Sénécal (Louis-Adélard)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Homme d'affaires (propriétaire de moulins à scie et d'entreprises de transport, constructeur de bateaux et de chemins de fer) né en 1829 dans la seigneurie de Varennes (73).

Études dans la seigneurie de Varennes (73) et à Burlington, Vermont, États-Unis.
En 1853, il achète le bateau à vapeur George Frederick qu'il rebaptise Verchères et qui fait la navette entre Verchères et Montréal, puis entre Sorel et Montréal.
En 1858,il fait construire le vapeur Yamaska pour faire la navette entre Sainte-Anne-de-Sorel et Montréal.
Vers la même époque, il fait construire le vapeur Le Cygne pour faire la navette entre la rivière Saint-François et Sorel.
En 1860 il achète le vapeur Ottawa pour faire concurrence à la Compagnie du Richelieu de Jacques-Félix Sincennes sur le parcours Montréal-Québec.
En 1866, il fonde la Compagnie des moulins à vapeur de Pierreville qui inaugure un ensemble de bouilloires et d'engins qui actionnent un moulin à scie (1 scie circulaire et 89 scies verticales), un moulin à farine et un moulin à carder.
Député du Parti libéral de Yamaska à l'Assemblée législative (1867-1871) et de Drummond-Arthabaska à la Chambre des communes-Cdesc (1867-1872).
En 1874, il se dissocie du Parti libéral relégué au rôle d'opposition pour s'allier au Parti conservateur qui assume le pouvoir.
Président de la Compagnie de navigation Richelieu et Ontario (1882-1887) ; il a évincé Hugh Allan de la présidence de cette compagnie qui deviendra une partie constituante de la Canada Steamships Line.
Président de la Compagnie du chemin de fer de la rive nord (1883-1886) et de la Compagnie du chemin de fer à passagers de la cité de Montréal (1883-1884).
Sénateur du Parti conservateur de la division des Mille-Isles (1887).
Pour certains, il incarne l'éveil des Canadiens français à l'économie, mais pour d'autres il n'est, au mieux, qu'un opportuniste ou, au pire, un fraudeur et un voleur.
En 1867, son chiffre d'affaires annuel est évalué à 3 millions $, mais, à sa mort survenue en 1887, il était sans le sou.
Beau-père de William-Edmond Blumhart. Beau-père de Charles-Ignace Gill. Oncle de François-Xavier Archambault.
Décès en 1887 à Montréal.

  • Distinctions -


Commandeur de la Légion d'honneur de France (1883).

Outils personels