Malouf (Albert)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Homme de loi (avocat) né en 1916 (19 décembre) à Montréal. Ses parents étaient des immigrants libanais. Études à la Catholic High School et à la McGill University.

Juge à la Cour des sessions de la paix-CSP (1968-1972).
Sert dans l'armée canadienne (1942-1946) où il gravit les échelons jusqu'au rang de colonel.
Juge à la Cour supérieure du Québec-CSQ (1972-1981).
Juge à la Cour d'appel du Québec-CAQ, division de Montréal (1981-1991).
En 1973, à la demande de Robert Kanatewat, chef des Cris de la baie James, il émet une injonction interlocutoire stoppant les travaux d'aménagement entrepris par la Société d'énergie de la baie James ; cette décision, bien que renversée par la Cour d'appel incite le gouvernement du Québec et Hydro-Québec à négocier avec les autochtones ce qui sera appelé la Convention de la baie James et du Nord québécois signée en 1976.
Président de la Commission royale d'enquête sur le coût des installations olympiques de Montréal (1977-1980).
Président de la Commission royale d'enquête sur les phoques et sur l'industrie de la chasse aux phoques (1984-1986).
Préside l'enquête sur la mort de Marcellus François abattu par erreur par la police de Montréal.
Préside l'enquête sur l'action de la police de Montréal lors de la manifestation qui a suivi la conquête de la Coupe Stanley par les Canadiens de Montréal en juin 1993.
Décès en 1997 (8 avril).

  • Distinctions -


Membre de l'Ordre patriarcal de la Sainte-Croix de Jérusalem.
Le nom du Parc Albert-Malouf situé dans l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville de Montréal évoque son souvenir depuis 1998.

  • Crédits -


Les Cours de justice et la magistrature du Québec (volume 1, Ignace Deslauriers, juge retraité de la Cour supérieure du Québec, Direction des communications du ministère de la justice du Québec, Bibliothèque nationale du Québec, 1991).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)