Jasmin (Judith)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Femme de lettres (journaliste) et femme de théâtre (comédienne) née à Terrebonne en 1916.

Fille du notaire Amédée Jasmin.
Études au lycée Fénelon de Paris, France (1921-1929 ; séjour de la famille en France), au Lycée de Versailles (pensionnaire : 1930-1932) et au Collège Marguerite-Bourgeoys de Montréal (1932-).
Avant de devenir journaliste, elle joue à la Renaissance théatrale, puis au Repertory Theatre dans des pièces de Louis Francoeur et de Ernest Pallascio-Morin.
Écrit dans l'hebdomadaire de quartier Le Progrès de Ville-Émard dirigé par son père Amédée Jasmin.
Coanimatrice des émissions Carrefour, Premier plan et Champ libre au réseau français de Radio-Canada.
À la radio, elle joue le rôle d'Élise Velder dans le radioroman La Pension Velder (de Robert Choquette).
Reporter à la télévision (1953-1957), correspondante de CBC/Radio-Canada à Paris, puis à l'Organisation des Nations Unies-ONU à New York.
Vice-présidente du Mouvement laïc de langue française (1961-).
Décès à Montréal en 1972 (20 novembre 1972).

Nota :
Le terme laïc vient du latin laicus qui signifie « commun, ordinaire, qui est du peuple »1 lui-même issu du grec laikos signifiant « du peuple » et « non clerc », par opposition à klerikos

  • Distinctions -


Prix Olivar-Asselin de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal-SJBM (1972).
Le Cercle des femmes journalistes a créé le prix Judith-Jasmin en 1975.
Le nom du parc Judith-Jasmin et celui du Pavillon Judith-Jasmin de l'UQÀM situé au de Montréal honorent sa mémoire.


  • Crédits :


Québécoises d'hier et d'aujourd'hui (Robert Prévost, Stanké, 1985)
Dictionnaire des intellectuels.les au Québec (Yvan Lamonde, Marie-Andrée Bergeron, Michel Lacroix et Jonathan Livernois, 2017)

Outils personels