Lorimier (François-Marie-Thomas Chevalier de)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Homme de loi (notaire) né en 1803 (27 décembre) à Saint-Cuthbert. Études au Petit séminaire de Montréal. Patriote. Frère chasseur. Participe à l'Assemblée de Saint-Charles le 23 octobre 1837. Rejoint les patriotes de Saint-Eustache ; le 14 décembre suivant, il participe à la Bataille de Saint-Eustache, mais, constatant l'énorme supériorité des troupes du général Colborne, il tente en vain de convaincre Chénier et Girod de déposer les armes, puis se réfugie à Saint-Benoît (Mirabel), passe par Trois-Rivières et les Cantons-de-l'Est pour aller se réfugier aux États-Unis le 25 décembre 1837 ; il réside à Montpellier, puis à Middlebury.

Fait partie du groupe de Robert Nelson qui, à Caldwell's-Manor, proclame l'indépendance du Bas-Canada le 28 février 1838 ; le 7 novembre 1838, il commande le soulèvement de Beauharnois.
Appréhendé le 12 novembre 1838 à quelques mètres de la frontière alors qu'il tente d'atteindre les États-Unis où il comptait se réfugier ; condamné à mort par la Cour martiale le 21 janvier 1839 pour haute trahison en même temps que les chefs du soulèvement de Beauharnois, il est cependant le seul d'entre eux à monter sur l'échafaud, les autres ayant vu leur peine de mort commuée en exil en Australie ; pendu le 15 février 1839 dans la cour de la prison du Pied-du-Courant de Montréal, en même temps qu'Amable Daunais, Charles Hindelang, Pierre-René Narbonne et François S. Nicolas ; sa dépouille est sommairement jetée dans la fosse commune du cimetière catholique de Montréal; il semble que ses restes ont été transférés en 1858 au cimetière de la Côte-des-Neiges au pied de l'obélisque dédié aux patriotes tués en 1837 et 1838. Petit-neveu de Claude-Nicolas-Guillaume de Lorimier. Frère de Charles Chamilly de Lorimier. Époux d'Henriette Cadieux.

Voir Québec (province). Crises. Émeutes de 1837 et de 1838.

  • Distinctions -


L'avenue de Lorimier de Montréal le parc Delorimier de Montréal et lecanton de Lorimier dans la réserve faunique de La Vérendrye honorent sa mémoire.

  • Crédits -


Les rues de Montréal, Répertoire historique (Ville de Montréal, éditions du Méridien, 1995)
Henriette Cadieux, femme patriote, épouse d'un patriote (histoire, Yolande Gingras, éditions du Point du jour, 2010)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)