Gallese (Eustachio)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Le 24 octobre 2004, Chantale Deschesnes est assassinée (à coups de marteau puis de couteau) à Québec. Son conjoint, Eustachio Gallese se livre à la police.

En décembre 2006, Eustachio Gallese est reconnu coupable du meurtre sans préméditation de Chantale Deschesnes, 32 ans, sa conjointe d'alors perpétré le 24 octobre 2004 et il est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 15 ans de sa peine derrière les barreaux pour le meurtre de Chantale Deschênes.
En 2007, Estimant que Gallese représente un risque «élevé» de violence envers une partenaire, la Commission des libérations conditionnelles du Canada refuse sa demande de mise en liberté.
En 2016, en raison de sa bonne conduite en prison, Gallese reprend graduellement sa liberté lors de sorties supervisées
En mars 2019, la Commission des libérations conditionnelles du Canada autorise la remise en liberté d'Eustachio Gallese et l'autorise à résider dans une maison de transition. Selon le rapport de la Commission des libérations conditionnelles, une stratégie avait été développée pour que Gallese puisse rencontrer des femmes «afin de répondre à ses (besoins) sexuels». Dans cette décision, il n'est pas question de salon de massage ni de travailleuses du sexe. Gallese rencontre Marylène Lévesque, 22 ans, originaire de Chicoutimi (Saguenay), et commence une relation avec elle. Marylène Lévesque travaille dans un salon de massage de Québec,
En septembre 2019, la Commission prolonge la semi-liberté de Gallese pour une période de six mois. La relation entre Gallese et Lévesque se détériore. Gallese ressent le rejet, ce qui, pour lui, est un facteur de risque très importants. Il commence à moins bien dormir, à ressentir de l'angoisse, de l'anxiété et de la jalousie.
En 2020, Gallese jouit d'une liberté conditionnelle et séjourne dans maison de transition.
Le 22 ou 23 janvier 2020, Marylène Lévesque, 22 ans, qui travaille dans un salon de massage de Sainte-Foy, est assassinée d'une trentaine de coups de couteau au coeur et à l'abdomen dans une chambre de l'hôtel Sépia de Sainte-Foy (Québec) ; Madame Lévesque serait une travailleuse du sexe (Le Devoir (26 janvier 2020, page A3, et The Gazette, 28 février 2020 page A4)). Son assassin qui serait Eustachio Gallese, 51 ans, aurait offert 2 000 $ à Madame Lévesque pour qu'elle le rejoigne dans une chambre de l'hôtel Sépia ; Gallese est accusé du meurtre non-prémédité de Marylène Lévesque ; il aurait agi par jalousie et crainte du rejet.
Eustachio Gallese résidait dans une maison de transition du quartier Maizerets de Québec, mais il jouissait d'une semi-liberté lui permettant de rencontrer des femmes pour assouvir ses appétits sexuels.
Les proches de Madame Lévesque n'ayant pas les moyens financiers pour payer des funérailles pour la jeune femme, ont recours au socio-financement (quête chez le public) pour payer les frais funéraires et pour l'inhumer ; s'il y a un surplus, il sera versé à l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues- AFPAD. Nota : Au Québec, le coût moyen des funérailles est de 6 800 $ ; ce prix n'inclut pas les fleurs, le cortège funèbre ni le lot dans le cimetière.
Le 24 février 2020, Eustachio Gallese qui, immédiatement après le meurtre de Marylène Lévesque, s'était rendu à la police et avait avoué son geste, est formellement accusé du meurtre non prémédité de Marylène Lévesque pour laquelle il avait développé une véritable obsession.
Le 25 février 2020, la Couronne retire l'accusation de meurtre non prémédité portée contre Gallese et l'accuse plutôt de meurtre prémédité.
Le 26 février 2020, Gallese reconnaît sa culpabilité à cette nouvelle accusation, puis il est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.

Sources :

Le Devoir du 26 janvier 2020, page A3)
Le Journal de Montréal 28 janvier 2020, page 10 et 1er février 2020, page 12)

Outils personels