Barbe (Véronique)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Le 14 septembre 2017, Ugo Fredette, 42 ans, qui avait déménagé dans un condominium un mois auparavant, aurait battu à mort sa conjointe Véronique Barbe, 41 ans, mère de quatre enfants, sur le patio arrière puis à l'intérieur de la résidence occupée par celle-ci à Saint-Eustache, puis Fredette aurait quitté ces lieux en emmenant avec lui son fils de 6 ans.

Fredette n'aurait pas accepté la rupture décidée par Véronique Barbe. Véronique Barbe avait été la conjointe d'Ugo Fredette pendant huit ans.
Le cadavre de Véronique Barbe a été découvert dans sa résidence de Saint-Eustache. Madame Barbe aurait reçu 17 coups de couteau en présence de son fils de 6 ans avant que Fredette parte en cavale avec celui-ci.
La police lance l'alerte Amber comme c'est la coutume lorsqu'il y a enlèvement d'un enfant.
Le 15 septembre 2017, le cadavre d'Yvon Lacasse, 71 ans, est trouvé en bordure d'une route dans un boisé de Harrington, près d'une semaine après qu'il eût été porté disparu. La voiture de monsieur Lacasse aurait été volée dans une halte routière de Lachute.
Le 15 septembre 2017, la police provinciale de l'Ontario qui avait entrepris la poursuite de l'automobile conduite par Fredette arrête ce dernier après que son automobile eut passé sur un tapis à clous étendu par la police à l'angle des autoroutes 41 et 132 et dévié dans la voie inverse pour terminer sa course dans un boisé. Fredette abandonne l'automobile et continue sa course à pied à travers la forêt avec l'enfant.
Le 25 septembre 2017, Fredette est formellement accusé du meurtre prémédité de sa conjointe, Véronique Barbe.

Le 30 octobre 2017, Ugo Fredette, 43 ans, est accusé au palais de justice de Saint-Jérôme du meurtre prémédité d'Yvon Lacasse.



Le 16 mars 2018, Fredette reconnaît sa culpabilité aux accusations de conduite dangereuse et de refus d'immobiliser son véhicule et de résistance à son arrestation et de possession de véhicule volé relativement à sa cavale en Ontario en compagnie d'un enfant de 6 ans à l'automne 2017.
Le 18 septembre 2018, lors du procès de Fredette à Saint-Jérôme, l'agent Michael Danielson de l'Ontario Provincial Police raconte qu'il a enjoint Fredette de laisser l'enfant et de se coucher par terre ; Fredette n'obéit pas, mais se dirige vers les patrouilleurs en tenant son enfant de 6 ans devant lui ; Danielson tire 7 décharges de son pistolet Taser sur Fredette malgré que celui-ci tenait son enfant comme un bouclier pour empêcher les agents de tirer sur lui ; Fredette s'effondre au sol paralysé ; d'autres agents venus en renfort réussissent à menotter Fredette. (Journal de Montréal ; 19 septembre 2019, page 4).
Le 13 septembre 2019, un jury reconnaît Fredette coupable des meurtres prémédités de Véronique Barbe et de Yvon Lacasse.
Le 18 septembre 2019, lors du procès de Fredette à Saint-Jérôme, l'agent Michael Danielson de l'Ontario Provincial Police raconte qu'il a enjoint Fredette de laisser l'enfant et de se coucher par terre ; Fredette n'obéit pas, mais se dirige vers les patrouilleurs ; Danielson tire 7 décharges de son pistolet Taser sur Fredette malgré que celui-ci tenait son enfant de 6 ans comme un bouclier pour empêcher les agents de tirer sur lui ; Fredette s'effondre au sol paralysé ; d'autres agents venus en renfort réussissent à menotter Fredette. (Journal de Montréal ; 19 septembre 2019, page 4).
Le 11 octobre 2019, Le quotidien Le Droit d'Ottawa rapporte que la Police Provinciale de l'Ontario accuse Fredette de conduite dangereuse, de voie de fait, d'avoir provoqué une poursuite policière, de possession d'un véhicule volé, et d'avoir résisté à son arrestation.
Le 19 octobre 2019, le jury reconnaît Ugo Fredette, 44 ans, coupable des meurtres prémédités de Véronique Barbe et d'Yvon Lacasse ; Fredette écope automatiquement de la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 années de sa peine derrière les barreaux. La durée minimum de sa peine pourrait cependant être doublée par la juge de la Cour supérieure, Myriam Lachance, puisqu'il y a eu deux victimes. Si telle était la décision de la juge, Fredette ne pourrait pas être libéré de prison avant l'âge de 94 ans (44 +50). La juge ne prononcera la peine qu'en 2020.
Le 15 novembre 2019, Le quotidien Le Soleil de Québec annonce que Fredette a porté en appel les deux verdicts de culpabilité prononcés contre lui le 19 octobre précédent ; ses avocats demandent à la Cour d'appel d'annuler les deux verdicts de culpabilité et de tenir un second procès ; ses avocats invoquent que la juge au procès aurait erré dans ses directives aux jurés en leur disant qu'ils «devaient être unanimes sur le verdict, mais qu'ils n'étaient pas nécessaire qu'ils soient unanimes sur la façon d'arriver à un verdict de culpabilité».
Le 1er juin 2020, Le Journal de Montréal, (page 11), rapporte que la Couronne demande que Fredette soit condamné à deux peines de prison à perpétuité chacune assortie d'un refus de libération conditionnelle avant d'avoir, pour chacune, purgé 25 ans pour chacune de ses peines derrière les barreaux (au total 50 ans).
Le 3 juin 2020, le docteur Gilles Chamberland, psychiatre à l'Institut Philippe-Pinel de psychiatrie pénale, diagnose chez Frenette un trouble de personnalité narcissique et déclare que Fredette n'aurait probablement pas de problème à commettre d'autres meurtres ; il se dit en faveur du cumul des sentences et d'une peine de 50 ans de prison à imposer à Fredette.

Outils personels