Major (Léo)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Major (Léo). (H) (C) (M)

Militaire (tireur d'élite) né en 1921 (23 janvier 1921) à New Bedford Massachusetts ; la famille Major, qui avait déménagé à New Bedford à cause du travail du père pour l'American Railroad Company, revient à Montréal une fois les travaux terminés.
Léo Major s'enrôle dans l'armée canadienne en 1940 et suit l'entraînement de commando en Grande-Bretagne en 1941. D'abord membre du Régiment de la Chaudière.
Le 6 juin 1944, il débarque avec 5 camarades du Régiment de la Chaudière dans le secteur de Juno Beach en Normandie, France. Dès la journée du débarquement, il capture un véhicule blindé allemand qui contient des équipements de communication et des codes secrets de l'armée allemande. Quelques jours plus tard, il abat 4 soldats d'une patrouille de SS mais l'un d'eux réussit à lancer une grenade au phosphore qui lui fait perdre l'usage de l'oeil gauche. Il refuse d'être évacué. Lors de la Bataille de Normandie, il détruit un char d'asssaut Panzer dans le village de Rots et élimine les SS qui tendaient une embuscade à une escouade du Régiment de la Chaudière.
Lors de la Bataille de l'Escaut, dans le sud des Pays-Bas il capture à lui seul 93 soldats allemands.
Losqu'il revient au camps avec ses prisonniers, il est désigné pour recevoir la Médaille de conduite distinguée /Distinguished Conduct Medal-DCM qu'il refuse de recevoir parce qu'il juge que le général Montgomery qui doit la lui épingler est militairement incompétent.
Le 28 février 1945, Major aide l'aumonier à placer les corps de soldats d'un char Tigre pour les placer sur un véhicule de transport ; une fois les corps placés, l'aumônier s'asseoit près du chauffeur du camion et Major à l'arrière ; sur la route, une mine éclate sous le camion tuant l'aumonier et le chauffeur alors que Major est projeté dans les airs et retombe sur le bas du dos ; il a alors des fractures du dos à 3 endroits, une entorse aux deux chevilles et 4 côtes cassées ; il se réfugie pendant un mois chez une famille hollandaise appelée Slepenbeck, puis rejoint son unité à la fin de mars 1945.
Le 13 avril 1945, alors que le régiment de la Chaudière approche de la ville de Zwolle, lui et son meilleur ami, le soldat Wilfrid «Willie» Arseneault sont envoyés en éclaireurs dans la ville ; ils décident de s'emparer seuls de la ville pour éviter qu'elle soit détruite ; à la tombée de la nuit, les deux copains arrivent à la ferme Van Gerner où on leur fait comprendre qu'il y a des soldats allemands plein la forêt environnante.
Ils quittent la ferme vers 23 h ; ayant accidentellement donné leur position, Arseneault est tué par des tirs allemands ; Major répond en tuant 2 Allemands, puis le reste du peloton allemand fuit dans un véhicule. Major entre alors dans la ville de Zwolle et se met à attaquer les patrouilles allemandes, tue 4 officiers supérieurs au quartier général des SS, puis il met le feu au quartier général de la Gestapo.
Au petit matin, il se rend compte que la ville est libérée ; une enseignante d'anglais qui fait partie des résistants hollandais annonce à la radio que Zwolle est libérée. Major va chercher le corps d'Arseneault et le remet au fermier qui le garde jusqu'à ce que le régiment de la Chaudière le récupère pour l'inhumer. Pour ces actions, Léo Major est décoré de la Médaille de conduite distinguée et Arseneault reçoit, à titre posthume, le Lion de bronze de la part de la reine Juliana des Pays-Bas.
Lors de la Guerre de Corée, Major se porte volontaire et s'enrôle dans le royal 22eRégiment R22eR ; il a le grade de caporal. La 5e division américaine qui avaient perdu une colline importante (la 355) lors d'une attaque demande à l'armée canadienne de l'aider à la reprendre. Le lieutenant colonel Jacques Dextraze demande au caporal Major ce qu'il peut faire ; Major obtient carte blanche dans le choix de son peloton de 18 hommes et obtient que chacun d'eux recevra une bouteille de rhum et une permission à leur retour. Le peloton part à la tombée de la nuit ; au matin la colline est reprise ; les Chinois lancent sans succès deux de leurs divisions environ 14 000 hommes en contre attaque ; le peloton de Major tient bon pendant 3 jours puis est relevé ; un des soldats de Major avait été blessé et Major l'a transporté sur ses épaules pour descendre la colline. Une vingtaine de Canadiens français avaient tenu tête à deux divisions d'infanterie chinoises, ce que la 5e division américaine forte de 10 000 hommes n'avait pu faire. Pour cette action, le caporal Major reçoit une deuxième médaille de conduite distinguée et devient l'un des 3 seuls soldats du Commonwealth et le seul Canadien à avoir reçu deux médaille de conduite distinguée et le seul à les avoir méritées au cours de deux guerres différentes (l'une durant la seconde Guerre mondiale et l'autre au cours de la Guerre de Corée).
Il est aussi reconnu comme le seul soldat à avoir libéré une ville (Zwolle) à lui seul.
Décès en 2008 (12 octobre 2008) à Longueuil.
Inhumé dans le cimetière du Champ d'honneur de Pointe-Claire.

  • Publications :


Léo Major : le fantôme borgne (Érick Drapeau, Novembre 2016)

Filmographie :

C'est parce que tu ne m'aurais jamais cru (Réalisation de Bruno Desrosiers ; production par Les Films Sighter; animateur Alain Stanké, 2017).
Léo Major, le fantôme borgne ; Lien pour le film sur ici.tou.tv : https://ici.tou.tv/leo-major-le-fantome-borgne


Outils personels

Publicité

(Annonces   .)