Québec (province). Meurtres, homicides et autres méfaits : 1986, 1987

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)

1986

En 1986, Donald McGuire, qui purge une peine de 12 ans de prison pour un kidnapping à LaSalle, est reconnu coupable du meurtre de James Boland, 24 ans, un codétenu au pénitencier de Millhaven (Ontario) perpétré en 1984 et est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 18 avril 1986, Yves Colosse Plamondon est reconnu coupable des meurtres de Denis Ouellet, Claude Simard et Armand Sanschagrin et condamné le 18 avril 1986 à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux ; c'est grâce au témoignage du délateur André «Bull» Desbiens ; le 27 mars 1991, Plamondon est débouté en cour d'appel et le 12 septembre 1991, la Cour suprême refuse d'entendre sa cause ; en 1995, dans une déclaration faite sous serment à Me Jacques Normandeau, l'avocat de Plamondon, Desbiens confesse avoir menti pour obtenir des faveurs et des avantages et affirme que Plamondon n'a rien à voir avec le meurtre de Denis Ouellet ; Desbiens décède quelques semaines plus tard ; le 17 février 2004, le ministre de la Justice ordonne une enquête sur les nouvelles affirmations de Desbiens. Le 30 mai 2013, Plamondon demande à la Cour d'appel du Québec d'ordonner la tenue d'un nouveau procès, de nouveaux éléments ayant été découverts. Le 1er juin 2013, le ministre de la Justice du Québec demande à la Cour d'appel du Québec de se prononcer au sujet des condamnations de Plamondon pour meurtres.

Le 10 mai 1986, le constable Claude Saint-Laurent, 33 ans, du Service de police de la Communauté urbaine de Montréal et son partenaire arrêtent une automobile sur la rue Sherbrooke Est à Montréal. Au cours d'une échauffourée avec les 2 occupants de l'automobile arrêtée, Saint-Laurent est abattu avec sa propre arme de service et décède plus tard à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont. Yvon Racine, 44 ans et Pierre Ouellet, 37 ans, sont trouvés coupables du meurtre du constable Saint-Laurent et sont condamnés à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de leur peine derrière les barreaux.

Le 24 juillet 1986, Marcel Simard, un agent du Service de police de Saint-Hubert (Longueuil), est assassiné à Saint-Hubert (Longueuil) par projectiles tirés d'un fusil à canon tronçonné ; l'agent Simard examinait le contenu du véhicule dans lequel prenaient place Louis Troalen et Carol Pinard ; ces derniers avaient été condamnés pour vol à main armée mais étaient en liberté conditionnelle et allait commettre un autre vol à main armée au moment du meurtre de l'agent Simard ; Louis Troalen a été condamné pour ce meurtre à l'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 17 octobre 1986, à Montréal, Paul-Émile Bernard, 56 ans, est assassiné à coups de couteau dans son appartement du 30, rue Beaubien-Est ; le vol serait à l'origine de ce décès ; le 16 juin 2003, un suspect découvert grâce aux empreintes digitales et à son ADN est appréhendé à Laval ; comme il n'avait que 16 ans au moment du crime, son nom n'est pas révélé.

Le 19 octobre 1986, à Lachine, Michael Sheppard est assassiné d'une balle à la tête par l'ex-boxeur, Léo Sauvé, au Bar Astro où ce dernier agit comme portier ; aidé des employés du bar, Sauvé jette le cadavre de Sheppard dans le conteneur à déchet du restaurant ; le conteneur est ramassé et son contenu est jeté dans le dépotoir de l'ancienne carrière Miron à Montréal ; la disparition de Sheppard ne sera signalée par sa mère à la police qu'un mois après sa disparition ; quelques mois plus tard, des employés se confient aux policiers et Sauvé est arrêté, jugé coupable de meurtre prémédité et condamné en 1987 à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux ; en septembre 2006, Sauvé qui a purgé 19 ans de sa peine demande de purger le reste de sa peine dans la société ; Sauvé est né en 1955 et a été élevé dans le quartier Pointe-Saint-Charles de Montréal ; comme boxeur, il avait participé aux Jeux olympiques de Munich en 1972.

Le 13 novembre 1986, à Montréal, Robert Baril, un policier du Service de police de la Communauté urbaine de Montréal-SPCUM, est tué par balles tirées à bout portant par Adélard Vallée qui lui avait enlevé son revolver de service ; l'agent Baril avait arrêté Vallée pour avoir brûlé un feu rouge; ce dernier était en liberté de jour alors qu'il purgeait une sentence de 16 ans pour homicide involontaire.

1987

Le 15 mai 1987, Pierre Primeau et Claude Labarre sont trouvés morts chacun d'une balle dans la tête à la résidence de Primeau, 29, rue Pauline à Coteau-du-Lac. Le 24 avril 1990, des mandats d'arrestation sont émis contre Ginette Masse, 37 ans, Chantal Morissette, 22 ans, et Gérard Morissette, 45 ans, en relation avec ces meurtres. Chantal Morissette et Ginette Masse sont appréhendées alors que Gérard Morissette est introuvable. Ginette Masse aurait payé 5 000 $ à Gérard Morissette pour qu'il tue Pierre Primeau, son ex-conjoint ; Claude Labarre, un ami de Primeau, qui se trouvait à la résidence de ce dernier le jour de l'attentat, y a été assassiné parce qu'il aurait été un témoin gênant ; le 9 novembre 1990, Chantal Morissette admet sa culpabilité à l'accusation de complicité pour meurtre et est condamnée à 34 mois de prison ; à la suite de son procès, Ginette Masse est reconnue coupable du meurtre de Pierre Primeau, son ex-conjoint, et de Claude Labarre, puis est condamnée à la prison à perpétuité ; en 1993, Ginette Masse obtient la tenue d'un nouveau procès ; le 26 octobre 1994, Ginette Masse admet sa culpabilité à une accusation réduite de complot pour commettre le meurtre de Pierre Primeau et de Claude Labarre et est condamnée à 9 ans de prison ; le 25 janvier 2002, Gérard Morissette, soupçonné des meurtres de Claude Labarre et de Pierre Primeau commis à Coteau-du-Lac est appréhendé à ParrySound, Ontario, et ramené au Québec où il est accusé de meurtre le 28 janvier suivant ; il avait assumé l'identité de Réjean Dallaire.

Le 30 mai 1987, le cadavre de Réal Beauséjour, 41 ans, est découvert dans son logement de la rue Turgeon à Sainte-Thérèse ; il avait été atteint de projectiles et frappé avec un objet contondant ; le dossier criminel de Beauséjour comportait une condamnation de 18 mois de prison pour extorsion en 1985, il avait été reconnu coupable de possession de stupéfiants ; l'enquête a révélé qu'il avait bu une bière avec son assassin établissant ainsi que ce dernier et la victime se connaissaient. En janvier 2010, le module des crimes non résolus de la Sûreté du Québec appréhende un homme de 40 ans qu'il croit être le meurtrier ; ce dernier était mineur au moment de l'assassinat et son identité ne peut être révélée pour cette raison.

Le 18 juin 1987, un automobiliste est enlevé à Québec, puis assassiné dans un chalet de Val-Alain ; Gilles Meloche, qui venait de sortir de prison, est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 10 ans de sa peine derrière les barreaux ; sa conduite à l'intérieur des murs dans toutes les prisons qu'il a fréquentées l'empêche toujours, en 2004, d'obtenir une libération conditionnelle, même s'il est sobre depuis 1990, s'il a réussi à obtenir un baccalauréat en sciences humaines et un autre en arts et s'il a produit 800 tableaux et participé à 13 expositions.

Le 24 août 1987, le corps transpercé de 173 coups de couteau de Sophie Landry, 16 ans, de La Prairie, est trouvé dans un sentier de Saint-Roch-de-l'Achigan ; l'autopsie révèle que la jeune fille a été violée avant d'être tuée ; en février 2002, la police de Longueuil arrête Guy Croteau, 45 ans, recherché par la police de Montréal qui le soupçonne d'enlèvement et d'agressions sexuelles sur des mineures ; un test d'ADN le relie au meurtre de Sophie Landry ; au moment de son arrestation, il était concierge dans une école de la Rive-Sud ; le 16 février 2004, Croteau est reconnu coupable du meurtre prémédité de Sophie Landry et est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux ; le 22 mars 2006, il est condamné à 16 ans de prison pour agression sexuelle à l'endroit d'une fillette de 10 ans de Saint-Jean-sur-Richelieu, puis à l'endroit de 2 adolescentes de 16 ans de Saint-Hilaire.

Le 31 août 1987, Alain Bernard, un homme d'affaires, est tué d'une balle de calibre .44 à la tête dans sa résidence de Granby ; la police constate qu'il n'y a aucune trace d'effraction et que rien n'a été volé dans la maison ; vers 3 h 30, Lynda Bernard, la fille d'Alain rentre à la maison et constate que la télévision est encore allumée et que son père qui est assis dans son fauteuil a dû s'endormir ; elle va se coucher ; vers 13 h le lendemain, Lynda va ouvrir la porte à un ami de son père qui venait lui rendre visite ; c'est alors que Lynda et l'ami de son père constatent qu'il est décédé ; Tristan Anthony Bernard a subi un changement de sexe dans les années 1990.
En 2009, Anthony Tristan Bernard, qui est le fils d'Alain Bernard, Patrice Bernard, le neveu d'Alain Bernard, et Alain Béliveau, un ami des deux premiers, sont arrêtés et accusés du meurtre d'Alain Bernard.
Le 22 mai 2009, Anthony Tristan Bernard, son cousin Patrice Bernard et son ami Alain Béliveau, sont formellement accusés du meurtre prémédité d'Alain Bernard et de complot entre eux pour commettre ce crime.
Les trois accusés demandent et obtiennent de subir des procès séparés.
En 2013, au terme de son procès pour meurtre à Granby, Alain Béliveau est condamné à la prison à perpétuité.
Le 22 janvier 2015, les avocats d'Anthony-Tristan Bernard annoncent qu'ils ne peuvent plus représenter leur client à cause d'un «problème éthique et déontologique» ainsi qu'un lien de confiance rompu entre eux et l'accusé. Son procès qui devait commencer le 9 février 2015 est reporté afin que Bernard se trouve un nouvel avocat ; sa cause a été remise au prochain appel du rôle des Assises, le 2 mars 2015.
Le procès de Patrice Bernard devrait commencer en octobre 2015 à Granby.

Le 7 septembre 1987, à Québec, le militaire Patrice Galipeau au volant d'une automobile brûle plusieurs feux rouges lorsque poursuivi par des policiers de Sainte-Foy, puis entre en collision avec une automobile qui traversait le chemin Sainte-Foy ; les 4 occupants de l'autre automobile sont tués sur le coup ; Galipeau écope de trente mois de prison.

Le 24 septembre 1987, Louise Blanc Poupart est violée puis assassinée de 17 coups de couteau dans sa résidence de Sainte-Adèle par William Patrick Fyfe.

Le 15 décembre 1987, Micheline Valiquet-Perron, 43 ans, est trouvée poignardée dans son automobile à Laval ; son mari, Gilles Perron, un réalisateur de CBC/Radio-Canada, est accusé du meurtre de sa femme,reconnu coupable, puis
condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux ; en janvier 1990, après que deux nouveaux témoins se soient tardivement manifestés, la Cour d'appel ordonne la tenue d'un nouveau procès à l'issue duquel Perron est acquitté le 15 mai 1992. Perron est décédé à l'âge de 75 ans le 5 décembre 2015.

En décembre 1987, Mario Taddeo, est abattu d'une balle devant certains de ses employés dans la carrière de pierres de Mirabel dont il avait hérité au décès de son beau-père, Jimmy Accurso, président de Louisbourg Construction et père de Tony Accurso ; au moment de son décès, Taddeo était séparé de sa conjointe Géraldine Accurso et était le compagnon de Louise Caron qui avait divorcé de Tony Accurso en 1985.

1988
Le 9 septembre 1988, vers 18 h, Rhéa Brochu, 40 ans, est enlevée sous la menace d'un couteau dans le stationnement commercial de Pointe-aux-Trembles (Montréal) ; emmenée dans sa propre voiture dans un bois de Oka, madame Brochu est torturée, violée à répétition, puis étouffée dans un sac de plastique ; son cadavre en putréfaction est découvert le 19 septembre suivant ; à l'automne 1989, Pierrette Anglehart, 48 ans, mère de 3 enfants, et Denis Fréchette, 38 ans, deux grands consommateurs de drogue et d'alcool sont appréhendés en relation avec ce décès ainsi que pour l'enlèvement, la séquestration et le viol de 5 autres femmes de la région de Montréal ; les deux comparses reconnaissent leur culpabilité relativement à l'enlèvement et aux sévices sexuels mais jettent la faute l'un sur l'autre pour ce qui est du meurtre ; reconnus coupables de meurtre prémédité, ils sont condamnés tous les deux à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de leur peine derrière les barreaux ; ils ont aussi été reconnu coupables d'enlèvement et de sévices sexuels sur 5 autres femmes et ont été condamnés à des peines de prison concurrentes à celle de la perpétuité.

Le 14 octobre 1988, vers 6 h 40, Henri Paquin, homme d'affaires de Saint-Laurent (île de Montréal), est tué dans l'explosion d'une bombe télécommandée dans son automobile de marque Mercedes sur le boulevard Thiemens dans l'arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal ; en 1987, Paquin, trésorier du parti du maire de Saint-Laurent, Marcel Laurin, avait acheté un terrain de 4,6 hectares dans le projet Nouveau-Saint-Laurent.

Le 8 novembre 1988, Nancy Moreau, 20 ans, est tuée à coups de hache dans l'étable d'une ferme d'élevage de cerfs et de sangliers de Saint-Joachim-de-Shefford ; Kurt Nicolas Rougier, un consommateur d'hallucinogènes, est appréhendé puis accusé de meurtre prémédité ; en 1989, il admet sa culpabilité à l'accusation réduite d'homicide involontaire.

Le 28 décembre 1988, Maurice Alarie et Aline Raymond sont assassinés par balles à leur résidence de Sainte-Anne-des-Plaines ; accusé de meurtre prémédité, Stéphane Gilbert, un cocaïnomane, est reconnu coupable et condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux ; en 2004, un jury lui permet de demander sa libération conditionnelle après 20 ans de réclusion, soit en 2008.

1989
En 1989, Joe Rose, 23 ans, un activiste gay, est poignardé à mort dans un autobus en fin de soirée à Montréal ; un homme de 19 ans est reconnu coupable d'homicide involontaire relativement à ce décès et écope de 7 ans de prison alors que 4 mineurs seront également condamnés à des peines de prison.

En 1989, Alain Brosseau, 33 ans, est attaqué alors qu'après son travail comme garçon de table à Ottawa, il retournait chez-lui au Québec en marchant sur le pont Alexandra ; un groupe d'adolescents s'attaquaient depuis quelque temps aux homosexuels d'Ottawa et de Gatineau ; ils repérèrent Brosseau sur le pont, lui volèrent 80 $ et une bague, puis le jetèrent la tête première dans la rivière ; après avoir plaidé coupable à l'accusation de meurtre non prémédité, Jeffrey Lalonde est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux ; Brosseau n'était pas homosexuel, il était petit et marchait seul et ses assaillants ont déduit qu'il en était un ; le 26 mai 2008, Lalonde, 36 ans, est trouvé mort dans sa cellule de l'Institut Leclerc de Laval et la police croit à un suicide.

En 1989, Michel Jetté est reconnu coupable d'homicide involontaire relativement au décès de Marcel Gagné, un tenancier de bar clandestin de Saint-Jérôme ; en 1995, le caporal Gaétan Rivest de la Sûreté du Québec, principal enquêteur de ce dossier, déclare qu'il a obtenu les aveux de Jetté par la force et les menaces ; Jetté décède en prison après avoir inscrit sa cause devant la Cour d'appel ; en 1999, cette dernière annule le verdict et la sentence ; le 18 octobre 2002, la succession de Jetté intente une poursuite de six millions $ contre le Procureur général du Québec et le caporal Gaétan Rivest ainsi que les agents Pierre Boivin, Rodrigue Clavette et Gaétan Bellemare.

En 1989, Stéphane Gilbert, 19 ans, est reconnu coupable du meurtre prémédité d'Aline Raymond, 55 ans, et de Maurice Alarie, 60 ans, des agriculteurs de Sainte-Anne-des-Plaines ; condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux ; en 2004, après 16 ans de réclusion, Gilbert demande à un jury de lui accorder la réduction du délai pour demander sa libération conditionnelle.

En 1989, Steven Solyom, 42 ans, fait feu sur un commerçant de Laval au cours d'un vol à main armée ; arrêté en 1992, Solyom est condamné à la prison à perpétuité ; s'évade en 2004 ; en octobre 2007, Solyom est arrêté à Saint-Eustache alors qu'il circulait à vélo.

Le 2 janvier 1989, à Victoriaville, Manon Geoffroy, 31 ans, est tuée dans son sommeil d'un coup de fusil .12 ; Paul Dupuis, 36 ans, un collègue de travail qui était en instance de divorce et qui demeurait chez la victime depuis 5 mois est accusé de meurtre ; l'assassin avait consommé de l'alcool et des médicaments ; il reconnaît sa culpabilité à l'accusation réduite d'homicide involontaire et est condamné à 2 ans et 1 jour de prison.

Le 5 janvier 1989, Hazel Weldon, 66 ans, une veuve retraitée de la McGill University, est battue à mort dans sa résidence alors qu'elle revenait de la bibliothèque de l'université.

Le 12 janvier 1989, Catherine Dansereau, 9 ans, et Philippe Dansereau, 6 ans, sont abattus par balles tirées à bout portant par leur père François Dansereau qui se suicide après les meurtres ; Dansereau était un ex-soldat qui avait tenté en vain d'obtenir un emploi comme enseignant.

Le 15 janvier 1989, Aline Raymond, 55 ans, est abattu de 4 balles à Sainte-Anne-des-Plaines en même temps que son conjoint, Maurice Alarie ; Stéphane Gilbert, 20 ans, et deuzx adolescents e 17 ans sont reconnus coupables de ces meurtres ; Gilbert a été condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 27 janvier 1989, France Martin et sa fille, Caroline Martin, 16 ans, sont poignardées dans l'appartement de Luc Beauregard, 30 ans, à Montréal après que ce dernier eut tenté de violer la jeune fille ; la mère et la fille agissait comme gardienne de l'enfant de l'assassin lorsque celui-ci la recevait lors de son droit de visite ; d'abord accusé de meurtre prémédité, il a plaidé coupable à l'accusation réduite à meurtre non prémédité et a été condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 14 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 29 janvier 1989, Alberte Bouchard est poignardée à Boucherville et son assassin laisse deux dagues plantées dans ses orbites ; son mari est également assassiné le même jour ; Michel de la Boissière, étudiant de l'UQUÀM est accusé de ces deux meurtres prémédités ; il reconnaît sa culpabilité à l'accusation réduite de meurtre non prémédité et est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 15 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 7 février 1989, à Montréal, Andrée Auger, 31 ans, est assassinée par Pierre Bélanger, 31 ans, son partenaire avec qui elle venait de renouer après avoir antérieurement abandonné ses plans de l'épouser.

Le 18 février 1989, Cindy Wheeler, 18 ans, est abattue dans son sommeil d'un coup de fusil à la tête tiré par Joseph-Ambroise Moreau, 52 ans, dont elle partageait le lit depuis 4 ans dans une cabane de Stoke ; elle avait annoncé qu'elle le quittait pour un garçon de son âge ; il vait crié «Tu ne partiras jamais d'ici», puis il s'est suicidé.

Le 21 février 1989, Maxime Veilleux, 23 mois, est tué à La Prairie par Richard Poirier, le nouveau partenaire sexuel de sa mères.

Le 23 février 1989, Claire Métivier-Montambault, 51 ans, est tuée d'un coup de fusil au visage à Nicolet par son mari, Roch Montambault, 49 ans, après avoir tenté de parler de divorce avec lui qu'elle avait expulsé de son domicile 3 semaines auparavant ; Montambault a été condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 10 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 6 mars 1989, Francine Lacasse, 44 ans, est abattue de 2 balles de carabine à la tête à Macamic, par André Coulombe 55 ans, qui s'est nsuite suicidé. La victime et le tueur vaient cohabité pendant 14 ans, puis, il était parti vivre dans une autre ville. Il est cependant revenu et s'est introduit chez Lacasse par effraction.

Le 16 mars 1989, Claire-Hélène Morin, 48 ans, est abattue d'un coup de fusil sur le seuil de la porte de la résidence familiale ; son mari, Raymond Fortin, 63 ans, avait reçu son avis de divorce environ 45 minutes avant que son épouse vienne chercher ses affaires ; après le meurtre, Fortin se suicide ; la victime et son assassin étaient les parents de 6 enfants.

Le 24 mars 1989, à Chicoutimi, Virginie Pelletier, 17 ans, est tuée à coups de marteau et son cadavre, découpé en petits morceaux qui sont dispersés à divers endroits de la région ; Benoît Desrosiers, 32 ans, qui avait voulu avoir des rapports sexuels avec la jeune fille, était un employé du cinéma tenu par le père de celle-ci ; accusé de meurtre prémédité, il reconnaît sa culpabilité à l'accusation réduite à meurtre non prémédité et est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 2 avril 1989, à Montréal, René Pétillon, 27 ans, est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 20 ans de sa peine derrière les barreaux pour avoir assassiné avec un couteau et des fourchettes l'homme de 47 ans qui l'hébergeait dans le Vieux-Montréal, et avoir fait subir le même sort à Marie-Josée Beauchesne, une prostituée de 33 ans présente sur les lieux ; alors en libération conditionnelle, Pétillon était sous l'effet de la drogue au moment de ses crimes ; en décembre 2004, en vertu des nouvelles dispositions du Code criminel du Canada, un jury ramène le minimum de temps derrière les barreaux à 18 ans.

Le 3 avril 1989, à Amos, Monique Nadeau, 41 ans, ses enfants, Sophie Nadeau, 15 ans, Alexandre Nadeau, 9 ans et Pierre-Luc Nadeau, 8 ans, sont assassinés par le mari et père, Réjean Nadeau, 44 ans.

Le 10 avril 1989, à Saint-Raphaël-de-Bellechasse, Denise Guillemette est abattue de 3 balles au haut du corps ; son mari, Marcel Asselin, 38 ans, qu'elle avait quitté quelques semaines plus tôt, l'avait attiré dans la résidence familiale sous prétexte de signer des papiers ; après avoir tué sa femme, Asselin se suicida.

Le 18 avril 1989, Sylvie Laverdière, 24 ans, est violée, mutilée, puis assassinée par strangulation dans son logement de la rue Blainville à Sainte-Thérèse.-de-Blainville ; le porte-feuille de la victime a été retrouvé en bordure de l'autoroute à environ 2,5 km du lieu du meurtre. L'enquête qui avait été abandonnée est rouverte par la Sûreté du Québec le 4 juin 2013, 24 ans après l'événement.

Le 22 avril 1989, à Montréal, Grosdawa Listes, 55 ans, est poignardée puis abattue d'un coup de fusil tiré par son mari Nedeljko Listes, un alcoolique ; leur fils Anthony Listes, 19 ans, s'échappe et va chercher la police, puis est assassiné à son tour lorsqu'il revient ; la police avait souvent été appelée au domicile familial pour violence conjugale ; la défense d'aliénation mentale est rejetée et Nedejko Listes est reconnu coupable de meurtre non prémédité de son épouse et du meurtre prémédité de son fils ; il a été condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 3 mai 1989, à Saint-Jean-sur-Richelieu, Guylaine Charrette, 20 ans, et le propriétaire du bar jamaïcain où elle travaillait sont abattus par balles ; Jacques Boutin, 37 ans, et André Souligny, 26 ans, deux membres du gang des Hells Angels, sont accusés de ces meurtres, mais ils sont acquittés ; le propriétaire du bar refusait de leur vendre son établissement.
Le 7 mai 1989, le cadavre nu de Linda Flood, une femme de race noire âgée de 18 ans, est découvert dans un boisé du Mont Royal ; elle avait été rapportée disparue 15 jours auparavant ; elle avait sa culotte bourrée dans la bouche.

Le 19 mai 1989, à Lachenaie, Carole Charron, 28 ans, et son mari sont assassinés à coups de couteau devant leurs enfants ; leur voisin, José Raymond, 24 ans, avait été pris sur le fait alors qu'il tentait de voler un système de son ; Raymond a plaidé coupable à l'accusation de meurtre non prémédité et a été condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 15 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 6 juin 1989, Pauline Laplante est violée, puis assassinée de 37 coups de couteau dans sa résidence de Piedmont par William Patrick Fyfe.

Le 2 juillet 1989, Stanislas Zaïtsev est assassiné par Samuil Ovanesian ; ce dernier affirme que Zanisev est un agent qu'il a dû tuer pour protéger sa propre vie. Ovanesian est acquitté en raison de troubles paranoïaques graves, mais il est interné à l'Institut Philippe-Pinel jusqu'à ce que des experts concluent qu'il a retrouvé la raison ; il en sort 15 mois plus tard. (Enquête sur les services secrets, Norman Lester, Éditions de l'Homme, 1998, page 264) soviétique.

Le 10 septembre 1989, Jocelyn «Prof» Girard et Marcel «Polpon» Blackburn, deux membres du chapitre de Montréal des Hells-Angels sont portés disparus. Le 31 mars 1990, le cadavre de Jocelyn «Prof» Girard est trouvé par un pêcheur dans le Saint-Laurent près de Louiseville ; il était ligoté à l'intérieur d'un sac de couchage.

Le 5 octobre 1989, Guy Laflamme est assassiné à Vanier ; le 26 mars 2009, Gérald Gallant admet avoir tué Laflamme.

Le 6 décembre 1989, à l'École polytechnique de Montréal, Marc Lépine crie «je hais les féministes», abat 14 étudiantes avec une mitraillette, puis se suicide sur les lieux de son forfait. Les victimes sont :
Geneviève Bergeron, 21 ans,
Hélène Colgan, 23 ans,
Nathalie Croteau, 23 ans,
Barbara Daigneault, 22 ans,
Anne-Marie Edwards, 21 ans,
Maud Haviernick, 29 ans,
Barbara Maria Klueznik Widajewicz, 31 ans,
Maryse Laganière, 25 ans,
Maryse Leclerc, 23 ans,
Anne-Marie Lemay, 22 ans,
Sonya Pelletier, 23 ans,
Michèle Richard, 21 ans,
Annie Saint-Arneault 23 ans, et
Annie Turcotte, 21 ans.

Pris par un sentiment de culpabilité simplement parce qu'il était présent lors du massacre et qu'il n'est pas intervenu, Sarto Blais, un diplômé de l'École polytechnique, se suicide à l'automne de 1990 ; ses parents incapables d'accepter sa disparition se suicident au mois de juin suivant.

Le 22 décembre 1989, le cadavre de Monique Stocker, 40 ans, est découvert dans un tuyau d'égout derrière sa résidence de Québec ; un mois plus tôt, elle avait été battue à mort par André Mercier, 35 ans, qui venait de purger une peine de prison pour voies de fait contre madame Stocker et s'était installé chez elle malgré que sa libération conditionnelle lui interdisait toute communication avec la victime qu'il avait recommencé à battre; la défense d'intoxication de Mercier n'a pas été retenue et il a été reconnu coupable de meurtre prémédité et condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.

  • Bibliographie -


Allô Police (Hebdomadaire de Montréal)
Death Dealers (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1999)
Hells-Angels at War (Yves Lavigne, Harper-Collins Publishers, 1999)
Hells-Angels: Into the Abyss (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1996)
Hell's Angels: Taking Care of Business (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1987).
La Filière canadienne (Jean-Pierre Charbonneau, Les Éditions de l'homme, 1975).
La Petite histoire du crime au Québec (Hélène Andrée Bizier. Éditions internationales Alain Stanké, 1981).
Meurtres en série et de masse - Dynamique sociale et politique (Richard Poulin et Uanick Dulong. Éditions Sisyphe, 2009).
Iced: A History of Organized Crime in Canada (Stephen Schneider).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)