Lapointe (Charles)

Un article de la Mémoire du Québec (2020).

Secrétaire parlementaire du ministre des Transports du Canada (1977-1979).
Ministre d'État aux petites entreprises et tourisme (1980-1982), ministre d'État aux Relations extérieures (1982-1983), ministre des Approvisionnements et Services et Receveur général du Canada (1983-1984) dans le cabinet de Pierre Elliott Trudeau et membre du Conseil privé de la reine pour le Canada.
Vice-président de SOGEC Lavalin Inc. (1986-1987).
Vice-président au développement des affaires de la firme d'ingénierie Lavalin International (1987-1988).
Président-directeur général de l'Office des congrès et du tourisme du grand Montréal ou Tourisme Montréal (1989-2013).
Membre (1995-1998 et 2001-2012) et président du conseil d'administration (2002-2012) de la Commission canadienne du tourisme.
Président du Conseil des arts de Montréal (2013).
Le 28 novembre 2013, il démissionne de son poste de président directeur général de Tourisme Montréal et de président du Conseil des arts de Montréal lorsque le Journal de Montréal révèle que son salaire annuel est de 398 000 $ ; ce que le vérificateur général a par la suite jugé hors normes.
Il aurait reçu une indemnité de départ de 654 000 $ ; il a remboursé 70 000 $ de cette indemnité après que le vérificateur général de la Ville de Montréal eut constaté qu'on lui versait une allocation annuelle d'automobile de 10 800 $ tout en lui fournissant une limousine avec chauffeur.
Tourisme Montréal est financé à raison de subventions de 1,2 million $ de la ville de Montréal, 1,2 million $ du Gouvernement du Québec et 1,2 million $ du Gouvernement fédéral ; le reste des 30 millions $ du budget annuel de l'organisme provient d'une taxe de 3,5 % sur les nuitées dans les chambres d'hôtel de Montréal collectée en vertu d'une loi de l'Assemblée nationale du Québec.
Pour justifier un salaire que le vérificateur général a trouvé abusif, le Président du conseil de Tourisme Montréal, Jacques Parisien a avancé que l'organisme était un organisme privé à but non lucratif et que Tourisme Montréal n'a pas de compte à rendre à personne ; ce qui ne cadre pas avec le genre de financement public de l'organisme. Il semble que ce raisonnement aurait été suggéré par madame Nicole Delorme de l'entreprise de communication National.
Il est à noter que le conseil d'administration n'était pas au courant de ces décisions prises par Monsieur Parisien.
Monsieur Parisien a démissionné de son poste à la suite du départ de Monsieur Lapointe.
Monsieur Jan-Frederyk Pleszgzynski est nommé président du Conseil des arts de Montréal.
Le 17 novembre 2014, Le Devoir rapporte que, sur l'avis de ses avocats, Tourisme Montréal ne réclamera pas un sou de l'indemnité de départ de 654 000 $ versée à Monsieur Lapointe lors de son départ le 28 novembre 2013.

Jacques Parisien avait auparavant présidé la compagnie Astral Média.

Outils personels