Shawinigan (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

  • Superficie - 781,811 km2.
  • Gentilé - Shawiniganais, aise.


  • Éphémérides -


1651
Passage du père Buteux, le premier Blanc à remonter la rivière Saint-Maurice jusqu'à cet endroit.
1848
(13 septembre 1848) Proclamation du canton de Shawinigan.
1850
Arrivée des premiers colons à Saint-Jean-des-Piles.
1852
Aménagement d'une glissoire pour faciliter le passage des billots qui descendent la rivière.
1861
Fondation de la mission Sainte-Flore.
1862
(27 octobre 1862) Érection canonique de la paroisse Sainte-Flore par détachement de celles de Sainte-Marie-du-Cap-de-la-Madeleine et de Saint-Boniface-de-Shawinigan.
1863
(17 janvier 1863) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Flore.
1865
Ouverture des registres de la paroisse Sainte-Flore.
Joseph-Édouard Turcotte, maire de Trois-Rivières construit un hôtel sur ce territoire.
1867
Nomination du premier curé résidant de la paroisse Sainte-Flore.
1875
Début du défrichement du territoire de Lac-à-la-Tortue.
1877
Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Jean-des-Piles.
1880
Fondation de la mission Saint-Théophile.
1882
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Lac-à-la-Tortue.
1888
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Grand-Mère.
1889
Construction d'un barrage, d'une centrale hydraulique et d'une pulperie par John Foreman à Grand-Mère.
1892
Ouverture des registres de la paroisse Saint-Théophile-du-Lac.
1894
(21 décembre 1894) Érection canonique de la paroisse Saint-Théophile-du-Lac par détachement de celles de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et Saint-Jacques-des-Piles ; son territoire couvre une partie de la seigneurie du Cap-de-la-Madeleine et du canton de Radnor.
1895
Nomination du premier curé résidant de la paroisse Saint-Théophile-du-Lac.
(25 mars 1895) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Théophile-du-Lac-à-la-Tortue.
1897
Fondation de la Shawinigan Water and Power Company par le brasseur John Joyce, le banquier John Edward Aldred et H. H. Melville, tous trois de Boston et Herbert S. Holt, Beaumont Shepherd et J. N. Greenshield, de Montréal ; John Joyce, qui détient les droits d'exploitation des chutes Shawinigan ainsi que la propriété des îles du Saint-Maurice à cet endroit, cède ses droits à la Shawinigan Water and Power pour une somme de 6 M $.
(15 mars 1897) Érection canonique de la paroisse Saint-Jean-des-Piles par détachement de celle de Saint-Jacques-des-Piles ; son territoire couvre une partie du canton de Radnor et de la seigneurie du Cap-de-la-Madeleine.
1898
Acquisition des chutes et des espaces adjacents par la Shawinigan Water and Power et construction de la première centrale hydroélectrique.
(15 janvier 1898) Constitution de la municipalité du village de Grand-Mère par détachement de celle de la paroisse de Sainte-Flore.
(23 avril 1898) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Jean-des-Piles.
1899
Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Paul à Grand-Mère.
Ouverture des registres de la paroisse Saint-Pierre.
Le chemin de fer de la Great Northern Railway se rend à Shawinigan.
1900
Fondation de la compagnie Belgo Canadian Pulp and Paper par le Belge Ferdinand-Charles van Bruyssel.
(2 juin) Érection canonique de la paroisse Saint-Paul-de-Grand-Mère.
1901
Le village de Grand-Mère devient ville.
La population de Shawinigan Falls est de 2 000 habitants.
Ouverture des registres de la paroisse Sacré-Coeur-de-Jésus.
La Shawinigan Water and Power signe un contrat de vente d'électricité avec la Lachine Rapids Hydraulic and Land Company. Mise en service de la centrale Shawinigan 1 et début de livraison d'électricité pour l'éclairage de Shawinigan Falls par la Shawinigan Water and Power.
Inauguration de l'usine de la Northern Aluminum (Pittsburg Reduction), la première usine d'aluminium au Canada et la seconde en Amérique ; production des premiers lingots d'aluminium au Canada.
Construction du sous-sol de la future église Saint-Pierre.
(18 avril 1901) Constitution de la municipalité du village de Shawinigan Falls.
(14 octobre 1901) Érection canonique de la paroisse Saint-Pierre-de-Shawinigan par détachement de celles de Sainte-Flore, Saint-Boniface-de-Shawinigan et Notre-Dame-du-Mont-Carmel.
1902
Le village de Shawinigan Falls devient ville.
1903
Mise en service de la première ligne de transport d'électricité de Shawinigan Falls à Montréal (135 km). Un pont de chemin de fer inachevé cède sous le poids d'un train de fret.
Mise en exploitation de l'usine pétrochimique de la Shawinigan Carbide.
1904
La localité compte deux centrales hydroélectriques (celle de la Shawinigan Water and Power qui sera nationalisée par Hydro-Québec et celle de la Pittsburgh Reduction Company qui deviendra plus tard la compagnie Alcan), l'usine de papier de la Belgo Canadian Pulp and Paper et l'usine pétrochimique de la Shawinigan Carbide.
1907
(27 août) Constitution de la municipalité du village de la Baie-de-Shawinigan.
Mise en exploitation de l'usine Presto-Lite.
1908
Production des premiers lingots de carborandum au Canada. Inauguration de l'église Saint-Paul (Grand-Mère).
1909
Ouverture du Shawinigan Falls General Hospital, propriété de la Shawinigan Water and Power. Mise en exploitation de l'usine de la compagnie Wabasso Cotton.
(12 septembre 1909) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Théophile-du-Lac-à-la-Tortue.
(10 octobre 190) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Paul-de-Grand-Mère.
1910
Construction de la centrale hydroélectriques Shawinigan-2 (182,3 MW).
Fondation et nomination du premier curé résidant de la mission Notre-Dame-de-la-Présentation-d'Almaville.
(10 août) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Jean-des-Piles.
1911
(21 septembre 1911) Érection canonique par détachement de celle de Saint-Pierre-de-Shawinigan, nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Marc ; son territoire couvre une partie de la municipalité de Shawinigan Falls.
(20 novembre 1911) Érection canonique de la paroisse Sacré-Coeur-de-Jésus par détachement de celles de Saint-Boniface-de-Shawinigan et Sainte-Flore ; son territoire couvre la municipalité de Baie-de-Shawinigan. Mise en service des premiers groupes de la centrale Shawinigan 2.
1912
(Avril 1912) Érection canonique et ouverture des registres de la paroisse Saint-Bernard.
(18 mars 1912) Constitution de la municipalité du village d' Almaville situé à la tête des chutes Shawinigan.
1912-1914 Lors de la construction de la centrale hydroélectrique de Grand-Mère, le rocher, qui avait servi à nommer l'agglomération, est défait en morceaux, transporté dans la ville et reconstitué sur la rive gauche, au sommet de la côte à Grondin.
1914
(17 avril 1914) Érection canonique par détachement de celle de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et ouverture des registres de la paroisse Notre-Dame-de-la-Présentation-d'Almaville ; son territoire couvre une partie de la seigneurie du Cap-de-la-Madeleine.
(25 juin 1914) Constitution de la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Présentation-d'Almaville.
1915
Liquidation de la Caisse populaire de Saint-Paul-de-Grand-Mère.
(5 octobre 1915) Constitution de la municipalité du village de Turcotte.
1916
Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Georges.
Ouverture des registres de la paroisse Saint-Jean-Baptiste.
Le Shawinigan Falls General Hospital emménage dans la résidence de l'ancien maire de la municipalité, Vivian Burrill.
(17 septembre 1916) Fondation de la Caisse populaire d' Almaville.
1917
La St. Maurice Light and Power achète le barrage de J.-E. Thibodeau érigé sur la petite rivière Shawinigan.
(28 mai 1917) Érection canonique de la paroisse Saint-Georges par détachement de celle de Saint-Théophile.
1919
(7 juillet 1919) Le village de Turcotte adopte le nom de Saint-Georges.
1920 Arrivée des premiers colons.
(15 janvier 1920) Érection canonique et nomination du premier curé résidant de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Grand-Mère. La ville de Grand-Mère devient cité.
1922 Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Gérard-Majella.
(16 février 1922)Érection canonique de la paroisse Sainte-Jeanne-d'Arc de Shawinigan-Sud par détachement de celle de Notre-Dame-de-la-Présentation-d'Almaville.
1923
La population de la paroisse Notre-Dame-de-la-Présentation-d'Almaville est de 1 921 âmes, celles de Sacré-Coeur-de-Jésus, 1 500, de Saint-Bernard, 3 647, de Saint-Boniface, 1 500, de Saint-Georges, 605, de Saint-Gérard-Majella, 330, de Sainte-Flore, 1 550, de Sainte-Jeanne-d'Arc, 1 150, de Saint-Jacques-des-Piles, 600, de Saint-Jean-Baptiste, 1 324, de Saint-Jean-des-Piles, 650, de Saint-Marc-de-Shawinigan, 3 700, de Saint-Mathieu, 485, de Saint-Paul (Grand-Mère), 5 788, de Saint-Pierre-de-Shawinigan, 4 000, de Saint-Théophile (Lac-à-la-Tortue), 963.
(6 décembre 1923) Érection canonique de la paroisse Saint-Gérard-Majella sous le nom de Saint-Gérard-des-Laurentides par détachement de celles de Sainte-Flore et Saint-Mathieu.
1924
(3 septembre 1924) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Gérard-des-Laurentides .
1927
Organisation de la Shawinigan Chemicals par la Shawinigan Water and Power.
1929 Mise en service des derniers groupes de la centrale Shawinigan 2. Agrandissement du Cascade Inn. Inauguration de l'église Saint-Pierre.
(11 mars 1929) Fondation de la Caisse populaire de Shawinigan.
(30 juin 1929) Inauguration du pont de Grand-Mère.
1930
Le Shawinigan Falls General Hospital prend le nom de Joyce Memorial Hospital, pour rappeler le souvenir de l'un de ses bienfaiteurs, le financier John Joyce de Montréal.
1931
Mise en exploitation de l'usine pétrochimique de l'Union Carbide. Fondation de l'Hôpital Sainte-Thérèse.
1932
Production de la première pellicule de cellophane au Canada.
1934
Construction de l'église anglicane.
1935
(19 mai 1935) Fondation de la Caisse populaire de Sainte-Flore.
1938
Érection canonique de la paroisse du Christ-Roi de Shawinigan.
(4 décembre 1938) Fondation de la Caisse populaire de Grand'Mère.
1941
(8 juin 1941) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Gérard-des-Laurentides .
1942
(11 mai 1942) Fondation de la Caisse populaire du Sacré-Coeur de la Baie-de-Shawinigan.
(13 décembre 1942) Fondation de la Caisse populaire du Christ-Roi de Shawinigan.
1943
(7 juillet 1943) Fondation de la Caisse populaire Mauricienne de Shawinigan.
1945
(12 janvier 1945) Fondation de la Caisse populaire Sainte-Jeanne-d'Arc d' Almaville.
1946
Notre-Dame-de-la-Présentation-d'Almaville abrège son nom en Almaville.
1947
Construction de l'hôtel de ville de Shawinigan. Érection canonique de la paroisse Saint-Sauveur de Shawinigan-Sud.
1948
La municipalité du village d' Almaville adopte le nom de Shawinigan-Sud.
(6 novembre 1948) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Jean-Baptiste de Grand'Mère.
1949
Érection canonique des paroisses Immaculate Heart of Mary, Saint-Charles-Garnier et Sainte-Croix de Shawinigan. Inauguration de la centrale hydroélectrique Shawinigan-3 (171,9 MW).
La centrale Shawinigan 1 est désaffectée.
Construction de l'église de la United Church.
1950
Fondation du Séminaire Sainte-Marie à Shawinigan (cette institution était privée secondaire, pour filles et garçons en 2010). (19 août 1950) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Georges-de-Champlain.
1951
Érection canonique de la paroisse de L'Assomption.
1952
Érection canonique de la paroisse Saint-André de Shawinigan-Sud.
(12 juillet 1952) Fondation de la Caisse populaire de Sainte-Croix.
1953
Annexion de la municipalité de la paroisse d' Almaville par celle du village de Shawinigan-Sud.
1954
(1er janvier 1954) Constitution de la municipalité de Baie-de-Shawinigan.
1955
Importante grève (101 jours) des 800 travailleurs du papier employés par la Consolidated Bathurst (Stone Consolidated, Abitibi-Consolidated, AbitiBowater) ; perdue, cette grève entraîne les travailleurs à quitter la Confédération des travailleurs catholiques du Canada-CTCC pour se joindre à l'Union internationale des travailleurs du papier.
1958
(6 février 1958) Shawinigan Falls abrège son nom en Shawinigan.
(12 avril 1958) Fondation de la Caisse populaire de L'Assomption.
1961
(12 juillet 1961) Le village de Shawinigan-Sud devient ville.
1962 Fondation de l'Institut secondaire Montfort à Shawinigan-Sud (cette institution était privée secondaire, pour filles et garçons en 2010).
(29 janvier 1962) Début d'une grève des 1 400 employés de la Shawinigan Chemicals.
1963
(17 février 1963) Les 1 400 employés de la Shawinigan Chemicals mettent fin à leur grève qui aura duré 385 jours.
1966
Fondation de la desserte Sainte-Hélène.
1968
Fondation du Collège de Shawinigan.
1970
(11 mars 1970) Tragédie mortelle à Shawinigan-Sud ; accident de la route ; collision de deux automobiles ; bilan : 4 morts, Georges Massicotte, 24 ans, son épouse Irène Colbert, 22 ans, tous deux de Sainte-Thècle, la belle-soeur de cette dernière, Gisèle Saint-Pierre, et la fille de cette dernière, Céline Colbert, 3 ans, tous deux de Sainte-Angèle.
(28 mars 1970) La cité de Grand-Mère annexe la municipalité de la paroisse de Sainte-Flore et redevient ville.
1973
Le Joyce Memorial Hospital ne reçoit plus de malades.
1981
La municipalité de Saint-Théophile-du-Lac adopte le nom de Lac-à-la-Tortue.
1985
(17 janvier 1985) La compagnie Wabasso annonce la fermeture de l'usine de Trois-Rivières et de celle de Shawinigan et la mise à pied de 1 125 travailleurs.
1990
La population de Shawinigan est de 21 470 habitants, celle de Grand-Mère, 14 582, celle de Shawinigan-Sud, 11 412, celle de Baie-de-Shawinigan, 448, celle de Lac-à-la-Tortue, 2 644, celle de Saint-Georges, 3 653, celle de Saint-Gérard-des-Laurentides, 1 816, celle de Saint-Jean-des-Piles, 564.
1990
(19 mars 1990) Tragédie mortelle ; incendie de l'ancien hôtel Shawinigan ; bilan : 5 morts dont un policier et un pompier.
1993 Fondation du Centre national en électrochimie et en technologie environnementales.
1996
(9 et 10 novembre 1996) Une pluie diluvienne entraîne la fermeture de la route 155 entre Grand-mère et La Tuque causant l'isolement de 1 300 personnes.
(23 novembre 1996) Tragédie mortelle à Saint-Georges ; accident de la route ; collision frontale d'une automobile et d'un tracteur routier ; bilan : 4 morts, Paul-Aimé Beaupré, 48 ans, Lucie Bureau, 48 ans, Christian Boucher, 18 ans, tous de Saint-Tite, et Marie-Eve Richard, 18 ans, de Sainte-Thècle.
1997
(1er mai 1997) Fusion des caisses populaires de Saint-Jean-Baptiste et de Grand'Mère sous le nom de cette dernière.
1998
(2 septembre 1998) Regroupement des municipalités de Baie-de-Shawinigan et Shawinigan sous le nom de cette dernière.
2000
La population de Shawinigan est de 18 390 habitants, celle de Grand-Mère, 13 889, de Shawinigan-Sud, 12 159, de Lac-à-la-Tortue, 3 169, de Saint-Georges, 3 882, de Saint-Gérard-des-Laurentides, 2 194, et de Saint-Jean-des-Piles, 693.
2001
(13 septembre 2001) Regroupement des municipalités de Grand-Mère, Shawinigan-Sud, Lac-à-la-Tortue, Saint-Georges, Saint-Gérard-des-Laurentides, Saint-Jean-des-Piles, des territoires de Lac-Wapizagonke et Lac-des-Cinq et Shawinigan sous le nom de cette dernière.
2001 La population de Shawinigan est de 53 042 habitants.
2002
(1er janvier 2002) Naissance de la nouvelle ville de Shawinigan. Le Service de police de la ville est aboli et les policiers sont intégrés à la Sûreté du Québec.
2004
(20 mai 2004) Les contribuables des anciennes municipalités de Grand-Mère (17,9 %), de Lac-à-la-Tortue (11,5 %), de Saint-Georges (13,8 %), de Saint-Gérard-des-Laurentides (19,3 %) et de Saint-Jean-des-Piles (12 %) signent les registres demandant la tenue d'un référendum visant à démembrer la ville Shawinigan et à devenir 5 entités municipales distinctes. (20 juin 2004) Le vote pour la séparation devant atteindre 50 % + 1 des électeurs ayant voté et représenter au moins 35 % des électeurs inscrits, Grand-Mére (25,42 % des électeurs inscrits), Saint-Georges (26,47 % des électeurs inscrits), Saint-Gérard-des-Laurentides (27,71 % des électeurs inscrits), Saint-Jean-des-Piles (18,32 % des électeurs inscrits) et Lac-à-la-Tortue (31,47 % des électeurs inscrits) demeurent parties de Shawinigan.
2005
(30 décembre 2005) La fabrique de la paroisse Saint-Bernard annonce la fermeture et la mise en vente de l'église Saint-Bernard.
2007
(27 janvier 2007) Fusion des compagnies Abitibi-Consolidated et Bowater sous le nom de AbitibiBowater qui devient propriétaire de l'usine Belgo.
(15 juin 2007) La compagnie Commonwealth Plywood annonce que le 30 juillet suivant, elle suspendra les activités de ses usines et que les employés seront mis à pied pour une durée indéterminée à Belleterre, Denholm, Labelle, Lachute, La Tuque, Low, Mont-Laurier, Princeville, Rapides-des-Joachims, Québec, Sainte-Thérèse, Saint-Hyacinthe, Shawinigan et Tee Lake.
(4 octobre 2007) Invoquant la vigueur du dollar canadien et une baisse importante de la demande aux USA, la compagnie Alcan annonce la mise à pied de 46 de ses 171 travailleurs de l'usine de cables d'aluminium Saint-Maurice de Shawinigan.
(29 novembre 2007) La compagnie AbitibiBowater annonce la fermeture définitive de l'usine Belgo de Shawinigan (513 employés) et la fermeture pour une période indéterminée de son moulin de Donnacona (206 employés) ; elle annonce également la fermeture définitive de son moulin de Dalhousie, Nouveau-Brunswick (330 employés) et la fermeture pour une période indéterminée de son moulin et de ses deux scieries de Mackenzie, British Columbia (572 employés) ; elle annonce aussi la fermeture définitive des moulins de Thunder Bay et Lufkin qui étaient fermés pour une période indéterminée et la fermeture d'une machine à son moulin de Gatineau.
2008
(14 janvier 2008) Rio-Tinto-Alcan annonce la mise à pied pour une durée indéterminée de 24 de ses travailleurs de l'usine de fabrication de câbles d'aluminium de Shawinigan.
(18 février 2008) L'usine Belgo de la compagnie AbitibiBowater cesse la production du papier.
2009
(20 janvier 2009) Rio-Tinto-Alcan annonce la cessation de l'exploitation de son usine de Beauharnois (52 000 TM/A) et la mise à pied en juin 2009 des 220 employés de l'usine. La compagnie annonce également la réduction de 400 000 TM/A d'alumine à son usine Vaudreuil (1 600 000 TM/A) dans le secteur Chicoutimi de la ville de Saguenay et une demande de réduction des coûts par 18 M $ à l'usine de Shawinigan (84 000 TM/A).
(20 novembre 2009) AbitibiBowater demande à la Cour supérieure d'autoriser la vente de l'usine Belgo à Recyclage Arctic Beluga,
2010 La population de Shawinigan est de 51 593 habitants.
(19 mars 2010) Les syndicats CSN de Clermont, Alma et Shawinigan (Grand-Mère) acceptent une entente afin de maintenir leurs usines en activité avec le plus d'emplois possible tout en limitant les reculs dans les conventions collectives et en préservant les droits des retraités de l'entreprise ; les syndiqués de Kénogami préfèrent remettre leur vote à plus tard.
2013
(7 Août 2013) La compagnie Rio Tinto Alcan ferme son usine de Shawinigan et met à pied ses 425 employés.
(28 novembre 2013) Début du démantèlement des salles de cuves 106 et 103 de l'aluminerie desur le boulevard Saint-Sacrement à Shawinigan.
(19 décembre 2013) Les travailleurs syndiqués à la CSN employés par Produits forestiers Résolu à Clermont, Kénogami, Grand-Mère et Alma refusent de réouvrir leur convention collective en cours ; la demande de réouverture visait l'abolition d'une trentaine de postes et leur transfert à des sous-traitants.
2014
(Février 2014) Perron est mis en liberté conditionnelle alors qu'il purge une peine de 10 ans de prison pour une agression armée à Shawinigan, tentative de meurtre contre deux policiers, vol qualifié et séquestration et avoir tiré sur les policiers avec un fusil de calibre .12.
(Nuit du 5 au 6 mai 2014) Mathieu Perron, 35 ans, qui est l'objet d'un mandat d'arrestation depuis, est abattu dans une chambre de motel par les agents du groupe tactique d'intervention de la police de Québec ; il s'était présenté dans un logement de la rue Saint-Joseph à Shawinigan muni d'un fusil à air comprimé et prétendant qu'il était un policier. Un des occupants du logement ne l'a pas cru et une altercation a suivi. L'agresseur a pris la fuite à pied après avoir infligé des blessures mineures à sa victime.
(2 septembre 2014) La compagnie Resolute Forest Products annonce qu'elle fermera son usine Laurentide de Shawinigan et que cette fermeture entraînera la mise-à-pied de ses 275 employés ; l'usine avait été mise en exploitation en 1889 sous la direction de John Foreman.
(26 septembre 2014) Plus de 2 000 Shawiniganais manifestent dans les rues de Shawinigan au Parc Foreman contre la fermeture annoncée de l'usine Laurentide située en face du parc Foreman. Le maire réclame un fond de 20 millions $ du Gouvernement du Québec pour palier aux effets de la fermeture d'industries à Shawinigan ; le Gouvernement du Québec dirigé par Philippe Couillard croit que ce fonds est légitime, mais il ne veut pas qu'il soit géré localement par la ville de Shawinigan.
2015
(11 février 2015) Le conseil de la ville refuse d'amender le règlement de zonage pour permettre l'établissement d'une mosquée dans le parc industriel Albert-Landry.industriel. Cette décision semble être un recul parce que le conseil s'était auparavant montré favorable à ce changement.
(1er avril 2015) Une quarantaine d'employés de la production de la compagnie Delastek (fabriquant de pièces entrant dans la construction des appareils CSeries de Bombarder Aéronautique) membre du syndicat Unifor se mettent en grève. Au cours de la grève, la compagnie ouvre une petite usine à Plattsburgh aux États-Unis, ce qui lui permet d'afficher un contenu américain pour les contrats au sud de la frontière du Canada. Delastek a l'intention d'ouvrir une usine au Mexique et pour se préparer à cette éventualité, des mexicains viennent suivre une formation à Shawinigan sur les équipements et les outillages de la compagnie. Personne n'envisage la fin du conflit dans un abvenir rapproché : Le syndicat Unifor compte 300 000 membres qui peuvent soutenir financièrement les 70 travailleurs de Delastek et cette dernière a externalisé la production de certaines composantes en usinage ; alors, personne n'est vraiment pressé de régler le conflit.
(19 juin 2015) Le Nouvelliste annonce le début de la démolition de l'ancienne usine de la compagnie Alcan.
2017
(21 avril 2017) Affaissement de terrain sur la 105e Avenue à Shawinigan ; la maison d'une famille est engloutie.

Shawiniganais cités dans La Mémoire du Québec -

Gilles Bellemare (Shawinigan),
Maurice Bellemare (Grand-Mère),
Marcel Bérard (Shawinigan-Sud),
Roger A. Blais (Shawinigan),
Georges-Étienne Blanchard (Grand-Mère),
Benoît Brouillette (Lac-à-la-Tortue),
Gilles Carle (Grand-Mère),
Adrienne Choquette (Shawinigan),
Jean Chrétien (Shawinigan),
Michel Chrétien (Shawinigan),
Linda Crutchfield (Shawinigan),
Gilles Grondin (Shawinigan-Sud),
Jean-Claude Guillemette (Shawinigan),
René Hamel (Grand-Mère),
Guy Julien (Shawinigan),
Jacques Lacoursière (Shawinigan),
Rosaire Lajoie (Shawinigan),
Albert Langevin (Shawinigan),
Carole Laure (Shawinigan),
André Leduc (Grand-Mère),
Yvon Lemire (Shawinigan),
Denis Lévesque (Shawinigan),
Rodolphe Paré (Shawinigan),
Claude Pinard (Shawinigan-Sud),
Guy Pinard (Shawinigan),
Marcel Pronovost (Lac-à-la-Tortue),
François Ricard (Shawinigan),
Camil Samson (Shawinigan),
Jean-Guy Trépanier (Shawinigan),
Luc Trudel (Shawinigan),
Pierre Trudel (Shawinigan),
Claude Wagner (Shawinigan).

  • Attraits :


Accès au parc national de la Mauricie (Saint-Jean-des-Piles).
Auberge Grand-Mère (1897) ; plans de Edward Maxwell ; contient une partie du mobilier provenant du château de l'île d'Aticosti ayant appartenu au chocolatier français Henri Menier.
Centrale hydroélectrique (1914) ; inspirée de la cathédrale d'Albi (France) ; plans de George P. Hardy de New York.
Centre culturel de Grand-Mère ; 15, 6e Avenue à Grand-Mère ; aménagé dans un ensemble (1912) construit par la compagnie Laurentide Pulp and Paper dont l'un des propriétaires était William Cornelius Van Horne.
Centre d'art de Shawinigan ; une grande salle de spectacle et 2 galeries d'exposition ; aménagé dans l'ancienne aluminerie Alcan de Shawinigan (1900) ; géré conjointement par la Cité de l'Énergie et le Musée des beaux-arts du Canada.
Centre d'interprétation de l'industrie ; regroupe les éléments marquants de l'industrialisation de la première moitié du XXième siècle au Québec.
Cité de l'énergie de Shawinigan ; 1000, avenue Melville à Shawinigan ; 2 centrales hydroélectriques dont l'une est encore exploitée, le Centre des sciences, tour d'observation de 115 m aménagée au sommet d'un ancien pylône d'Hydro-Québec.
Croisière sur la rivière Saint-Maurice ; Saint-Jean-des-Piles.
Église Assomption de Shawinigan (1951-1952) ; rue Bonaventure ; plans d'Arthur Lacoursière ; nef à un vaisseau.
Église Notre-Dame-de-la-Présentation (Shawinigan-Sud) ; 15 tableaux marouflés ayant pour thèmes la spiritualité et l'histoire, dernière oeuvre de Ozias Leduc (1942-1955) ; spectacle son et lumière qui fait connaître le peintre, sa vie et son oeuvre ; classée monument historique en 2005 : Ozias Leduc - Pour un ultime chef-d'oeuvre (Lévis Martin, Presses de l'Université Laval-PUL, 1996, réédité en 2010).
Église Saint-Bernard ; orgue Casavant (1915).
Église Saint-Paul (1908) ; à l'angle de la 6e Avenue et de la 4ième rue à Grand-Mère ; fresque de Guido Nincheri, L'Apothéose de saint Paul ; orgue Casavant (1940).
Église Saint-Pierre (1901-1929) plans de Ludger Lemieux ; orgue Casavant (3 claviers et 33 jeux, 1921) ; 26 vitraux de Guido Nincheri (vie de saint Pierre, 1930-1940, l'Ascension, la Pentecôte et les Portes du ciel, 1960).
Église anglicane St. Stephen's (1924) ; à Grand-Mère ; plans des architectes Le Boutillier and Ripley de Boston (USA).
Gare ferroviaire patrimoniale (1927) de la compagnie de chemins de fer Canadien Pacifique.
Gare ferroviaire patrimoniale (1929) de la compagnie de chemins de fer Canadien National.
Musée de l'aviation de brousse (Lac-à-la-Tortue).
Parc des Chutes-de-Shawinigan (entre Shawinigan et Shawinigan-Sud).
Pont de Grand-Mère (1928) ; plans des ingénieurs américains Robinson et Steinman qui ont aussi reconstruit le pont de Brooklyn à New York.
Village d'Émilie (Grand-Mère) ; fondé en 1991 par la Corporation du Centre de la culture de Grand-Mère ; comprend 23 bâtiments qui logent les décors des séries télévisée Les filles de Caleb (d'après le roman d'Arlette Cousture), et Blanche et ceux du film Shehaweh ; on y a ajouté en 1994, le bateau pirate du film Matusalem.

  • Sports -


Golf ; deux parcours de 18 trous (Grand-Mère) ; un parcours de 18 trous (Shawinigan-Sud) ; un parcours de 9 trous (Saint-Gérard-des-Laurentides).
Ski alpin ; 15 pentes (Grand-Mère) ; 6 pentes (Shawinigan-Sud).
Ski de fond ; 65 km et 19 km (Grand-Mère) ; 15 km (Shawinigan-Sud).

  • Accueil -


Auberge des Gouverneurs et Centre de congrès de Shawinigan.

  • Économie -


Aluminerie Alcan (84 000 tonnes par année).
Fabrication de barques et de canots (Saint-Jean-des-Piles).
Usine de panneaux de bois de la compagnie Malette (Tembec-SGF, Saint-Georges).
Usine de pâtes et papiers de la compagnie Produits forestiers Resolu dans le secteur Grand-Mère.

  • Services -


Aéroport privé ; le plus ancien du Québec (Lac-à-la-Tortue).
Centre hospitalier Laflèche-Grand-Mère (167 lits).
Centre hospitalier régional de la Mauricie (Shawinigan-Sud, 250 lits).
Centre hospitalier Sainte-Thérèse (287 lits).
Centre national en électrochimie et en technologie environnementales logé au Collège de Shawinigan.
Collège de Shawinigan (cégep public, préuniversitaire et technique).
Palais de justice.

  • Toponymie -


Almaville a été choisi comme nom de la localité parce que l'érection canonique est survenue le premier dimanche de l'Avent où l'antienne «Alma mater redemptoris» est chantée au cours de la messe.
Baie-de-Shawinigan évoque la baie que forme la rivière Saint-Maurice à cet endroit.
Belgoville, l'ancien nom de l'agglomération de Baie-de-Shawinigan, est inspiré de celui de la compagnie Belgo Canadian Pulp and Paper (Abitibi-Consolidated ) dont les usines sont situées en face de la municipalité.
Grand-Mère est la traduction du mot algique kokomis et du mot abénaquis kokemesna ; la chute de Grand-Mère, située en face de la localité, doit son nom à un rocher haut de 10 m qui la séparait en deux et qui avait l'apparence d'une vieille femme assise. La légende veut que une tribu amérindienne s'était déjà installée à cet endroit ; le chef de la tribu voulut marier sa fille à un brave jeune homme de sa tribu en échange d'un canot rempli de fourrures. Un jour que le guerrier partait pour la chasse, les futurs époux se jurèrent fidélité ; mais le jeune guerrier aurait péri dans la rivière et la jeune fille passa le reste de sa vie à attendre son retour ; à la fin de sa vie, elle pria le Grand Esprit de laisser pour son amoureux un symbole du respect de sa promesse ; sa demande fut réalisée lorsque, à sa mort, un grand éclair frappa un rocher de la rive et y sculpta la silhouette de la vieille Amérindienne regardant couler la rivière.
Piles, selon certains, viendrait du fait que les Amérindiens s'arrêtaient à cet endroit pour piler leur maïs en raison de l'abondance des grosses pierres qui leur servaient de pilons ; ils appelaient cet endroit «le site des chutes». Selon Benjamin Sulte, Piles pourrait venir de l'accumulation de rochers ou du fait de l'accumulation des billots à la chute.
Saint-Théophile rappelle le souvenir de l'abbé Théophile Sicard de Carufel (1840-1884), curé de Sainte-Anne-de-la-Pérade (1882-1884) et premier desservant de la paroisse.
Shawinigan serait une déformation du mot amérindien Achawénékanne qui signifie «crête» ; les Amérindiens appelaient ainsi le portage qu'ils effectuaient à cet endroit de la rivière Saint-Maurice en escaladant une crête ; selon certains, ce nom serait la transformation des mots asjawé signifiant «anguleux» et onikam signifiant «portage».
Tortue s'explique, selon certains, par la configuration du lac qui baigne la localité ; selon d'autres, il évoque les petits poêles de fer appelés «tortues» fabriqués à partir de minerai extrait de mines de la région.
Turcotte est le patronyme de plusieurs des familles qui résidaient à cet endroit au moment de la constitution de la municipalité.

  • Bibliographie -


Mélanges d'histoire et de littérature (Benjamin Sulte, Imprimerie Joseph Bureau d'Ottawa, 1876 cité dans La Drave en Mauricie, Normand Lafleur, Éditions du Bien public, 1945)

  • Repères géographiques -


Sur le versant gauche du bassin du Saint-Laurent.
Au nord-ouest de Trois-Rivières.
Sur la rivière Saint-Maurice.
Municipalité régionale de comté du Centre-de-la-Mauricie (siège social).
Diocèse de Trois-Rivières.
District judiciaire de Saint-Maurice (chef-lieu).
Municipalité régionale de comté du Centre-de-la-Mauricie.
Région touristique de la Mauricie.

  • Accès : Autoroute 55 x Route 155 x Route 153 x Route 157 x Route 351.

Carte 7.

Carte 7 sur Google Maps

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)