Bachand (François Mario)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Bachand (François Mario). (H) (V)

Homme de métier (peintre décorateur) né en 1944 (24 mars 1944).
Secrétaire général des Jeunesses socialistes du Québec.
L'un des fondateurs du Comité Indépendance Socialisme.
Militant du Front de libération du Québec-FLQ, François-Mario Bachand, 19 ans, est arrêté au cours le 1er juin 1963 pour participation à des attentats à la bombe dont celui au cours duquel le gardien de nuit Wilfrid O'Neill est tué et le sergent-major Walter Leja est grièvement blessé lorsqu'il tentait de désamorcer la bombe placée dans une boîte aux lettres de Westmount. Le 2 juin 1963, la police parvient à démanteler un premier groupe de felquistes formé de Raymond Villeneuve, 20 ans, Gabriel Hudon, 21 ans, et Georges Schooters, 33 ans qui se désignent comme les fondateurs du FLQ ; ils sont accusés de meurtre non prémédité et de conspiration pour causer la mort.
En 1968, alors qu'ils sont en liberté sous cautionnement en attendant leur procès, Pierre Schneider, Roger Tétreault et François Mario Bachand se réfugient aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon et y demandent l'asile politique à la France, ce qui leur est refusé.
Les trois hommes louent alors à Montréal un avion Cessna et se rendent à Portland (Maine, États-Unis) d'où ils partent en autobus en direction de Boston pour y prendre un avion vers Cuba, mais ils sont arrêtés par des policiers des États-Unis, puis extradés au Canada où François-Mario Bachand et Roger Tétreault sont condamnés à 4 ans de prison et Pierre Schneider, à 3 ans ; Raymond Villeneuve écope de 12 ans de prison après avoir reconnu sa culpabilité
à une accusation de l'homicide de Wilfrid O'Neil.
Libéré en 1966, Bachand fonde les Jeunesses socialistes du Québec, puis forme un Comité indépendance-socialisme et prône la création d'une cellule clandestine felquiste destinée à mener des actions terroristes d'appoint. Il organise de multiples manifestations dont celle contre Pierre Elliott Trudeau le 24 juin 1968
Il est arrêté le 22 mars 1969 alors qu'il prépare l'Opération McGill français du 28 mars 1969.
En avril 1969, il s'exile volontairement à Cuba d'où il part pour la France le 5 avril 1970 en même temps que Raymond Villeneuve, Pierre Charette, Alain Allard et André Garand.
À Paris, Bachand rencontre un ancie nvvn camarade, membre de la section de l'Université de Montréal du Rassemblement pour l'indépendance nationale-RIN, François Dorlot, étudiant en droit d'origine française qui lui trouve une panque dans la banlieu de Saint-Ouen au nord de Paris
Le 29 mars 1971, Bachand est assassiné de 3 balles à la tête dont on dit qu'elles ont été tirées par des membres de la cellule d'Alger du FLQ dans un appartement du 46, rue Eugène-Lumeau à Saint-Ouen-sur-Seine, en France). Bachand aurait été en conflit avec la cellule d'Alger.
Selon le journaliste Antoine Robitaille, Bachand aurait fait partie d'un complot pour assassiner Robert Bourassa à l'occasion d'une visite officielle de ce dernier en France. L'ex-felquiste Robert Hudon le détestait au point de dire Je l'aurais «tué avec plaisir».
Voir Québec (province). Crises. Crise d'octobre 1970.

  • Bibliographie -


Last Stop Paris, the Assassination of Mario Bachand and the End of the FLQ (Michael McLoughlin, Viking Editors, 1998).
Enquête sur les services secrets (Normand Lester, Éditions de l'Homme, 1998)
Le dernier felquiste (série télévisée par Société Radio-Canada (présentée à compter du 1er octobre 2020 à l'occasion du 50e anniversaire des événements de 1970)

Outils personels