Québec (province). Industries. Mines, Otish, Matoush, Uranium

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Uranium :

En 2006, la compagnie Resources Strateco identifie un gisement d'uranium prometteur dans les monts Otish, au nord de Chibougamau ; le projet est baptisé Matoush ; plusieurs groupes environnementaux et anti-nucléaires s'opposent à toute exploration et exploitation de gisement d'uranium au Québec ; le prolongement de la route 167 de Mistissini aux monts Otish favorise l'exploitation de cette mine.
En 2008, les Inuits décrètent un moratoire sur l'exploration et l'exploitation de mines d'uranium sur leur territoire.
En 2012, Les Cris de la baie James expriment leur opposition à l'exploration et l'exploitation de mines d'uranium sur leurs terres ancestrales.

Diamant :
Centre du Québec ; Renard (Stornoway Diamond Corporation et Investissement Québec) ; début d'exploitation prévu : 2014 ; la première mine de diamant exploitée au Québec en collaboration avec le Grand Conseil des Cris ; située dans les monts Otish à 350 km au nord de Chibougamau ; en 2011, le gouvernement du Québec entreprend la prolongation de la route 167 de Mistissini aux monts Otish.

Éphémérides.

2001 Les recherches de la Société québécoise d'exploration minière-SOQUEM conduisent à la première découverte de diamant dans les monts Otish.
2005-2006 Stornoway Diamond a acquis 559 titres d'exploration minière (clains) dans le nord du Québec dans la région des monts Otish dans une zone d'exploitation projetée à 210 km au nord-est de la communauté crie de Mistissini et à 275 km au nord de Chibougamau.
2008 Constitution de la compagnie Abitex pour l'exploitation de la mine située sur la propriété Lavoie. Abitex conclut une entente d'options avec les deux propriétaires du site : SOQUEM et Areva Resources Canada filiale du géant français du nucléaire ; l'entente prévoit qu'Abitex obtienne une participation de 50 % en effectuant pour 20 M $ de travaux sur la propriété et en produisant une étude de pré-faisabilité avant le 11 décembre 2011.
2009 La compagnie minière Ressources Strateco demande à Ottawa un permis d'exploration avancé pour son projet de mine qui contiendrait 2,6 millions de tonnes d'uranium ; Strateco doit aussi obtenir l'approbation du gouvernement du Québec pour obtenir un permis d'exploration avancé qui lui permettra de construire une galerie de un kilomètre de long à 300 mètres de profondeur ; pendant la période d'exploration, l'uranium ne devrait pas remonter à la surface mais être analysé sous terre.
(30 octobre, vers 23 h 30) Bruno Goulet, 36 ans, de LaSarre, Dominico Bollini, 44 ans, et Marc Guay, 31 ans, ces deux derniers d'Amos, sont portés disparus alors qu'ils descendaient dans l'ascenseur vers le fonds de la mine d'or de Bachelor Lake dans le secteur Desmaraisville de la Baie-James, sur la route 113, entre Chibougamau-Chapais et Lebel-sur-Quévillon ; leur dernière communication avec l'opérateur de l'ascenseur provenait du niveau 6 ; personne ne s'était rendu compte que les niveaux 11 (505 m de la surface) et 12 (550 m de la surface) étaient inondés ; la cage de l'ascenseur aurait été envahi par l'eau ; lorsque l'opérateur s'est rendu compte qu'il n'avait plus de communications avec les travailleurs, il a remonté la cage de l'ascenseur, la porte était ouverte, mais il n'y avait personne à l'intérieur ; la mine avait été fermée en 1993 ; au moment de l'accident, la compagnie Métanor Resources Inc. était à la préparer pour en reprendre l'exploitation vu la montée du prix de l'or ; le 2 novembre, les cadavres complètement gelés des 3 hommes ont été remontés à la surface.
2011
Le gouvernement du Québec présente son programme appelé Plan Nord. Dans une première phase de ce plan, il y a le prolongement de la route 167 du lac Albanel, au nord de Chibougamau et Mistissini jusqu'au projet minier de Stornoway Diamond Corporation dans les monts Otish, à 243 km plus au nord au coût estimé de 322 M $ dont 44 M $ seront à la charge de la société minière ; il y a aussi une mine d'uranium dans les monts Otish appelé le projet Matoush auquel les Cris sont formellement opposés.
(1er août 2011) Signature d'une entente entre le gouvernement du Québec et la compagnie Storneway Diamond Corp. pour un projet de modernisation de la route 167 entre Chibougamau et Mistissini (100 km) et de construction de sa prolongation (243 km) entre Mistissini et le site diamantifère Renard de la Stornoway Diamond Corp. jusqu'au coeur des monts Otish ; Stornoway Diamond Corp. appartenant à Investissement Québec (37 %) et Agnico Mines Ltd (9,1 %) et le reste à des investisseurs publics ; la mine de diamant contiendrait 30 millions de karats de diamant ; ce projet permettra le démarrage d'au moins 4 projets miniers en plus d'ouvrir la région aux activités récréo-touristiques et à l'exploitation forestière et énergétique. Le site Renard sera alimenté en électricité à partir de la station Laforge I d'Hydro-Québec.
(7 décembre 2011) Le Gouvernement du Québec autorise le début de la construction du prolongement en gravier de 243 km de la route 167 jusqu'aux monts Otish, là où se trouve la mine de diamants de la Stornoway Diamond Corp qui contribuera 44 M $ des 332 M $ que coûtera le prolongement de cette route.
(11 décembre 2011) Abitex n'a pas produit l'étude de pré faisabilité et n'a pas dépensé 20 M $. L'entente est prolongée à la condition qu'Abitex dépense 4 M $ en 2012.
(12 décembre 2011) Quatre maîtres de trappe (Simon Mattawashish, Johnny Coon, Harry Coonishish et Matthew Matoush, demandent une injonction à la Cour supérieure pour empêcher que débutent les travaux de déboisement de l'emprise de la route 167 par le Gouvernement du Québec à moins qu'ils aient obtenu compensation pour les inconvénients que leur causera le passage de la route sur leurs lignes de trappe ; ce qui affectera leur territoire de chasse et, par conséquent, leur mode de vie ; ils refusent que le conseil de bande de Mistissini négocie en leur nom. Il s'agit pour la Cour d'interpréter le document appelé La Paix des braves.
(1er août 2011) Signature d'une entente entre le gouvernement du Québec et la compagnie Storneway Diamond Corp. pour un projet de modernisation de la route 167 entre Chibougamau et Mistissini (100 km) et de construction de sa prolongation (243 km) jusqu'au coeur des monts Otish, entre Mistissini et le site diamantifère Renard de la Stornoway Diamond Corp. Stornoway Diamond Corp. appartient à Investissement Québec (37 %) et Agnico Mines Ltd (9,1 %) et le reste à des investisseurs publics ; la mine de diamant contiendrait 30 millions de karats de diamant ; ce projet de prolongation de la route devrait permettre le démarrage d'au moins 4 projets miniers en plus d'ouvrir la région aux activités récréotouristiques et à l'exploitation forestière et énergétique. Le site Renard sera alimenté en électricité par une centrale au diésel puis à partir de la station Laforge I d'Hydro-Québec ; cette dernière liaison coûterait 175 M $.
2012
(22 janvier 2012) Les maîtres de trappe en désaccord avec le conseil de bande de Mistissini barrent la route 167 à toute circulation par une barricade à l'endroit où doivent débuter le lendemain les travaux de déboisement de l'emprise de la continuation de la route 167. Le territoire du Nord du Québec est divisé en territoires de trappe, chacun occupé par un maître de trappe et sa famille pour les activités de chasse, de piégeage et de pêche ; la route 167 traversera les territoires de 6 maîtres de trappe qui se sont réunis pour former une entreprise de construction UUCHII qui, en partenariat avec d'autres entreprises veut faire annuler le contrat accordé à l'entreprise Bob-Son et négocier le contrat de construction de la route ; le prolongement de la route 167 aura une longueur de 243 km jusqu'à la mine diamantifère Renard de la compagnie Stornoway Diamond dont Investissement Québec détient 34 % des actions, la Caisse de dépôt et placement du Québec, 7,5 %, la compagnie Agnico Eagle Mines, 10 % et le public, 48,5 %.
(Mars) Les Inuits lèvent le moratoire imposé en 2008 sur l'exploration et l'exploitation de l'uranium.
(Août 2012) Le Grand conseil des Cris du Québec a adopté une résolution demandant un moratoire sur l'exploitation des mines d'uranium dans la moitié du territoire du Plan Nord, ce qui comprend le projet de mine Matoush, Le Conseil de la nation crie de Mistissini s'est aussi prononcé contre le projet de mine d'Uranium Matoush dans les monts Otish, à 250 km au nord-est de Chibougamau.
(18 octobre 2012) La compagnie Ressources Strateco obtient l'autorisation de la Commission canadienne de sûreté nucléaire pour creuser une rampe d'exploration souterraine et poursuivre le projet uranifère Matoush, mais le ministre de l'Environnement du Québec, Daniel Breton, demande au Bureau d'audience publique sur l'environnement d'étudier les impacts de l'exploration et de l'éventuelle exploitation de l'uranium au Québec avant qu'il n'autorise la poursuite du projet.
(19 octobre 2012) Il est révélé que le rapport du comité provincial Comex chargé des évaluations environnementales sur le territoire de la baie James et du Nord québécois au sud du 55e parallèle qui a examiné le projet de Ressources Strateco avait à l'été 2011, analysé un projet et ses impacts et recommandé au gouvernement du Québec d'autoriser l'exploration de l'uranium avec comme première condition, l'acceptabilité sociale, puis l'acceptabilité environnementale. Cette dernière est au rendez-vous à certaines conditions ; quant à la première elle est acceptée par les communautés non cries de la baie James mais les autorités cries militent pour le bannissement de toute activité minière liée à l'uranium sur leur territoire traditionnel.
2013
Le gouvernement de la Saskatchewan, qui possède les plus importants gisements d'uranium au monde (17 % de la production mondiale) diminue les redevance minières afin de stimuler le développement de plusieurs mines d'uranium sur son territoire.
(29 janvier 2013) Après y avoir dépensé près de 10 M $, Ressources Abitex, société de Val-d'Or abandonne les travaux sur la propriété Lavoie appartenant à SOQUEM et Areva Resources Canada filiale du géant français du nucléaire.
(8 février 2013) L'incertitude causée par la discussion sur les redevances que les compagnies minières devraient payer pour avoir le droit d'exporter les minerais de fer extraits du sol québécois, pousse le Canadien national à reporter indéfiniment la construction du chemin de fer de 800 km reliant le port de Sept-Îles aux projets miniers du nord-ouest de la province.
(Mars2013) Le gouvernement du Québec (dirigé par madame Pauline Marois du Parti québécois) impose un moratoire sur l'exploration et l'exploitation de l'uranium au Québec et confie au Bureau d'audience publique sur l'environnement l'évaluation des impacts environnementaux et sociaux de l'exploration et de l'exploitation de la filière uranifère au Québec ; on estime à une année la durée des travaux du BAPE.
(1er avril 2013) Baisse de 63 % de la valeur boursière de la compagnie minière Ressources Strateco qui a dépensé 120 millionsdans l'exploration voire 300 millions $ pour compenser la valeur économique du gisement Matoush dans les monts Otish.
(6 novembre 2013) Le gouvernement du Québec fournira une marge de crédit de un milliard $ garantie par Investissement Québec à Stornaway Diamond Corp. Une piste de 1 500 m de long sera aménagée. Les avions gros-porteurs pourront atterrir à l'aéroport de Chibougamau et les contrôle de sécurité des voyageurs d'outre-frontières pourront également y être faits.
2014
8 janvier 2014) Les Cris et le gouvernement du Québec s'entendent sur un mandat d'enquête sur la filière Uranium au Québec ; le mandat est confié au Bureau d'audience publique sur l'environnement BAPE.

2019

Croulant sous le poids de dettes totalisant environ 500 millions $, la compagnie minière Stornoway, qui exploite la mine Renard au nord de Chibougamau depuis 2016, obtiient une ordonnance de la Cour supérieure (faillite) qui lui permettra de se restructurer sans craindre de se faire poursuivre par ses créanciers ; les Québécois, par leurs institutions gouvernementales auront perdu plus de 740 millions $ dans l'aventure de la mine de diamants : Investissements Québec pour 100 millions $ en prêt garanti à Stornoway ; construction de la route pour 400 millions $. La Caisse de dépôts et placements du Québec prête un autre 20 millions pour lui permettre de maintenir ses activités su cours des prochains mois préservant ainsi 500 emplois et permettant dde payer les fournisseurs qui sont tous québécois. L'entreprise a cependant espoir en l'avenir parce que la plus grosse mine de diamants au monde située en Australie a annoncé sa fermeture prochaine. Selon la compagnie, le prix des diamants est actuellement trop bas.

Outils personels