Tekakwitha (Kateri)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Amérindienne née en 1656 à Ossernenon, village mohawk devenu plus tard Gandaouagué, Auriesville, New York, USA.

Son nom signifie «celle qui avance en hésitant».
Surnommée «le lis des Mohawks», son père était mohawk et païen et sa mère, algonquine et chrétienne ; sa mère avait été élevée par des colons français de Trois-Rivières, puis capturée en 1653 et emmenée au bord de la rivière Mohawk dans l'État de New York.
Baptisée le dimanche de Pâques 1676 ;
En 1677, persécutée par ses congénères, elle s'enfuit dans la seigneurie du Sault-Saint-Louis (66) au village de Kahnawake et y mène une vie pieuse et exemplaire jusqu'à sa mort survenue le 17 avril 1680 ;
Inhumée dans l'église Saint-François-Xavier de Kahnawake.
Le 20 décembre 2011, le pape Benoît XVI signe un décret papal qui attribue un miracle à l'intervention de Kateri ; il lui crédite la guérison de Jake Finkbonner en 2006, un enfant de l'État de Washington atteint de la bactérie fasciitis necrotizing, la bactérie mangeuse de chair, qui l'avait envahi lorsqu'il s'était fendu la lèvre en jouant au basketball. Le prêtre de la paroisse de la famille Finkbonner demanda à sa famille de demander l'intercession de Katéri. La bactérie cessa de se répandre et Jake revint à la santé.
Le 19 février 2012, le pape Benoît XVI annonce qu'elle sera canonisée le 21 octobre 2012. Un sanctuaire a été érigé en son honneur en 1938 sur une hauteur près d'Albany (New York) et loge un musée de l'histoire des Mohawks et des aborigènes des États-Unis.

  • Distinctions -


Béatifiée le 22 juin 1980 par le Pape Jean-Paul II, elle est la première Amérindienne qui pourrait être canonisée ; ses reliques sont conservées à la mission Saint-François-Xavier de Kahnawake.
Le nom d'une île du sault Saint-Louis, en face de la réserve amérindienne de Kahnawake honore sa mémoire comme celui du canton Tekakwitha proclamé en 1965 et situé dans la région touristique d'Eeyou-Istchee Baie-James.
Surnommée le Lys des Mohawks
Canonisée le 22 octobre 2012.

  • Bibliographie -


Caterine Tekakwitha et les jésuites, la rencontre de deux mondes (Allan Greer, Éditions du Boréal, 2007).

Outils personels