Restigouche (seigneurie-NB)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Éphémérides -


1690
(26 mai 1690) Concession d'un territoire (12 lieues de front par 10 lieues de profondeur) sur la côte sud de la baie des Chaleurs à la Cadie (Acadie), de la rivière Jacquet jusqu'au fond de la baie des Chaleurs, à Pierre LeMoyne d'Iberville qui la nomme Ristigouche.
(28 mai 1690) Pierre Lemoyne d'Iberville cède ce territoire à Richard Denys qui le rattache à sa seigneurie de Miramichi.
1696
Pierre Rey-Gaillard, commissaire d'artillerie à Québec, hérite du domaine de Richard Denys et loue le fief de Ristigouche à Denis Riverin.
1698
(17 juin 1698) Concession d'un arrière-fief (1 1/2 lieue de front de chaque côté de la rivière à l'Anguille sur 6 lieues de profondeur entre Dalhousie et Charlo) détaché de Restigouche en faveur de Louis Chambalon, notaire à Québec.
1699
(11 février 1699) Résiliation du bail détenu par Denis Riverin sur la seigneurie de Ristigouche.
1753
La seigneurie de Ristigouche, la seigneurie de Nepisiguit et la seigneurie de Miramichi appartiennent à Marie-Françoise-Achille Rey-Gaillard, héritière de Pierre Rey-Gaillard.
1755
Plusieurs Acadiens voulant éviter la déportation se réfugient dans la seigneurie de Ristigouche avant d'aller développer la région de Bonaventure en Gaspésie.
Vers 1755
Des colons pêcheurs arrivent dans la seigneurie de Ristigouche.
1796
(22 septembre 1796) Le roi d'Angleterre signe l'Acte en retrait du fief de Restigouche.

  • Toponymie -


Selon certains, Restigouche ou Ristigouche viendrait d'un mot micmac signifiant «longue guerre».

Outils personels