Fournier (Catherine)

Un article de la Mémoire du Québec (2020).

  • Femme de sciences (économiste) née en 1992 (7 avril 1992) à Sainte-Julie.

Études à l'Université de Montréal-UdeM (baccalauréats en sciences économiques et politiques).
Candidate du Parti du Bloc québécois de Montarville (regroupe les villes de Sainte-Julie, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Basile-le-Grand et la partie est de la ville de Saint-Hubert) défaite aux élections fédérales du 19 octobre 2015.
Députée du Parti québécois-PQ de Marie-Victorin à l'Assemblée nationale du Québec-ANQ (2016-) ; à 24 ans, elle est alors la plus jeune députée de l'histoire du Québec.
Le 11 mars 2019, Catherine Fournier annonce qu'elle démissionne du Parti québécois et qu'elle siègera désormais comme députée souverainiste indépendante ; elle était jusque-là considérée comme l'étoile montante du Parti québécois-PQ. Sa défection fait que le Parti québécois qui était la première opposition officielle ne compte plus que 8 députés et perd le statut de première opposition officielle au profit du parti Québec solidaire-QS qui compte 9 députés. Le parti québécois devient alors la troisième opposition officielle.
Le 13 avril 2019, elle commence une campagne pour que disparaissent de la salle de l'Assemblée nationale, la croix anglicane au-dessus du trône du président, la masse chapeautée par une couronne royale, le serment à la reine que doivent prononcer les élus lorsqu'ils ou elles entrent en fonction, le poste de lieutenant-gouverneur, représentant officiel de la reine d'Angleterre. Pour elle, ce sont là des choses du passé qui n'ont plus leur place en 2019.

Outils personels