The Gazette (journal)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Selon le Dictionnaire universel d'Antoine Furetière (1688-1689),

«Gazette est un mot qui désigne «un petit imprimé publié toutes les semaines, qui contient des nouvelles de toutes sortes de pays. Au sens figuré, Gazette désigne «une femme qui sait toutes les nouvelles de son quartier & qui les va publier en tous lieux de sa connoissance».
En ce sens, il ne se prend qu'en mauvaise part.
Ce mot vient de gazetta, qui signifie une espèce de monnaie de Venise, qui estoit le prix ordinaire du cahier des nouvelles courantes.
Ce nom a été depuis transporté au cahier même des nouvelles courantes.»

  • Éphémérides -


1773
Fleury Mesplet, un imprimeur de Londres, Angleterre, rencontre Benjamin Franklin qui cherche un imprimeur pour éditer des messages en français aux Québécois pour les convaincre de se joindre au mouvement d'indépendance des Américains.
1774
De Philadelphie, Mesplet écrit Lettre Adressée aux Habitants de la Province de Québec, Ci-Devant le Canada ; il y vante les avantages de se joindre aux américains.
1776
Les Québécois refusent de se joindre aux Américains.
Aidé financièrement par Charles Berger, Fleury Mesplet fait venir son équipement d'imprimerie de Philadelphie et ouvre boutique à Montréal où il est alors le seul imprimeur.
1778
(3 juin 1778) Fondation d'un journal par Fleury Mesplet et l'avocat français Valentin Jautard; publié en français seulement sous le titre de La Gazette du Commerce et Littéraire pour la Ville et District de Montréal, il est le premier journal publié à Montréal. Peu après la première édition, Mesplet et Jautard sont emprisonnés à Québec par ordre du gouverneur Haldimand et le journal cesse de paraître ; Marie Mirabeau, l'épouse de Mesplet, conserve la presse et publie des livres.

1782
(Septembre 1782) Mesplet et Jautard sont libérés sans avoir subi de procès.
1785
(Août 1785) Mesplet et Jautard lancent le journal bilingue, La Gazette de Montréal-The Montreal Gazette.
1794
(24 janvier 1794) Décès de Mesplet ; sa seconde épouse, Marie-Anne Tison, continue la publication du journal.
(13 février 1794) Marie-Anne Tison suspend la publication du journal.
1795
Edward Edwards achète à l'encan la presse de Mesplet et reprend la publication de La Gazette de Montréal-The Montreal Gazette.
À quelques jours d'intervalles, en plus de celui d'Edwards, un autre journal portant le même nom commence à être publié.
1797
La Gazette de Montréal d'Edward Edwards est la seule à être publiée
1808
Edward Edwards vend son journal à l'Écossais, James Brown, un associé de la compagnie qui produit du papier à Saint-André-Est.
1816
James Brown abandonne la partie française du titre du journal, mais continue de publier des articles en français.
1822
James Brown vend le journal à l'Écossais, Thomas Andrew Turner, l'un des fondateurs de la Bank of Montreal-BM. Le 18 décembre 1827, Jocelyn Waller un journaliste de The Gazette est arrêté et accusé de libelle diffamatoire par l'administration du Comte de Dalhousie, gouverneur de l'Amérique britannique du Nord. Waller, originaire d'Irlande, fut congédié par Turner, mais il fut rapidement embauché par The Canadian Spectator un nouveau journal fondé principalement pour combattre le projet d'union des deux Canadas en une seule colonie, un projet qui tomba en 1823, mais fut ressuscité en 1825 ; ce nouveau journal visait particulièrement la clientèle des immigrants irlandais ; lors des élections de 1827, le vote des immigrants irlandais assura l'élection du Parti patriote de Louis-Joseph Papineau dans 3 circonscriptions montréalaises ; Waller avait réussi à convaincre les Irlandais de s'associer aux Canadiens français plutôt qu'aux britanniques qui dominaient leurs compatriotes en Irlande. Le procès de Waller ne fut jamais tenu parce que Waller décéda le 2 décembre 1828.
1824
Thomas Andrew Turner s'associe à Edward Milford, propriétaire du Canadian Magazine ; les deux hommes fusionnent les deux publications et font un bihebdomadaire de The Gazette.
(18 décembre 1824) Jocelyn Waller cède sa participation dans The Gazette à Thomas Andrew Turner.
1832
Thomas Andrew Turner vend le journal à Robert Armour (1781-1857) qui, avec son fils Andrew comme éditeur, commence à le publier trois fois par semaine.
1844
Le journal passe à Robert Abraham qui commence à le publier quotidiennement pendant l'été sur une presse cylindrique importée d'Angleterre.
1848
James Moir Ferres devient rédacteur en chef et principal propriétaire du journal.
1853
Le journal est acheté par Brown Chamberlin, 27 ans, et John Lowe, 30 ans ; les deux hommes sont beaux-frères.
1854
Le journal commence à être publié quotidiennement pendant toute l'année.
1867
(3 juin) Le quotidien The Montreal Gazette décide d'enlever Montreal de son titre et qu'à compter du 1er juillet 1867, il sera publié sous le titre The Gazette.
1870
Le journal est vendu aux frères Thomas et Richard White, propriétaire du Spectator de Hamilton, Ontario ; les frères White vendent le Spectator à William Southam.
1925
Le journal emménage dans un édifice situé au 1000, rue Saint-Antoine.
1932
Les titres sont plus grands et des photos sont utilisées.
La circulation est de 21 000 copies.
1944
Le tirage atteint 40 000 copies.
1956
Le tirage atteint 94 000 copies.
1968
Le journal est vendu à la chaîne Southam Newspaper Group.
1979
(25 septembre) Le Montreal Star cesse de publier et The Gazette devient le seul quotidien de langue anglaise publié à Montréal ; The Gazette achète l'édifice du Montreal Star laissé vacant au 250, rue Saint-Antoine Est, et y déménage ses pénates.
1984
(24 août au 4 septembre 1984) Lock-out général, The Gazette n'est pas publié.
1987
Lockout de 7 mois (juillet à 1987 à février 1988) à l'endroit des pressiers membres du Syndicat international des communications graphiques FTQ ; le journal continue d'être publié.
1996
La compagnie Hollinger de Conrad Black acquiert 23 % des actions de Southam Newspaper Group.
1998
Construction d'une nouvelle imprimerie pour le journal sur la rue Saint-Jacques, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce.
2000
(Juillet) La compagnie Hollinger de Conrad Black vend la plupart de ses grands journaux canadiens dont The Gazette à la compagnie CanWest Global appartenant à la famille Asper de Winnipeg au prix de 3,2 milliards $.
2003
(Mai 2003) Le quotidien annonce qu'il a vendu son édifice des rues Saint-Antoine et Saint-Jacques à la ville de Montréal pour la somme de 7,5 millions $.
(1er septembre 2003) Les bureaux du journal seront déménagés dans le Dominion Square Building situé à l'angle des rues Sainte-Catherine Ouest et Peel à Montréal.
2009
(Octobre 2009) La compagnie Canwest Global et ses filiales de télévision se mettent à l'abri de leurs créanciers (en vertu de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité).
2010
(9 janvier 2010) La compagnie Canwest Global Communications se met sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers (faillite) et annonce que sa filiale Canwest LP qui exploite, entre autres,les journaux National Post, Ottawa Citizen, Calgary Herald,Vancouver Sun et The Gazette de Montréal.
2011
(7 août 2011) Une soixantaine de travailleurs affectés à l'expédition et à la fabrication des plaques membre du syndicat des Teamsters sont mis en lock-out.
2013
(31 octobre 2013) Silver Point, un gestionnaire de fonds américain achète 19 % des actions de Postmedia Network Canada, propriétaire de The Gazette, du National Post et du Ottawa Citizen.
2015
Post Media vend l'unité de production du quotidien The Gazette.


  • Bibliographie -


La »Gazette littéraire de Montréal» (1778-1779) (Édition présentée par Nova Doyon, Presses de l'Université Laval-PUL, 2010).

Outils personels