Boucherville (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)

[1]Superficie - 69,33 km2.

  • Gentilé - Bouchervillois, oise.


  • Éphémérides -


1664
Concession d'une seigneurie (168 arpents de front sur 168 arpents de profondeur) par le gouverneur Jean de Lauzon à Pierre Boucher de Grosbois qui la nomme Îles-Percées.
1667
Pierre Boucher s'installe dans la seigneurie de Boucherville (71) avec les premiers colons dont Jacques Ménard, Louis Robert dit Lafontaine, Joachim Riendeau, François Quintal, Antoine Daunais, Joseph Huet dit Dulude, Denis Véronneau, Jean Gareau dit Saint-Onge, Jean Vinet et Pierre Chaperon.
Pierre Boucher cède à son gendre, René Gauthier de Varennes, un tiers de la seigneurie des Îles-Percées.
1668
Pierre Boucher construit le fort Saint-Louis et une chapelle mise sous le patronage de la Sainte Famille.
1670
Ouverture des registres de la paroisse Sainte-Famille par le Père Jacques Marquette ; la première entrée réfère au baptême d'un enfant amérindien, Marie Ki8enta8e.
Construction d'une première chapelle sur un terrain donné oralement par le seigneur Pierre Boucher.,
1672
(3 novembre) Reconcession de la seigneurie (114 arpents de front sur 168 arpents de profondeur) amputée de 28 arpents du côté de la seigneurie de Varennes (73) et de 26 arpents du côté de la seigneurie de Du Tremblay (70) par l'intendant Talon à Pierre Boucher de Grosbois qui lui donne le nom de Boucherville.
1673
(4 avril) 38 censitaires sont confirmés dans les droits qui leur avaient été concédés auparavant par le seigneur.
1678
(3 novembre) Érection canonique de la paroisse de la Sainte-Famille-de-Jésus-Marie-Joseph.
1681
La seigneurie compte 39 familles.
1685 Concession d'un arrière fief (en l'île Saint-Joseph) par Pierre Boucher de Grosbois à son fils, Pierre Boucher.
(28 septembre) Devant le notaire Adhémar, Pierre Boucher signe l'acte de donation du terrain pour la construction de l'église paroissiale.
1688
(21 août) Concession d'un arrière fief (3 arpents de front sur 168 arpents de profondeur) par le seigneur Pierre Boucher de Grosbois à sa fille, Madeleine Boucher, épouse de Pierre-Noël Legardeur de Tilly ; cet arrière fief est appelé Petit-Bois. Concession d'un arrière fief (4 arpents de front sur 168 arpents de profondeur) par Pierre Boucher de Grosbois à sa fille, Marguerite Boucher, épouse de Nicolas Daneau de Muy.»
1689
Ouverture d'une école.
1691
(21 mai) Bénédiction de la première cloche de l'église paroissiale.
1692
Érection canonique de la paroisse Sainte-Famille ; son territoire couvre la seigneurie de Boucherville (71).
1693
(2 juillet) Concession d'un arrière-fief (6 arpents de front sur 168 arpents de profondeur) par Pierre Boucher de Grosbois à ses fils Jean Boucher de Monbrun et René Boucher de la Périère.
1685
(20 avril) Agrandissement du fief de Muy à 5,5 arpents de front sur 168 arpents de profondeur, à charge de maintenir les concessions des censitaires Louis Petit dit Lalumière, Henry Senécal et Léger de Bourgery.
1696
(21 septembre) Concession d'un arrière fief (4 arpents de front sur 168 arpents de profondeur) par le seigneur Pierre Boucher de Grosbois en faveur des ursulines de Québec pour sa fille Geneviève).
Concession d'un arrière fief (4 arpents de front sur 168 arpents de profondeur) par Pierre Boucher de Grosbois à l'abbé Philippe Boucher, son fils.
1698
(17 août) Agrandissement de la seigneurie de Boucherville en ajoutant les «islets, battures et grèves qui se trouvent devant» la seigneurie, jusqu'au milieu du fleuve, et le droit de pêche également jusqu'au milieu du fleuve.
1703
(4 août) Vente d'une partie de l'arrière-fief Saint-Jean par René Boucher de la Perrière à Jean Giasson. Inauguration du couvent de Boucherville pour les filles ; les Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.* en prennent la direction.
1712
Bénédiction de la première pierre de la seconde église Sainte-Famille.
1717
(19 avril) Au décès de Pierre Boucher de Grosbois, la seigneurie passe à sa veuve, Jeanne Crevier (1/2), à son fils aîné, Pierre Boucher (1/4) et à ses autres enfants (1/4).
1727
(11 décembre) Au décès de Jeanne Crevier, sa part de seigneurie passe à son fils aîné, Pierre Boucher qui devient ainsi propriétaire des 3/4 de la seigneurie.
1730
(2 septembre) Vente de 8 arpents de front sur deux lieues de profondeur par Louis Boucher de Grandpré et Geneviève Boucher, épouse de Charles Hertel de Chambly à Charles Boucher de Grosbois.
1733
(3 octobre) Vente de l'arrière-fief Petit-Bois par Madeleine Boucher, veuve de Pierre-Noël Legardeur de Tilly, à René Boucher de la Bruère de Montarville.
1740
Au décès de Pierre Boucher de Boucherville, la seigneurie passe à son fils, François-Pierre Boucher de Boucherville.
1767
Au décès de François-Pierre Boucher de Boucherville, la seigneurie passe à son fils, René-Amable Boucher de Boucherville.
1779
Vente de l'arrière-fief Saint-Jean par Marguerite Giasson à Jacques Viger.
1781
La seigneurie appartient, entre autres, à René-Amable Boucher de Boucherville, Charles Boucher de Grosbois (14 arpents de front x 168 arpents de profondeur), Joseph Boucher de la Bruère de Montarville (10 arpents de front x 168 arpents de profondeur) et François Boucher de la Perrière (3 arpents de front x 168 arpents de profondeur).
1801
Construction d'une nouvelle église Sainte-Famille selon les plans de l'abbé Pierre Conefroy.
1811
Ouverture du couvent des soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.*.
1812
Au décès de René-Amable Boucher de Boucherville, la seigneurie passe à Pierre-Amable de Boucherville.
1816
Vente de l'arrière fief Saint-Jean à François Senécal.
1832
Construction d'un nouveau presbytère.
Une épidémie de choléra fait une trentaine de victimes parmi les paroissiens de Sainte-Famille.
1835
(5 octobre) Pierre Daneau de Muy et son épouse vendent leur part du fief de Muy à Charles Daneau de Muy et Louis Lacoste.
1837 Tenue des assises du mouvement patriote.
1839
(6 août) Pierre Daneau de Muy vend sa propriété personnelle à Toussaint Aubertin.
1842
Vente d'une partie de la seigneurie à Rémi-Claude Weilbrenner. Une partie du territoire de la paroisse est détachée et intégrée à la nouvelle paroisse Saint-Bruno.
1843
(20 juin) Incendie de l'église Sainte-Famille, du couvent, du collège et d'une partie (11 maisons en pierre et 44 maisons en bois et 92 dépendances) du village causé par des étincelles provenant de la cheminée du bateau à vapeur Saint-Louis ; les murs de l'église restent debout et les meubles sont sauvés par le curé et les paroissiens.
1845
(8 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse Sainte-Famille-de-Boucherville.
1846
(16 mai) Charles Daneau cède ses droits dans le fief de Muy à Louis Lacoste.
1847
(1 septembre) Abolition de la municipalité de la paroisse Sainte-Famille-de-Boucherville.
1854
(18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1855
(1 juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse Sainte-Famille-de-Boucherville.
1857
Les Clercs de Saint-Viateur viennent enseigner à L'Académie de Boucherville.
(1 janvier) Constitution de la municipalité du village de Boucherville par détachement de celle de la paroisse de Sainte-Famille-de-Boucherville.
1861
(24 janvier) La seigneurie appartient à Rémi-Claude Weilbrenner, Louis Lacoste, Thomas-René Boucher de Boucherville, Thomas Boucher de Grosbois, Joseph Boucher de la Broquerie, Pierre-Édouard Malhiot, Louis-René et Charles-Augustin Chaussegros de Léry, Jean-Baptiste Petit dit Lalumière, Charles-Clément Sabrevois de Bleury, Charlotte et Sophie Senécal, Dominique Mondelet, Laurent-Michel Quintal, Félix Lussier, Georges-Louis Fleury Deschambault, Joseph-Érasme Malhiot, Pierre Racicot et aux héritiers de Pierre Boucher de Boucherville.
1863
Une partie du territoire de la paroisse est détachée et intégrée à la paroisse Saint-Hubert.
1879
Nouvelle décoration de l'église Sainte-Famille selon des plans de Victor Bourgeau.
1877
Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Hubert par détachement de celle de la paroisse de Boucherville.
1887
Le manoir seigneurial est cédé par Mgr Alexandre Taché aux jésuites qui s'engagent à le conserver.
1890
(15 octobre) Bénédiction du couvent Notre-Dame.
1893
(24 mai) Incendie d'une partie du village de Boucherville.
1896
Remplacement du presbytère de 1832.
1897
Départ des Clercs de Saint-Viateur.
1899
Retour des Clercs de Saint-Viateur qui s'installent dans le nouveau collège du Sacré-Coeur.
1903
Importante inondation causée par un embâcle sur le fleuve.
1909
Ouverture du parc King Edward sur l'île Grosbois.
1911
La population de la paroisse est de 1 668 âmes.
1923
La population de la paroisse est de 1 805 âmes.
1928
Importante inondation causée par un embâcle sur le fleuve.
1948
La population de la paroisse Sainte-Famille est de 2 591 habitants.
1951
Ouverture des registres de la paroisse Saint-Sébastien. Les Clercs de Saint-Viateur quittent le collège du Sacré-Coeur. La population de la paroisse est de 3 030 habitants.
(28 avril) Fondation de la Caisse populaire de Boucherville.
1956
La municipalité du village de Boucherville annexe les îlots de la municipalité de la paroisse Sainte-Famille situés au bord du fleuve en amont et en aval du village.
1957
(7 décembre) Le village de Boucherville devient ville.
1961
La population de Boucherville est de 7 403 habitants.
1962
Ouverture des registres de la paroisse Saint-Louis. (21 juin) Le pensionnat du couvent ferme ses portes.
1963
Annexion de la municipalité de la paroisse de Sainte-Famille-de-Boucherville par celle de la ville de Boucherville.
1964
L'église Sainte-Famille est déclarée monument historique par le ministère des Affaires culturelles.
1965
Ouverture des registres de la paroisse Holy Cross.
1966
Inauguration de l'hôtel de ville de Boucherville.
1967
(21 janvier) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Sébastien.
1969-1976
Restauration de l'église Sainte-Famille.
1976
Fondation de l'École Les Trois Saisons (cette institution était privée préscolaire et primaire, pour filles et garçons en 2010).
1978
La population de Boucherville est de 12 000 habitants.
1990
La population de Boucherville est de 31 116 habitants.
(6 octobre) Tragédie mortelle ; bilan : 5 morts, des membres d'une même famille asphyxiés par du monoxide de carbone émanant d'une auto en marche dans le garage de leur maison.
2000
La population de Boucherville est de 37 581 habitants.
(20 décembre) Sanction de la Loi portant réforme de l'organisation territoriale municipale des régions métropolitaines de Montréal, de Québec et de l' Outaouais adoptée par l'Assemblée nationale le même jour ; cette loi ordonne, entre autres, le regroupement des municipalités de Boucherville, Brossard, Greenfield-Park, LeMoyne, Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Hubert et Saint-Lambert sous le nom de Longueuil.
2001
(14 mai) Hydro-Québec annonce qu'avec la compagnie américaine Kerr McGee Chemicals, elle investira 340 M $ dans la construction à Boucherville, d'une usine de fabrication de piles électriques au litium-métal-polymère développée par l'Institut de recherches de Hydro-Québec et développée par sa filiale Avestor.
(4 novembre) Élection générale du conseil de la nouvelle ville.
(31 décembre) Les villes fusionnées cessent d'exister.
2002
(1 janvier) Le territoire de l'ancienne municipalité de Boucherville devient l'arrondissement Boucherville de Longueuil.
2004
(20 mai) Plus de 10 % des contribuables de l'ancienne municipalité de Boucherville signent les registres demandant la tenue d'un référendum visant à démembrer la ville de Longueuil et à devenir une entité municipale distincte.
(20 juin) Référendum sur le démembrement de la ville de Longueuil ; le vote pour la séparation devant atteindre 50 % + 1 des électeurs ayant voté et représenter au moins 35 % des électeurs inscrits, Boucherville (47,95 % des électeurs inscrits) obtient sa séparation de la ville de Longueuil.
2006
(1 janvier) La municipalité de Boucherville retrouve son statut de ville indépendante et devient membre du Conseil d'agglomération de Longueuil.
2010
La population de Boucherville est de 40 550 habitants.
(27 octobre) La compagnie Transcontinental annonce la fermeture de son imprimerie de Boucherville le 17 décembre 2010 et la mise à pied de ses 180 employés ; cette imprimerie produisait des catalogues et magazines (entre autres, le magazine d'Air Canada En Route) et les déclarations de revenu du Gouvernement du Québec).
2013
(19 juillet 2013) Un orage accompagné de vents violents s'abat sur le Québec et sur l'est de l'Ontario; des arbres sont arrachés et des branches cassées sectionnent les fils électriques privant d'électricité plus de 540 000 abonnés (100 000 Montréalais)dans les régions de Laurentides, de Lanaudière, de Laval, de Montréal, de Longueuil et de Saguenay-Lac-Saint-Jean ; 1 000 employés d'Hydro-Québec et des renforts venus du Nouveau-Brunswick s'affairent aux réparations qui ne sont complétées que le 22 juillet.
À Boucherville, un arbre s'abat sur trois personnes dà la piscine du parc Paul VI ; Laurie-Ève Cormier, 21 ans, une sauveteuse qui s'affairait à faire sortir les jeunes baigneurs de la piscine décède sur le coup et les 2 autres personnes sont blessées.
À Prévost huit personnes dont 6 bambins sont blessés lorsqu'un chapiteau installé dans un camp de jour pour protéger de la pluie s'affaisse sur ses occupants.


Bouchervillois cités dans La Mémoire du Québec -

Pierre-Amable Boucher de Boucherville, Joseph Cusson, Damase Dalpé dit Parizeau, Étienne Desmarteau), Jean-Baptiste Jodoin, Alexandre Lacoste, Louis Lacoste, Louis-Hippolyte La Fontaine, Sébastien Lareau, Antoine Ménard dit Lafontaine, Pierre-Rémi Narbonne, Clément de Sabrevois de Bleury, Clément-Charles de Sabrevois de Bleury, Louis-Victor Sicotte, Louis-Wilfrid Sicotte, Bonaventure Viger, François Viger, Pierre Weilbrenner, Jacques Trullier dit Lacombe,

  • Attraits :


Couvent de Boucherville (1890).
Église Sainte-Famille (1844-1850) ; 560, boulevard Marie-Victorin ; plans de Louis-Thomas Berlinguet; les murs de l'église de 1801 construite d'après le plan élaboré par l'abbé Pierre Conefroy restent debout lors de l'incendie de 1843 et servent de base à celle de 1844 ; la plus grande partie du mobilier liturgique a également pu être sauvée de l'incendie dont, entre autres, le tabernacle du maître-autel (1745), oeuvre de Gilles Bolvin, considéré comme un chef-d'oeuvre de la sculpture ancienne au Québec, le tombeau du maître-autel oeuvre de Louis-Amable Quévillon, et les 3 tableaux surmontant les autels, Le Repos de la Sainte Famille pendant la fuite en Égypte (1819), Saint-Pierre délivré de sa prison (1817) et Le Christ en croix (1825 ou 1826) attribués à Jean-Baptiste Roy-Audy ; orgue Casavan, opus 3749.
Maison La Fontaine (1766) ; 314, boulevard Marie-Victorin ; construite pour François Lacombe, père de Joseph-Truillier Lacombe, qui, en 1813, épouse Marie-Josephte Fontaine, veuve d'Antoine Ménard dit La Fontaine ; le fils de ces derniers, Louis-Hippolyte Ménard dit La Fontaine, vint y habiter à l'âge de 6 ans ; transportée dans le parc de la Brocquerie en 1964 et restaurée en 1978 ; loge un centre d'exposition ; classée monument historique en 1965.
Maison Nicole-Saia (avant 1787) ; 601, boulevard Marie-Victorin ; propriété du négociant Jean-Pierre Laviolette, elle passe aux mains de Olivier Berthelet entre 1837 et 1855 ; restaurée par Nicole Saia en 1968 ; reconnue monument historique en 1976.
Maison La Chaumière (vers 1742) ; 466, rue Sainte-Famille ; classée monument historique en 1965.
Maison Quintal ou Quesnel (entre 1727 et 1750) ; construite par François Quintal, fils, sur la terre concédée à son père, François Quintal en 1673 ; la famille Quintal occupe la maison jusqu'en 1844 alors qu'elle est achetée par Frédéric-Auguste Quesnel (1785-1866) ; classée monument historique en 1976.
Manoir François-Pierre Boucher (1741) ; 468-470, boulevard Marie-Victorin ; construit par le maçon Michel Dulude pour François-Pierre Boucher (1689-1767), troisième seigneur de Boucherville ; classée monument historique en 1974.
Parc national des Îles-de-Boucherville ; voir Boucherville (archipel de).
Presbytère Sainte-Famille (1896).

  • Sports -


Golf ; 2 parcours de 18 trous.

Accueuil-

Hôtel Mortagne ; 1228, rue Nobel, Boucherville ; 130 chambres ; 16 salles. **

  • Toponymie -


Boucherville rappelle le souvenir de Pierre Boucher de Grosbois et de Boucherville, le premier seigneur de Boucherville.

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent.
Entre Longueuil et Varennes, en face de l'extrémité nord-est de l'île de Montréal.
Diocèse de Saint-Jean-Longueuil.
Municipalité régionale de comté de Lajemmerais.
Région touristique de la Montérégie.
Carte 9.

Carte 9 sur Google Maps

  • Bibliographie -


Lustucru (Publications de la Société d'histoire des îles Percées Boucherville, numéros de 1974, 1975, 1976, 1977, 1978, 1979, 1980, 1981, 1985, 1990-1991, 1995).
Boucher Boucherville 1667-1992 (Jacques Dunant, Société d'histoire des Ïles Percées Boucherville, 1992).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)