Sainte-Luce (municipalité)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Superficie - 74,88 km2.
  • Gentilé - Luçois, oise.


  • Éphémérides -


1688 Concession d'une seigneurie à Barbe Fortin et à Pierre de Lessard qui la nomment Lessard (177).

Concession de la seigneurie de Rimouski (175-176) à Augustin Rouer de La Cardonnière.
1789 Acquisition de la seigneurie de Lessard (177) par Joseph Drapeau.
Acquisition de la seigneurie de Rimouski (175-176) par Joseph Drapeau.
1810 Au décès de Joseph Drapeau, la seigneurie de Rimouski (175-176) passe à sa veuve Geneviève Noël, et à ses filles, Marie-Josephte Drapeau, veuve de Jean-Baptiste d'Estimauville, Angélique-Flavie Drapeau, Marguerite-Josephte Drapeau, Gertrude-Luce Drapeau, Louise-Angèle Drapeau et Adelaïde Drapeau, épouse de Augustin Kelly.
1829 (28 août) Érection canonique de la paroisse Sainte-Luce ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Lessard (177) et de Le Page-et-Thivierge (178).
1842 Nomination du premier curé résidant (Gabriel Nadaud) et ouverture des registres de la paroisse Sainte-Luce.
1845 (8 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Luce-de-Lessard.
Début de la construction de l'église Sainte-Luce.
1847 (1 septembre) Abolition de la municipalité de la paroisse de Sainte-Luce-de-Lessard.
1850 Inauguration de l'église Sainte-Luce.
1854 (18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1855 (1 juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Luce-de-Lessard.
1883 Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Sainte-Luce-Station.
1914 (29 mai, vers 1 h 55) Accident maritime dans le Saint-Laurent, à environ 4 km au large de Sainte-Luce-sur-Mer ; collision entre le charbonnier norvégien Storstad et le paquebot du Canadien Pacifique Empress of Ireland assurant la liaison Londres-Québec et transportant 1 477 passagers et membres d'équipage à destination de l'Angleterre ; bilan : l'Empress of Ireland coule à pic en 14 minutes ; 1 012 morts dont 248 membres de l'équipage et 465 survivants parmi les occupants de l'Empress, et aucune victime parmi l'équipage du Storstad ; 88 victimes dont les corps n'ont pas été réclamés sont enterrées à Pointe-au-Père dans un petit cimetière aménagé par la compagnie Canadian Pacific près de l'endroit où se dresse le monument à l'Empress of Ireland. L'épave repose à 46 m au fond du fleuve ; un musée de Pointe-au-Père raconte ce désastre ; des recherches sont effectuées dans l'épave grâce à l'aide financière d'Aubert Brillant.
1918 (27 juin) Constitution de la municipalité du village de Luceville par détachement de celle de la paroisse de Sainte-Luce-de-Lessard.
1923 La population de la paroisse est de 1 400 âmes.
1943 (5 juillet) Fondation de la Caisse populaire de Sainte-Luce-Station.
1949 Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-de-la-Paix.
1990 La population de Sainte-Luce est de 1 490 habitants, celle de Luceville, 1 362.
2000 La population de Sainte-Luce est de 1 495 habitants, celle de Luceville, 1 385.
2001 (29 août) Regroupement des municipalités de Sainte-Luce et Luceville sous le nom de Sainte-Luce-Luceville.
2002 (9 avril) La municipalité abrège son nom en Sainte-Luce.
2003
(26 juillet, 13 h 30) Après 7 années de démarches et de travail de la part de Jean-Pierre Bouillon, le destroyer HMCS Nipigon dépouillé de tous ses atours et propre comme un sou neuf est dynamité pour couler à une profondeur de 40 m, et reposer sur un fond sablonneux, là ou le fleuve se marie au golfe, à environ un kilomètre de l'épave de l'Empress of Ireland ; la frégate Nipigon est le dernier des destroyers canadiens de la classe Saint-Laurent à avoir été construit et le dernier à être abandonné ; construite à Sorel en 1960, elle a été libérée en 1998, puis achetée en 2001 par la Société des récifs artificiels de l'estuaire du Québec pour en faire un récif artificiel pour les amateurs intermédiaires de plongée sous-marine et créer un écosystème propice à l'observation de la vie marine ; même réservée aux plongeurs experts, l'exploration de l'épave de l'Empress of Ireland a entraîné la mort de plusieurs d'entre eux depuis qu'elle a été repérée.
2010 La population de Sainte-Luce est de 2 962 habitants.
(6 décembre) La haute marée exceptionnelle et des vents violents balayent et entraînent des parties de la route 132 dans la mer.

  • Patrie -


Yvon Côté.
Claude Saint-Hilaire.
René Tremblay.

  • Attraits :


Église Sainte-Luce (1845-1850) ; 20, Chemin du Fleuve ; style récollet ; plans de Thomas Baillairgé ; décoration intérieure, sculptures des nefs, chaire, sanctuaire et maître-autel (1845-1850) sous la direction d'André Pâquet dit Lavallée selon des plans de Thomas Baillairgé ; fonts baptismaux (1884) de David Ouellet ; tableau d'Antoine Plamondon, Sainte Luce priant pour la guérison de sa mère (1842) ; vitraux (1917) de Henri Perdriau exécutés par la maison Perdriau et O'Shea ; façade refaite en 1914 d'après des plans de David Ouellet et de Pierre Lévesque ; orgue Casavant (1922) ; classée monument historique en 1955.
Moulin banal (début du XIXe siècle);l'un des plus anciens moulins de la régioné

  • Toponymie -


Lessard rappelle la seigneurie de ce nom dans laquelle le territoire de la municipalité est situé.
Luceville rappelle le souvenir de Luce-Gertrude Drapeau, qui était l'une des propriétaires de la seigneurie de Rimouski (175-176) et de la seigneurie de Lessard (177) lors de l'érection canonique de la paroisse Sainte-Luce.
Sainte-Luce rappelle également le souvenir de Luce-Gertrude Drapeau.

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent.
Au nord-est de Rimouski.
Diocèse de Rimouski.
Municipalité régionale de comté de La Mitis.
Région touristique du Bas-Saint-Laurent.

  • Accès : Route 132 x Route 298.

Carte 3.

Carte 3 sur Google Maps

Outils personels