Québec (province). Meurtres, homicides et autres méfaits : 2010

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Voir également Guerres des gangs.


  • Éphémérides -


2010

En janvier 2010, Jean Guérin, 44 ans, ouvre le feu en direction de deux hommes qui venaient se présenter à sa résidence de la rue Robillard à Sainte-Julienne à bord d'un camion ; c'est une histoire de drogues qui est à l'origine de cet événement ; le conducteur, François Richard, est tué et le passager réussit à désarmer Guérin ; bien connu des policiers Guérin est accusé de meurtre.

Le 13 janvier 2010, vers 8 h 30, le cadavre de Eran Allon, 29 ans, d'Ottawa, est découvert dans une valise en face d'une maison de chambre de la rue de Bullion, près de la rue Charlotte à Montréal ; le 15 janvier, Michael-Andrew Garreau, 33 ans, d'Ottawa, se rend à la police d'Ottawa ; ramené à Montréal, il est accusé le 16 janvier de meurtre non prémédité relativement au décès de celui qu'on croit être son conjoint. (Premier homicide de 2010 sur l'île de Montréal).

Le 24 janvier 2010, vers 17 h 30, la police découvre les cadavres de Kirk Murray, 47 ans, et d'Antonio Onesi, 51 ans, deux résidents de la Rive-Sud de Montréal, abattus de plusieurs projectiles dans une automobile Hyundai Accent stationnée dans le parking d'un restaurant McDonald situé à l'angle du boulevard Sainte-Anne-de-Bellevue et de la rue Saint-Jacques dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce de Montréal ; le décès de Murray est constaté sur les lieux et Onesi décède en soirée au Montreal General Hospital où il avait été transporté ; Onesi n'était pas connu de la police qui croit qu'il a été tué simplement parce qu'il avait été témoin du meurtre de Murray. (Deuxième et troisième homicides de 2010 sur l'île de Montréal) ; Kirk Murray, qui avait été reconnu coupable des meurtres non prémédités de deux hommes commis en 1983 à Verdun, avait été libéré sous conditions en 2003.
Le 5 février 2010, Mark Stewart, 41 ans, de Longueuil, est assassiné à Châteauguay ; au mois de mai 2010, son cadavre est découvert par un agent de la faune dans un bois de Saint-Honoré dans le Témiscouata.
En avril 2010, Robert William Simpson avait plaidé coupable à l'accusation de possession d'une arme de poing chargée au moment de son arrestation en Nouvelle-Écosse le 12 février 2010 et avait été condamné à 6 ans de prison. Le dossier criminel de Simpson contient des condamnations pour vols, homicide involontaire et tentative de meurtre ; l'homicide involontaire a été commis à LaSalle en février 1995 alors qu'il volait les bijoux d'une femme de 80 ans pour payer sa drogue ; Simpson avait tué un codétenu de la prison de Kingston en 1999 mais avait été acquitté pour légitime défense.
Le 31 mai 2010, Jeffrey Albert Lynds, 42 ans, est appréhendé en Nouvelle-Écosse et accusé d'avoir commandé les meurtres de Murray, Onesi et Stewart ; Lynds est un ancien Outlaw de Nouvelle-Écosse et membre full patch du chapitre des Nomads du gang des Hells Angels de l'Ontario.
Le 10 juin 2010, Robert William Simpson, 47 ans, est arrêté dans un pénitencier fédéral de Nouvelle-Écosse et est accusé des meurtres prémédités de Murray et Onesi.
Le 30 juin 2010, Shawn Timothy Simpson, 44 ans, un troisième suspect des meurtres du 24 janvier 2010 est arrêté à Charlottetown (Île-du-Prince-Edward) ; il est le frère de Robert William Simpson.
En juillet 2010, Jeffrey Albert Lynds est accusé d'avoir commandé l'assassinat de Murray, Onesi et Stewart.
Le 9 novembre 2010, les frères Simpson signent un contrat de délation en vertu duquel ils recevront 1 000 $ pour garnir leur cellule, 3 500 $ pour des cours post-secondaires par correspondance et 50 $ par mois pour la durée de leur détention.
Lynds est nommé mais pas accusé dans le meurtre non résolu de l'ex Hells Angel Randy Mersereau disparu en 1999 en Nouvelle-Écosse et dont les restes ont été découverts en décembre 2010 ; ; ils affirment que les meurtres avaient été commandés par un tiers et que ce tiers était Jeffrey Albert Lynds.
Le 23 février 2011, les frères Simpson s'e reconnaisent coupables des meurtres de Kirk Murray, d'Antonio Onesi et de Mark Stewart sur commande de Jeffrey Albert Lynds ; le juge André Vincent les condamne à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de leur peine derrière les barreaux.
Murray avait organisé une transaction de drogues avec Lynds et les Simpsons témoignèrent du fait que Lynds leur avait offert 2 000 $ pour tuer Murray. Le 27 janvier 2012, Le corps inanimé de Jeffrey Albert Lynds est trouvé dans sa cellule du pénitencier de Rivière-des-Prairies où il était détenu en attendant son procès ; Lynds s'était suicidé.
Le 21 février 2012, la police arrête Brian Patrick McGuire, 50 ans, de LaSalle ; McGuire est accusé des meurtres prémédités de Kirk Murray et Antonio Onesi commis le 24 janvier 2010.

Le 11 février 2010, Bernard Emeyriat, 67 ans, un professeur de psychologie au Collège Édouard-Montpetit de Longueuil est blessé mortellement au cours d'une altercation avec son fils Bjorn Emeyriat, 38 ans, qui était revenu récemment demeurer au domicile de ses parents de la rue De Merton à Saint-Lambert ; il décède à l'hôpital peu après son arrivée. Le fils est accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès et le juge ordonne qu'il soit détenu pour une période de 30 jours à l'Institut Philippe-Pinel pour évaluation psychologique.

Le 21 février 2010, le cadavre de Jonathan Lalime, 30 ans, est découvert enterré dans un bois de Saint-Théodore-d'Acton. Lalime aurait été tué par son frère Sébastien âgé de 22 ans qui a lui-même indiqué à la Sûreté du Québec l'endroit où il avait enterré sa victime disparue depuis le mois de mai 2009 ; le 22 avril 2010, Sébastien Lalime est accusé du meurtre au premier degré de son frère Jonathan Lalime et plaide non coupable ; le 18 janvier 2012, Sébastien Lalime est déclaré coupable 'homicide involontaire est condamné à 8 ans de prison ; son frère Jonathan était schizophrène, terrorisait la famille et violait leur mère et prétendait qu'elle aimait cela.

Le 21 février 2010, vers 2 h 15, une automobile de marque Pontiac Grand Prix percute un lampadaire sur le boulevard de la Concorde à Laval causant la mort de Corinne Giambona Gauthier, 23 ans, et Leonardo Facchino, 22 ans ; le conducteur, Anthony Alfieri, 26 ans, légèrement blessé, prend la fuite à pied, puis se rend au poste de police vers 8 h. Selon des témoins présents au bar où le trio avait passé une partie de la soirée, Alfieri aurait consommé suffisamment d'alcool pour inquiéter Lisa Lalonde, une amie de Corinne Giambona Gauthier, qui a refusé de monter dans l'automobile. Le 22 février 2010, Anthony Alfieri est accusé de délit de fuite mortel ; le délai de 3 heures étant expiré pour l'administration d'un alcootest, la police n'a pas pu l'obtenir lorsque Alfieri s'est présenté au poste de police vers 8 h. Alfieri avait plaidé coupable en 2005 à des accusations de vol et d'introduction par effraction, mais n'avait aucun antécédent en matière de conduite dangereuse sauf sa réputation de conduire vite.

Le 7 mars 2010, vers 3 h 25, Dany Ouellette, 24 ans, est trouvé baignant dans son sang en face du Bar Black Jack, sur la rue Notre-Dame Ouest dans le quartier Saint-Henri de Montréal ; le couteau avec lequel il aurait été poignardé est trouvé couvert de sang non loin du blessé ; des témoins du meurtre ont alerté la police qui a procédé à l'arrestation de deux hommes qui marchaient sur la rue Saint-Augustin, un adolescent de 16 ans dont la manche de gilet kangourou était tachée de sang et Manuel de Jesus Zamora, 26 ans ; l'adolescent, qui avait été expulsé du bar à la suite d'une dispute avec la victime, est accusé de meurtre prémédité relativement à ce décès ; il aurait réuni 4 amis et aurait attendu la sortie de la victime, puis l'aurait frappé de 38 coups de couteau de cuisine alors que ses amis retenaient la victime et la frappaient à coups de pied. . L'événement a été filmé par une caméra vidéo installée sur le garage voisin du bar Black Jack. En juin 2010, la police arrête Nicolas Victor Alfaro, 24 ans, et Daniel Parede Flores, 19 ans, qui sont ensuite accusés de meurtre prémédité relativement au décès de Dany Ouellette. En décembre 2010, la police de Montréal et celle de Lévis arrêtent Thomas-Philippe Saulnier, 26 ans, et l'accuse du meurtre prémédité de Dany Ouellette. Le 29 avril 2011, un jury déclare l'adolescent coupable du meurtre non prémédité de Dany Ouellette ; les jurés n'ont pas accepté la défense d'intoxication qu'il avait présentée. En août 2011, le juge Guy Cournoyer refuse de libérer Saulnier en attendant son procès sous l'accusation réduite à meurtre non prémédité ; Lors des représentations sur sentence; le procureur de la Couronne demande que celui qui était adolescent au moment du meurtre soit assujetti à une peine pour adulte ; une peine d'adulte pour meurtre non prémédité est l'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé au moins 7 ans de sa peine derrière les barreaux alors qu'une peine d'adolescents est d'un maximum de 7 ans de prison. Le 14 décembre 2011, la scène du crime captée sur video est montrée au juge Claude Champagne qui préside l'audition des représentations sur sentence à la Cour du Québec, Chambre de la Jeunesse ; la Couronne veut ainsi étayer sa demande que le jeune soit condamné comme un adulte en démontrant l'acharnement auquel il s'est livré en assénant 38 coups de coteau sur une victime sans défense. Le tribunal accepte que le jeune soit assujetti à une peine d'adulte. Le 20 janvier 2012, le jury reconnaît Jean-Philippe Leblanc, 18 ans, coupable du meurtre non prémédité de Dany Ouellette. Le juge Claude Champagne condamne le coupable à l'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 7 ans de sa peine derrière les barreaux.

Le 18 mars 2010, un peu après 13 h 45, Peter Christopoulos, 27 ans, est tué et 3 autres hommes sont blessés au cours d'une fusillade survenue dans la boutique de vêtements pour femmes Flaw Nego de la rue Saint-Jacques Ouest, entre les rues Saint-François et Saint-Jacques dans le Vieux-Montréal ; le gérant du magasin, Jean Gaston, 60 ans, l'un des blessés, décède à l'hôpital ; près de 50 balles ont été tirées par les tueurs ; Christopoulos était le chauffeur et garde du corps de Ducarme Joseph, le propriétaire de la boutique qui a échappé à la fusillade en sortant de son magasin par la porte arrière ; 2 hommes de race noire sont recherchés en relation avec cet incident ; le 19 mars 2010, Ducarme Joseph, accompagné de Stevenson Fleurant et Dutroy Charlotin, est appréhendé sur le Upper Lachine Road dans le secteur NDG de Montréal à sa sortie du bureau de l'entrepreneur Antonio Magi, puis accusé de possession d'arme prohibée et de bris de condition. Les services de Ducarme auraient déjà été retenus par l'entrepreneur Antonio »Tony» Magi pour convaincre certains de ses débiteurs de payer leur dette ; Magi l'aurait installé dans un condominium situé au-dessus du restaurant Eggspectation à l'angle du boulevard de Maisonneuve et de la rue de la Montagne à Montréal. Le 31 mai 2010, la fourgonnette Dodge Caravan dans laquelle les tueurs se seraient enfuis après les meurtres est retrouvée ; le 16 juillet 2010, Carey Isaac Régis, 41 ans, et Terrell Lloyd Smith, 27 ans, sont arrêtés et accusés de meurtre prémédité, de tentatives de meurtre et de complot alors que Kyle Gabriel, 26 ans, est recherché en rapport avec la tuerie du 18 mars précédent ; les 3 suspects sont liés à des gangs jamaïcains. (Cinquième homicide de 2010 sur l'île de Montréal).

Le 24 mars 2010, vers 17 h, le cadavre de Ginette Lavallée, 68 ans, est trouvé par son fils dans sa résidence du 4, rue Belcourt dans la municipalité de Mercier ; elle a été tuée à l'arme blanche ; son mari, Réjean Lépine, 72 ans, est trouvé gravement blessé ; il peut s'agir d'un meurtre suivi d'une tentative de suicide.

Le 26 mars 2010, vers 22 h 45, le cadavre de Damien Roberge, 69 ans, est trouvé dans son appartement de la rue Roy dans le quartier Saint-Roch de Québec ; Linda Lavoie, 44 ans, qui a appelé la police, est accusée de meurtre non prémédité relativement à ce décès.

Le 27 mars 2010, vers 15 h 45, une femme découvre le cadavre de son amie, Line Sansoucy, 40 ans, au 8803, boulevard Viau, dans le quartier Saint-Léonard à Montréal ; son corps portait des ecchimoses, ses pieds étaient attachés et une boule compacte de papier hygiénique avait été enfoncée dans sa bouche ; le 19 avril 2010, Paul Dasylva, 36 ans, résidant de Laval, est accusé de meurtre prémédité relativement à ce décès ; après une petite fête à laquelle avaient participé deux autres personnes, l'accusé serait demeuré seul avec la victime après le départ de l'autre couple ; la femme aurait été battue à mort parce qu'elle aurait refusé les avances de l'accusé ; le 30 mars 2011, Dasylva est déclaré coupable d'homicide involontaire par un jury. (Sixième homicide de 2010 sur l'île de Montréal).

Le 27 mars 2010, vers 16 h, Dave Lockart, 28 ans, un homme de race noire, est poignardé par Christopher Levers, 28 ans, à l'angle de l'avenue Lafleur et de la rue Jean-Milot de LaSalle ; l'assaillant et un complice, Kamar Dyett, 20 ans, sont arrêtés non loin des lieux du crime ; Levers est accusé de meurtre non prémédité et de complot relativement à ce décès et Dyett est accusé de complicité après le fait pour avoir tenté de se débarrasser de l'arme du crime. (Septième homicide de 2010 sur l'île de Montréal).

Le 29 mars, vers 5 h 15, le cadavre d'un homme dans la cinquantaine est découvert sur un chantier de construction près du métro de Longueuil ; les papiers d'identité de l'homme conduisent les policiers à un logement de la rue Saint-Marc, près de la rue Tupper à Montréal où ils découvrent le cadavre d'une femme de 27 ans.

Le 9 avril 2010, le cadavre d'une femme de 61 ans est découvert dans sa résidence de la rue de Bullion à Montréal ; l'autopsie révèle qu'elle est décédée de blessures qu'elle aurait reçues au cours d'une altercation sur le boulevard Saint-Laurent près du boulevard René-Lévesque le 1 avril précédent ; le 15 avril 2010, la police appréhende Claude Gosselin, 70 ans, un résident d'un refuge de sans-abris de Montréal qui est accusé d'homicide involontaire relativement à ce décès. (Huitième homicide de 2010 sur l'île de Montréal).

Le 20 avril 2010, un enfant de 18 jours décède à l'hôpital Sainte-Justine où l'on diagnostique le syndrome du bébé secoué ; ses parents avaient transporté l'enfant de son domicile de Pointe-Calumet parce qu'il avait de la difficulté à respirer ; Pierre Morissette, 38 ans, le père de l'enfant, est arrêté par la Sûreté du Québec-SQ et accusé d'homicide involontaire relativement à ce décès.

Le 23 avril 2010, les cadavres d'une femme de 43 ans, d'un homme de 39 ans, et d'un chien sont découverts par la Sûreté du Québec sur la rue Arcand de Lavaltrie; les 3 cadavres ont des blessures mortelles de décharge de fusil ; la police croit que l'homme aurait tiré sur la femme et le chien et se serait suicidé avec la même arme.

Le 30 avril 2010, le cadavre de Marie-Pascale Proulx, 43 ans, est découvert par la police dans un bungalow de la rue Juliette dans le quartier Saint-François à Laval ; le cadavre portait des marques de violence ; un homme avait appelé la police ; Jacques Sauvé, 52 ans, le conjoint de la victime, est appréhendé dans la région de Québec et détenu comme témoin important dans cette affaire.

Le 1 mai 2010, un homme de 59 ans est frappé à la tête avec un objet contondant dans son appartement situé sur la rue Bourbonnière à l'angle de la rue Sainte-Catherine Est alors qu'il aide sa soeur de 70 ans à se défendre contre un homme qui l'avait suivi dans le logement vers 6 h 30 ; il décède à l'hôpital au cours de la nuit suivante. (Neuvième homicide de 2010 sur l'île de Montréal).

Le 3 mai 2010, un homme de 59 ans est trouvé étendu sur le trottoir à l'angle des rues Ontario et Fullum à Montréal ; la victime, qui porte des marques de coups à la tête, décède à l'hôpital. Le 4 mai 2010, Matthew Barry, 33 ans, qui était près de la victime lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, est accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès. (Dixième homicide de 2010 sur l'île de Montréal).

Le 13 mai 2010, Benoît Denis est assassiné à Saint-Alphonse-Rodriguez. Daniel Savard, 30 ans est arrêté et accusé de ce meurtre en février 2011.

Le 15 mai 2010, une automobile conduite par Ginette Boivin, 44 ans, heurte Jacques Michaud, 57 ans, qui faisait une promenade en vélo près de chez lui sur la route 117 ; le décès de la victime est constaté à l'hôpital. La conductrice est arrêtée sur les lieux après que la police eut constaté qu'elle avait un taux d'alcoolémie supérieur à 80 mg d'alcool par 100 ml de sang ; formellement accusée à Saint-Jérôme de conduite avec facultés affaiblies causant la mort, elle plaide coupable le 21 juin et est condamnée le 23 septembre 2010 à six ans de prison.

Le 17 mai 2010, vers 1 h 30, Cynthia Toussaint, 23 ans, quitte son ami Dudson Millien d'un appartement d'un autre ami sur la rue Bélanger à la suite d'appels téléphoniques de Mario Romain, l'ex conjoint de Cinthia et père de leur fils ; elle allait rencontrer ce dernier en face de chez elle pour régler un problème de pension alimentaire. Elle a stationné son automobile en face de sa résidence du quartier Ahuntsic de Montréal ; les recherches pour la retrouver entamées le 17 mai par une vingtaine de policiers, un chien renifleur et un hélicoptère de la SQ ne donnent aucun résultat jusqu'à ce que, le 22 mai (samedi matin), une femme signale avoir vu un corps à travers la grille d'un couvercle de bouche d'égout dans le stationnement situé en face du Taz à l'angle des rues Papineau et Louvain Est, à proximité d'une ancienne carrière ; Mario Romain, 26 ans, est arrêté le 22 mai, puis accusé le 24 mai de meurtre prémédité relativement à ce décès.

Le 19 mai 2010, Jean-Paul Bussières, 83 ans, est retrouvé sans vie par son fils, Jean-Martin Bussières, dans sa résidence de la route 281 Nord à Armagh dans Bellechasse. Le cadavre porte des traces de violence. Le 20 mai 2010, Daniel Blais, 49 ans, est arrêté à Chatham, dans le sud de l'Ontario, après un vol d'essence. Il est au volant de la voiture de Jean-Paul Bussières. Le 26 mai 2010, Daniel Blais, qui habitait près de chez la victime, est accusé du meurtre prémédité de Jean-Paul Bussières.

Le 24 mai 2010, vers 13 h 50, sur la route 165 à la hauteur de Plessisville, Denis Philippon, 39 ans, conduit une minivan en direction du sud ; il enfonce une Honda Civic allant dans la même direction et la fait dévier hors de la route ; les décès de 2 des 4 passagers de la Honda, Alexandre Fleury, 14 ans, et Sébastien Fleury, 25 ans de Saint-Joseph-du-Lac, sont constatés à l'hôpital et 2 femmes qui se trouvaient dans la même automobile sont grièvement blessées. Quelques minutes après l'impact, l'ex conjointe de Philippon arrive sur les lieux à bord d'une camionnette Dodge Dakota ; Philippon prend son fils de 4 ans avec lui, pousse son ex conjointe hors de l'automobile, prend le contrôle de la Dodge Dakota, puis fonce sur la route 165 où il emboutit une camionnette Chevrolet Silverado qui tire une remorque et un yacht à environ 4 km plus loin ; Philippon et son fils sont tués sur le coup et les occupants de la Chevrolet sont blessés ; l'hypothèse de gestes volontaires n'est pas écartée par la police.

Le 30 mai 2010, vers 1 h, Michael Meunier, 24 ans, qui circulait à bicyclette est attaqué par trois individus qui voulaient lui subtiliser de la drogue sur la rue Saint-Jacques, près du canal de Chambly à Saint-Jean-sur-Richelieu. Après avoir été aspergé de poivre de cayenne, Meunier s'enfuit à pied et saute dans le canal vraisemblablement pour nager jusqu'à l'autre rive ; il disparaît sous l'eau et ne remonte pas à la surface ; l'un des 3 assaillants tente vainement de l'aider ; les trois assaillants (2 adultes et un adolescent) sont accusés d'homicide involontaire relativement à ce décès. En juin 2006, Ulrick Carbonneau, 18 ans, est condamné à 41 mois de prison pour avoir participé à 2 braquages de domicile avec violence sur des femmes de 78 ans qui vivaient seules ; l'une d'entre elles avait été ligotée, battue et menacée de mort avec un couteau, puis s'était fait voler 1 500 $ ; lui et Michel Riendeau, 49 ans, se faisaient passer pur des employés d'Hydro-Québec pour pénétrer chez leurs victimes ; Riendeau a été condamné à 16 ans de prison en 2007. Le 7 juin 2010, Ulrick Charbonneau est accusé d'homicide involontaire et de voies de fait relativement au décès de Michael Meunier.

En Juin 2010, une bébé de 21 jours est tué par des chiens huskies alors qu'il avait été laissé seul dans son landeau dans le logement de sa mère à Saint-Barnabé-Sud ; celle-ci et la grand-mère étaient sorties fumer une cigarette à l'extérieur quand le drame est survenu. La mère, agée de 17 ans, est accusée d'homicide involontaire devant le Tribunal de la jeunessepour avoir laissé son bébé sans protection à la portée des chiens. Entre le 4 et le 24 janvier 2012, alors qu'elle est en liberté conditionnelle, la jeune mère, maintenant agée de 19 ans, aurait tenté de convaincre sa mère de se parjurer ou de rendre un faux témoignage à son procès ; la jeune femme est arrêtée et accusée d'entrave à la justice ; le 31 janvier 2012, la Cour refuse sa remise en liberté en attendant son procès.

Le 6 juin 2010, vers 0 h 20, un homme de 46 ans est poignardé à mort près de l'intersection des rues Fullum et Coupal dans le quartier Centre-Sud de Montréal.

Le 28 juin 2010, vers 11 h 15, un jeune homme âgé de 15 ans téléphone à la Régie municipale de police de Richelieu-Saint-Laurent et révèle qu'il y a une femme morte dans une maison de Sainte-Julie ; la femme, âgée de 45 ans, a été assassinée par étouffement et son cadavre ne porte pas de trace d'arme blanche ou autre ; c'est son fils qui a appelé la police et qui est arrêté relativement à ce meurtre que la police qualifie de drame familial. Le 16 juillet 2010, l'adolescent plaide coupable à l'accusation de meurtre non prémédité ; son geste est passible de 7 ans de prison dont 4 ans en garde fermée et 3 ans sous supervision ; le fait que le meurtre ait été commis par un mineur empêche de publier le nom de sa mère afin de ne pas identifier le mineur ; le 10 novembre 2010, l'adolescent est condamné à 4 ans de résidence close et à 3 ans de libération conditionnelle.

Le 29 juin 2010, vers 16 h, Agostino Cuntrera, 66 ans, et son garde du corps, Liborio Sciascia, 40 ans, sont abattus à l'extérieur de l'entreprise de distribution d'aliments, John $ Dino Inc. appartenant à Cuntrera, sur la rue Magloire, entre les rues du Creusot et Lafrenaie, dans l'arrondissement Saint-Léonard de Montréal ; des témoins ont vu une automobile noire de marque Chevrolet Impala quitter les lieux du crime. Atteint à la tête, Cuntrera est décédé sur les lieux alors que, blessé au thorax et à l'abdomen, Sciascia décède à l'hôpital. Cuntrera avait été condamné en 1978 à 5 ans de prison pour son rôle dans un complot pour le meurtre du calabrais Paolo Violi qui avait remplacé le calabrais Vic Cotroni comme chef de la mafia montréalaise ; ce meurtre avait permis au clan sicilien dirigé par Nick Rizzuto et son fils Vito de déloger le clan calabrais de la direction de la mafia montréalaise. La police n'exclut pas la vengeance des Calabrais pour expliquer ces assassinats, mais elle n'exclut pas non plus la lutte de pouvoir à l'intérieur même du clan sicilien depuis l'emprisonnement de Vic Rizzuto, le meurtre de son fils Nick Rizzuto, et la disparition de Paulo Renda ; une autre hypothèse serait qu'il s'agirait d'une vengeance de l'entourage de Ducarme Joseph qui avait échappé à une tuerie dans son magasin du Vieux-Montréal en mars 2010.

Le 11 juillet 2010, le cadavre en état de décomposition avancée de Gournam Sadhra est découvert dans un immeuble de la rue Saint-Roch de l'arrondissement Villeray/Saint-Michel/Parc-Extension ; des citoyens s'étaient plaints de l'odeur qui se dégageait de l'appartement. Parminder Singh, 46 ans, qui était le colocataire de Sadhra, est accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès.

Le 23 juillet 2010, vers 23h30, Roland Hardy, 51 ans, est retrouvé sans vie par un collègue de travail, le corps ensanglanté, près de son véhicule, sur le site de la mine Normandie, une mine désaffectée à St-Joseph de Coleraine, dans la région de Chaudière-Appalaches. La victime était un gardien de sécurité et aurait vraisemblablement été tuée lors d'un vol de cuivre qui a mal tourné. Le 8 février 2012, Eddy Rivest, 44 ans, de Drummondville est arrêté à Saint-Hyacinthe et accusé du meurtre non prémédité de Hardy.

Le 24 juillet 2010, vers 1 h 40, les cadavres de Jacques Tanguay, 72 ans, et de ses fils, Anthony, 7 ans, et Gabriel, 1 an, sont découverts par la mère des enfants dans la résidence familiale du HLM de la rue Galt du quartier Ville Émard de Montréal ; la mère rentrait d'une soirée où elle avait chanté au Bar Latour de l'Avenue de l'Église, à quelques pas de sa résidence.

Le 26 juillet 2010, un homme de 19 ans est atteint de balles tirées d'une automobile Chrysler 300 de couleur sombre alors qu'il marchait avec un ami sur la rue Joliette, entre les rues Ontario et Lafontaine à Montréal ; le jeune homme, qui n'était pas connu de la police, décède à l'hôpital le 27 juillet 2010. Sylvain Maheu, 48 ans, connu de la police, est recherché en relation avec ce décès.

Le 2 août 2010, vers 21 h 35, Pascal Leu, 44 ans, et Yassine Chnaiti, 28 ans, sont mortellement blessés dans l'appartement de Leu au 4800, Boulevard Décarie à l'angle de la rue Snowdon dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce de Montréal ; Leu décède sur les lieux alors que l'autre victime décède à l'hôpital. L'affaire a toutes les apparences d'un règlement de compte lié au monde des stupéfiants ; Leu, qui se présentait comme chauffeur de taxi mais qui était, en réalité, un vendeur de drogues, avait été l'objet d'une tentative de meurtre le 30 décembre 1990 au cours d'une danse de la Jamaica Association of Montréal sur la rue Jean-Talon Ouest ; il avait refusé de collaborer avec la police pour découvrir le ou les auteurs de l'attentat qui semblait faire partie d'une guerre entre gangs pour le contrôle d'un territoire des quartiers Côte-des-Neiges et Notre-Dame-de-Grâce de Montréal ; le lendemain, 31 décembre 1990, un chef de gang était abattu à sa sortie d'un édifice d'appartement du quartier Côte-des-Neiges ; 4 mois après la tentative de meurtre, Leu avait plaidé coupable à 5 accusations criminelles qui avaient été entreprises contre lui avant l'attentat. En juin 2009, Leu avait plaidé coupable à l'accusation de possession de marijuana dans le but d'en faire le trafic et avait été condamné à une période de probation de 12 mois qu'il avait achevée en juin 2010 ; Yassine Chnaiti n'était pas connue des policiers. Le 26 avril 2011, Musset Saint-Cyr, Gabriel Georges et Samuel Jean-Baptiste sont mis en accusation pour répondre des meurtres de Pascal Leu et de Yassine Chnaiti ; Musset Saint-Cyr, 26 ans, une relation de la Blood Mafia Family, est arrêté en prison où il était détenu depuis novembre 2010 pour répondre à une accusation de tentative de meurtre sur la personne de Eneck Baptiste, un membre du gang des Bo-Gars atteint par balles à l'intérieur du Red Light after hours de Laval le 6 novembre 2010 ; il est accusé des meurtres prémédités de Leu et Chnaiti.
Gabriel Georges, 19 ans, de Lachine, qui n'avait pas encore de dossier criminel, est accusé des meurtres non prémédités de Leu et Chnaiti. Samuel Jean-Baptiste, 26 ans, de Montréal-Nord, avait été condamné à une sentence suspendue le 13 septembre 2010 pour extorsion et entrée par effraction ; il avait été appréhendé en janvier pour bris de condition, mais relâché le 28 mars après avoir déposé 300 $ et promis de se conformer à certaines conditions ; le 22 avril, le nom de Samuel Jean-Baptiste est inscrit sur la liste des 10 criminels les plus recherchés du Québec ; le 6 octobre, Jean-Baptiste est arrêté dans le quartier Ahuntsic de Montréal et accusé des meurtres non prémédités de Leu et Chnaiti.

Le 8 août 2010, vers 1 h 35, Abdel Hannan, 26 ans, un étudiant à la Concordia University d'origine pakistanaise, est blessé à mort lorsqu'il tente de s'interposer entre 5 belligérants de même origine que lui qui se bagarrent armés de couteaux ; la police le découvre ensanglanté au coin de la rue Jeanne-Mance et du boulevard Crémazie à Montréal en même temps qu'un autre homme également blessé qui a le temps de décrire l'automobile des auteurs, une Toyota couleur or portant une plaque de l'Ontario. Hannan décède à l'hôpital ; à 2 h, la police arrête 2 autres blessés dans l'automobile décrite par l'une des victimes, puis 2 autres blessés dans une autre automobile et, enfin, un homme en état d'ébriété qui errait dans les environs. Tous les hommes avaient fêté le jour de l'indépendance du Pakistan à l'École Lucien-Pagé à l'intersection du boulevard Saint-Laurent et de la rue Jarry. Ahmed Wagas est accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès et de voies de fait graves sur Aftab Ahamed. En tout, 6 hommes ont été impliqués dans cette échauffourée.

Le 9 août 2010, vers 18 h 40, Shirel Attar, 14 ans une étudiante à la Marymount Academy, est trouvée inanimée par sa mère dans un bain de la résidence familiale du 5507 de l'avenue Randall près du Côte-Saint-Luc Road à Côte-Saint-Luc ; battue de 40 coups de marteau à la tête et poignardée de 51 coups de couteau dans le haut du corps, son décès est constaté sur les lieux ; le frère de la victime, Maor Attar, 18 ans, qui a tenté de se suicider par empoisonnement avec du diluant à peinture, est arrêté vers 23 h à une centaine de mètres de la résidence familiale et accusé à l'hôpital de meurtre prémédité relativement au décès de sa soeur ; le 8 octobre 2010, un rapport de psychiatre déclare que Maor Atar souffre de schizophrénie et qu'il n'était pas mentalement responsable au moment de l'assassinat de sa soeur, mais que les médicaments qu'il prend le rendent apte à subir son procès ; dans un complément de rapport, ce psychiatre affirme que Attar entendait des voix qui lui ordonnaient de tuer Shirel ; un rapport de contre-expertise soumis le 13 décembre 2010 par le psychiatre Gilles Chamberland, indique que Attar est un cas de l'article 16 du Code criminel qui stipule qu'une personne ne doit pas être tenue criminellement responsable des gestes qui lui sont reprochés si elle souffrait de troubles mentaux qui la rendait incapable de juger de la nature de l'acte posé ; le 10 janvier 2011, la couronne et la défense acceptent les conclusions des deux psychiatres ; le 16 mars 2011, la juge France Charbonneau déclare Attar non criminellement responsable du décès de sa soeuret ordonne qu'il soit traité dans un institut psychiatrique où il sera détenu jusqu'à ce qu'un comité se spécialistes soit convaincu de sa guérison et qu'il peut être réintégré sans danger dans la société.

Le 11 août 2010, le cadavre de Rémy Allaire, exploitant d'une bleuetière à Sainte-Hélène-de-Chester, est découvert dans un sac de sport dans la chambre d'un motel de Plessisville ; Allaire avait été vu vivant pour la dernière fois alors qu'il quittait Princeville au volant de son automobile. Le 13 août suivant, Patrick Lavoie, 42 ans, et Vanessa Tremblay, 25 ans, sont arrêtés par la police à Danville puis accusés de meurtre prémédité relativement à ce décès ; il est possible que le meurtre ait été commis dans un appartement de la rue Saint-Jean-Baptiste à Victoriaville, là où les policiers ont localisé le véhicule de Allaire.

Le 17 août 2010, vers 20 h, le cadavre poignardé de Réjeanne Pelletier-Charette, 82 ans, est découvert dans un champs du chemin Blanchette situé à environ 2 km de sa résidence de Rock Forest (Sherbrooke) située près de la rivière Magog d'où elle était disparue depuis le 13 août précédent ; le 16 août, les policiers découvrent l'automobile Mazda de la victime dans le stationnement d'une épicerie de Sherbrooke ; un adolescent de 16 ans résidant du Centre de réadaptation de Val-du-Lac, à environ 5 km de la résidence de madame Pelletier-Charette, est arrêté le 16 août et accusé d'enlèvement, de séquestration, de vol d'automobile et de recel ; l'arme du crime n'étant pas trouvée, il était difficile de la relier à l'adolescent qui ne peut être immédiatement accusé de meurtre ; le 8 février 2011, l'adolescent est accusé de meurtre prémédité relativement à ce décès.

Le 3 septembre 2010, vers 13 h, Ronia Mansourian, 15 ans, est heurtée par une automobile conduite par Robert Bélanger, 22 ans, sur le boulevard Lévesque près de la polyvalente Saint-Maxime de Chomedey à Laval ; la jeune fille qui revenait de dîner avec 3 de ses consoeurs, s'était avancée dans la rue pour contourner un camion qui bloquait le trottoir ; Bélanger, qui circulait vers l'ouest à toute vitesse, double 3 automobiles arrêtées à un feu de circulation, grille le feu rouge et frappe la jeune fille ; le corps de cette dernière est projeté sur un autobus qui circulait sur la voie opposée ; l'automobile continua son chemin ; Bélanger, dont le permis de conduire avait été suspendu quelques mois auparavant, enleva sa plaque d'immatriculation et appela une dépanneuse pour se débarrasser de sa voiture ; il fut arrêté peu après l'incident, puis accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort et d'avoir fui le lieu d'un accident impliquant mort ou blessures. Le 18 août 2010, la BMW de Bélanger avait été stoppée par les policiers de Laval qui y avaient trouvé 140 grammes de marijuana ; Bélanger avait été accusé le 11 janvier 2011 de possession de drogues pour en faire le trafic ; lors de sa comparution dans l'affaire du décès de Ronia Mansourian, il plaide coupable à l'accusation du 11 janvier et est condamné à 15 jours de prison ; en octobre 2010, Bélanger avait plaidé coupable à une accusation d'assaut dans une autre affaire et avait été condamné à 7 jours de prison ; le 21 avril 2011, Bélanger plaide coupable aux accusations de conduite dangereuse ayant causé la mort et de délit de fuite ; le 2 septembre 2011, le juge Gilles Garneau condamne Bélanger à 5 ans de prison pour conduite dangereuse et un an de prison pour avoir quitté la scène d'un accident, ces deux peines devant être purgées consécutivement ; il lui interdit de plus de conduire un véhicule au Canada pendant 10 ans.

Le 9 septembre 2010, un homme de 26 ans est poignardé dans un bar de la rue Centre dans le quartier Pointe-Saint-Charles de Montréal ; la victime décède à l'hôpital le 30 septembre suivant.

Le 29 septembre 2010, vers 3 h 15, Ennio Bruni, 36 ans, proche du clan Rizzuto, est abattu de 3 balles alors qu'il sortait du Café Bellerose, un café italien du boulevard Bellerose, à l'extrémité d'un petit centre commercial du quartier Vimont de Laval ; Bruni n'avait pas de casier judiciaire, mais il était connu de la police comme homme de main de Francesco Arcadi et collecteur de fonds pour la famille Rizzuto dans les maisons de jeu de Laval ; le 24 novembre 2009, Bruni avait été atteint de 3 balles à l'épaule et d'une balle dans le dos alors qu'il marchait vers son automobile après avoir quitté un restaurant du boulevard Curé-Labelle dans le quartier Saint-Rose de Laval ; il n'a pas voulu porter plainte ; il était un ami de Francesco del Balso.

Le 2 octobre 2010, vers 3 h, un homme de 21 ans est poignardé à mort au cours d'une bagarre impliquant 15 personnes dans le stationnement à l'extérieur d'un bar de la rue Beaubien et de l'avenue Repentigny dans l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve de Montréal ; le 7 octobre 2010, Jonathan Poulin Agostino, 23 ans, est arrêté par la police et accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès.

Le 2 octobre 2010, vers 22 h, Nelson Anibar Ramos, 29 ans est abattu par balles et Nelson Archibald Ramos, 21 ans, est blessé également par un projectile dans le stationnement d'un dépanneur, près de l'intersection du boulevard Pie-IX et de la rue Denis-Papin, dans l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension de Montréal ; Nelson Geovanny Echeveria Lobo, 25 ans, un résident de Deerfield, Connecticutt, USA originaire du Honduras, est accusé de meurtre non prémédité et de tentative de meurtre relativement à cet incident.

Le 6 octobre 2010, lors de l'Opération Écrevisse en Abitibi, Donald Rancourt, 49 ans, est abattu après qu'il eut pointé une arme contre les policiers.

Le 6 octobre 2010, Moussa Sidime, 71 ans, architecte de renom d'origine Guinéenne, appelle le 911 pour dire que sa fille Nouténé Sidimè, 13 ans, gît inconsciente le nez en sang sur le plancher de son appartement du chemin Chambly à Longueuil ; il dit qu'il l'a gifflée à 2 reprises après une mésentente sur un plancher mal lavé ; le père est immédiatement arrêté par la police et sera accusé de voies de fait graves le lendemain à Longueuil ; sa fille est transportée à l'hôpital Charles-Lemoyne où elle décède le 10 octobre suivant ; les rapports d'autopsie révèlent que la jeune fille est décédée d'un oedème cérébral et d'une hémorragie pulmonaire ; ce que les 2 giffles n'arrivent pas à expliquer ; comme le corps de la jeune fille ne présentait aucune marque de violence, le pathologiste a demandé d'autre tests avant de se prononcer sur la ou les causes du décès ; le 25 octobre 2010, Moussa Sidimé est remis en liberté sous conditions ; le 28 juin 2011, le pathologiste André Bourgault conclut que la jeune fille est décédée à la suite d'une hémorragie sous-arachnoïdienne massive accompagnée d'un oedeme cérébral, de détresse respiratoire et de choc vraisemblablement causés par la rupture d'une artère vertébrale provoquée par un mouvement brusque du cou causé par la giffle elle-même ou par un réflexe brusque pour tenter de l'esquiver ; le procureur de la Couronne accuse alors Moussa Sidimé d'homicide involontaire coupable. Le 31 août 2011, le juge Richard Marleau détermine qu'il y a suffisamment de preuve pour la tenue du procès de Moussa Sidimé.

Le 13 octobre 2010, vers 17 h 20, le cadavre de Violaine Mouffe, 32 ans, est découvert sur le palier à l'arrière d'un édifice situé au 2534 de la rue Centre, à l'est de la station de métro Charlevoix dans le quartier Pointe-Saint-Charles de Montréal ; le 22 décembre 2010, Marc Fortin, 29 ans, est accusé de meurtre prémédité relativement à ce décès.

Le 17 octobre 2010, vers 2 h 40, Marie Altagracia Dorval, 28 ans, est poignardée à mort dans son appartement de l'avenue L'Archevêque, au nord de la rue Amos dans l'arrondissement de Montréal-Nord ; Edens Kenold ou Kenol, 34 ans, le mari de la victime dont elle vivait séparée et de qui elle était en instance de divorce, est arrêté par la police dans un appartement de Pointe-aux-Trembles et est accusé de meurtre prémédité relativement à ce décès ; le couple, qui avait été accusé d'agression armée, de complot et d'entrave à la justice dans une affaire survenue le 1er janvier 2008, devait revenir au tribunal en novembre 2010 ; le couple avait une fille de 2 ans, Debbie, et 2 garçons de 6 et 10 ans, Roldens et Kedens, qui n'étaient pas avec leur mère lors du meurtre ; lors de sa comparution au palais de justice de Montréal, Kenol ne présente pas de plaidoyer mais se conduit et parle de manière incohérente qui incite le juge à le référer à l'Institut Philippe-Pinel pour qu'il y subissey un examen psychiatrique ; le 10 octobre précédent, madame Dorval avait porté plainte à la police pour harcèlement et violence de la part de son ex-conjoint ; des policiers avaient pris sa plainte et l'avaient confiée à des enquêteurs qui auraient tardé à agir ; Marie Altagracia Dorval est arrivée à Montréal venant de Haïti avec ses parents alors qu'elle avait 15 ans ; le 14 décembre 2010, Edens Kenol est envoyé à l'Institut Pinel pour une période de 60 jours afin de déterminer s'il souffrait vraiment d'une maladie mentale. Claude Simard, commissaire à l'Éthique policière accuse les agents Danny Chicoine, Éric Sabourin et Estelle Motta de négligence à protéger la victime et ses enfants lorsqu'ils eurent à répondre à une plainte de madame Dorval ; le lieutenant-détective Marcel Thifault de ne pas avoir vérifier la gravité des menaces dont la victime avait fait état, la sergent-détective Geneviève Leclerc de ne pas avoir investigué le cas dès qu'il passa sur son bureau le 13 octobre 2010. Le 11 décembre 2011, le ministre de la Sécurité publique du Québec réfère les 5 policiers de Montréal au comité d'éthique policière pour qu'ils y expliquent pourquoi, aucun d'entre eux n'a réagi à la plainte déposée par la victime moins d'une semaine avant sa mort.

Le 19 octobre 2010, le cadavre de Chantal Charbonneau, 37 ans, est découvert dans une camionnette abandonnée à Saint-Modeste (Bas-Saint-Laurent ) dans un bois difficilement accessible en voiture ; la victime qui avait amorcé des démarches de séparation aurait été étranglée vers 10 h le 18 octobre 2010 dans la résidence familiale de la rue Besset à Saint-Mathias-sur-Richelieu ; son mari, René Thériault, 45 ans, un entrepreneur en construction propriétaire de la camionnette, est arrêté par la Sûreté du Québec chez son oncle à Saint-Modeste et accusé de meurtre relativement à ce décès ; la victime et l'accusé avaient 2 garçons âgés respectivement de 15 et 20 ans.

Le 22 octobre 2010, vers 14 h 42, Le cadavre de Michael Sommerfield est découvert dans un appartement situé à l'angle des rues Banantyne et Hickson dans l'arrondissement de Verdun de Montréal ; Donald Bulcock, 28 ans, qui aurait été le colocataire de la victime, est arrêté relativement à ce décès ; c'est lui qui avait alerté la police ; le décès ferait suite à une querelle de jalousie ; la victime aurait frappé l'accusé à deux reprises et l'accusé l'aurait étranglé ; Bulcock est accusé de meurtre non prémédité ; le 19 avril 2012, un jury reconnaît Bulcock coupable d'homicide involontaire.

Le 22 octobre 2010, Daniel Dion, 51 ans, un homme d'affaires originaire de Sherbrooke, disparaît d'Acapulco (Mexique) où il passait de 4 à 6 mois par année ; président de la compagnie Ecopurse, fabricant de sacs à main à partir de produits recyclés, il était un ami personnel du gouverneur de l'État ; le 30 octobre 2010, son cadavre calciné est découvert par son frère dans le coffre de sa voiture incendiée dans un dépotoir situé à environ 130 km d'Acapulco ; son entreprise employait 2 200 personnes ; son frère croit que le meurtre a été commandé par quelqu'un qui était jaloux ; par ailleurs, ses cartes de crédit ayant disparu, la police mexicaine croit plutôt à un vol suivi d'un meurtre ; le 23 novembre 2010, la police mexicaine arrête Hector Juan Figueroa, 46 ans, un ami de Dion qu'elle accuse de meurtre le 29 décembre 2010 ; Figueroa est un ex-détenu.

Le 25 octobre 2010, vers 23 h, un homme appelle le 911 pour expliquer qu'il venait de voir un individu en poignarder un autre sur le trottoir, devant un abribus situé à l'angle des rues Crémazie et Saint-Michel dans le quartier Saint-Michel ; le décès de la victime, un homme dans la vingtaine, a été constaté à l'hôpital ; c'est le 34e meurtre commis sur l'île de Montréal en 2010 ; durant toute l'année 2009, 29 meurtres y avaient été commis.

Le 10 novembre, vers 17 h 40, Nicolo Rizzuto, 86 ans, le parrain de la mafia montréalaise, est assassiné par balle dans la cuisine de sa résidence de la rue Antoine-Berthelet dans le secteur Saraguay de Montréal ; un tueur n'a tiré qu'une balle de haut calibre à travers la fenêtre du solarium et l'a atteint à la tête ; il a été déclaré mort à l'hôpital.

Le 20 novembre 2010, Anne-Marie Deslauriers, 21 ans, une étudiante, est trouvée morte dans son appartement du boulevard Concorde Ouest dans le secteur Laval-des-Rapides de Laval ; son conjoint Steven Léger, 26 ans, est accusé de meurtre relativement à ce décès.

Le 30 novembre 2010, vers 17 h 45, le cadavre de Sylvie Bergeron, 49 ans, est découvert dans son appartement de la rue Saint-Joseph dans le quartier Saint-Roch de Québec.

Le 2 décembre 2010, vers 13 h 50, le cadavre de Alain Hudon, 52 ans, est découvert dans un boisé de Saint-Hippolyte, à environ 80 km au nord-ouest de Montréal ; peu de temps après le cadavre de Martin Gagné, 24 ans, est découvert non loin du premier, de même qu'un véhicule appartenant à l'entreprise de Hudon.

Le 9 décembre 2010, vers 20 h, Jorge de Castro, 42 ans, et Jeffrey Lindor, 26 ans, descendent de leurs automobiles et se disputent près de l'intersection de l'avenue Laurier et de la 18e Avenue à Montréal ; à un certain moment, Lindor monte dans son automobile, fonce sur de Castro et quitte les lieux en vitesse, puis revient sur les lieux où il est arrêté par la police ; le décès de la victime a été constaté à l'hôpital et Lindor est accusé de meurtre non prémédité relativement à ce décès.

Le 13 décembre 2010, Vera Vucerakovich et Predrag Perisic se sont mariés en 1997 ; le mariage est orageux ; ils ont 2 enfants, Deyan et Danyela, tous deux nés à Montréal ; Perisic est un ingénieur de marine qui ne peut trouver d'emploi à Montréal parce qu'il ne parle pas français. En janvier 2007, Perisic part vivre chez son frère jumeau à La Porte (Texas, USA) ; deux fois par année, la mère et ses 2 enfants iront le visiter au Texas. En août 2009, dans une ultime tentative de réconciliation, la mère et ses 2 enfants déménagent au Texas, n'y resteront que quelques mois, puis reviendront à Montréal où les enfants fréquentent l'école primaire Gardenview de l'arrondissement Saint-Laurent. Le 1 janvier 2010, la mère et les 2 enfants quittent la maison du beau-frère escortés par la police ; sans argent, la mère demande aux enfants ce qu'ils préfèrent ; ceux-ci veulent retourner à Montréal ; ils y arrivent le lendemain, mais le père n'en est averti que lorsque la famille est installée dans la résidence de Saint-Laurent. En vertu de la Convention de La Haye qui régit les affaires légales privées et familiales dans les cas de problèmes trans-frontaliers, le fait que le père n'ait pas consenti à ce voyage, constitue un enlèvement ; le 16 avril 2010, malgré la volonté exprimée par les 2 enfants de demeurer à Montréal et leur crainte de vivre avec leur père, la juge Hélène Lebel de la Cour supérieure ordonne que les 2 enfants soient envoyés au Texas (USA) avec leur père sous des conditions précises ; le 26 octobre 2010, la juge Marie-Christine Laberge de la Cour supérieure du Québec, informée que Perisic ne remplissait pas au Texas certaines conditions imposées en avril, accorde la garde des enfants à la mère et permet à celle-ci d'aller les chercher au Texas ; les enfants étant introuvables, la mère demande aux autorités de déclencher l'alerte Amber ; le 13 décembre 2010, vers 17 h, lorsque les policiers, qui recherchent les deux enfants, arrivent à la résidence d'un ami de Perisic à Coldspring (Texas), à environ 110 km au nord de Houston (Texas, USA), ils entendent des coups de feu venant du 2e étage où ils découvrent les deux enfants atteints de plusieurs balles ; Deyan, 10 ans, décède de ses blessures alors que Danyela, 12 ans, survivra à 8 balles à la suite d'opérations multiples ; le père est accusé du meurtre de son fils et de tentative de meurtre de sa fille ; un numéro de téléphone sur l'afficheur de l'appareil de Zivorad Subotic, un prêtre de l'Église serbe orthodoxe de Westmount, a permis à la police de localiser Perisic qui l'avait appelé du Texas le 12 décembre 2010 pour lui parler de sa situation et de son intention de tuer ses enfants ; le 25 février 2011, Pericic est formellement accusé par un grand jury du Texas.

Le 18 décembre 2010, vers 13 h 20, le cadavre ensanglanté d'Ornelia Fortunato, 49 ans, est trouvé par des voisins sur le plancher de sa résidence située au 11 340 de l'avenue Salk à l'angle de la rue Jule-Fournier à Montréal-Nord ; l'un des voisins avait trouvé le sac à main de madame Fortunato dans le stationnement de sa résidence et venait le rapporter lorsqu'il a découvert le cadavre ; la victime demeurait avec son fils et John Mullin, 50 ans, son ex conjoint ; ce dernier, questionné à l'Hôpital psychiatrique Douglas de Verdun où il s'était rendu, est accusé de meurtre relativement à ce décès ; en septembre 2003, Mullins avait été accusé de voies de fait armées sur son neveu et avait été acquitté pour cause de troubles mentaux ; traité à l'hôpital psychiatrique, il avait été libéré en 2005le 25 mars 2011, Mullin est déclaré non responsable de ce meurtre en raison de troubles mentaux (schizophrénie paranoïde) et est envoyé à l'Institut Philippe-Pinel pour traitement jusqu'à ce qu'une commission d'examen décide qu'il peut en sortir sans danger.

En 2010, la police de Montréal a enregistré 37 meurtres dont 5 doubles meurtres.

  • Bibliographie -


Allô Police (Hebdomadaire de Montréal)
Death Dealers (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1999)
Hells-Angels at War (Yves Lavigne, Harper-Collins Publishers, 1999)
Hells-Angels: Into the Abyss (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1996)
Hell's Angels: Taking Care of Business (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1987).
La Filière canadienne (Jean-Pierre Charbonneau, Les Éditions de l'homme, 1975).
La Petite histoire du crime au Québec (Hélène Andrée Bizier. Éditions internationales Alain Stanké, 1981).
Meurtres en série et de masse - Dynamique sociale et politique (Richard Poulin et Uanick Dulong. Éditions Sisyphe, 2009).
Iced: A History of Organized Crime in Canada (Stephen Schneider).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)