Brazeau (Patrick)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Membre de la nation algonquine né en 1975 (11 novembre 1975) à Maniwaki.

Chef national du Congrès des peuples autochtones (2006-).
Sénateur du Parti conservateur du Canada (2009-2013) ;
En décembre 2008, il est nommé au Sénat en même temps que 15 autres personnes choisies par le Premier ministre du Canada, Stephen Harper.
Le 1er janvier 2009, Brazeau entre en fonction comme sénateur.
Le 13 juin 2012, le vérificateur général du Canada publie une étude sur les remboursements de dépenses du Sénat.
Le 21 novembre 2012, un comité du Sénat examine les dépenses de résidence su Sénateur Brazeau qui déclare que sa résidence principale est à Maniwaki alors qu'il semble plutôt résider à l'intérieur d'un rayon de 100 km d'Ottawa.
Le 3 décembre 2012, des questions semblables sont soulevées au sujet du sénateur Mike Duffy qui déclare sa résidence principale à l'Île-du-Prince-Edward malgré qu'il est un résident d'Ottawa depuis longtemps.
Le 6 décembre 2012, le Sénat étend sa vérification au sénateur libéral Mac Harb qui déclare sa résidence près de Pembroke.
En février 2013, Brazeau est accusé d'agression sexuelle et de voies de fait.
Le 25 mars 2013, le chef de cabinet de Stephen Harper, Nigel Wright envoie une traite bancaire au montant de 90 172,24 $ au bureau de l'avocat de Mike Duffy.
Le 26 mars 2013, 90 172, 24 $ sont transférés dans le compte bancaire de Mike Duffy à la succursale de la Banque Royale du Canada à Ottawa ; un chèque de 90 172,24 $ fait par Duffy est livré au sénateur Tkachuk.
Le 9 mai 2013, le Sénat publie un rapport sur les réclamation d'allocations de logement et ordonne aux sénateurs Harb et Brazeau de rembourser respectivement 51 000 $ et 48 000 $.
Le 16 mai 2013, Mike Duffy démissionne du caucus des sénateurs conservateurs.
Le 17 mai 2013, la sénatrice Pamela Wallin annonce qu'elle se retire du caucus des sénateurs conservateurs ; ses dépenses de voyage depuis Septembre 2010 atteignent 321 000 $
Le 19 mai 2013, Nigel Wright annonce sa démission comme chef de cabinet de Stephen Harper.
Le 13 juin 2013, La Gendarmerie royale du Canad_GRC confirme qu'elle lancé une enquête sur l'implication de Nigel Wright dans le scandale des dépenses des sénateurs. Mac Harb et Patrick Brazeau ont 30 jours pour rembourser aux contribuables les sommes perçues de façon indue, une somme totale de 280 000 $.
Le 21 août 2013, Pamela Wallin est informée qu'elle doit rembourser la somme de 138 970 $ pour des dépenses non éligibles.
Le 26 août 2013, Mac Harb démissionne du Sénat et rembourse, sous protèt, des dizaines de milliers $ obtenus en vertu de réclamations de dépenses non éligibles de dizaines de milliers $..
Le 13 septembre 2013, Pamela Wallin rembourse 138 970 $ au Sénat.
En octobre 2013, Brazeau est arrêté dans une résidence du 452 boulevard Labrosse à Gatineau.
Le 5 novembre 2013, à la demande du premier ministre Stephen Harper, le Sénat suspend les sénateurs Mike Dufy, Pamela Wallin et Patrick Brazeau sans salaire, jusqu'à la fin de la session parlementaire prévue pour 2015 ; la GRC les soupçonne de fraude et d'abus de confiance. (La Presse, 6 novembre 2013) ; les sénateurs suspendus conservent l'assurance vie et leurs assurances pour soins de santé et pour soins dentaires.
Le 4 février 2014, La Gendarmerie royale du Canada accuse formellement l'ancien sénateur conservateur Patrick Brazeau et l'ancien sénateur libéral Mac Harb d'abus de confiance et de fraude ; s'ils sont trouvés coupables, ils sont passibles de 5 ans de prison. Deux autres sénateurs, Mike Duffy et Pamela Wallin, sont l'objet d'enquêtes par la GRC.
En février 2014, Brazeau occupe le poste de gérant d'un bar d'effeuilleuses, le Barefax Gentlemen's Club, dans le marché By à Ottawa.
Au cours de la nuit du 9 au 10 avril 2014, Patrick Brazeau est arrêté par les agents du Service de police de Gatineau dans une affaire de voies de fait dans un contexte de violence conjugale dans une résidence du 452, boulevard Labrosse à Gatineau où Vanessa Brisson, aurait été frappée et un ami de cette dernière, Marc Lamontagne, 50 ans, aurait reçu des menaces à son intégrité physique ; lors de l'arrestation de Brazeau, il était sous influence et les policiers ont trouvé une petite quantité de poudre blanche qu'ils font analyser ; l'ex sénateur est alors accusé de voies de fait, de menaces de mort, de possession de stupéfiant et de bris de conditions de sa libération en 2013 ; Vanessa Brisson serait l'ex petite amie de Brazeau. Brazeau s'est plaint d'avoir été frappé par Marc Lamontagne.
L'analyse révèle que la poudre blanche trouvée sur Brazeau est de la cocaïne.
Brazeau est libéré sous conditions, mais il est assigné à résidence au Centre Mélaric de Saint-André-d'Argenteuil ; lorsqu'il sera libéré de ce centre, il devra résider chez son père à Maniwaki ou chez un ami de 23 h à 6 h ; il ne devra pas consommer d'alcool ou autres drogues.
Le 29 juillet 2014, un juge ordonne l'expulsion de Brazeau de sa résidence de Gatineau quelques mois après que la banque Scotia eut repris possession de la résidence parce que Brazeau et sa copine étaient en retard dans leurs paiements hypothécaires.
Au cours de la semaine du 6 octobre, Brazeau est avisé du fait qu'il subira un procès pour agression sexuelle et voies de fait à la fin de mars 2015 pour les événements survenus en février 2013.
Le 13 octobre 2014, peu après 13 h 30, Brazeau est arrêté et accusé d'avoir eu la garde et le contrôle d'un véhicule avec les facultés affaiblies et de non respect de ses conditions de libération ; il passe la nuit derrière les barreaux.
Le 14 octobre la Cour l'envoie au Centre de désintoxication du Domaine Orford où il restera détenu jusqu'à sa prochaine présence en cour le 8 décembre 2014 ; il ne doit pas consommer de drogues nGourdi d'alcool et il ne doit pas fréquenter d'endroits où l'on sert de l'alcool sauf dans les restaurants ; il ne doit pas non plus posséder d'arme et il doit se plier à toutes les exigences imposées par le Centre de désintoxication du domaine Orford. (The Gazette, 15 octobre 2014, page A7).
En janvier 2016, le procureur de la couronne retire les accusations d'agressions sexuelle qui pesait contre lui, mais continue les poursuites pour fraude et conduite avec facultés affaiblies.
Le 18 janvier 2016, après avoir bu 12 bouteilles de bière Molson Export et une bouteille de scotch, Brazeau tente de se suicider.
Le 23 mars 2015, Brazeau commence à subir son procès pour voies de fait et agression sexuelle ; l'ex conjointe de Brazeau relate au tribunal comment Brazeau l'avait violentée physiquement et sexuellement un soir à son retour au domicile ; Brazeau aurait vu un message texte envoyé par l'ancien petit ami de la femme et il serait alors entré dans une violente colère et le lendemain matin, il l'aurait frappée, aurait tenté de l'étrangler puis l'aurait fait débouler l'escalier de la résidence et lui aurait fait des attouchements sexuels brutaux ; les pièces à conviction (soutien-gorge déchiré, bouton de pantalon trouvé dans une autre pièce de la résidence et photos des ecchimoses de la victime prises dans un refuge pour femmes au lendemain des incidents) sont déposées en preuve devant le tribunal. Mais la Couronne, invoquant son incapacité de soumettre une preuve concluante, elle réduit l'accusation d'assaut et possession de cocaïne, la Couronne abandonne sa poursuite et le tribunal lui accorde une absolution inconditionnelle. (La Presse, 24 mars 2015, page A10)
Le 3 avril 2016, arrêté par la police qui croit à une conduite dangereuse à L'Ange-Gardien, Brazeau refuse de se soumettre à un alcootest et il est accusé de ce délit.
Le 12 juillet 2016, la Couronne annonce qu'elle retire les accusations contre Brazeau parce que, après avoir révisé la cause de la Gendarmerie royale, elle avait constaté qu'elle n'avait pas de chance raisonnable d'obtenir une condamnation ; le sénateur Mike Duffy avait auparavant été acquitté d'une accusation similaire comportant le même genre de preuve.
Le 23 juillet 2016, Brazeau annonce qu'il réintègrera le Sénat.

Voir Canada ; Scandales. Scandale des comptes de dépenses de sénateurs.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)