Air Canada (entreprise de services, transports aériens)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Siège social - Montréal.


  • Éphémérides -


1937 (10 avril) Fondation de la compagnie d'aviation sous le nom de Trans Canada Air Lines par la Canadian National Railway Company. Trans Canada Air Lines fonde la Air Canada Technical Services pour l'inspection des structures et des moteurs d'avions.
1937 (1er septembre) Inauguration des services passagers et postaux entre Vancouver (Colombie-Britannique) et Seatle (État de Washington, États-Unis).
1939 (1er avril) Inauguration des services passagers et postaux internationaux.
1951 (30 mars, 8 h 20) Départ d'un quadrimoteur North Star qui effectue la première liaison Montréal-Paris par la Trans Canada Airlines.
1956 (9 décembre) Tragédie mortelle ; un avion quadrimoteur North Star de la compagnie disparaît entre Vancouver et Calgary ; bilan : 62 morts dont 5 joueurs de la Ligue canadienne de football.
1958 (7 février) Fin du monopole de Trans-Canada Air Lines dans le transport aérien au Canada.
1965 Adoption du nom d'Air Canada.
1970 (5 juillet, vers 8 h 15) Un avion DC8 d'air Canada parti de Montréal avec 108 personnes à bord s'écrase à l'atterrissage à l'aéroport Malton de Toronto ; le pilote avait sugnalé que le moteur droit de son appareil était en feu ; ce moteur se détacha l'appareil après que le contrôleur de l'aéroport eut ordonné au pilote de prendre de l'altitude et de se délester de carburant ; bilan 108 morts dont 71 résidents de la région de Montréal en route pour Los Angeles avec un arrêt à Toronto.
1983 Le gouvernement de l'Alberta privatise la Pacific Western Airlines qui prend le nom PWA Corp. (2 juin) 23 passagers meurent dans l'incendie d'un DC9 d'Air Canada à Cincinnati (États-Unis).
1986 Canadian Airlines International est acquise par la compagnie PWA Corp.
1987 Adoption de la Loi sur la participation publique dans la compagnie Air Canada ; cette loi stipule entre autres qu'aucun individu ni aucun groupe d'individus ne peut détenir plus de 10 % du capital-action de la compagnie ; de plus, les étrangers ne pourront détenir ensemble plus de 25 % des actions votantes de la compagnie.
1988 Le Parlement du Canada adopte la Air Canada Public Participation Act dont une disposition oblige la compagnie aérienne à confier le gros entretien de ses appareils aux centres de maintenance de Montréal, de Mississauga et de Winnipeg.
(14 octobre) Des actions de la compagnie sont vendues au public.
1989 Le gouvernement vend le reste de ses actions dans la compagnie Air Canada.
1990 (Février) Les revenus d'Air Canada sont de 400 M $, ceux de Canadian Airlines International, de 50 M $. (Août) La crainte du terrorisme à cause de la guerre du golfe persique entraîne une chute des revenus des compagnies aériennes. (Octobre) Air Canada annonce qu'elle mettra prés de 3 000 employés à pied.
1991 La Canadian International Airlines connaît des difficultés financières et Pacific Western Airlines-PWA Corp. parle de fusion avec Air Canada.
1992 Le déclin du transport aérien entraîne des pertes de plus d'un M $ par jour pour les deux compagnies canadiennes ; Air Canada paralyse sa flotte de transport de fret et met 2 000 employés à pied ; Air Canada propose d'acheter Canadian International Airlines, mais la crainte de ne pas pouvoir gérer une dette de 7,7 G $ la contraint à retirer son offre.
1995 Le Gouvernement du Canada dérèglemente le transport entre le Canada et les États-Unis.
1998 Classée au quarantième rang parmi les plus grandes entreprises au Canada.
(1 septembre) Importante grève des pilotes de la compagnie (600 vols journaliers sont annulés).
(4 septembre) Mise à pied de 11 000 employés désoeuvrés par la grève des pilotes.
(14 septembre) Fin de la grève des pilotes et reprise du service.
1999
(6 août) Robert Milton devient président et chef de l'exécutif de la compagnie.
(13 août) Le Gouvernement du Canada suspend l'application de la loi sur la concurrence afin de laisser les deux transporteurs canadiens parler de restructuration.
(20 août) La compagnie Canadian Airlines en sérieuse difficulté financière, rejette l'offre d'Air Canada d'acheter ses routes internationales mais pas ses vols du marché domestique.
(24 août) Offre publique d'achat de toutes les actions de la compagnie par un groupe formé d'AMR Corp. et Onex Corp. de Toronto dévoilent une offre d'achat des compagnies Canadian Airlaines et Air Canada au prix de 2,2 G $ et de les regrouper.
Air Canada refuse l'offre et s'adresse à la Cour supérieure pour la faire déclarer illégale, puis elle offre d'acheter la compagnie Canadien International.
(5 novembre) La Cour supérieure décrète que l'offre d'Onex est illégale.
(4 décembre) La compagnie Canadien International succombe et accepte l'offre d'Air Canada qui amorce la fusion des deux entreprises.
(31 décembre) Les profits de la compagnie Air Canada sont de 140 M $.
2000
(1 avril) La compagnie annonce qu'elle réduira ses vols domestiques de 15 %.
(21 décembre) La compagnie annonce une réduction de 3 500 emplois dans son personnel et l'augmentation de 6 % de ses tarifs.
(31 décembre) Les pertes de la compagnie sont de 82 M $.
2001
(2 août) La compagnie annonce la suppression de 4 000 emplois parmi son personnel.
(11 septembre) Les deux tours du New York World Trade Center sont détruites lorsque deux avions conduits par des terroistes les heurtent de plein fouet ; l'espace aérien nord-américain est fermé à toute circulation.
(26 septembre) Air Canada coupe 5 000 emplois.
(3 octobre) La compagnie reçoit 100 millions de dollars du gouvernement fédéral comme compensation pour la fermeture de l'espace aérien canadien après la destruction des deux tours du World Trade Center de New York, le 11 septembre précédent.
(11 octobre) La compagnie met en service la filiale à prix modique Tango.
2002
(7 février) Air Canada affiche une perte de 1,25 G $ pour l'année 2001.
(27 mars) Air Canada ferme les compagnies Air Ontario, AirBC, Air Nova et Canadian Regional et lance Jazz Airlines, pour vols à bas prix. (19 avril) Air Canada lance sa filiale Zip, filiale à prix modiques basée à Calgary pour concurrencer la compagnie WestJet Airlines dans les vols de courtes distances.
(1 août) La compagnie montre un profit de 30 M $, devenant ainsi la première compagnie nord-américaine à retourner à la profitabilité à la suite de la destruction du World Trade Center de New York.
(7 septembre) Air Canada abandonne des routes déficitaires des Maritimes.
(11 décembre) Air Canada annonce qu'elle n'émettra plus de billets en papier pour les vols domestiques.
2003
(6 février) Air Canada affiche une perte de 428 M $ pour l'année 2002. Endettée de 2,2 G $, la compagnie annonce son intention de vendre sa filiale Jazz et plaide auprès de ses employés pour qu'ils soutiennent un plan de rationalisation de ses dépenses qui réduirait le coût de main-d'oeuvre de 650 M $.
(20 mars) La guerre américano-britannique contre l'Iraq rendant incertain l'avenir du transport aérien, la compagnie annonce 3 600 mises à pied.
(1 avril) La compagnie se réfugie sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers.
(29 avril) La compagnie demande formellement aux quatre syndicats représentant ses employés d'accepter une réduction permanente de 650 M $ dans ses dépenses.
(13 mai) Les pertes de la compagnie pour les 3 premiers mois de l'année s'élèvent à 354 M $.
(21 mai) La compagnie annonce qu'elle devra se séparer du quart de sa main-d'oeuvre.
(28 mai) Trois des quatre syndicats représentant ses employés s'entendent avec la compagnie sur un plan de réduction des dépenses ; le syndicat des pilotes refuse.
(30 mai) L'Association des pilotes approuve une réduction de 317 postes et une diminution de salaire de 15 %.
(7 août) La compagnie affiche une perte de 566 M $ au cours des 6 premiers mois de 2003 ; elle attribue cette perte à la Guerre d'Irak et à la diminution de clientèle due au virus SARS.
(4 décembre) La compagnie annonce qu'elle a choisi Trinity Times Investment, la compagnie de Victor Li, de Hong Kong, comme partenaire qu'elle préfère à Cerberus Capital Management. Certains actionnaires d'Air Canada s'adressent à la Cour des faillites pour qu'elle permette à Cerberus de faire une autre offre.
2004
(18 janvier) La Cour supérieure de l'Ontario approuve le plan de sauvetage d'Air Canada ; Trinity Time Investment injecte 650 M $ en échange d'une participation de 31 % du capital-action de la compagnie.
(19 février) Trinity Time Investment demande des modifications au plan de pension des employés.
(2 avril) Insatisfait de la réponse des employés, Trinity Investment retire sa participation. Air Canada affiche une perte de 1,87 G $ pour l'année 2003.
(26 avril) La Deutsche Bank AG accepte de garantir 850 M $ pour payer les créanciers d'Air Canada à la condition que le Surintendant des institutions financières du Canada permette à Air Canada de répartir sur 10 ans au lieu de 5 ans le remboursement du déficit actuariel de la caisse de retraite des employés évalué à 1,2 G $.
(14 mai) Le Surintendant des institutions financières fédéral accepte la répartition sur 10 ans des paiements de la dette actuarielle.
(16 mai) Entente entre Air Canada et les syndicats de ses employés visant à diminuer les coûts de main-d'oeuvre et ainsi sauver ce qui reste de la compagnie.
(24 juin) La compagnie annonce que Cerberus Capital Management de New York a l'intention d'acheter pour 250 M $ d'actions d'air Canada ; ce qui complète le plan de refinancement de la compagnie.
(17 août) Les créanciers dont General Electric Co, et Deutsche Bank AG acceptent le plan qui leur accorde la plus grande partie des actifs d'Air Canada.
(24 août) La Cour accepte de libérer Air Canada de la faillite à compter du 30 septembre.
(Septembre) Création du holding ACE Aviation pour chapeauter les activités ainsi réparties (Air Canada, entretien quotidien confié à Air Canada, entretien lourd confié à Air Canada Technical Service, le plan de fidélisation aéroplan).
(Décembre) ACE Aviation Holdings accuse une perte nette de 880 M $.
Monte Brewer devient président et chef de la direction d'Air Canada.
2005
Les coûts du carburant bondissent de 35 % par rapport à l'année précédente.
ACE Aviation Holdings affiche un bénéfice net de 258 M $.
2006
(10 février) ACE Aviation Holdings, la compagnie propriétaire d'Air Canada, annonce l'élimination de 600 postes de cadre.
2007
Afin de réduire sa dette, ACE Aviation vend 70 % des actions de sa filiale ACTS (Air Canada Technical Services) à la compagnie luxembourgeoise Aero Technical Support & Services Holdings au prix de 763 M $. l'acheteuse est également propriétaire d'Aeroman, une compagnie du Salvador.
2008 (Février) Air Canada est de nouveau rentable ; Montie Brewer dévoile «les meilleurs résultats de son histoire.
(17 juin) La flambée des prix du carburant secoue Air Canada qui réduit sa capacité de 7 %.
(Juillet) Air Canada annonce la mise à pied de 632 agents de bord à Vancouver, Winnipeg et Halifax.
(10 juillet) ACTS (Air Canada Technical Services qui changera son nom en Aveos Fleet Performance Inc. lorsqu'Air Canada la constituera en compagnie indépendante avec des unités à Montréal, Winnipeg et Vancouver), annonce la mise à pied temporaire de 250 employés permanents et de 400 employés contractuels.
2009 (17 février) Air Canada annonce des pertes de 727 M $ au quatrième trimestre de 2008 ; la situation financière inquiète les analystes qui entrevoient la faillite du transporteur.
(30 mars 2009) Montie Brewer démissionne de son poste de PDG et est remplacé par Calin Rovinescu qui prend la relève le 1er avril.
2010 (1 mars) Air Canada annonce la fermeture définitive de 195 postes de sa filiale d'entretien aéronautique Aveos Fleet Performance à Vancouver et Winnipeg et la mise à pied temporaire de 445 personnes à Montréal, 345 à Winnipeg et 220 à Vancouver ; la compagnie invoque la baisse de la demande pour l'entretien des lourd A319 et A320.
2010 Aveos se met sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers. In capable de refinancer sa dette, elle se remet ses créanciers qui deviennent ses actionnaires dans la proportion de leur créance ; cette transaction fait passer la dette de 800 M $ à 75 M $. Air Canada, qui possède toujours 17,5 % des actions d'Aveos, est son principal client.
2012
Le ministère des Transports du Canada octroie 4 M $ à Premier Aviation pour construire un hangar atelier d'entretien de Windsor Ontario.
(Juillet) Les employés d'entretien des avions sont appelés à choisir entre demeurer à l'emploi d'Air Canada ou se joindre à la compagnie Aveos Fleet Performance Inc. (anciennement Air Canada Technical Services).
(Mars) Parce qu'il croit que la paralysie d'Air Canada serait dangereuse pour l'économie canadienne, le Gouvernement du Canada dirigé par Stephen Harper, fait adopter le bill C-33 qui interdit la grève ou le lock-out des pilotes ou des machinistes. Les syndicats annoncent leur intention de contester devant les tribunaux la validité de cette loi qui serait inconstitutionnelle selon eux.
(18 mars) Plusieurs pilotes à l'emploi d'air Canada se rapportent malades et, certaines difficultés (brûme et incendie sur une piste à l'aéroport Pearson de Toronto) entraînent l'annulation de 39 vols au Canada et le retard de plusieurs autres vols à Toronto et à Montréal.
(18 mars, à 17 h 30) Aveos Fleet Performance Inc. se réfugie sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers, ferme ses portes et met à pied 2 628 employés canadiens dont 1 800 à Montréal et le reste à Mississauga (Ontario) et à Winnipeg (Manitoba) ; selon Aveos, Air Canada lui doit des millions et fait faire ses réparations au Salvador, en Chine et chez Premier Aviation de Trois-Rivières. et non dans les ateliers canadiens de Montréal, de Winnipeg et de Vancouver comme la loi sur Air Canada le prévoyait ; les employés d'Aveos sont membres de l'Union internationale des machinistes et ont une convention collective.
(21 mars) L'assemblée nationale du Québec adopte unanimement une résolution qui autorise le gouvernement à prendre tous les moyens légaux nécessaires pour protéger les emplois. Le gouvernement annonce qu'il intentera une poursuite contre le gouvernement du Canada pour l'obliger à faire respecter la loi par Air Canada. Air Canada prétend qu'elle se conforme à la loi en ce qu'elle a 2 300 employés d'entretien dans les 3 centres cités et à Vancouver dans la loi en vertu de laquelle la compagnie était privatisée en 2007 ; cependant, la grosse maintenance n'y est pas faite.
(23 mars) La ministre fédérale du travail fédérale, Lisa Raitt, ayant été applaudie de façon sarcastique par des bagagistes qui l'ont vue passer à l'aéroport de Toronto, aurait porté plainte auprès d'Air Canada qui fait retirer leur carte d'accès à l'aéroport et a imposé des suspensions de 3 jours aux trois bagagistes.
(24 mars) Les bagagistes cessent le travail pour protester contre ces suspensions ; l'arrêt de travail entraîne à son tour l'annulation de plusieurs vols d'Air Canada ; Air Canada qualifie d'illégale cet arrêt de travail des bagagistes et ordonne leur rentrée au travail sous peine d'être tous sanctionnés ; 37 bagagistes sont congédiés pour cause.
(27 mars) Le ministre des Transports fédéral, Denis Lebel annonce que le gouvernement n'interviendra pas dans les affaires d'Air Canada ni dans celles d'Aveos deux entreprises privées.
(13 avril) Plusieurs pilotes d'Air Canada se déclarent malades entraînant l'annulation ou le retard de plusieurs vols de la compagnie ; la compagnie déclare que cette action a été concertée et qu'il s'agit d'une grève interdite et obtient un ordre de retour au travail de la part de la Commission des relations de travalil du Canada ; les pilotes obéissent.
(10 août) À la suite de la mise en faillite de la compagnie canadienne Aveos Fleet Performance Inc. Air Canada annonce qu'elle a l'intention de confier l'entretien des moteurs des appareils longilines de sa flotte à la compagnie allemande Lufthansa Technik qui remplira ce contrat en Allemagne alora qu l'autre soumissionnaire, MTU Aero Engines Holding AG ferait ce travail au Canada 2/3 à Montréal et 1/3 à Vancouver.

i

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)