Notre-Dame-de-Bonsecours. Montréal (église musée)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Construite en 1771-1773 ; 400, rue Saint-Paul Est, Vieux-Montréal.

Propriété du Séminaire de Saint-Sulpice de Montréal ; la première chapelle construite en bois en 1657 est remplacée par la première chapelle construite en pierres en 1674-1675 ; cette dernière est incendiée en 1754, une statuette de la Vierge à l'enfant donnée à Marguerite Bourgeoys est épargnée du désastre.
Reconstruite et agrandie en 1771.
Restaurée en 1886-1892 selon des plans des architectes Maurice Perrault, Albert Mesnard et Joseph Venne.
Orgue Casavant (1910, 817 tuyaux, rénovée et convertie d'un système tubulaire pneumatique à un système électro pneumatique en 2003 par la maison Guilbault-Thérien de Saint-Hyacinthe).
Rénovations intérieures (1958-1959) ; au cours de la restauration entreprise en 1997, on découvre la décoration exécutée en 1885 par François-Édouard Meloche qui avait été recouverte d'une toile marouflée blanche lors des travaux de 1958 ; ces fresques sont restaurées en 1997-1998 par Jean-Louis Polette.
On trouve une peinture Jean donnant la communion à la vierge, une peinture attribuée à Pierre Leber, L'éducation de la vierge, prêtée par la paroisse Sainte-Anne-de-Bellevue.
Dans la crypte restaurée, on a déblayé les fondations de la chapelle de 1674, ainsi que deux foyers amérindiens datant d'au-delà de 2 000 ans, des empreintes de pieux de la palissade de bois érigée en 1709, et des restes de bois calciné qui faisaient partie de la chapelle incendiée en 1754.
L'ancienne école, qu'on peut atteindre en passant par la crypte, loge le musée Marguerite-Bourgeoys inauguré en 1962.
En 2014, le ministère de la Culture et des Commmunications du Québec inscrit au patrimoine l'église Notre-Dame-de-Bon-Secours, la statuette de la Vierge à l'enfant, le vrai portrait de Marguerite Bourgeoys et le site archéologique de la chapelle.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)