Parti de l' Action démocratique du Québec-ADQ (parti politique provincial)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Formation politique québécoise fondée en 1994 par des dissidents libéraux insatisfaits de la position constitutionnelle de leur parti.

1991 Le rapport de Jean Allaire, un militant du Parti libéral du Québec, réclame la compétence exclusive du Québec sur 22 sujets. Non satisfait de la réception faite par le Parti, Jean Allaire le quitte.
1994
(12 septembre) Mario Dumont est le seul député de son parti à être élu lors des élections générales.
1998
(30 novembre) Le parti ne fait élire qu'un député, Mario Dumont, lors des élections générales et obtient 11,78 % du suffrage populaire.
2002
(15 avril) Le parti fait élire un député, François Corriveau lors d'une élection partielle dans la circonscription de Saguenay.
(18 juin) Le parti fait élire Marie Grégoire dans la circonscription de Berther, Sylvie Lespérance dans Joliette et François Gaudreau dans Vimont élus respectivement députés de Berthier, Joliette et Vimont lors d'élections complémentaires tenues simultanément.
2003
(14 avril) Le parti fait élire 4 députés lors des élections générales et obtient 18,2 % du suffrage populaire.
2007
(26 mars) Le parti fait élire 41 députés lors des élections générales, obtient 30,84 % du suffrage populaire et devient l'opposition officielle à l'Assemblée nationale.
2008
(8 décembre) Le parti fait élire 7 députés et obtient 16,35 % du suffrage populaire. Mario Dumont démissionne comme chef de son parti et comme député de Rivière-du-Loup à l'Assemblée nationale.
2009
(24 avril) Gilles Taillon annonce son intention de briguer les suffrages lors de l'élection du chef du parti et indique qu'il brisera les liens qui existent entre le Parti conservateur du Canada-PCC et l'ADQ.
(18 octobre) Gilles Taillon est élu chef du parti par 2 voix de majorité sur son plus proche concurrent, Éric Caire ; seulement 29 % des 13 660 membres du parti participent à cette élection.
(8 novembre) Mario Charpentier, le président du parti démissionne de son poste.
(10 novembre) Gilles Taillon démissionne 23 jours après son élection comme chef du parti en invoquant un complot fomenté par Mario Dumont, Éric Caire, Gérard Deltell et le sénateur Leo Housakos ; ce dernier agit comme solliciteur de fonds pour le parti de l'ADQ et aussi pour le Parti conservateur du Canada-PCC.
2011
(13 (décembre) Le parti se fond dans le Parti de la coalition Avenir Québec-PCAQ ; la décision a été prise à une forte majorité du bureau exécutif du Parti ; seul Claude Garcia, président de la commission politique de l'ADQ s'est opposé à cette fusion qui sera soumise à l'approbation des militants par voie postale ; Claude Garcia a été membre du conseil d'administration de la Caisse de dépôt et placement du Québec-CDPQ.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)