécifiques de chaque client (Source : La Presse, 21 janvier 2013, cahier Affaires, page 6)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)