Perrot (François-Marie)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Militaire né en 1644 à Paris (France).

Le patronyme est aussi épelé Perrot.
Capitaine dans le régiment de la Picardie.
Seigneur de Sainte-Geneviève.
Nommé gouverneur de Montréal en 1669 grâce à l'intervention de Jean Talon ; il avait épousé Madeleine Lagué de Maynier, la nièce de Jean Talon.
Arrive en Nouvelle-France en 1670.
S'établit sur la rue Saint-Paul à Ville-Marie (Montréal).
On lui concède la seigneurie de l'Île-Perrot (a) le 29 octobre 1672.
S'adonne illégalement à la traite des fourrures et est considéré comme un tyran par ses censitaires.
Le 29 janvier 1674, il est emprisonné au Château Saint-Louis de Québec.
Le 10 février 1674, le Gouverneur Frontenac lui remet sa commission de commandant de Montréal.
Démis de son poste de gouverneur de Montréal en mai 1682, il est emprisonné dans le cachot du fort Saint-Louis de Québec pendant 10 mois, puis renvoyé en France où il passera 3 semaines à la Bastille.
Grâce à Jean Talon, il devient gouverneur de l'Acadie en 1684, poste dont il est démis en avril 1687.
Vend sa seigneurie de l'Île-Perrot à Charles Lemoyne le 2 mars 1687.
Décès en 1691 (20 octobre) à Paris (France).

  • Crédits -


Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal, 1983)
Pour le Christ et le Roi. La vie au temps des premiers Montréalais (Fondation Lionel-Groulx, sous la direction d'Yves Landry, Libre Expression, Art Global, 1992)
Les premiers seigneurs et colons de Sainte-Anne-de-la-Pérade (Raymond Douville, Éditions du Bien Public, 1946)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)