André (Frère)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

Analphabète devenu le personnage religieux le plus populaire du Québec au XXe siècle, il est admis au noviciat de la Congrégation de Sainte-Croix-csc à Saint-Laurent en novembre 1870 et adopte le nom de frère André.
Il prononce ses voeux perpétuels en 1874 et la Congrégation le nomme portier et infirmier et il est chargé des lampes du Collège Notre-Dame de Montréal, poste qu'il occupera jusqu'en 1909.
Il y reçoit des malades qu'il incite à prier saint Joseph et dont certains guérissent ainsi de toutes sortes de maux.
En 1904, avec des admirateurs, il construit sur le mont Royal un petit oratoire (4,5 m x 5,5 m) en l'honneur de saint Joseph, en face du collège Notre-Dame ; cet oratoire est l'ancêtre de la basilique de l'Oratoire Saint-Joseph érigée entre 1924 et 1955.
Décès en 1937 (6 janvier 1937)
Dans la semaine qui a suivi son décès le 9 janvier 1937, près d'un million de personnes sont venues se recueillir sur sa tombe (exposée en chapelle ardente dans la crypte de l'Oratoire).
Voir Montréal (municipalité de ville). Églises.

  • Distinctions -


Déclaré vénérable le 12 juin 1978.
Béatifié à Rome le 23 mai 1982 en même temps qu'Eulalie Durocher.
Canonisé à Rome le 17 octobre 2010, il devient saint André Bessette et est la première personne née au Canada à être canonisé.
Le nom de la place du Frère-André sur le boulevard René-Lévesque à Montréal honore sa mémoire comme celui de la rue du Frère-André de Montréal.

  • Bibliographie -


Frère André - Un saint parmi nous (Françoise Deroy Pineau, préface de Benoît Lacroix, Fides, 2010)

Outils personels