Trois-Rivières (municipalité de ville). Affaire Alexis Vadeboncoeur

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Le 2 février 2012, Quatre policier de la ville de Trois-Rivières (Barbara Provencher, Dominique Pronovost, Marc-André Saint-Amant et Kaven ou Keven Deslauriers) tabassent Alexis Vadeboncoeur, 19 ans qui venait de commettre un vol à main armée dans une pharmacie Jean Coutu du boulevard des Récollets à Trois-Rivières.

Dans leur rapport de l'événement, les 4 policiers ont écrit que le suspect avait résisté à son arrestation, que leur vie était menacée et qu'ils avaient dû utiliser la force nécessaire pour l'arrêter. L'agent de sécurité du Cégep de Trois-Rivières a remis aux enquêteurs la vidéo de l'intervention filmée par les caméras de surveillance de l'établissement.
Le 11 octobre 2012, Vadeboncoeur serait entré par effraction dans un logement de la rue de Courval à Trois-Rivières occupé par un individu qui lui devait de l'argent qui n'était pas dans son logement au moment de l'entrée de Vadeboncoeur.
Le 22 février 2013, la vidéo du 2 février 2012 est montrée lors de l'enquête sur la détention provisoire du jeune homme. On y aperçoit le jeune homme courant dans le parking vers la caméra et deux personnes qui hésitent au loin. Il laisse tomber quelque chose sur le sol et s'accroupie ; une auto-patrouille arrive dans le parking, le conducteur en sort et se dirige vers le suspect ; celui-ci se met à plat-ventre sur le sol les bras étendus ; la personne qui est descendue de l'auto-patrouille qui semble avoir une arme pointée vers le suspect s'approche du suspect et lui a assène un coup de pied à la tête, puis se met à le frapper à coups de poing. Trois autres personnes se joignent à la première et frappent tant qu'ils le peuvent à coups de pied et de poing sur l'homme qui reste toujours à plat-ventre sur le sol ; une seconde auto-patrouille arrive sur les lieux, et alors, deux autres personnes se joignent aux premières et, comme celles-ci, se ruent sur le suspect ; la vidéo montre l'action de ces braves personnes qui, à l'instar des joueurs de football s'agglutinent sur un porteur de ballon déjà à terre ; les 4 premiers policiers ont été suspendus avec solde pendant l'enquête que mènera la Sûreté du Québec sur leur action, mais pas sur celle des deux qui sont venus les rejoindre et ont fait la même chose que les premiers.
La direction des poursuites criminelles et pénales a accusé le jeune homme de vol qualifié, de braquage avec une arme à feu, de port de déguisement, de possession de stupéfiants pour fins de trafic et d'entrave au travail des policiers.
En février 2013, la vidéo du cégep est publiée ; le chef de police de Trois-Rivières se dit ébranlé par ce qu'il a vu alors que le président de la Fraternité des policiers de Trois-Rivières avoue comprendre que la population soit choquée par ce qu'elle a vue ; il insiste cependant pour dire que ce qui a été montré n'est qu'une partie de l'intervention policière et que ce n'est pas à nous de juger ; il faut laisser l'enquête policière se poursuivre, c'est possible que des accusations soient portées ; les policiers ont droit à la présomption d'innocence comme tout autre citoyen ; s'ils ont fait ce que la vidéo a montré, ils devraient normalement être accusés de voies de fait avec lésion (une dent fêlée et douleur aux testicules causée par un coup de pied asséné par l'un des 6 braves policiers qui ont écrit dans leur rapport que Vadeboncoeur avait entravé le travail d'un policier.
Le 9 mai 2013, les 4 policiers suspendus avec solde sont accusés de voies de fait avec une arme à feu, de tentative d'entrave à la justice, de fabrication et utilisation de faux. Barbara Provencher est aussi accusée de voies de fait causant des lésions corporelles, fabrication de faux documents, contrefaçon de documents et entrave à la justice en fabriquant de faux rapports.
Au cours de la nuit du 13 au 14 mars 2014, Vadeboncoeur est arrêté chez sa copine après avoir été poursuivi par la police de Trois-Rivières pour une tentative de vol à main armée à la même pharmacie que celle du 2 février 2012.
2017
Le 11 juin 2017, Les agents Barbara Provencher, Marc-André Saint-Amant et Dominic Pronovost sont acquittés alors que l'agent Kaven Deslauriers est reconnu coupable de voies de fait simples, mais il est acquitté de l'accusation de voies de fait causant des lésions, d'utilisation négligente d'une arme à feu, de voies de fait armées, de fabrication et d'utilisation de faux documrnts et d'entrave à la justice.
2018
Le 12 juillet 2018, le Conseil de la ville de Trois-Rivières réintègre dans le corps de police de Trois-Rivières les agents de police Marc-André Saint-Amant et Barbara Provencher et embauchent l'agent Dominic Pronovost comme pompier.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)