Miramichi (seigneurie-NB)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Superficie-

12 lieues de front sur la rive sud de la baie des Chaleurs par 10 lieues de profondeur

  • Éphémérides -


1687
(17 avril 1687) Ordonnance de l'intendant Jean Bochart de Champigny révoquant toutes les concessions faites de Canso ou de la rivière Jacquet jusqu'à Gaspé ou Pokeshaw à Nicolas Denys, et limitant à 15 lieues de front x 15 lieues de profondeur la concession de la côte de l'Acadie.
(26 mai 1690) Champigny concède un territoire (12 lieues de front x 10 lieues de profondeur) sur la rive sud de la baie des Chaleurs à Jean Gobin, un marchand de Québec qui n'agit que comme prête-nom à Richard Denys.
(28 mai 1690) Jean Gobin donne son territoire à Richard Denys qui le rattache à sa seigneurie de Miramichi.
1688
Au décès de Nicolas Denys, son domaine passe à son fils, Richard Denys.
1689
(15 octobre 1689) Richard Denys épouse Françoise Cailteau, fille de Jacques Cailteau et de Françoise Denys.
1690
(18 avril 1690) Promulgation de l'ordonnance du 17 avril 1687.
(26 mai 1690) Jean Gobin devient propriétaire d'un arrière-fief (12 lieues de front sur la baie des Chaleurs par 10 lieues de profondeur, de la rivière Jacquet jusqu'à Pokeshaw). (28 mai) Jean Gobin donne son arrière-fief à Richard Denys qui le rattache à la seigneurie de Miramichi.
1691 (19 août) Richard Denys concède un arrière-fief (2 lieues de front sur la baie des Chaleurs par 2 lieues de profondeur, avec la rivière Nepisiguit au centre) détaché de Nipisiguit en faveur de Philippe Esnault. (Novembre) Richard Denys périt dans le naufrage du Saint-François-Xavier ; son domaine passe à sa veuve et à son fils Louis Denys.
1694 (25 juillet) La veuve de Richard Denys, Françoise Cailteau, épouse (secondes noces) Pierre Rey-Gaillard, commissaire d'artillerie, qui devient tuteur de Louis Denys baptisé le 29 octobre 1691.
1696 (24 novembre) Pierre Rey-Gaillard, comme tuteur de Louis Denys, concède à Denis Riverin, propriétaire de la seigneurie de Cap-Chat (186) et de la seigneurie de Sainte-Anne-des-Monts (187), l'arrière-fief de Caraquet (2 lieues de front sur le bord de la mer à partir du milieu de la rivière Caraquet, à l'ouest de la seigneurie de Pokemouche) qu'il détache de la seigneurie de Miramichi.
1698 (17 juin) Pierre Rey-Gaillard, comme tuteur de Louis Denys, concède à Jean Grignon l'arrière-fief de Miscou (3 lieues de front par 6 lieues de profondeur et toutes les îles de Miscou) détaché de la seigneurie de Miramichi. Pierre Rey-Gaillard concède à Jacques Gourdeau un arrière-fief (3 lieues de front x 6 lieues de profondeur) détaché de la seigneurie de Miramichi.
1699 (17 février) Jacques Gourdeau revend son arrière-fief à Pierre Rey-Gaillard.
1759 Une loi du Parlement britannique éteint tous les droits des seigneurs français en Acadie.
1825 (7 octobre) Un grand feu détruit le village et la plus grande partie de la forêt environnante (96 km de largeur entre Miramichi et la baie des Chaleurs).
1899
Un groupe de Madelinots, fuyant la situation économique désastreuse des Îles-de-la-Madeleine, vient s'établir dans la baie Sainte-Anne (Miramichi).


  • Toponymie -


Miramichi vient d'un mot micmac signifiant «heureuse retraite».

Ressources -

Grès olive


  • Crédits -


Seigneuries et fiefs du Québec Dossiers toponymiques (Serge Courville et Serge Labrecque , CELAT Université Laval à Québec-ULQ, 1988)

Outils personels