Saint-Jean-sur-Richelieu (municipalité)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)

[1]Superficie - 225,61 km2.
Population 2012 : 92 448 habitants.

  • Gentilé - Johannais, aise.


  • Éphémérides -


1609
Samuel de Champlain y passe en se rendant au lac qui portera son nom.
1647
(1er avril) Concession d'une seigneurie par Jean de Lauzon à l'abbé Jean de Laferté, curé de La Madeleine de Paris, qui la nomme seigneurie de La Prairie-de-la-Madeleine (68) et la cède aux jésuites ; son territoire couvre l'actuel territoire des municipalités de La Prairie, Saint-Philippe, Saint-Constant et de L'Acadie.
1657
Concession d'une seigneurie à Charles Le Moyne qui la nomme Longueuil.
1665
Construction du premier fort Saint-Jean à la demande de Jean-Frédéric Phélypeaux.
1666
Érection d'un fort par les soldats du régiment de Carignan-Salières en face de l'île Sainte-Thérèse dans la rivière Richelieu.
1667
Fondation de la paroisse Saint-Jean.
1672 Le fort Saint-Jean est abandonné.
(29 octobre) Concession d'une seigneurie (6 lieues de front sur la rivière Richelieu dont 3 lieues au nord et 3 lieues au sud de la rivière Saint-Louis, x 1 lieue de profondeur ; ce territoire englobait celui des municipalités de Carignan, Chambly, Richelieu, Notre-Dame-de-Bon-Secours et une partie de Saint-Basile-le-Grand et de Saint-Luc) par l'intendant Talon à Jacques de Chambly qui lui donne le nom de seigneurie de Chambly (120-129) ; l'île Sainte-Thérèse est comprise dans le territoire de cette seigneurie.
1710
(8 juillet) Augmentation de la seigneurie de Longueuil (69) dans le haut de la rivière Richelieu.
1733
(1 avril) Concession d'une seigneurie (3 lieues de front sur la rivière Richelieu x 3 lieues de profondeur) par le gouverneur Beauharnois et l'intendant Hocquart à Clément de Sabrevois de Bleury, époux de Marie Guichard, qui la nomme seigneurie de Bleury (122).
1741
(10 mai) La seigneurie de Bleury (122) est réunie au domaine royal faute d'avoir été développée par le seigneur.
1747
Inauguration d'une route entre Saint-Jean et La Prairie.
1748
Construction du second fort Saint-Jean par le gouverneur de La Galissonnière selon des plans de Chaussegros de Léry ; carré de 65 m de côté flanqué d'un bastion à chaque coin.
1750
(30 octobre) Reconcession de la seigneurie de Bleury (122) par le gouverneur Jonquière et l'intendant Bigot à Clément de Sabrevois de Bleury, époux de Marie Guichard.
1753
Arrivée de Pierre Brosseau, premier colon de la partie du village de Saint-Luc située dans la seigneurie de La Prairie-de-la-Madeleine (68).
1753-1772
Les Boyer, Brosseau, Gagné, Leber, Cayer, Perras, Denault, Moquin, Robidoux, Surprenant et Lefebvre viennent de La Prairie-de-la-Madeleine fonder le village de L'Acadie.
1755
Arrivée d'exilés acadiens (Clouâtre, Hébert, Boudreau) qui s'installent comme colons à Saint-Luc et à L'Acadie.
1757
(Mars) Arrivée à Saint-Jean de 7 compagnies du régiment de La Sarre qui y rebâtissent le fort.
(24 juin) Montcalm envoie le régiment du Languedoc camper entre le village de La Prairie et celui de Saint-Jean.
1760
(30 août) Le fort est abandonné, puis incendié après que celui de l'île aux Noix eut été pris par les Anglais.
1764
(3 août) Vente de la seigneurie de Bleury (122) par Clément de Sabrevois de Bleury, son épouse, Charlotte Guichard, et son frère, Charles de Sabrevois de Bleury, à Gabriel Christie et Moses Hazen.
1764-1768
Arrivée de colons Acadiens revenus d'exil qui s'installlent dans le territoire qui deviendra la paroisse Sainte-Marguerite-de-Blairfindie.
1770 Gabriel Christie et Moses Hazen divisent la seigneurie en deux parties : Hazen prend la partie sud et Christie la partie nord.
1775
Arrivée de Joseph Dupuis de Montpellier, premier colon de la partie de la municipalité de Saint-Luc située dans la seigneurie de Longueuil (69).
(17 mai)
Le fort Saint-Jean est pris par une cinquantaine de soldats de l'armée américaine dirigés par Benedict Arnold.
1776
L'armée des États-Unis incendie le fort Saint-Jean.
1782
(2 septembre) Jacques Hébert cède une presqu'île de 6 arpents au bord de la petite rivière de Montréal pour y construire l'église, le presbytère et à la maison du bedeau de la paroisse Sainte-Marguerite-de-Blairfindie à L'Acadie.
(16 septembre) Jean-Baptiste Cyr cède un terrain pour l'aménagement d'un chemin menant aux bâtiments paroissiaux de la paroisse Sainte-Marguerite-de Blairfindie (L'Acadie).
1784
Nomination du premier curé résidant de la paroisse Sainte-Marguerite-de-Blairfindie.
1789
Ouverture des registres de la paroisse Sainte-Marguerite-de-Blairfindie.
(13 mai) Testament de Gabriel Christie qui lègue ses fiefs et seigneuries à son fils légitime Napier Christie qui, s'il n'a pas d'enfants, les cèdera à son demi-frère, James Christie ; si ce dernier est aussi sans descendance ou s'il est prédécédé, les fiefs et seigneuries iront à William Plenderleath, son fils naturel issu de sa relation hors-mariage avec Rachel Plenderleath, qui devra prendre le nom de Christie.
1790
La partie sud de la seigneurie de Bleury (122) est saisie sur les biens de Moses Hazen à la demande de Gabriel Christie qui s'en porte acquéreur lors de sa vente aux enchères.
1792
Arrivée des premiers colons anglais, des Loyalistes, qui nomment l'endroit Dorchester en l'honneur de Guy Carleton, lord Dorchester.
1797 Un traversier relie les deux rives de la rivière Richelieu entre Saint-Jean et Iberville.
1799
(26 janvier) Au décès de Gabriel Christie, ses seigneuries, dont celle de Bleury (122), passent à Napier Christie.
1801
Nomination du premier curé résidant de la paroisse Saint-Luc.
(1er juillet) Ouverture des registres de la paroisse Saint-Luc par l'inscription du baptème de Jean-Baptiste Poirier.
(28 octobre) Enregistrement du premier décès de la paroisse Saint-Luc, celui de Joseph Chabot.
(23 novembre) Enregistrement du premier mariage de la paroisse Saint-Luc, celui d'Antoine Quiriac avec Marie-Jovette Quirion.
(23 décembre) Consécration de l'église Sainte-Marguerite-de-Blairfindie par Mgr Joseph-Octave Plessis.
1816
Inauguration de la St. James Anglican Church.
1817
Incendie du village et du fort de Saint-Jean
1822
Nomination du premier curé résidant et construction de la première église de Saint-Athanase-de-Bleury.
1823
Ouverture des registres de la paroisse Saint-Athanase-de-Bleury.
1826
Construction du pont Jones entre Iberville et Saint-Jean.
1827
Inauguration de la première église Saint-Luc.
Mise en exploitation de la première filature québécoise de laine à Sainte-Marguerite-de-Blairfindie.
1828
Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Jean-l'Évangéliste.
1829
(4 septembre) Érection canonique de la paroisse Saint-Athanase par détachement de celle de Saint-Luc-sur-Richelieu ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Bleury et de la seigneurie de Chambly.
Ouverture de la première école de la paroisse Saint-Athanase.
1831
Début de l'aménagement du canal de Chambly entre Saint-Jean et Chambly.
(18 juin) Érection canonique de la paroisse Sainte-Marguerite-de-Blairfindie ; son territoire couvre une partie des seigneurie de Longueuil (69), La Prairie et De Léry.
(9 septembre) Érection canonique de la paroisse de Saint-Jean-l'Évangéliste-de-Dorchester par détachement de celle de Saint-Luc ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Longueuil (69).
1832
(9 mai) Érection canonique de la paroisse Saint-Luc ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Longueuil (69).
(Juin) Épidémie de choléra qui décime la population des villages.
1835
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de L'Acadie à Sainte-Marguerite-de-Blairfindie.
Au décès sans héritier de Napier Christie, la seigneurie passe à William Plenderleath Christie conformément au testament de Gabriel Christie.
(27 juin) William Plenderleath adopte le nom de William Plenderleath Christie ; le nouveau seigneur fait construire le manoir seigneurial entre 1835 et 1842.
1836
(21 juillet) Inauguration d'un chemin de fer de 23,33 km, le premier du Canada, par la Champlain and St. Lawrence Railway entre Saint-Jean-sur-Richelieu et La Prairie ; La Prairie étant reliée à Lachine par voie d'eau, tout le commerce avec les États-Unis passe par La Prairie et Saint-Jean jusqu'à l'inauguration du pont Victoria en 1860.
1837
Tenue des assises du mouvement patriote à L'Acadie et à Saint-Jean.
1838
Arrivée des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.* de Montréal à Saint-Athanase. Le colonel John Colborne installe son quartier général dans le presbytère de Sainte-Marguerite-de-Blairfindie pour diriger les opérations de répression contre les participants à l'insurrection de 1838. Voir Québec (province). Crises. Émeutes de 1837 et de 1838.
1839
(Juin à décembre) Construction d'un important établissement militaire afin de contrer toute tentative révolutionnaire ; cet établissement comporte un hôpital de 90 lits et des casernes pouvant abriter 30 officiers, 12 sergents et 800 hommes de troupe.
1839-1867
Saint-Jean est un centre de formation pour la cavalerie et l'infanterie de l'armée impériale anglaise.
1840
Ouverture de la première usine de céramique par la famille Farrard venue du Vermont.
1841 Inauguration de l'Église Trinity (Anglicans) à Iberville.
1843
Inauguration du canal de Chambly et ouverture de la rivière Richelieu à la navigation entre New York et Montréal.
(23 décembre) Constitution de la municipalité du village de .
1845
Incendie de l'église Saint-Athanase de 1822.
(8 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Marguerite-de-Blairfindie. Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Luc-de-Longueuil. Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Jean. Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Athanase-de-Bleury. Incendie de l'église Saint-Athanase de 1822.
(4 mai) Décès sans enfant du seigneur William Plenderleath Christie ; le manoir, la seigneurie de Bleury (122) et la seigneurie de Lacolle (131) et la seigneurie de Léry (130) passent, à sa veuve, Amelia Martha Bowman, alors que ses autres biens meubles sont légués aux familles McGinnis (parents de sa première femme) et Bowman (parents de sa veuve), des sommes d'argent à 32 de ses amis et le reste à des sociétés missionnaires.
1846
Construction de la seconde église Saint-Athanase.
(23 mars) Érection canonique de la paroisse Sainte-Brigide-d'Iberville par détachement de celle de Sainte-Marie-de-Monnoir.
(23 décembre) Constitution de la municipalité du village de par détachement de celle de la paroisse de Saint-Athanase-de-Bleury.
1847
(1er septembre) Abolition de la municipalité de la paroisse de Saint-Jean.
Abolition de la municipalité de la paroisse de Saint-Luc-de-Longueuil.
Abolition de la municipalité de la paroisse de Sainte-Marguerite-de-Blairfindie.
1854
Le village de adopte le nom de Iberville.
(18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1855
(1 juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Jean-l'Évangéliste.
Constitution de la municipalité de Saint-Luc.
Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Marguerite-de-Blairfindie.
1856
Constitution de la municipalité du village de Saint-Jean par détachement de celle de la paroisse de Saint-Jean-L'Évangéliste.
1859
(4 mai) Le village de Iberville devient ville.
1860
Proclamation du canton d'Iberville.
1861
La seigneurie de Bleury passe à Amelia Bowman, veuve de William Plenderleath Christie.
1863
Fondation de l'Hôpital du Haut-Richelieu par les Soeurs grises.
1867
(30 octobre) Incendie de 5 maisons, 3 hangars, 5 remises et 3 écuries de la rue Richelieu.
1867-1870
Le centre de formation militaire passe aux Royal Canadian Riffles.
1870-1952
Le centre de formation militaire est successivement sous l'autorité des Royal Canadian Dragoons, du Royal Canadian Regiment et du Royal 22e Régiment.
1873
Fondation de la Banque de Saint-Jean.
1875
(3-4 juillet) Incendie de la première église Saint-Luc (1827).
1876
(18 juin) Incendie de 300 bâtiments de la rue Richelieu et du côté est de la rue Champlain à Saint-Jean.
1877
Inauguration de la seconde église Saint-Luc.
1878
Ouverture de l'École d'infanterie de l'armée canadienne sous le commandement du lieutenant-colonel Orsonnens.
1880
(2 avril) Le village de Saint-Jean devient ville.
1884
Constitution de la municipalité de Sainte-Anne-de-Sabrevois par détachement de celle de Saint-Athanase.
1885
Établissement de la maison provinciale des Frères maristes à Iberville.
1906
Ouverture de la première usine de moulins à coudre Singer.
Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-Auxiliatrice.
1908
(11 juin) Faillite de la Banque de Saint-Jean.
1909 Le président de la Banque de Saint-Jean, Philippe-Honoré Roy, est condamné à 5 ans de prison pour en avoir falsifié les livres.
1911 Fondation du collège de Saint-Jean.
1914 Inauguration de la nouvelle église Saint-Athanase.
1915 Construction du pont Lomer-Gouin (442 m, une travée à bascule) par la compagnie Dominion Bridge ; ce pont relie Saint-Jean-sur-Richelieu à Iberville.
1916
La ville de Saint-Jean devient cité.
(4 septembre) Inauguration officielle du pont Lomer-Gouin.
1919
Le chemin Saint-Jean-La Prairie devient carossable.
1920
Inauguration du monument à Wilfrid Laurier à Iberville.
Mise en exploitation de l'usine de la Canadian Potteries Ltd.
1922
Fondation de l'École d'infirmières de l'Hôpital Saint-Jean.
1923
La population de la paroisse Saint-Athanase est de 3 219 âmes, celle de Saint-Jean-l'Évangéliste, 5 759, celle de Saint-Luc, 595, celle de Sainte-Marguerite-de-Blairfindie, 802.
1926
Le bureau de poste de Sainte-Marguerite adopte le nom de Lacadie.
1930
Érection canonique de la paroisse Saint-Edmond.
1932
Le chemin Saint-Jean-La Prairie reçoit sa première couche d'asphalte.
1939-1945
Un camp d'internement de Canadiens d'origine de pays faisant partie de l'axe germano-italo-nipponne est établi à Grande-Ligne pour accueillir 700 prisonniers.
1939
(19 octobre) Incendie du collège de Saint-Jean.
1941
Ouverture, sur l'emplacement du centre de formation militaire, de l'École d'observation aérienne numéro 9 des Forces armées canadiennes et du Dépôt de réparation numéro 9 du Plan aérien du Commonwealth.
1944
(6 mars) Fondation de la Caisse populaire de Notre-Dame-Auxiliatrice de Saint-Jean.
1945
Ouverture, sur l'emplacement du centre de formation militaire, et de l'Unité de dépôt d'équipement excédentaire numéro 8 des Forces armées canadiennes.
Fondation de l'École secondaire Marcellin-Champagnat (cette institution était privée secondaire, pour filles et garçons en 2010).
(30 avril-1er mai) Incendie de la seconde église Saint-Luc (1877).
1947
(6 avril) Bénédiction de la troisième église Saint-Luc construite à partir de la maçonnerie de l'église de 1877 peu affectée par l'incendie.
(8 novembre) Fondation de la Caisse populaire de Iberville.
1948
(1er mai) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Jean.
1950
Érection canonique de la paroisse Saint-Noël-Chabanel à Iberville.
1951
La base militaire reprend vie comme centre de formation pour répondre aux besoins des Forces armées canadiennes suscités par la Guerre de Corée.
(21 avril) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Luc.
1952
Inauguration du Collège militaire royal du Canada sur l'emplacement du centre de formation de la cavalerie et de l'infanterie ouvert en 1839 ; ce collège est destiné à favoriser la formation d'officiers canadiens-français pour les Forces armées canadiennes.
Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes à Saint-Jean.
Érection canonique de la paroisse Sacré-Coeur-de-Jésus à Iberville.
1953
Inauguration de l'église Saint-Noël-Chabanel à Iberville.
(11 avril) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Edmond.
1954
(21 avril) Liquidation de la Caisse populaire de Saint-Luc.
1955
Érection canonique de la paroisse Saint-Gérard-Majella à Saint-Jean.
1956
Érection canonique de la paroisse St. Thomas More à Saint-Jean.
1957
Érection canonique de la paroisse Saint-Lucien à Saint-Jean.
1958
Érection canonique de la paroisse Saint-Eugène à Saint-Jean.
1961
(14 janvier) Fondation de la Caisse populaire de L'Acadie.
1962
(24 mars) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Luc.
1963
(19 octobre) La municipalité de la paroisse Saint-Luc devient ville.
1966 Inauguration du pont Félix-Gabriel-Marchand
1968
Le collège de Saint-Jean devient le cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu.
1970
Regroupement des municipalités de la paroisse de Saint-Jean-l'Évangéliste et de la ville de Saint-Jean pour former l'actuelle ville de Saint-Jean.
1972
Érection canonique de la paroisse Sainte-Thérèse-sur-Richelieu.
1975
Fondation de l'École secondaire Marcellin-Champagnat (cette institution était privée, secondaire pour filles et garçons en 2010)
1976
La municipalité de Sainte-Marguerite-de-Blairfindie adopte le nom de L'Acadie.
1977
(19 février) Fondation de la Caisse populaire Saint-Eugène de Saint-Jean.
1978
La ville de Saint-Jean adopte le nom de Saint-Jean-sur-Richelieu.
1979
Inauguration de la mégastructure de la base des Forces armées canadiennes (abrite L'École des langues, l'Auditorium, la Chapelle et les résidences pouvant loger 1 600 étudiants, le quartier général, les cuisines, les mess, les salles à manger, l'École des recrues, le Centre de sports et loisirs et des résidences pouvant loger 780 personnes).
(4 août) Fondation de la Caisse populaire Notre-Dame-de-Lourdes.
1981
(14 novembre) Fusion des caisses populaires de L'Acadie et de Notre-Dame-Auxiliatrice sous le nom de cette dernière.
1984 Premier festival des mongolfières du Haut-Richelieu.
1985
(16 août) La Dominion Textile annonce la fermeture de ses filatures de Salaberry-de-Valleyfield et de Saint-Jean-sur-Richelieu.
1990
La population de Saint-Jean-sur-Richelieu est de 34 745 habitants, celle de Saint-Luc, 10 951, celle d'Iberville, 8 547, celle de Saint-Athanase, 5 715, celle de L'Acadie, 4 449.
1994
(22 février) Dans son discours du budget, le gouvernement de Jean Chrétien annonce la fermeture du Collège militaire royal de Saint-Jean au Québec et de celui de Victoria (Colombie Britannique).
1995
(21 septembre) Tragédie mortelle ; acte criminel ; explosion d'une bombe que 4 sympathisants de la bande des Rock-Machine s'apprêtaient à poser au refuge des Jokers de Saint-Jean affiliés à la bande rivale des Hell's Angels ; bilan : 3 morts et 1 blessé grave parmi les membres de la bande des Rock-Machine.
1996
(26 mai) Tragédie mortelle ; accident de la route ; collision frontale sur la route 104 entre La Prairie et Saint-Luc; bilan : 3 morts (2 femmes et 1 homme).
2000
La population de Saint-Jean-sur-Richelieu est de 37 854 habitants, celle de Saint-Luc, 20 996, celle d'Iberville, 9 889, celle de Saint-Athanase, 6 677, et celle de L'Acadie, 5 709.
2001
(24 janvier) Un décret du gouvernement du Québec ordonne le regroupement des municipalités de Saint-Jean-sur-Richelieu, Iberville, Saint-Luc, Saint-Athanase et L'Acadie pour former la nouvelle municipalité de Saint-Jean-Iberville.
(26 mai) La municipalité de Saint-Jean-Iberville adopte le nom de Saint-Jean-sur-Richelieu.
2004
(13 février) Tragédie mortelle ; actes criminel ; bilan : 3 morts ; les corps de Daniel Gendron, 33 ans, et Stacy Boulanger, 29 ans, sont trouvés dans une automobile dont le moteur avait été laissé en marche dans le garage, et le corps de Maurice Gendron, 57 ans, père de Daniel, est trouvé dans son lit, alors que les corps des deux chiens de la famille sont trouvés à l'intérieur de la résidence de la rue Mailloux ; la police croit à un pacte de suicide pour ce qui est des cadavres du garage et au décès du père et des chiens provoqué par l'infiltration de gaz toxique dans le reste de la maison.
(20 mai) Les contribuables de l'ancienne municipalité de Saint-Athanase (13,5 %) signent les registres demandant la tenue d'un référendum visant à démembrer la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu et à devenir une entité municipale distincte.
(20 juin) Référendum sur le démembrement de la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu ; le vote pour la séparation devant atteindre 50 % + 1 des électeurs ayant voté et représenter au moins 35 % des électeurs inscrits, Saint-Athanase (22,02 % des électeurs inscrits) demeure partie de Saint-Jean-sur-Richelieu.
2007
La compagnie Advance Aero Corporation met fin à ses activités après qu'un prototype de son avion amphibie Seawind 300C se soit écrasé à l'essai. Les actifs de cette entreprise sont acquises par l'Américain Richard Silva.
(19 juillet) Le ministre de la Défence nationale du Canada, Gordon O'Connor, annonce la réouverture du Collège militaire royal de Saint-Jean où le cours collégial de 2 ans sera dispensé à 225 recrues pour les préparer aux études de niveau universitaire dispensées au Royal Military College de Kingston.
2008
(24 mai) La Gouverneure générale, madame Michaëlle Jean procède à la réouverture officielle du Collège militaire royal de Saint-Jean.
2009
(1 avril) Début d'une grève des presque 200 travailleurs syndiqués de la compagnie Prysmian, fabriquant de câbles électriques ; la compagnie, dont le siège social est en Italie, continue d'approvisionner Hydro-Québec à partir de 2 autres de ses usines d'Ontario et de Caroline-du-Sud, USA.
2010
La population de Saint-Jean-sur-Richelieu est de 92 050 habitants.
(Mars) Un prototype de l'avion amphibie Seawind 300C (4 places) part pour Ottawa pour y entreprendre le programme d'essais qui devrait mener à sa certification canadienne ; au prix de 350 000 $ US, cet avion futuriste est l'objet d'une cinquantaine de commandes.
(26 avril) La compagnie Olymel annonce la mise à pied de 183 employés affectés au désossage des hauts de cuisses de poulets à son usine du secteur Iberville de Saint-Jean-sur-Richelieu ; cette opération sera assumée par ses usines de Sainte-Rosalie (Saint-Hyacinthe), Berthierville et Brampton, Ontario.
(6 mai) La Dornier Seaplane Company annonce qu'elle a choisi Saint-Jean-sur-Richelieu pour y installer son usine d'assemblage final de son avion amphibie Seastar (10 places) équipé de 2 turbopropulseur Pratt & Whitney Canada montés dos à dos au centre d'une aile fixée au-dessus de la cabine au moyen de 4 pylônes ; l'appareil, qui a été certifié aux États-Unis et en Europe au début des années 1990, est l'objet de 25 commandes au prix de 6 M $US l'unité. en juin 2012, le projet de Dornier n'a pas encore démarré.
(8 octobre) L'imprimerie Quad/Graphics Inc. (anciennement Québecor World) annonce la fermeture de son imprimerie de Saint-Jean-sur-Richelieu et la mise à pied de ses 270 employés.
2011
(4 avril) Le sénateur Roméo Dallaire et le député Marc Garneau demandent au Gouvernement de remettre le Collège militaire royal de Saint-Jean dans la même situation qu'il était avant sa fermeture en 1995.
(27 avril) L'Unité permanente anticorruption-UPAC (Sûreté du Québec, Service de police de la Vile de Montréal, Revenue Québec, Bureau canadien de la concurrence) effectue des perquisitions au Service de l'Approvisionnement d'où sont lancés les appels d'offres, au Service de Technologie de l'information, de qui relève le servce d'informatique et au Service des infrastructures où sont regroupés les services techniques et d'ingénierie ; on s'interroge sur l'omniprésence de certains entrepreneurs dont P. Baillargeon et Carrière Bernier comme entrepreneurs de la ville qui ont également été l'objet de perquisitions de l'UPAC ; les entreprises Construction Beaudin, Courville Inc., Civbec et CBC ont également été visitées par l'UPAC.
(29 avril) La compagnie Olymel annonce la fermeture de son usine de surtransformation et de préemballage de produits de volaille du secteur Iberville de Saint-Jean-sur-Richelieu et la mise à pied de 120 employés ; les opérations seront concentrées à l'autre usine de la compagnie à Saint-Jean-sur-Richelieu qui emploiera une trentaine des employés mis à pied.
(4 mai) La crue des eaux du lac Champlain et, en conséquence, de la rivière Richelieu, cause l'inondation de plus de 3 000 maisons dans les agglomérations riveraines dont Carignan, Henryville, Noyan, Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix, Sainte-Anne-de-Sabrevois, Saint-Blaise-de-Richelieu, Saint-Jean-sur-Richelieu, Venise-en-Québec au Québec ; aux États-Unis, la crue des eaux du lac Champlain cause, dans l'état de New York, l'inondation de plus de 1 000 résidence dont la destruction de 15 d'entre elles, alors que, dans l'État du Vermont, l'état d'urgence est décrété et la garde nationale est appelée au secours des résidents de 500 habitations endommagées ou détruites ; le premier ministre du Québec, Jean Charest, demande l'intervention des Forces armées canadiennes (plus de 600 militaires se déploient dans la région afin d'aider les victimes de ce désastre naturel ; 4 000 personnes sont évacuées de leurs domiciles. La crue du lac Saint-Pierre menace d'inonder les agglomérations de Maskinongé, Louiseville et Trois-Rivières.
(6 mai) La rivière Richelieu enregistre un niveau record de 30,703 mètres ; du jamais vu en 150 ans.
(23 mai) Le niveau de la Richelieu atteint 30,705 mètres. L'eau couvre environ 1 051 hectares de terre arable.
(2 juin) Le niveau du lac Champlain et de la rivière Richelieu commence à baisser.
(21 juin) L'escouade Marteau de l'Unité anticorruption UPAC effectue un raid dans les municipalités de Saint-Jean-sur-Richelieu, Henryville, Lacolle et Carignan et arrête 11 personnes soupçonnées d'avoir participé à un cartel de la construction ; les personnes arrêtées sont inculpées sous 23 chefs d'accusation en vertu de la compétence fédérale (concurrence, code criminel) et 54 chefs d'accusation relevant de législations du Québec. Les personnes arrêtées sont les suivantes : les fonctionnaires Jacques Vallières, Thierry Garcia et les dirigeants ou employés d'entreprise Pasquale Fedele, Jacques Lavoie de Civbec, Patrick Alain, Louis-Philippe Lacroix, Jules Céasar Badra, Jean-Jacques Laplante, François Bernard, Bernard Proulx et Gaétan Paradis ; les entreprises qui embauchaient ces personnes sont Civbec, Construction Benvas, la compagnie Wilfrid Allen, Verdi Construction, Opron, Groupe Dubé et associés, la Carrière Bernier ltée et P. Baillargeon ltée.
(10 septembre 2013) Dans la foulée des travaux de la Commission Charbonneau, les ingénieurs suivants sont l'objet d'enquêtes par le conseil de discipline de l'Ordre des ingénieurs du Québec sur des allégations d'avoir dérogé au Code des profession du Québec ou au Code de déontologie de l'Ordre des ingénieurs : Robert Marcil (employé de la ville de Montréal ; 3 plaintes), Luc Leclerc (employé de la ville de Montréal ; 7 plaintes), Gilles Vézina (employé de la ville de Montréal ; 4 plaintes), Claudio Ballians (employé de la ville de Montréal ; 4 plaintes) et André Lebeuf (employé de la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu ; 2 plaintes).
Le 16 novembre 2013, Shao Peng, 25 ans, est trouvé inconscient dans un dépanneur de Saint-Jean-Sur-Richelieu. Shaujun Liu, 45 ans, est soupçonné du meurtre de Shao Peng ; l'automobile conduite par Shaujun Liu entre en collision frontale avec un camion-remorque à Farnham. Shaujun est transporté à l'hôpital de Cowansville où la police l'arrête sur son lit d'hôpital pour l'accuser du meurtre non prémédité de Shao Peng Liu.
(24 décembre 2013) L'ancien architecte industriel et homme d'affaire Richard Silva président de la compagnie SeaAir Composite de Pennsylvanie, États-Unis, annonce qu'il s'attend à ce que son appareil amphibie Seawind sera certifié par Transport Canada avant la fin de 2013 et que la production commencera en janvier 2014 dans un hangar qu'il a acquis à Saint-Jean-sur-Richelieu ; auparavant, la compagnie fabriquait des ensembles à assembler par les acquéreurs ; cet ensemble n'avait pas besoin de certification par Transport Canada ; un pilote d'essai s'était tué près de Winnipeg ce qui entraîna Silva à construire un avion muni d'un moteur de 300 chevaux ; des acheteur du kit que silva jugeait irresponsables les dotaient souvent de moteurs de 700 chevaux trop puissants pour ces petits avions qui avaient tendance à s'écraser.
2014
(9 avril 2014, vers 10 h 45) Un homme de 54 ans portant une perruque et armé d'une arbalète, qui venait de commettre un vol dans une joaillerie est abattu par des policiers de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu ; le voleur avait un dossier judiciaire chargé de condamnations pour vols ; comme il n'avait sur lui aucun papier d'identité, c'est pas ses empreintes digitales que son identification a été réalisée.
(20 octobre 2014, vers 11 h 30) Une automobile conduite par Martin Couture-Rouleau, 25 ans, un entrepreneur, aussi appelé Ahmad leConverti Abu et Ibrahim AlCanadi, converti à l'islam et qui est membre du groupe radical appelé État islamique, fonce sur 3 soldats de l'armée canadienne qui marchaient dans le stationnement du petit centre commercial de la rue du Séminaire à Saint-Jean-sur-Richelieu ; deux militaires sont blessés dont l'adjudant Patrice Vincent, 53 ans, qui décédera à l'hôpital une douzaine d'heures plus tard ; des agents du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu prennent l'automobile de Rouleau en chasse ; celle-ci fait une embardée quand, ayant vu sur la route un tapis clouté posé par la police, Rouleau veut l'éviter en faisant une sortie de route ; après plusieurs tonneaux, l'automobile s'immobilise sur le toit dans le fossé près de la rue Schubert ; Rouleau en sort, puis, armé d'un long couteau de chasse se dirige vers les policiers ; ceux-ci, se sentant menacés, tirent sur Rouleau qui s'effondre. Rouleau était l'objet d'une enquête par le Service de renseignement de sécurité-SCRS de la Gendarmerie royale du Canada-GRC, ce qui avait entraîné la saisie de son passeport. Cet événement devrait être vu dans le contexte de la décision du Gouvernement du Canada de faire partie d'une coalition de pays qui déploient des soldats en Irak et en Syrie pour en déloger les membres du groupe armé État islamique-EI qui occupe une partie du territoire de ces pays pour imposer sa version de la religion. En septembre 2014, un message du porte-parole officiel du groupe État islamique demandait à ses sympathisants d'attaquer les ressortissants de différents pays qui s'opposent au groupe État islamique dont le Canada : «Si vous pouvez tuer un infidèle américain ou européen - en particulier les méchants et sales Français ou Australiens ou Canadiens ou tout citoyen des pays qui sont entrés dans la coalition contre l'État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n'importe quelle manière ; frappez sa tête avec une pierre, égorgez-le avec un couteau, écrasez-le avec votre voiture, jetez-le d'un lieu en hauteur, étranglez-le». (La Presse, 21 octobre 2014, page A2)
2016 (15 mai 2016) Le Gouvernement libéral de Justin Trudeau annonce que le Collège militaire royal de Saint-Jean recouvrera son statut universitaire qui lui avait été retiré en 1995 par le Gouvernement libéral de Jean Chrétien.
(16 décembre 2016) Le coroner rend public son rapport sur le décès de l'adjudant Patrice Vincent.
2018 (18 septembre 2018)


Johannais cités dans La Mémoire du Québec -

Claude Bachand (Saint-Jean), Joseph A. Beaulieu (Saint-Jean), Théodore Béchard (L'Acadie), Pierre Benoit (Saint-Luc), Michel-Adrien Bessette (Saint-Luc), André Bissonnette (Saint-Jean), Jacques Boulerice (Saint-Jean), François Bourassa fils (L'Acadie), Napoléon Bourassa (L'Acadie), Arthur-Aimé Bruneau (Saint-Athanase), André Caillé (Saint-Luc), Jean-Victor Cartier (Saint-Jean), Alfred-Napoléon Charland(Iberville), Alcide Côté (Saint-Jean), Amable Daunais (L'Acadie), Louis Défaillette (L'Acadie), Charles Dupuis (L'Acadie), Jean Frédérick (Saint-Jean), Oscar Gagnon (L'Acadie), François Gosselin(Saint-Athanase), Joseph-Jean-Baptiste Gosselin(Saint-Athanase), Jean-Baptiste Granger (L'Acadie), Narcisse Grégoire (L'Acadie), Laurent Hamel(Iberville), Joseph-David Hébert (L'Acadie), Joseph-Jacques Hébert (L'Acadie), Yvon Lafrance(Iberville), Diane Leblanc (Saint-Jean), Hubert Drossin Leblanc (L'Acadie), Alphonse-Osias Leduc(Iberville), Louis Lemelin (L'Acadie), Pierre Mailloux (Saint-Luc), Nicolas Manny (Saint-Luc), Félix-Gabriel Marchand (Saint-Jean), Gabriel Marchand (Saint-Jean), Paul-André Massé (Saint-Jean), Yvan Mayrand (Saint-Jean), Honoré Mercier père (Saint-Athanase), Joseph Molleur (L'Acadie), Louis Molleur (L'Acadie), Joseph Morin (L'Acadie), Philodore Ouimet (Saint-Jean), Joseph-Arthur Papineau (Saint-Jean), Denis Paradis (Saint-Jean), Élodie-Vigrinie Paradis (soeur Marie-Léonie) (L'Acadie), Émilien-Zéphirin Paradis (L'Acadie), Lucie Pépin (Saint-Jean), Félix Poutré (L'Acadie), Claude Raymond (Saint-Jean), André Régnier (Saint-Jean), Martial Rhéaume (Saint-Jean), Louis G. Robichaud (Saint-Jean), André Sabourin (Saint-Jean), Joseph-Fortunat Saint-Cyr (Saint-Jean), Maxime Tessier(Iberville), Yvon Thuot(Iberville), Jacques Tremblay(Iberville), Roland Tremblay (Saint-Jean), François Trépanier fils (L'Acadie), Gilles Villeneuve (Saint-Jean), Jacques Villeneuve(Iberville).

  • Attraits :


Base des Forces armées canadiennes.
Bâtiments Lorrain-Sainte-Marie (maison, 1805, étable, 1851 et remise, 1857) ; 777, chemin des Vieux-Moulins ; construits à L'Acadie par la famille de Joseph Roy, propriétaire de la terre à partir de 1779 ; regroupés sous le thème Il était une fois...une petite colonie ; classés monuments historiques en 1973.
Cathédrale Saint-Jean-l'Évangéliste (1866) ; à l'angle des rues Saint-Jacques et De Longueuil ; plans de Victor Bourgeau ; construite à partir des murs de celle de 1828 ; façade et chevet intervertis en 1904 ; orgue Casavant (1904).
Corps de garde (1850) ; loge le Musée du fort Saint-Jean qui présente une exposition sur les étapes du développement de ce fort dont la première construction par les Français remonte à 1666.
Église Saint-Athanase (1914) ; 1ère Rue, secteur Iberville ; orgue Casavant (1934).
Église Saint-Edmond ; orgue Casavant (1946).
Église Sainte-Marguerite-de-Blairfindie (1801, réparée en 2000) ; 308, chemin du Clocher ; style baroque ; construite par Jacques Odelin d'après le plan élaboré par l'abbé Pierre Conefroy ; décoration intérieure (maître-autel et tabernacle, 1802, chaire, 1803, autels latéraux, 1811 et 1812) de Georges et Louis-Daniel Finsterer ; tableaux de Yves Tessier : Saint Augustin guérissant un malade, La Vision de saint Jérôme, L'Ange Gardien et Le Baptème du Christ (1826) ; tableaux de Louis Dulongpré : Marie au tombeau et Saint René (1802) ; tableau de J.-F. Rousseau, Sainte Marguerite (1890) ; classée monument historique en 1951.
Église Saint-Gérard-Majella (1962) ; plans des architectes Lebensold, Affleck, Nicholl et Desbarats; verrières de Jean-Paul Mousseau.
Église St. James (Anglicans, 1816-1817) ; à l'angle des rues Jacques-Cartier et Saint-Georges ; style d'inspiration américaine ; l'une des plus anciennes églises anglicanes du Québec ; orgue Casavant (1916).
Église Saint-Luc (1947) ; construite à partir des ouvrages de maçonnerie de celle de 1877.
Église Saint-Noël-Chabanel (Iberville, 1953) ; plans des architectes Morin et Cinq-Mars de Montréal.
Église St. Thomas More (1967) ; plans des architectes Lebensold, Affleck, Nicholl et Desbarats.
Église Trinity (Anglicans, 1841) ; Iberville.
Église Westleyan (1841).
Gare ferroviaire de Saint-Jean (1891) ; loge l'Office du tourisme du Haut-Richelieu.
Hôtel National (vers 1875).
Maison François-Roy (1822) ; 850, chemin Petit-Bernier, Saint-Jean ; construite par Pierre Roy ; reconnue monument historique en 1984.
Maison MacDonald-Thibodeau (milieu du XIXe siècle) ; 166, rue Jacques-Cartier Nord ; construite par Richard Brodhead McGinnis ; reconnue monument historique en 1978.
Manoir Christie (1835-1842) ; 375, 1ère Rue, Iberville ; style d'inspiration georgienne et américaine ; construit pour le seigneur William Plenderleath Christie ; restauré à la fin des années 1990 par Pierre Baillargeon ; classé monument historique en 1982.
Monument à Wilfrid Laurier ; sculpté par Louis Narbonne et dévoilé le 18 octobre 1920 à Iberville.
Musée d'art faunique ; Saint-Luc.
Musée militaire ; dans l'ancien Collège militaire royal.
Musée régional du Haut-Richelieu ; 182, rue Jacques-Cartier ; musée québécois de la céramique poteries et fayences produites dans la région au XIXe siècle ; logé dans le Marché public de Saint-Jean (1859).
Palais de justice de Saint-Jean (1854) ; style néo-classique.
Poste de pompiers de Saint-Jean (1877).
Presbytère Saint-Athanase (Iberville, 1836).
Presbytère Sainte-Marguerite-de-Blairfindie (1821) ; 310, chemin du Clocher ; sert de quartier général au gouverneur Colborne qui combat l'insurrection de 1838 ; classé monument historique en 1964.
Presbytère Saint-Jean (1882).
Vieille école (1831) ; 314, chemin du Clocher ; devenue la maison du sacristain de L'Acadie en 1880 ; classée monument historique en 1964.


  • Accueil-


Hôtel Relais Gouverneur ; 725, boulebvard du Séminaire Nord ; Saint-Jean-sur-Richelieu ; 113 chambres, 11 salles.**


Centres culturels -

Théâtre des Deux Rives (856 fauteuils)
Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean (424 fauteuils ou 700 places debout)


  • Économie -


Rheinmetal Canada ; 250 employés ; fabrication de véhicules militaires (Blindés Tactical Armoured Patrol Vehicles ou TAPV) et conception et intégration de systèmes de défense, électro-optiques et électroniques
Collège militaire royal de Sainnt--Jean.
Remise à neuf des chars d'assaut Leopard de l'armée canadienne.
Compagnie Cambli ; Construction de camions blindés pour le transport d'argent ou pour les interventions tactiques de la police (le Thunder) ; compte Brinks et Garda parmi les acheteurs de ses camions blindés (La Presse, 31 octobre 2012, section affaires, page 7).
Compagnie Alstom ; fabrication d etransformateurs de puissance électrique.

  • Sports -


Golf ; un parcours de 18 trous (Vallée-des-Forts), un parcours de 18 trous (Les Légendes, Saint-Luc).

  • Services -


Aéroport fédéral.
Cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu (public, préuniversitaire et technique).
Croisières sur le Richelieu.
Hôpital du Haut-Richelieu (594 lits) fondé par les Soeurs grises en 1863.
Palais de justice.
Prison provinciale.

  • Toponymie -


Acadie s'explique par le fait qu'à l'origine de l'agglomération les premiers colons de l'endroit étaient des immigrants déportés de l'Acadie en 1755 parce qu'ils refusaient de prêter le serment d'allégeance à la couronne britannique ; en 1766, ces Acadiens obtinrent la permission de s'établir au Québec et nombre d'entre eux s'installèrent dans la baronnie de Longueuil, sur les rives de la rivière Acadie ; ils nommèrent leur localité La Cadie, La petite Cadie ou La nouvelle Cadie pour rappeler leur Acadie natale.
Blairfindie rappelle un village d'écosse, lieu de naissance d'Alexander Grant, seigneur de Bleury.
Bleury rappelle la seigneurie de ce nom dans laquelle le territoire de la municipalité est situé.
rappelle le souvenir du seigneur de Bleury, Napier Christie Burton, donateur du terrain pour la construction de l'église et du presbytère Saint-Athanase.
Iberville rappelle le souvenir de Pierre Le Moyne d' Iberville et d' Ardillières. Iberville est appelée Les Mille-Roches jusqu'en 1835 alors qu'elle devient Saint-Athanase-de-Bleury en l'honneur du seigneur Athanase Bleury.
Saint Athanase a été choisi comme patron de la paroisse de ce nom parce qu'elle est voisine de celle de Saint-Alexandre, évêque d'Alexandrie auquel lui succéda saint Athanase.
Sainte-Marguerite rappelle le souvenir de sainte Marguerite d'Écosse, pays d'origine de David Alexander Grant, seigneur de Bleury et époux de Josephte Le Moyne, seigneuresse de Longueuil.
Saint-Jean rappellerait le souvenir de Jean-Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas, ministre de la Marine, qui y fait construire le fort Saint-Jean en 1665.
Saint-Luc rappelle l'un des quatre évangélistes sous le patronage desquels, comme elle, les paroisses voisines de Saint-Mathieu, de Saint-Marc et de Saint-Jean ont été placées.
Saint-Luc-de-Longueuil s'explique par le fait qu'une partie du territoire de la municipalité était située dans la seigneurie de Longueuil.

  • Repères géographiques -


Sur le versant droit du bassin du Saint-Laurent.
Au sud-est de Montréal ; traversée par la rivière Richelieu.
Diocèse de Saint-Jean-Longueuil (co-siège épiscopal).
Division administrative seigneuriale de Montréal-DASM.
District judiciaire de Iberville (chef-lieu)
Municipalité régionale de comté du Haut-Richelieu.
Région touristique de la Montérégie.

  • Accès : Route 223, Route 133 ou Autoroute 35.

Carte 9.

Carte 9 sur Google Maps

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)