Québec (province). Meurtres, homicides et autres méfaits : (2003)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Voir également Guerres des gangs.


  • Éphémérides -


2003

En 2003, Wilkins Richmond, 33 ans, est abattu dans un bar de la rue Crescent à Montréal.

En 2003, Martin Gagnon est poignardé à mort dans la résidence de Raynald Boivin à Alma ; le 20 novembre 2004, Boivin est acquitté de l'accusation de meurtre prémédité relativement à ce décès, le jury ayant accepté qu'il avait poignardé Gagnon par réflexe lorque ce dernier s'était glissé derrière lui alors qu'il jouait de la guitare dans sa résidence ; le jury a conclu que Boivin n'avait jamais eu l'intention de tuer Gagnon.

Le 2 janvier 2003, vers 19 h 15, Luc Nicolas, 42 ans, est tué par 3 balles dans le stationnement de l'immeuble d'appartements du 125, Terrasse Paul-Comtois à Laval, par Réjean Mathurin, 43 ans, l'ex conjoint de Lyne Chartrand, 39 ans, qui était devenue la conjointe de Luc Nicolas ; Mathurin est recherché pour ce meurtre ; lorsque, le 3 janvier 2003, la police localise la Chevrolet Beretta de Réjean Mathurin dans le stationnement de l'église Saint-Louis-de-Montfort, près du boulevard des Laurentides et de la rue Saint-Louis à Laval, elle découvre le cadavre de Mathurin qui s'était tiré une balle dans la tête avec le revolver de calibre .357 Magnum qu'il avait utilisé contre Luc Nicolas. Lyne Chartrand avait rencontré Mathurin en décembre 2001 peu avant qu'il soit libéré de prison et alors qu'il effectuait des travaux communautaires dans un organisme qu'elle fréquentait ; après la libération de Mathurin, il a habité chez elle jusqu'en juillet 2002 ; lorsqu'il a découvert que Lyne fréquentait Nicolas, il tenta en vain de la convaincre de revenir avec lui ; son échec l'incita a tuer son rival, puis à se suicider.

Le 3 janvier 2003, le cadavre de Diane Bergeron, 50 ans, portant plusieurs marques de violence est découvert par le propriétaire du logement qu'elle habitait depuis 10 ans, sur le boulevard des Bois-Francs à Victoriaville ; François Verville, 25 ans, son voisin, est arrêté et accusé de meurtre non prémédité en rapport avec ce décès.

Le 4 janvier 2003, une femme est trouvée morte sur l'autoroute 640 près de Saint-Eustache ; elle aurait été jetée d'une automobile en marche.

Le 11 janvier 2003, vers 22 h 30, le cadavre percé de balles de Jean-Marc Lafontant, 20 ans, est trouvé dans son appartement de Gatineau par sa conjointe, Charisse Campbell, 19 ans.

Le 2 février 2003, vers 17 h, Denis Poirier, 38 ans, un revendeur de cocaïne, est abattu par plusieurs balles alors qu'il urinait dans une ruelle située près de l'intersection Atwater-Workman, à proximité de la station de métro Lionel-Groulx à Montréal ; la police croit à un règlement de compte, Poirier devant au delà de 80 000 $ au West End Gang ; le 6 février, l'ancien boxeur, John Griffin, 46 ans, de l'arrondissement de Notre-Dame-de-Grâce de Montréal, et Earl Roy Harris, 52 ans, sont accusés de meurtre relativement au décès de Denis Poirier ; ils sont également accusés d'avoir, avec Ronald Turner et Ascenzio Giobbi, kidnappé Joseph Besso et Matthew Demaine pour obtenir des renseignements sur Poirier près de deux semaines avant l'assassinat de celui-ci ; en mars 2005, un jury déclare John Griffin coupable du meurtre prémédité de Poirier et le juge James Brunton le condamne à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux ; Harris est déclaré coupable d'homicide involontaire et il est condamné à 9 ans de prison le 23 mars 2005 ; en mai 2008, la Cour d'appel du Québec ordonne la tenue d'un nouveau procès dans le cas de John Griffin et de Earl Harris parce que le juge Brunton avait permis qu'une preuve de ouï-dire soit utilisée pour éliminer la possibilité que d'autres que Griffin aient pu tuer Poirier dont le style de vie de trafiquant de drogues le rendait susceptible d'être la victime de plusieurs personnes ; le juge aurait aussi erré dans sa description du doute raisonnable dans son adresse au jury ; la Couronne en appelle de cette décision à la Cour suprême du Canada. Le 19 juin 2009, la Cour suprême du Canada renverse la décision de la Cour d'appel et restaure la décision du juge Brunton ; John Griffin est le frère de Richard Griffin.

Le 7 février 2003, Mario Lambert, annonce qu'il a trouvé le corps ensanglanté de son père, Marc-André Lambert, 53 ans, dans leur résidence du 3612, rang de la Rivière-Nord à Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville ; le 20 février 2003, Mario Lambert est arrêté, puis après un interrogatoire serré capté sur vidéo de 7 h 49 à 17 h 08, il avoue hors vidéo avoir tué son père ; le 21 février Mario Lambert est accusé du meurtre non prémédité de son père ; le 27 mars 2004, le jury l'acquite de l'accusation de meurtre, le juge André Denis qui présidait le procès ayant refusé que soit mis en preuve l'aveu fait à la police hors vidéo parce que cet aveu avait été obtenu de façon illégale et abusive par l'enquêteur.

Le 17 février 2003, Me Charles Devlin, 80 ans, un ancien avocat en droit du travail, crie «Hey» à 4 individus qui se chamaillent dans la station de métro Villa-Maria à Montréal ; l'un d'eux, Denis Yang, 18 ans, le pousse brutalement ; Devlin tombe tête première sur le parquet et se fracture le crâne ; il décède à l'hôpital le 22 février suivant ; le 4 juin 2004, Denis Yang reconnaît sa culpabilité à l'accusation de meurtre non prémédité relativement à ce décès et est condamné à 2 ans de prison moins un jour à purger dans la communauté après que le fils de Charles Devlin eut demandé au juge de ne pas l'envoyer en prison.

Le 17 février 2003, le cadavre de Suzanne McDonell, 21 ans, est trouvé gelé sous la neige à une douzaine de mètres de son automobile laissée sur le le Chemin Baker Pound à Bolton-Ouest ; Suzanne McDonell de Magog, avait été rapportée disparue le 10 février précédent.

Le 24 février 2003, peu après 5 h, dans un appartement du 1423 de la rue Dufresne à Montréal, Stéphane L'Archevêque, 30 ans, est frappé à la tête avec une barre de fer et atteint de deux balles au thorax tirées par Jean-Pierre Le Gresley, 61 ans, l'ex-conjoint frustré de sa petite amie, Josée Giroux, 38 ans ; L'Archevêque décède des suites de ses blessures le 27 février suivant, et Le Gresley est alors accusé du meurtre prémédité de Stéphane L'Archevêque ; reconnu coupable de meurtre non prémédité le 8 novembre 2003, Le Gresley est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 10 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 28 février 2003, à Montréal, le cadavre portant des marques de violence de Pierre Leclerc, 38 ans, un travesti consommateur de drogues impliqué dans la prostitution et souffrant du sida, est découvert dans un appartement du 2552, rue Rachel, près de la rue Frontenac ; le 6 décembre 2004, Angelo Macryllos, 33 ans, est accusé du meurtre non prémédité de Pierre Leclerc ; Macryllos était connu des policiers pour des affaires de drogues, conduite dangereuse et recel ; le 24 septembre 2007, Macryllos reconnaît sa culpabilité à l'accusation réduite à homicide involontaire ; Leclerc aurait mordu Macryllos au cours de l'altercation qui aurait suivi une vive discussion au sujet d'une livraison de drogue que Leclerc voulait faire payer par l'autre ; pour se libérer de la morsure, Macryllos aurait enlever un couteau que tenait Leclerc et aurait asséner plusieurs coups à la tête et au cou de ce dernier, lui tranchant la jugulaire ; la couronne avait réduit l'accusation lorsque le patholigiste qui avait examiné le cadavre de Leclerc appuya la thèse de la morsure et, par conséquent, la défense de provocation que faisait valoir l'avocat de Macryllos devant le jury qui avait commencé l'audition du procès ; Macryllos est alors condamné à 14 ans et demi de prison par la juge Carol Cohen de la Cour supérieure du Québec.

Le 2 mars 2003, Christian Duchaîne est assassiné à Beauport, Québec ; le 26 mars 2009, Gérald Gallant admet avoir tué Duchesne.

Le 5 mars 2003, à Longueuil, un homme de 45 ans est trouvé mort dans un appartement de l'arrondissement Saint-Hubert ; son colocataire de 35 ans est arrêté par la police alors qu'il se promenait nu sur la rue Marie ; c'est ce dernier qui conduit la police sur le lieu du crime et qui avoue avoir agressé la victime.

Le 12 mars 2003, vers 20 h, Rosa del Carmen Yanez Cartagena, 40 ans, est assassinée de 53 coups de couteau en pleine rue Chambly près de la rue LaFontaine à Montréal ; Gabriel Salgado, 57 ans, son ex-mari dont elle était séparée depuis 7 mois, est maîtrisé par des témoins et voisins, arrêté par la police, puis accusé de meurtre prémédité de Rosa Del Carmen Yanez Cartagena; une dispute avait éclaté entre les deux ex-conjoints dans l'automobile de madame Cartagena qui était venue à l'appartement de Salgado pour l'aider à déplacer des meubles ; en février 2004, Salgado admet sa culpabilité et est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 10 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 30 mars 2003, à Mont-Tremblant, le cadavre d'un homme décapité et dont les mains avaient été sectionnées est découvert enveloppé dans une toile de plastique dans le parc du mont Tremblant près du lac Supérieur dans les Laurentides ; le 7 mai 2003, la Sûreté du Québec croit qu'il s'agit de Jose Ramon Paredes, 47 ans, originaire de Santo Domingo, impliqué dans le trafic de drogues qui avait déjà été appréhendé en avril 1992 alors qu'il était en possession de 5 kg de cocaïne ; en janvier 2003, il faisait l'objet d'une demande d'extradition.

Le 31 mars 2003, le corps agonisant d'Alyne Taylor Francoeur, une personne assistée sociale sans histoire, est trouvé dans le stationnement de la succursale de la Caisse populaire de Yamaska à Granby ; ses blessures indiquent que l'assassin a utilisé un objet contondant ou une arme blanche pour perpétrer son crime ; elle décède plus tard à l'hôpital des suites de ses blessures.

Le 31 mars 2003, à La Tuque, Christine Baillargeon, 16 ans, aurait été poussée hors d'un camion en marche par son amant, Dave Robert, 20 ans ; elle a eu la tête écrasée par une roue du camion ; Robert a affirmé que la jeune fille avait pris de la drogue, qu'elle était devenue histérique et s'était elle-même jetée hors du camion en marche.

Le 1 avril 2003, Alyn Taylor Francoeur, 50 ans, est battue à mort dans le stationnement de la Caisse populaire de Granby à sa sortie d'une soirée de bingo ; elle faisait souvent ses transactions bancaires le soir.

Le 2 avril 2003, le cadavre d'un homme de 38 ans est découvert dans un appartement de la rue Beaudry à Montréal ; la police croit que les marques de violence aperçues sur son corps pourraient indiquer un assassinat.

Le 6 avril 2003, Jacques-Edwin Romain, 23 ans, est poignardé à mort en pleine rue Amherst après une querelle au Bar Groove Society, rue Sainte-Catherine Est à Montréal ; Vladamy Fist est arrêté deux semaines plus tard et accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès.

Le 9 avril 2003, Nadège Châtelain, 50 ans, est assassinée à coup de hache, et sa mère, Mauricette Tessier, 72 ans, est gravement blessée de la même manière dans leur résidence de la 17e Avenue Est à Rawdon ; son ex-conjoint, Michel Desjardins, 47 ans, s'est rendu à la Sûreté du Québec le même soir, ; le 31 mai 2006, Desjardins est reconnu coupable de meurtre prémédité et de tentative de meurtre relativement à cette affaire et il est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 12 avril 2003, à Obeddjiwan, Michel Lavallée, un Manitobain de 41 ans, est abattu par balles dans sa résidence de la réserve ; Marvin Jean-Pierre, 18 ans, un résident de la réserve, est accusé de meurtre relativement à ce décès.

Le 14 avril 2003, le cadavre de Daniel Tremblay, un chômeur de 45 ans, est trouvé dans son lit de l'appartement 36 du 1231, boulevard Maisonneuve Est, à Montréal ; l'homme a succombé à une hémorragie interne causée par de violents coups.

Le 15 avril 2003, le cadavre calciné de Yan Daoust, 22 ans, de Saint-Eustache, est trouvé dans le coffre de son automobile incendiée à Saint-Liboire ; on avait signalé la disparition de Daoust le 14 avril précédent.

Le 3 mai, vers 16 h 30, le cadavre percé de balles de Fernando Verrelli, 62 ans, un peintre en bâtiment, est trouvé baignant dans une marre de sang dans sa résidence du 8115, rue René-Descartes, dans le quartier Rivière-des-Prairies à Montréal ; il avait été vu vers 16 h par des voisins ; c'est sa conjointe qui a fait la macabre découverte ; son décès a été constaté à l'hôpital une heure plus tard ; la police croit qu'il a été assassiné par un tueur professionnel.

Le 7 mai 2003, à Montréal, les corps momifiés de Sydney Normandin, une prostituée de 37 ans, et de Jean-Pierre Calcé, 36 ans, sont découverts dans l'appartement de ce dernier sur la rue Préfontaine à Montréal ; l'état de putréfaction des cadavres fait croire à la police que leur mort remonterait au mois de décembre 2002, date à laquelle, Sydney Normandin avait été portée disparue ; elle aurait été tuée au cours d'une bataille avec Calcé qui serait lui-même mort d'une overdose après avoir tenté de dissimuler les traces de la bagarre.

Le 11 mai 2003, vers 2 h 15, Serge Dantis, 25 ans, est tué d'une balle à la tête au 2e étage de la discothèque Coconut Groove du boulevard Lévesque à Laval ; la police croit que ce meurtre est relié à la prostitution et au traffic de drogues.

Le 11 mai 2003, le cadavre de Frederick Legendre, un itinérant de 19 ans, originaire de Québec, est découvert par un gardien de sécurité de l'Université du Québec à Montréal, dans une ruelle, entre les rues Sainte-Catherine et Maisonneuve, près de la rue Sanguinet à Montréal ; il avait été battu à mort ; le 12 décembre 2003, Dominick Éric Landry, 25 ans, détenu à Montréal depuis septembre pour des assauts à l'endroit de sans-abri, est identifié par la police par son ADN comme étant relié au décès de Frédérick Legendre et formellement accusé de meurtre prémédité ; en septembre 2005, Landry, qui était sous l'effet de drogues dures au moment de l'attaque contre Legendre, reconnaît sa culpabilité à l'accusation d'homicide involontaire et est condamné à 11 ans de prison.

Le 11 mai 2003, dans l'après-midi, Patrice Lavictoire est blessé à mort par arme blanche par Guillaume Berniquez ; ce dernier est accusé d'homicide involontaire.

Le 12 mai 2003, Mélanie Alix, 28 ans, met le feu à son logement de Saint-Blaise et cause ainsi la mort de son fils Matisse et de graves blessures à sa fillette ; déjà accusée d'incendie criminel, de meurtre et de tentative de meurtre, Mélanie Alix est également accusée le 29 avril 2005, d'avoir assassiné sa mère handicapée, Francine Lévesque, 52 ans, en mettant le feu à la résidence de celle-ci à L'Acadie en janvier 2001.

Le 24 mai 2003, au cours d'une beuverie, Jean-Guy Lamarre, 35 ans, est tué par son copain, 47 ans, en se battant avec lui en face de l'édifice d'appartement de Lachine dans lequel chacun vivait dans son propre logement ; Richard Connor, 48 ans, est accusé de meurtre non-prémédité relativement à cette affaire.

Le 30 mai 2003, Michel Sauvé, 39 ans, qui purge une peine d'emprisonnement de deux ans à la prison de La Macaza, est ébouillanté à mort au cours d'une querelle dans les cuisines de l'établissement pénitentiaire ; il décède le 31 mai suivant au Centre des grands brûlés de Montréal; la personne soupçonnée purgeait une peine de 1 658 jours de prison.

Au cours de l'été 2003, Sébastien Toteda, un itinérant âgé de 18 ans, est étranglé à mort par Dominique «Doum» Landry, un autre itinérant violent qui avait mordu profondément au cou 2 autres itinérants en leur laissant savoir que sa vie dépendait de leur sang et de leur âme ; contrairement à ces 2 victimes qui s'étaient débattues et avaient réussi à s'échapper, l'agression contre Toteda entraîna sa mort.

En juin 2003, Robert-André Miron, 72 ans est porté disparu de son domicile de Roxton-Falls ; son cadavre est trouvé le 28 janvier 2004 enfoui dans le terrain de la résidence d'un certain Riendeau, sur le chemin Deschalets à Roxton-Falls ; à la demande de sa famille qui avait constaté des retraits de 30 000 $ de son compte bancaire, les recherches effectuées par la Sûreté du Québec ont conduit à l'arrestation de Benoît Riendeau, 40 ans, Sébastien Béchard, 23 ans, d'une fille de 16 ans et d'un garçon de 14 ans, tous accusés de meurtre prémédité et de complot de meurtre le 29 janvier 2004.

Le 8 juin 2003, Andrée Guénette, 52 ans, est battue et poignardée à mort par son conjoint, Marcel Millette, 55 ans, à Mont-Saint-Michel ; après le meurtre, Millette se noie en se jetant dans la rivière du Lièvre.

Le 13 juin 2003, Lydia Enaruinuk, 66 ans, meurt d'un arrêt respiratoire lorsqu'elle est agressée par son fils Lazaruesie Qaquluk, 38 ans, à Puvirnituq ; ce dernier est accusé d'homicide involontaire.

Le 14 juin 2003, Eliapi Assepa, 31 ans, est abattu d'une décharge de fusil de chasse de calibre .12 par Levi Novalinga, 40 ans, qu'elle était venue injurier chez lui à Puvirnituq.

Le 16 juin 2003, Rodrigue Armstrong, est tué à coups de pied-de-biche et son cadavre est enterré dans un terrain de Rawdon appartenant à Daniel Hamel, un comptable qui était son associé dans une affaire de culture de canabis ; en 2004, le cadavre d'Armstrong est découvert sur la terre d'Hamel et celui-ci est accusé de meurtre prémédité ; au printemps de 2006, la couronne met abruptement fin au procès d'Hamel et Hamel, qui était en détention préventive depuis 2 ans et demi, est remis en liberté sous cautionnement ; le 11 mai 2007, à la suite d'un nouveau procès qui a duré 6 semaines, le jury déclare Hamel non coupable du meurtre d'Armstrong.

Le 20 juin 2003, un peu après minuit, le cadavre de Jacqueline Lecorps, 62 ans, est trouvé par son fils dans son appartement de l'avenue Salomon-Marion dans le quartier Rivière-des-Prairies à Montréal ; sa tête était couverte d'un sac d'épicerie maintenu par un fil électrique ; tard dans l'après-midi du même jour, son ex-conjoint, André Louis-Saint, 72 ans, dont elle était séparé depuis 4 ans, est appréhendé alors qu'il est dans un état d'intoxication avancé après avoir ingurgité des barbituriques pour se suicider ; c'est à l'hôpital que l'on procéda à sa désintoxication ; remis à la police le samedi 21 juin, Louis-Saint reconnaît sa culpabilité le 27 mai 2004 à l'accusation de meurtre non prémédité relativement à ce décès et est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 10 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 26 juin 2003, vers 2 h 40, Stéphane Fournier, 34 ans, et Jocelyn Dubé, 32 ans, sont assassinés par balles tirées d'un pistolet sémi-automatique au bar de danseuses Gold Strip, chemin Bord-de-l'eau à Yamaska ; Fournier était un employé du bar et Dubé était un client; le meurtrier s'est sauvé dans une camionnette rouge.

Le 27 juin 2003, les cadavres de Johnny Boudreault, 38 ans, et de sa conjointe, Josée Matte, 36 ans, sont découverts dans un appartement du quartier Pointe-Saint-Charles à Montréal ; la police trouve une note laissée par Boudreault qui indique qu'il a tué Josée Matte et qu'il s'est suicidé.

Le 30 juin 2003, Roubina Adjemian, 78 ans empoisonne son conjoint, Jean-Pierre Bourquin, 79 ans, puis s'empoisonne à son tour conformément à un pacte de suicide cité dans une lettre adressée à la police et trouvée dans leur appartement de la 3e Avenue du quartier Rosemont-Petite-Patrie à Montréal ; Bourquin était atteint de la maladie d'Alzheimer.

Le 3 juillet 2003, le cadavre en putréfaction de Jean-Claude Brisebois, 62 ans, est découvert sous un tas de couvertures dans un appartement du 5464, l'avenue du Parc, près de la rue Saint-Viateur à Montréal ; l'homme avait été battu à mort et gisait à cet endroit depuis au moins le 24 juin précédent, jour de son anniversaire au cours duquel il avait été vu vivant pour la dernière fois ; Gérard Bergeron, 44 ans, est arrêté le 30 juillet suivant, puis accusé de meurtre prémédité relativement à ce décès ; le 22 octobre 2008, la Cour d'appel ordonne la tenue d'un nouveau procès parce que les directives du juge aux jurés sur la notion de préméditation avaient été confuses au point d'entacher leur décision.

Le 4 juillet 2003, une adolescente de 13 ans tue le conjoint de sa mère à coups de couteau alors qu'il dort dans la chambre conjugale et que la mère s'est absentée de la maison de Donnacona ; la mère et son conjoint avaient plus tôt interdit à la jeune fille de fréquenter un jeune homme de 21 ans ; la jeune fille avait atteint l'âge de 14 ans le jour de sa comparution au Palais de justice de Donnacona le 7 juillet 2003.

Le 4 juillet 2003, le cadavre de Raynald Jaquemot, 29 ans, est découvert dans son appartement du boulevard de Maisonneuve Est à Montréal ; Jaquemot avait été atteint de 2 projectiles dans le dos et d'un projectile dans la nuque ; en avril 2004, Caroline Jaillet, une serveuse dans la trentaine qui avait été témoin du meurtre de Jaquemot survenu le 30 juin 2003, se confie à la police ; le 30 juin 2004, Jacques Desroches, 48 ans, l'associé de Jaquemot, est accusé de meurtre prémédité relativement à ce décès, et le fils de Desroches, Ludovic, est accusé d'entrave au travail des policiers et de complicité après le fait pour avoir fourni un faux alibi à son père à l'époque du meurtre ; Desroches avait souscrit une assurance de 800 000 $ sur la vie de Jaquemot avec clause d'indemnisation additionnelle de 500 000 $ en cas de mort accidentelle ; le 3 octobre 2006, Jacques Desroches admet sa culpabilité à l'accusation de meurtre prémédité et il est condamné à la priison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux ; les autres accusation qui pesaient contre lui et cellles qui pesaient contre son fils sont alors retirées.

Le 7 juillet 2003, Lyne Massicotte disparaît lors d'une visite dans la ville de Québec. On n'a jamais retrouvé le corps de Madame Massicotte, seule sa voiture a été localisée. En 2010, Alain Perreault est arrêté et accusé du meurtre de Lyne Massicotte. Le 28 septembre 2016, le jury reconnaît Alain Perreault, 54 ans, coupable du meurtre prémédité de Lyne Massicotte ; le juge Richard Grenier le condamne à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 13 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 8 juillet 2003, peu après 22 h, Jacques Ménard, un entrepreneur en construction âgé de 53 ans, est abattu de trois coups de feu en face de sa résidence du 8115 boulevard Saint-Joseph à Saint-Nicéphore.

Le 9 juillet 2003, vers minuit, Patrick Annibal Thomas, 35 ans, de Dollard-des-Ormeaux, est atteint de plusieurs balles dans le tunnel piétonnier qui traverse le dessous de la route d'accès 138 au pont Mercier ; il décède de ses blessures sur le balcon avant d'un triplex situé sur la rue Stinson à LaSalle (Montréal) ; Hancy Cavé, 30 ans est accusé de meurtre non prémédité relativement à cette affaire ; la police croit qu'il s'agit d'un règlement de compte entre gangs rivaux de Montréal.

Le 11 juillet 2003, le cadavre d'une femme de 58 ans est trouvé dans un appartement de l'édifice situé à l'angle de la 7e Avenue et de la rue Dandurand, dans le quartier Rosemont de Montréal.

Le 12 juillet 2003, Robert Langlois, 63 ans, est blessé mortellement au cours d'une altercation avec Curtis Kelly Meyers, 40 ans, dans un appartement de la rue Drummond à Montréal ; lorsque Langlois décède à l'hôpital le 28 juillet suivant, Meyers est accusé de meurtre non prémédité.

Le 14 juillet 2003, à Montréal, le cadavre en décomposition de Claudette Frenière, 58 ans, est trouvé dans sa résidence du 5625, 7e Avenue dans l'arrondissement Rosemont ; la police croit à une scène de jalousie qui a mal tourné ; le 1 avril 2004, James William Cook, 57 ans, est accusé de meurtre relativement à ce décès ; la victime avait un bras cassé et avait été étouffée ; reconnu coupable d'homicide involontaire, Cook est condamné à 16 ans et demi de prison le 4 juillet 2006.

Le 15 juillet 2003, le cadavre en décomposition de Mohamed Beih, 36 ans, est découvert par des promeneurs dans les buissons près du boulevard Saint-Jean et de l'autoroute 20 à Pointe-Claire (Montréal) ; l'automobile de Beyh, un chauffeur de taxi résident de Saint-Laurent (Montréal) porté disparu le 9 juin précédent, avait été trouvée le même jour dans un bosquet longeant l'autoroute 401, près de Cornwall, Ontario ; la Police provinciale de l'Ontario avait découvert du sang sur le banc de l'automobile.

Le 16 juillet 2003, vers 23 h, Lorenzo Fletcher, 21 ans, est assassiné par balles tirées à bout portant en face de la résidence de ses parents sise dans un édifice d'appartement de l'Avenue Lionel-Groulx, près de la rue Vinet, dans le quartier de la Petite-Bourgogne à Montréal; la police croit à un règlement de compte relié au commerce de la drogue ; Fletcher avait été arrêté au mois de mai précédant pour entrée par effraction, destruction de propriété d'autrui et recel ; la police croit que son assassin a été lui-même tué dans les mois qui ont suivi.

Le 17 juillet 2003, Lyne Massicotte, 43 ans, de Chambly, se rend à Québec rencontrer Alain Perreault avec qui elle avait jusque-là entretenu une correspondance par internet ; arrivée vers midi à la résidence de Perreault sur la rue Mont-Thabor dans le quartier Limoilou, elle en serait sortie seule vers 6 h, selon Perreault ; inquiets de son absence les proches de madame Massicotte alertent la police de Québec qui, le 20 juillet 2003, trouve son automobile abandonnée sur la rue Port-Dauphin dans le Vieux-Québec, mais Madame Massicotte n'est pas dans son automobile ; le 19 août suivant, Perreault est arrêté à sa résidence, puis relâché le lendemain. Un policier jouant le rôle d'un truand, recrute Perreault pour aller rencontrer la patronne d'une agence d'escortes afin de récolter sa redevance mensuelle ; la femme leur dit qu'elle s'était fait voler par l'une de ses filles qui se trouvait dans un motel de Laval ; ils s'y rendent, mais seul l'agent va régler le cas de la voleuse et revient avec du sang sur les mains ; cette opération visait à démontrer que l'agent n'était pas intimidé par la violence ; le 16 décembre 2009, dans un hôtel de Trois-Rivières, les agents obtiennent les aveux de Perreault en se faisant passer pour des criminels qui voulaient le recruter ; le grand patron de l'organisation fictive voulait savoir ce qui s'était passé le 17 juillet 2003 afin de pouvoir aller effacer les traces ; Perreault leur avoua, même si le corps de Lyne Massicotte n'avait pas été retrouvé.
Le 11 février 2011, Perreault est reconnu coupable par un jury et condamné par le juge Jean-Claude Beaulieu à la prison à perpétuité sans possibilité de libération avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux. Le procureur de Perreault, inscrit sa cause à la Cour d'appel. En octobre 2014, la Cour suprême renvoie la cause de Perreault à la Cour d'appel en lui demandant d'examiner le dossier à la lumière de l'arrêt Hart rendu au cours de l'été 2014. En avril 2015, la Cour d'appel ordonne la tenue d'un nouveau procès, les trois juges ayant relevé des lacunes dans les directives du juge aux jurés ; ils ont trouvé les directives insuffisantes tant au niveau de fiabilité de l'aveu que de son effet préjudiciable, compte tenu notamment du contexte dans lequel l'aveu a été fait. Le 9 mars 2016, la Cour d'appel ordonne la tenue d'un nouveau procès pour Perreault. N.B. Les policiers n'ont pas pu prouver le meurtre, le cadavre n'ayant pas été retrouvé. Le procureur de la Couronne a demandé à la Cour suprême d'invalider l'ordonnance de la Cour d'appel de tenir un nouveau procès, mais sa requête a été rejetée par la Cour suprême.

Le 18 juillet 2003, le cadavre Aimé «Ace» Simard est trouvé poignardé d'une centaine de coups de couteau dans sa cellule du pénitencier de Prince-Albert (Saskatchewan).

Le 20 juillet 2003, à Montréal, dans un sac à équipement de hockey, le cadavre dépecé en 4 morceaux de Valérie Aubin, 20 ans, est trouvé par des promeneurs sur le bord du fleuve Saint-laurent en face du parc Bellerive dans l'est de l'île de Montréal ; la jeune fille avait été portée disparue le 16 juillet précédant, le jour même de l'incendie délibérément allumé au duplex situé au 6242, rue des Roseraies dans l'arrondissement Anjou qu'elle partageait avec son père ; le 14 juillet, entre 6 h 44 et 8 h 02, elle aurait surpris un homme en train de voler du matériel informatique à l'intérieur de son logement c'est alors qu'elle aurait été tuée ; Duane Pereira, 25 ans, est arrêté le 22 juillet, puis accusé de meurtre non prémédité, de profanation de cadavre et de crime d'incendie ; et Raymond Norrie, 28 ans, est arrêté le même jour, puis accusé de complicité après le fait, de profanation de cadavre et d'incendiat ; Pereira avait pris contact avec la jeune fille en clavardant sur internet, puis il l'aurait rencontrée ; il aurait profité de l'absence du père pour entrer par effraction dans le duplex, mais la jeune fille l'aurait surprise en flagrant délit et il l'aurait tuée ; par la suite, il aurait appelé Norrie qui l'aurait aidé à transporter le corps de la jeune fille à son appartement du 8703, rue Sherbrooke Est, où les deux complices auraient alors dépecé le corps, entassé les morceaux dans le sac à équipement de hockey, puis jeté le sac dans le fleuve ; les deux hommes seraient alors retournés à l'appartement de la jeune fille et y aurait mis le feu afin de faire disparaître les traces du meurtre ; le 15 octobre 2004, Norrie admet sa culpabilité aux accusations portées contre lui et est condamné à 3 1/2 ans de prison relativement à cette affaire ; le 26 octobre 2004, Pereira admet sa culpabilité aux accusations portées contre lui et est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 15 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 24 juillet 2003, à Otterburn Park, Jacques Picard, 45 ans, tue son épouse, Manon Houde, 43 ans, ses filles, Marie-Michèle, 15 ans et Catherine, 12 ans, puis se suicide par arme à feu dans leur résidence du 409 de la rue Beaulieu ; les corps des victimes étaient dans leurs chambres respectives, ce qui laisse croire qu'elles ont été tuées dans leur sommeil ; celui de Picard était au sous-sol ; détenteur d'un permis de chasse, Picard aurait utilisé deux des 16 armes à feu qu'il possédait à la maison pour commettre ses crimes ; son épouse lui aurait annoncé la veille qu'elle voulait le quitter ; avant de se suicider, il avait téléphoné à sa belle-mère vers 5 h et l'avait informé de ce qu'il avait fait.

Le 25 juillet 2003, vers 3 h 20, Cezar De Leon, 30 ans, qui venait de quitter le billard Fat's, rue Sainte-Catherine Ouest à Montréalest abattu de six coups de feu tirés à bout portant sur la rue Sainte-Catherine Ouest, près de la rue Pierce.

Le 26 juillet 2003, à Métabetchouan, Ivy Roberts, 47 ans, est trouvée morte dans une garde-robe de sa résidence ; elle avait déménagé récemment dans ce logement avec Réjean Auchu, 50 ans ; cet homme, plusieurs fois condamné pour agressions sexuelles, était en état d'ébriété avancée lorsqu'il a été arrêté sur les lieux du crime par la police qu'il avait lui-même alertée.

Le 30 juillet 2003, vers 6 h, le cadavre criblé de projectiles d'arme à feu de Marc Thibault, 28 ans, un entraîneur sportif de Deux-Montagnes est découvert sur la banquette arrière de son véhicule utilitaire de marque Isuzu Rodeo stationné près d'un boisé, sur la rue Tracy à Saint-Sauveur-des-Monts ; l'homme, dont les mains étaient attachées derrière le dos et la tête recouverte d'un sac, avait été vu pour la dernière fois le 28 juillet précédent alors qu'il quittait la résidence de membres de sa famille à Rosemère ; la disparition de Thibault, qui n'était pas connu de la police au moment de son décès, avait été signalée à la police par ses parents le 29 juillet ; son véhicule a été repéré grâce au système de détection par radar dont il était muni ; le 22 octobre suivant, Gabriel Lavoie, 20 ans, et Benoît Robert, 20 ans, sont arrêtés et accusés de meurtre prémédité relativement à ce décès ; le 25 octobre suivant, René Gauthier, 45 ans, est également arrêté et accusé de meurtre prémédité relativement à ce décès ; Gabriel Lavoie reconnaît sa culpabilité à l'accusation réduite de meurtre non prémédité.

Le 31 juillet 2003, à Montréal, Robert Langlois, 63 ans, est poignardé à mort au cours d'une dispute sur la rue Drummond ; Curtis Meyers, 41 ans, est accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès.

En août 2003, à Montréal, Julie Marcil, 26 ans, est étranglée par un client de l'agence d'escortes Luxure VIP pour laquelle elle travaillait ; Massimo Guiesto, 31 ans, est accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès.

Le 9 août 2003, à Montréal, au cours d'une dispute entre voisins, Richard Robitaille, 52 ans, est projeté du balcon de sa résidence de la rue Saint-Léger dans l'arrondissement de Montréal-Nord et décède de ses blessures le 14 août suivant ; Jean-Philippe Loisel, 21 ans, est accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès; la dispute a commencé lorsque la petite amie de Loisel promenait son chien sur la rue en face de l'appartement de Robitaille ; ayant rapporté les remarques de ce dernier à Loisel, celui-ci serait monté sur le balcon de Robitaille et aurait engagé une altercation à la suite de laquelle, Robitaille serait tombé tête première sur l'asphalte se blessant mortellement.

Le 19 août 2003, vers 4 h 20, Julie Marcil, 27 ans, travaillant pour une agence d'escorte, est aperçue morte par des camarades de travail qui, s'inquiétant du fait qu'elle ne réponde pas aux appels logés à son téléphone cellulaire, s'étaient rendus à un appartement du 6685, rue Saint-Denis, près de la rue Saint-Zotique à Montréal, où la jeune fille était venu accorder ses faveurs sexuelles à un client ; en regardant par la fenêtre du salon, ils virent un homme assis dans un fauteuil buvant calmement une bouteille d'eau près de la jeune fille étranglée gisant sur le plancher ; l'homme, Massimo Guisto, refusant d'ouvrir la porte, les copines appelèrent la police ; Massimo Guisto, 31 ans, est accusé de meurtre relativement à ce décès.

Le 20 août 2003, Yves Leclerc, 68 ans, est trouvé mort dans sa baignoire par son amie, Isabelle Dorion, 35 ans, qui alerte la police ; l'homme souffrant de plusieurs maladies était auparavant souvent tombé sans pouvoir se relever et la police avait été appelée pour l'aider ; voilà pourquoi celle-ci a d'abord cru à une mort accidentelle, mais le 30 août suivant, la police arrêtait Isabelle Dorion et l'accusait de meurtre ; le 23 juin 2004, Isabelle Dorion reconnaît sa culpabilité à l'accusation de meurtre non prémédité.

Le 23 août 2003, à Montréal, à la suite d'une dispute avec Marin Varga, 34 ans, au Bar Le Gaspésien dans l'arrondissement de Saint-Léonard, David Landry, 70 ans, est trouvé inconscient près de l'intersection des rues Lacordaire et Bélanger de Saint-Léonard ; il décède dans la nuit du 23 au 24 août ; les ambulanciers crurent d'abord que la blessure de Landry avait été causée par une mauvaise chute, mais le médecin soignant découvre en examinant les rayons X du crane que la blessure a plutôt été causée par un coup de poing ou un objet contondant ; un mandat de recherche ayant été émis contre lui, Varga se livre à la police le 27 août suivant et est accusé de meurtre non prémédité.

Le 1 septembre 2003, vers 23 h, Rodney Jean-Paul, 19 ans, une relation du gang de rue des Crack Down Posse (CRIPS, Bleus), est assassiné en dehors de sa residence de la rue Tilly, dans le quartier Saint-François à Laval ; il était sorti de son logement à la suite d'un coup de téléphone, et avait alors fait face à un groupe d'hommes qui lui réclamait une partie des profits réalisés par la culture marijuana sur le territoire du gang des Bo-Gars (Rouges) ; à la suite de son refus d'obtempérer, il reçut un projectile à la tête et mourut le jour suivant à l'hôpital ; le 7 juillet 2004, Musset Merisier, 27 ans, Claude Delma, 23 ans, Laurin Legrand, 21 ans, Evens Gabriel, 21 ans, Gérard-Paul Démosthène, 23 ans, et Randy Mentor, 22 ans, tous des relations présumées du gang de rue les Bo-Gars, sont accusés de meurtre prémédités et de complot de meurtre relativement à ce décès ; Evans Gabriel, celui qui a tiré, a été condamné à 16 ans de prison, Gérard-Paul Démosthène à 3 ans relativement au décès de Jean-Paul ; en décembre 2006, la Commission des libérations conditionnelles refuse de libérer Démosthène, même s'il a purgé les deux tiers de sa peine derrière les barreaux.

Le 3 septembre 2003, vers 15 h 30, à Montréal, le cadavre poignardé de Francine Drapeau, 53 ans, est trouvé dans l'appartement de Daniel Clermont, 43 ans, sur la rue Saint-Hubert, dans le quartier Villeray ; Clermont, qui demeurait dans le même immeuble que Francine Drapeau, ne vivait pas avec elle, mais ils se voyaient, consommaient et avaient des relations sexuelles ; c'est après de nombreuses heures après le crime que Clermont appelle la police ; entre 1980 et 2002, le casier judiciaire de Clermont, un polytoxicomane, comporte 40 inscriptions référant à 64 condamnations, plusieurs reliées à des crimes contre la personne (voies de fait sur agent de la paix, voies de fait conjugal), à des crimes contre la propriété (vol qualifié, vol simple, méfait, introduction par effraction, fraude), conduite d'un véhicule automobile avec facultés affaiblies, conduite pendant interdiction et possession de stupéfiants ; il a été accusé de viol, agression sexuelle armée et enlèvement ; 14 ordonnances de probation lui ont été imposées ; l'autopsie du corps de Francine Drapeau révèle qu'elle a reçu 140 coups de couteau au cours d'une violente dispute au sujet de somme d'argent ; d'abord accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès, Clermont reconnaît sa culpabilité à l'accusation réduite d'homicide involontaire et est condamné le 30 mars 2005 à une peine de 16 ans de pénitencier moins le temps passé en détention préventive (18 mois comptant pour le double ou 3 ans) sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 6 ans et demi du reste de sa peine derrière les barreaux ; il lui est de plus interdit de posséder des armes à feu, arbalètes, armes à autorisation restreinte, munitions et substances explosives pour 10 ans et, à perpétuité, de posséder des armes à feu prohibées, armes à feu à autorisation restreinte, armes prohibées, dispositifs prohibés et munitions prohibées ; la juge Louise Bourdeau autorise le prélèvement d'échantillons corporels aux fins de l'application de l'article 487.051 du Code criminel.

Le 3 septembre 2003, vers 19 h 30, Alam Solar Khan, 20 ans, un trafiquant de drogues connu sous le nom de Sunny, disparaît de son domicile situé au 7515, rue Saint-Dominique à Montréal ; le lendemain, 4 septembre, il est porté disparu par sa conjointe ; son cadavre en décomposition est trouvé par la police le 11 novembre suivant dans un champ de Saint-Félix-de-Kingsley, près de Drummondville ; le 9 décembre 2003, Yan Laviolette, 21 ans, et Emmanuel Ouellet, 22 ans, des pushers, sont arrêtés relativement à ce décès.

Le 6 septembre 2003, Ronald Smith Brooks, 21 ans, est poignardé à mort près du parc Campbell du quartier Petite-Bourgogne à Montréal ; le meurtre aurait été perpétré à la fin de la 19e édition du Little Burgundy Community Festival.

Le 9 septembre 2003, à Lavaltrie, Jeanne Lolita Cameron, 69 ans est trouvée battue à mort dans la maison de son amant, Marcel Desrosiers, 69 ans, un ancien plombier ; ce dernier qui avait lui-même alerté la Sûreté du Québec vers 7 h, est arrêté et accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès.

Le 12 septembre 2003, à Lac-Simon. Jeanie Poucashie, 20 ans, est battue, violée puis étranglée par Alphonse Papattie, 27 ans dont elle repoussait les avances sexuelles.

Le 13 septembre 2003, vers 2 h, à Namur, Arthur Chamailleur, 61 ans, est assassiné d'une balle de carabine de calibre .22 à la porte de sa maison de Namur ; son fils, Benoît Chamailleur, 40 ans, qui a lui-même appelé la police, est accusé de meurtre en relation avec ce décès.

Le 13 septembre 2003, vers 4 h 25, Joaqhim Martins, 20 ans, est poignardé à mort sur la rue Beaubien, entre les rues Chambord et de Lanaudière à Montréal ; il avait été arrêté le 30 mars 2001 et accusé de possession de cocaïne ; relaché sous cautionnement, il ne s'était pas présenté pour son procès et un mandat d'amener avait été émis contre lui en décembre 2001 ; assis sur un vieux sofa, il aurait insulté un cycliste, Alexandre Barbosa Pena, 22 ans, qui passait près de lui ; Barbosa Pena, un originaire du Vénézuella, serait revenu avec son frère, Alexis Rafael, armé d'une machette et aurait assailli Martins ; reconnus coupables de meurtre non prémédité relativement à ce décès, José-Alexandre Barboza Pena, 23 ans, et son frère, Alexis-Rafael, 22 ans, sont condamnés à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 10 ans de leur peine derrière les barreaux.

Le 16 septembre 2003, Alphonse Papattie, 27 ans, un résident de la réserve du lac Dozois est accusé du meurtre prémédité de Jeanie Poucachiche, 20 ans.

Le 18 septembre 2003, le cadavre de Judy O'Reilly, 52 ans, est trouvé dans son appartement de Gatineau ; elle avait été battue à mort, poignardée par son conjoint, Leonard Ishmael, 50 ans, qui avait commencé à la dépecer lorsque la police est venu l'arrêter.

Le 19 septembre 2003, vers 9 h 35, José Silveiro, ingénieur à la retraite de 67 ans, est tué d'un projectile à la figure en voulant refermer la porte de sa residence du 4542, rue Cloverdale, près du boulevard Gouin, dans l'arrondissement de Pierrefonds de Montréal ; Silveiro, père de 7 enfants, avait vu l'arme de l'intrus en ouvrant la porte qu'il tentait de refermer lorsque le coup est parti ; le 24 février 2004, Raphaël Gopie, 20 ans, est arrêté dans le secteur de la rue Centrale à Lasalle, puis accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès ; appréhendés le 2 mars suivant, David Langlais, 22 ans, et Donald Fernandes, 19 ans, de Dorval, sont également accusés de meurtre non prémédité ; les 3 hommes plaident coupable à l'accusation réduite à homicide involontaire et de possession d'une arme pour commettre un crime ; le 25 juin 2004, Gopie est condamné à 10 ans de prison, Langlais, à 7 ans et Fernandes, à 7 ans ; le 12 octobre 2006, Donald Fernandes s'évade de la prison à sécurité à sécurité minimum de la Montée Saint-François à Laval, mais il est rattrapé le 18 octobre à l'hôtel Comfort Inn du boulevard Saint-Jean à Pointe-Claire.

Le 23 septembre 2003, vers 4 h, Stacey Diabo, 20 ans, est tuée au cours d'une altercation dans la résidence de Alexis Delisle à Kahnawake ; Diabo, la mère de 2 enfants, se serait rendue à cette résidence avec l'intention de tuer la jeune Delisle parce que celle-ci lui ravissait son amant ; Alexis Delisle, 18 ans, une étudiante du Collège Marianopolis de Montréal, est accusée de meurtre sans premeditation relativement à cette affaire ; le 30 juin 2005, elle est acquittée par le juge Maurice Laramée qui a accepté son plaidoyer de légitime défense.

Le 26 septembre 2003, le corps transpersé de balles et lesté de Antonio Cerone, un restaurateur de 38 ans, est trouvé dans le fleuve Saint-Laurent, près de Contrecoeur ; la police croit qu'il a été assassiné parce qu'on lui devait de l'argent ; elle croit également que ses deux assassins ont été liquidés par la suite.

Le 30 septembre 2003, les corps en état de putrefaction de Marie-Claude Pothier, 22 ans, et de son ex-amant, Stephan Carr, 35 ans, sont découverts dans le loft de ce dernier, rue Saint-Rémi, dans le quartier Saint-Henri à Montréal ; la police croit à un meurtre suivi d'un suicide ; le cadavre de Carr était pendu.

Le 8 octobre 2003, vers 4 h, le cadavre poignardé de 9 coups de couteau de Jacques Therrien est découvert dans son appartement de la rue Brébeuf à Longueuil ; joueur compulsif et cocaïnomane, il avait été condamné en 2001 à 7 mois de prison pour traffic de drogues et il était accusé d'agression et menaces à l'endroit de son ex-amie ; sa nouvelle amie, Annie Turbide, 25 ans, une mère de 2 enfants originaire des Îles-de-la-Madeleine, est accusée de meurtre non prémédité relativement à ce décès ; le 25 avril 2005, après avoir plaidé coupable à l'accusation d'homicide involontaire, elle est condamnée à 2 ans moins 1 jour de prison à être purgée dans sa communauté des Îles-de-la-Madeleine.

Le 13 octobre 2003, à Longueuil, Rémi Dubois, 41 ans, est poignardé à mort près d'un guichet automatique de la Banque Laurentienne du Canada-BLC à Longueuil ; Ernst Jean-Pierre, 33 ans, est accusé de meurtre non prémédité et d'utilisation illégale d'une arme relativement à ce décès ; Jean-Pierre, souffrant de troubles mentaux, était hors de lui-même parce qu'il n'avait pas pu completer une transaction ; il a tué la première personne qui s'est présentée près de lui ; le 14 avril 2005, deux psychiatres concluent que Jean-Pierre souffre de schizophrénie paranoïaque et qu'il ne peut être responsable de ses actes ; il est confié à l'Institut Philippe-Pinel pour y être détenu jusqu'à ce qu'un comité qui l'examinera chaque année en vienne à la conclusion qu'il ne présente plus de danger pour la société.

Le 20 octobre 2003, le cadavre à moitié nu et poignardé de Véronique Lalonde, 21 ans, une prostituée et consommatrice de drogues, est trouvé dans un terrain vacant de la rue Notre-Dame Est, entre les rues Dickson et Sainte-Catherine à Montréal ; elle avait été violée dans la nuit du 20 octobre ; le 5 avril 2005, Karlo Desjardins, 26 ans, est arrêté puis accusé du meurtre prémédité relativement à ce décès ; au cours de son procès, une preuve d'ADN démontre que son sperme a été trouvé dans l'anus de Véronique Lalonde qui ne se serait jamais relevée après avoir été sodomisée ; le 19 mai 2006, un jury trouve Desjardins coupable de meurtre prémédité et il est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 25 octobre 2003, le cadavre poignardé de Alain Paradis, 47 ans, est trouvé dans l'entrée d'un triplex dont il occupait l'un des logements sur la rue Émile-Legrand, près de la rue Notre-Dame Est à Montréal ; Claude Lanouette, 42 ans, un homme que monsieur Paradis hébergeait temporairement chez lui parce qu'il avait été expulsé d'un autre logement pour lequel il n'avait pas acquitté son loyer, est accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès ; Lanouette aurait tué son hôte et l'aurait volé lorsque celui-ci lui aurait demandé de quitter son logement. Lanouette reconnaît sa culpabilité à l'accusation d'homicide involontaire ; le 25 mai 2005, la juge Sophie Bourque le condamne à sept ans de prison à compter de ce jour (en plus des 19 mois passés en détention préventive depuis son arrestation). lui interdit à perpétuité de posséder une arme à feu, une arme prohibée ou à autorisation restreinte, des munitions ou des substances explosives conformément à l'article 109 (3) du Code criminel et autorise le prélèvement pour analyse génétique du nombre d'échantillons requis pour procéder à cette fin conformément à l'article 487.05 (1)a) du Code criminel.

Le 27 octobre 2003, le cadavre de Mash Traoré, 23 ans, une étudiante de l'Université Laval à Québec-ULQ originaire du Mali, est trouvé dans son appartement de Sainte-Foy ; son ex-petit ami, Yagnish Maherchand, 25 ans, de Montréal, originaire de l'île Maurice et de religion hindoue, est arrêté et accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès ; un vidéo loué trouvé par la police dans l'appartement de la jeune fille conduit les limiers au comptoir de location de video ; la caméra de surveillance de ce comptoir avait encore le film du 23 octobre montrant la victime et son ex-ami venus louer le vidéo, ce qui permit l'identification du suspect ; reconnu coupable par un jury, Maherchand est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 10 ans de sa peine derrière les barreaux ; le 9 juin 2005, l'une des jurés affirme qu'elle a été pressée de trouver Maherchand coupable par les pressions entachées de racisme de la part des autres jurés ; l'avocat du condamné s'adresse à la Cour d'appel du Québec pour obtenir l'annulation du verdict de culpabilité et la tenue d'un nouveau procès pour son client.

Le 30 octobre 2003, Marcella Paolucci, 73 ans, est battue à mort au cours d'un vol à son domicile de la rue Casgrain dans le quartier de la Petite-Italie de Montréal ; le 4 juin 2004, Stéphane Harding est accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès ; Harding a été identifié par la police grâce à son ADN trouvé sur les lieux du crime comparé à l'échantillon qu'il avait été obligé de fournir après avoir plaidé coupable à une accusation de vol à main armée ; il a été également accusé de 4 agression sexuelles commises sur des femmes entre le 4 juin et le 31 octobre 2003 ; le 27 octobre 2006, Harding, 36 ans, est déclaré délinquant dangereux et condamné à la prison pour un terme indéterminé.

Le 30 octobre 2003, vers 2 h 55, Abdus Shahid Decoteau, 22 ans, résidant de la Petite-Bourgogne, est assassiné par 3 balles à la tête en face du Peel Pub, à l'angle des rues Saint-Jacques Ouest et Beaconsfield dans l'arrondissement Notre-Dame-de-Grâce à Montréal ; Decoteau était connu de la police à cause de son implication dans le trafic de drogues et il était recherché en vertu d'un mandat émis lorsqu'il ne s'était pas présenté devant le tribunal le 15 octobre précédent pour y être jugé pour possession de marijana ; le 24 janvier 2003, Decoteau avait participé à une émeute à la prison de Bordeaux au cours de laquelle 100 000 $ de dommage avaient été causés et un homme sauvagement battu par 4 détenus dont Decoteau ; Tivon Bradshaw, 22 ans, est recherché par la police en relation avec le décès de Decoteau ; le 16 décembre, la police annonce qu'elle a des preuves que Decoteau est l'auteur du meurtre de Samuel Turcotte, un étudiant de Granby tué d'une balle à la tête le 26 août 2001 alors qu'il sortait du métro et déambulait sur la rue Saint-Antoine Ouest à Montréal ; la police croit également que Decoteau est l'auteur du meurtre de Lorenzo Fletcher assassiné par balles au mois d'août 2003 en face de l'édifice d'appartements où il résidait dans le quartier de la Petite-Bourgogne de Montréal ; le meurtre de Samuel Turcotte, serait le résultat d'une erreur sur la personne alors que celui de Fletcher serait relié à la lutte entre le Downtown Gang dont Decoteau faisait partie et le Uptown Gang dont Fletcher faisait partie ; c'est parce qu'il avait tué Fletcher que Decoteau aurait été lui-même assassiné par Tivon Bradshaw, un membre du Uptown Gang ; en septembre 2009, Bradshaw est retrouvé dans la région de New York où il vivait sous un faux nom ; le 25 mars 2010, Bradshaw est accusé à Montréal du meurtre prémédité de Decoteau. Le procès de Bradshaw tenu en 2012 se termine par un avortement, les jurés n'ayant pas pu s'entendre sur un verdict ; le juge ordonne la tenue d'un nouveau procès. En mai 2013, le deuxième procès est avorté pour la même raison que le premier et le juge ordonne la tenue d'un nouveau procès.

Le 3 novembre 2003, à Amos, Marguerite Montreuil, 80 ans, est poignardée en pleine rue alors qu'elle revenait de l'église ; Fernand Côté, 63 ans, un locataire que madame Montreuil avait expulsé de sa propriété est accusé de meurtre prémédité relativement à ce décès.

Le 7 novembre 2003, Jerry Adjei-Frimpong, 17 ans, décède des suites de blessures subies quelques jours auparavant lorsqu'il avait été frappé par une automobile ; l'enquête de la police révèle qu'il avait d'abord été battu avec un bâton de baseball, puis que le ou les tueurs auraient utilisé une automobile pour faire croire à un accident de la route ; la police croit à une mort reliée à la lutte entre gangs de rue ; le 4 avril 2005, Yatin Patel, 22 ans, recherché par la police depuis l'incident violent survenu le 26 octobre précédent est arrêté à Toronto et accusé de meurtre non prémédité relativement au décès de Jerry Adjei-Frimpong ; ce dernier appartenait à un gang de rue qui avait battu le frère de Patel ; ayant plaidé coupable à l'accusation réduite à homicide involontaire, Patel est condamé le 13 décembre 2006 à 6 ans de pénitencier.

Le 8 novembre 2003, Mario Dupont, 37 ans, est tué par balles à l'intérieur du New House Club, sur la rue Ontario à Montréal ; la police croit qu'il s'agit d'une dispute au sujet d'une femme.

Le 13 novembre 2003, le cadavre de Luc Vanier, 51 ans, de Sainte-Julienne est découvert à l'arrière de la station service située à l'angle des rues Saint-Martin et McNamara à Laval ; l'homme aurait été battu à mort.

Le 13 novembre 2003, vers 23 h, Mikael Germain, 22 ans, est abattu par balles et Thierry Calixte, 23 ans, est blessé mortellement par balles également à l'extérieur d'un édifice d'appartement situé au 11400, avenue Pelletier, dans l'arrondissement de Montréal-Nord de Montréal ; le blessé décède dans l'ambulance qui le conduit à l'hôpital ; l'incident ayant eu lieu au moment d'une livraison de drogues, la police croit qu'il s'agit d'un règlement de compte entre gangs de rue.

Le 15 novembre 2003, un cadavre décapité, sans main et dont on avait enlevé les tatouages au couteau est découvert par un bûcheron dans un bois situé aux limites de la municipalité de Mercier ; étant donné la mutilation du cadavre, la police croit à un règlement de compte entre gangs rivaux ; le 9 avril, grâce à son DNA, la police identifie le cadavre trouvé comme étant celui de Robert Grewal, 22 ans, de Mississauga, Ontario, qui avait été vu pour la dernière fois en compagnie de Joseph Manchisi, 22 ans, le 12 novembre 2003 ; le 27 avril 2004, le cadavre de Manchisi, porté disparu en même temps que Grewal, est retrouvé non loin de l'endroit où celui de ce dernier avait été trouvé et dans le même état ; un certain Douglas Moore, pédophile reconnu et revendeur de drogues, pourrait être impliqué dans ces disparitions et dans celle de René Charlebois, 15 ans, trouvé mort dans un dépôt de terre au nord d'Orangeville, Ontario, le 19 mars 2004 ; Moore, soupçonné d'agressions sexuelles et arrêté le 15 mars 2004, s'est suicidé en prison le 2 avril suivant ; le 3 mai, la conjointe de Moore, Sandra Martin, et un adolescent de 14 ans sont accusés de complicité relativement à ces 3 décès.

Le 15 novembre 2003, vers 1 h 30, Bruno Jacques, 49 ans, un récidiviste proche de la mafia montréalaise, est abattu de plusieurs coups de feu à la tête sur la pelouse du 1620, rue Bizet, dans le quartier Chomedey à Laval ; la victime était connue par la police.

Le 18 novembre 2003, vers 1 h 30, les cadavres criblés de balles de Michel Meunier, 46 ans, de Saint-Colomban, et de Marc Émond, 47 ans, de Aylmer, sont découverts sur la banquette avant d'une camionnette Chevrolet Silverado à double cabine dont les phares sont allumés et le moteur en marche dans un parc de stationnement du 527, chemin Larocque, à Salaberry-de-Valleyfield ; Meunier était un trafiquant de drogues qui avait été accusé de blanchiment d'argent en 1999 alors qu'un hôtel de Montebello inscrit à son nom et valant plus d'un million $ avait été saisi par La Gendarmerie royale du Canada ; il avait reconnu sa culpabilité à l'accusation de trafic de drogues et avait alors été condamné à 2 ans de prison et à une amende de 100 000 $ pour revenus non déclarés à l'impôt ; au moment de son décès, Meunier devait comparaître à Saint-Jérôme en rapport avec de récentes accusations de trafic de drogues ; Émond avait récemment complété une peine de 3 ans de prison pour avoir fait feu avec son arme au cours d'un vol à main armée ; l'identité des victimes et les circonstance de leur assassinat, qui remonterait à 20 h le soir précédent, font croire à un règlement de comptes.

Le 21 novembre 2003, vers 1 h 30, Philip Bell Lowe, 21 ans, résidant de La Petite-Bourgogne, est tué à coups de couteau et par balles dans une chambre du motel Chablis, au 6931, rue Saint-Jacques Ouest, près du boulevard Cavendish, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce à Montréal ; son cadavre ensanglanté est découvert par des passants sur le trottoir à l'extérieur du motel ; il fréquentait les Goodfellows, le même gang de rue qu'Abdu Shahid Decoteau assassiné le 30 octobre précédent à l'extérieur du Peel Pub de la rue Saint-Jacques Ouest ; Lowe était en attente de procès pour possession d'arme, fabrication et usage de faux documents ; en mars 2004, Obeng Achemfour Parker et Armah Sydney sont accusés de meurtre non prémédité relativement à ce décès.

Le 27 novembre 2003, Jessica Sylvain, 14 ans, est tuée à coups de couteau par son père, Yves Sylvain, 37 ans, dans la résidence familiale de Oka ; sa mère et ses deux soeurs ont réussi à échapper à la crise de colère du père qui avait cessé de consommer des antidépresseurs.

Le 30 novembre 2003, à Montréal, Tammara Shaikh, 30 ans, est battue à mort par son ex-conjoint, l'ancien footballeur, Tommy Kane, 39 ans, dans la maison de la mère de ce dernier, au 2169, rue Armel, dans l'arrondissement LaSalle de Montréal ; venait de sortir d'une cure de désintoxication et son ex-conjointe était venue le voir dans une tentative de réconcilliation organisée par un pasteur et une amie de Tammara ; la police croit que la jalousie serait la cause du drame ; le 7 septembre 2004, Kane reconnaît sa culpabilité à l'accusation d'homicide involontaire, 2 psychiatres ayant convaincu la Couronne et la défense qu'il n'avait pas l'intention de tuer son ex-femme ; le 5 novembre 2004, le juge Fraser Martin le condamne à 18 ans de prison ; le 6 septembre 2005, la Cour d'appel du Québec confirme la condamnation infligée à Kane.

Le 11 décembre 2003, le cadavre d'Elizabeth Fuller, 52 ans, est découvert dans son automobile Dodge Caravan stationnée en face de sa résidence de la rue Bernard à Cowansville ; elle avait reçu une balle à la tête ; le cadavre de Michel Lacroix, 44 ans, l'ex-petit ami de la victime, tenant une carabine à la main est découvert 6 heures plus tard dans son automobile Pontiac arrêtée dans un fossé près de Lac-Brome ; la police croit à un meurtre suivi d'un suicide ; au cours de la nuit, du 10 au 11 décembre, des voisins avaient entendu une violente dispute entre les 2 personnes en face de la résidence de madame Fuller ; madame Fuller avait décidé de se séparer de son ex-petit ami à cause de sa violence.

Le 19 décembre 2003, vers 5 h, Simon Lafrance, 21 ans, de Greenfield-Park, est battu à coups de bâtons lors d'un épisode de rage au volant ; un passant trouve Lafrance mourant devant son automobile en marche près de l'intersection des rues Georges et Mance, dans l'arrondissement Saint-Hubert de Longueuil ; un bâton télescope comme ceux que la police utilise est trouvé près de l'automobile ; Lafrance décède à l'hôpital 12 heures plus tard ; Jorge Gustavo Mazzara et Jean-François Fontaine sont arrêtés relativement à ce décès ; en février 2008, Jean-François Fontaine est reconnu coupable de voies de fait graves et condamné à 18 mois de probation assortie de travaux communautaires ; le 13 décembre 2008, Mazzara, accusé de meurtre, est reconnu coupable de complicité d'homicide involontaire pour avoir prêté le bâton à Fontaine et est condamné à 54 mois de prison ; Me Johanne Saint-Gelais, l'avocate de Mazzara inscrit le verdict et la sentence en appel.

Le 31 décembre 2003, à Lorraine, les cadavres de Jacques Synotte, 65 ans, et de sa femme, Ginette Synotte, 62 ans, sont découvert dans leur résidence de Lorraine ; l'autopsie révèle un empoisonnement au monoxide de carbone.

En 2003, 41 homicides et 113 tentatives de meurtre ont été commis à Montréal.

  • Bibliographie -


Allô Police (Hebdomadaire de Montréal)
Death Dealers (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1999)
Hells-Angels at War (Yves Lavigne, Harper-Collins Publishers, 1999)
Hells-Angels: Into the Abyss (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1996)
Hell's Angels: Taking Care of Business (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1987).
La Filière canadienne (Jean-Pierre Charbonneau, Les Éditions de l'homme, 1975).
La Petite histoire du crime au Québec (Hélène Andrée Bizier. Éditions internationales Alain Stanké, 1981).
Meurtres en série et de masse - Dynamique sociale et politique (Richard Poulin et Uanick Dulong. Éditions Sisyphe, 2009).
Iced: A History of Organized Crime in Canada (Stephen Schneider).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)