Gugy (Conrad)

Un article de la Mémoire du Québec (2020).

  • Administrateur né vers 1734 à LaHaye (Pays-Bas).

Secrétaire du gouverneur Haldimand (1763-1764).
Nommé juge de paix en 1765.
En 1783, il loua pour 16 ans les Forges du Saint-Maurice pour un loyer annuel de £18 15 shillings.
Membre du Conseil législatif sous l'Acte de Québec (1775-1786).
En 1764, il acquiert les seigneurie de Grandpré (22) et une partie de la seigneurie de Grosbois-Ouest (23a) où il se fait construire un manoir.
En 1771, il achète la seigneurie de Dumontier (24), voisine de celle de Gros-Bois-Ouest (23a), le fief Frédérick (derrière la seigneurie de Pointe-du-Lac) et des terres de la seigneurie de Rivière-du-Loup-en-Haut (21).
Entre l'automne 1778 et l'automne 1784, il logea dans des maisons qu'il avait fait construire dans sa seigneurie de Grosbois-Ouest pour loger des centaines de réfugiés loyalistes qui avaient fui les États-Unis ; cet établissement coûta £1 350 au gouvernement.
Le 13 janvier 1786, il cède ses propriétés en donation rémunératoire à Elizabeth Wilkinson qui vivait dans son manoir ; au décès de madame Wilkinson la propriété de la seigneurie de Grandpré (22) et de la seigneurie de Dumontier (24) et la moitié de la seigneurie de Grosbois-Ouest passe à son neveu, Louis Gugy.
Décès en 1786 (célibataire).

Outils personels