Bourdon de Saint-François et de Saint-Jean (Jean)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Homme de sciences (cartographe, ingénieur et arpenteur) né vers 1601 dans la paroisse Saint-André-le-Vieil de Rouen (Seine-Maritime, Normandie, France).

Arrive en Nouvelle-France le 8 août 1634 avec l'abbé Jean Le Sueur.
Arpenteur général de la colonie.
Père de la lignée Bourdon/Potel d'Amérique.
Épouse Jacqueline Potel à Québec en 1635 ; de cette union sont issus Jacques Bourdon, Geneviève Bourdon (religieuse chez les ursulines, mère de Saint-Joseph), Marie Bourdon (religieuse de l'Hôtel-Dieu de Québec), Marguerite Bourdon (religieuse de l'Hôtel-Dieu de Québec), Anne Bourdon (religieuse chez les ursuline de Québec - soeur Sainte-Agnès) Jean-François Bourdon de Dombourg et de la Pinaudière (marié à Jeanne Jannier) et Jacques Bourdon d'Autray.
Gouverneur de Trois-Rivières (1645).
Nommé procureur-syndic de la ville de Québec en 1647.
Procureur général du Conseil souverain de la Nouvelle-France (1663-1664 et 1666-1668) ; démis par le gouverneur de Mézy en 1664, il est renommé par le gouverneur de Tracy en 1666 ; premier à occuper cette fonction.
En 1639, le gouverneur Huault de Montmagny lui concède la terre de 50 arpents sur laquelle il habite depuis son arrivée ; il la nomme Terre Saint-Jean.
Le 16 juillet 1636, on lui concède la seigneurie de la Rivière-au-Griffon (une lieue par 3 lieues).
Le 1er décembre 1637, on lui concède la seigneurie D'Autray (41) (1/2 lieue x 2 lieues).
En 1647, il est élu procureur-syndic de la ville de Québec et le gouverneur le nomme commis général de la Communauté des Habitants.
Le 21 décembre 1653, on lui concède la seigneurie de La Malbaie (136, 137).
En 1655 on lui concède l'arrière-fief de Sainte-Anne de la seigneurie de Lauzon (108).
On dit qu'il a introduit en Nouvelle-France la division des terres en rangs selon la vieillee formule normande ; les premières concessions, bordant le rang numéro 1 font front sur le fleuve ou la rivière ; elles sont suffisamment étroites pour que les habitations des concessionnaires ne soient pas trop éloignées les unes des autres ; quand toutes les terres bordant le fleuve sont concédées, on trace un chemin rectiligne à l'arrière, puis on procède à la concession des terres faisant front à ce chemin ; c'est le rang n· 2, et ainsi de suite.
Décès en 1668 à Québec.
En 1729, il avait 8 descendants.

  • Distinctions -


Le nom de la rue Jean-Bourdon de Montréal honore sa mémoire comme celui de la place Jean-Bourdon de Montréal ainsi que ceux du canton de Bourdon proclamé en 1911 et situé au nord-est de Baie-Comeau dans la région de Manicouagan (Côte-Nord) et de l'île Bourdon située à l'embouchure de la rivière L'Assomption dans la région de Lanaudière.


  • Crédits -


Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal, 1983)
Naissance d'une population - Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presse de l'Université de Montréal, 1987)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)