Boisvenu (Pierre-Hugues)

Un article de la Mémoire du Québec (2020).

Fondateur de l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD).
Sénateur du Parti conservateur du Canada (2010-2015), puis sénateur indépendant (2015-).
En 2012, il fait la déclaration suivante : «il faudrait que chaque assassin ait le droit à sa corde dans sa cellule. Il décidera de sa vie» ; cette déclaration sème l'émoi partout au Canada malgré qu'il la rétracte au cours de la même journée.
Le 13 juin 2013, le comité de la régie interne du Sénat refuse de prolonger le temps de vacances payées de l'amoureuse de M. Boisvenu ; sa relation amoureuse avait débuté lorsque la dame était sa secrétaire, ce qui s'avéra contraire à l'Éthique et entraîna la mutation de la dame vers une fonction non définie des services administratifs du Sénat. Monsieur Boisvenu a été réprimandé par le Sénat qui lui demande de présenter ses excuses pour avoir renouvelé le contrat d'emploi d'une femme avec laquelle il entretenait une relation amoureuse il devra, à ses frais, de plus «suivre une formation en éthique pour bien comprendreles fondements d'une gestion contemporaine des relations employeur-employé dans une institution publique.». Le Le 4 juin 2015, le sénateur , qui est visé par une enquête de a Gendarmerie royale du Canada-GRC après avoir été montré du doigt par le bureau du Vérificateur général du Canada au sujet de ses dépenses colectées du Sénat, annonce qu'il siégera dorénavant comme sénateur indépendant.
Le 5 juin 2015, il quitte le caucus des députés et sénateurs conservateurs lorsqu'il apprend que son dossier sera remis à la Gendarmerie Royale du Canada-GRC. (La Presse, 6 juin 2015, page A6).
Le 6 juin 2015, La Presse rapporte que le sénateur Boisjoli aurait réclamé 61 076 $ en dépenses inadmissibles, dont 15 800 $ liés à des indemnités de logement empochées alors que, selon le vérificateur général, sa résidence principale était Ottawa et 38 500 $ représentant les frais de voyage et d'hébergement réclamés par le sénateur alors qu'il participait à des activités liées à l'Association des familles des personnes assassinées ou disparues qu'il a fondée avant sa nomination au Sénat ou aux activités reliées à la publication de son livre Survivre à l'innommable.


Père de Julie Boisvenu.

  • Publications - Liste partielle


Survivre à l'innommable (2008).

Outils personels