Musée d'achéologie et d'histoire de la Pointe-à-Callière. Montréal (musée)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Adresse : 350, place Royale, Vieux-Montréal. Vestiges de quatre couches d'histoire dans un complexe architectural qui marie le moderne et l'ancien : l'édifice contemporain (1992) appelé l'Éperon construit au-dessus des fondations du Royal Insurance Building et de l'ancienne maison de la Douane (rue Saint-Paul Ouest, 1838) sont reliés par une galerie souterraine dans laquelle on trouve les vestiges du premier cimetière catholique de Montréal (1643-1654), une crypte archéologique sous la Place royale, les fondations des murs de Montréal (1717-1801) et l'égout collecteur William (1832) aménagé sur le tracé de la Petite rivière Saint-Pierre. À la suite de la décision d'agrandir le musée des fouilles archéologiques sont entreprises sur le site du parlement incendié le 25 avril 1849 et situé sur la Place d'Youville. Le 15 octobre 2011, le Musée annonce que les armoiries de la Chambre d'assemblée du Canada-Uni qui avaient disparu après l'incendie du Parlement en 1849, ont été récupérées quoique endommagées ; l'ancien solliciteur général du Canada, Robert Kaplan, les avaient acquises dans un marché aux puces du nord de l'État de New York une trentaine d'années auparavant ; Monsieur Kaplan a voulu savoir si les armoiries qu'il possédaient étaient bien celles de la Chambre d'assemblée du Canada-Uni ; une fois authentifiées, Monsieur Kaplan en a fait don au Musée. En 2011, le Musée acquiert l'ancienne Maison des Marins et dépense 20 M $ en rénovations dirigées par les architectes Hanganu, Provencher et Roy. Le 2 mai 2012, le Musée inaugure le nouveau pavillon de La Maison-des-Marins (760 m 2 de nouveaux espaces) en y présentant une exposition d'art étrusque - Les Étrusques - Civilisation de l'Italie ancienne (200 objets rares empruntés au Musée du Vatican, au Musée archéologique de Florence, au British Museum et au Musée du Louvre. et une exposiyion intitulée Samouraïs - constituée de la collection du docteur Richard Béliveau (275 pièces tirées de la collection personnelle d'armures japonaises, casques, sabres, lances et objets d'art) du XVe au XVIIIe siècle ; la Maison-des-Marins servait autrefois de point de chute aux marins de passage à Montréal.

Après la présentation d'une exposition temporaire intitulée Pirates, corsaires et flibustiers, le Musée propose une exposition permanente intitulée Pirates ou corsaires ; en décembre 2013, une réplique d'un bateau de corsaires de 65 pieds de long, pièce maîtresse de l'exposition Pirates ou corsaires, est installée dans l'ancien bâtiment des Douanes et y sera pendant 10 ans ; le personnage central de l'exposition est le corsaire Pierre LeMoyne d'Iberville ; contrairement aux pirate qui volaient leurs victimes, les corsaires étaient les gendarmes des mers dûment mandatés par les autorités.
À l'automne 2014, une verrière panoramique de l'artiste Nicolas Sollogoub est installée au Musée.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)