Canal de Lachine (lieu historique)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Longueur - 14 km.

Son entrée fait partie du parc de Lachine et sa sortie est située à l'extrémité ouest du port de Montréal.

  • Éphémérides -


1663 Les sulpiciens deviennent les seigneurs de l'île de Montréal.
1680
Le supérieur des sulpiciens de Montréal, Dollier de Casson, qui voudrait que les bateaux franchissent plus facilement les rapides du Sault-Saint-Louis, entreprend le creusage d'un canal devant relier le lac Saint-Louis à la rivière Saint-Pierre, mais le supérieur parisien des sulpiciens lui refuse l'autorisation de continuer.
1689
(13 juin) Appuyé par l'intendant Champigny, l'abbé Pierre Rémy et l'ingénieur Gédéon de Catalogne, Dollier de Casson reprend le creusage du canal entre la rivière Saint-Pierre et le lac Saint-Louis.
(Nuit du 4 au 5 août) 1 500 Iroquois attaquent les 200 colons répartis de l'île Dorval jusqu'aux portes de Ville-Marie ; bilan : 24 (selon certains ; d'autres disent 200 colons tués et 42, selon certains, d'autres disent 120 faits prisonniers et torturés à mort par les Iroquois ; cet événement est resté dans la mémoire des Lachinois comme le «massacre de Lachine».
Les travaux de creusage du Canal de Lachine sont arrêtés après le massacre de Lachine.
1700
Les sulpiciens signent un contrat avec l'ingénieur et arpenteur royal, Gédéon de Catalogne, pour creuser un canal de communication de 12 pieds de largeur et de 9 pieds de profondeur entre le haut et le bas du Sault-Saint-Louis en passant par la rivière Saint-Pierre. Le projet est abandonné après le décès de Dollier de Casson, supérieur des sulpiciens, seigneurs de Montréal.
1701
Les travaux de creusage du canal aux deux tiers terminés sont arrêtés par manque d'argent, puis définitivement abandonnés à la suite du décès de Dollier de Casson.
1714
Tentative de reprise des travaux de creusage ; les coûts s'étant révélés trop élevés, les travaux sont suspendus.
1717
Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry tente sans succès de ranimer le projet de creusage du canal.
1733
Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry tente sans succès de ranimer le projet de creusage du canal.
1805
David Munn ouvre un chantier de construction de navire à l'endroit où sera plus tard l'embouchure du canal.
1819
Les Américains entreprennent le creusage du canal Érié.
(Avril 1819) Fondation de la Compagnie des propriétaires du Canal de Lachine par des hommes d'affaires montréalais (dont John Richardson, Jacques-Antoine Cartier, Thomas Portheous, David Ross, John Forsythe, Louis Guy, William McGillivray et Joseph Perrault)
Adoption de La Loi pour faire et maintenir un canal navigable à partir du voisinage de la Cité de Montréal jusqu'à la Paroisse de Lachine, dans l'isle et comté de Montréal.
(Juillet 1819) John Richardson est nommé président de la compagnie chargée du creusage. L'ingénieur britannique Thomas Burnett évalue le coût de l'ouvrage à 78 000 livres ; l'entreprise ne réussit pas à y intéresser des investisseurs.
1821
(17 mars 1821) Sanction d'une troisième loi prévoyant la construction du canal de Lachine.
(18 mai 1821) Faillite de la Compagnie des propriétaires du canal de Lachine. Le Gouvernement du Bas-Canada devient propriétaire du canal et charge John Richardson de présider la commission chargée de compléter le canal.
(17 juillet 1821) Début des travaux de creusage du canal par l'entreprise de construction formée par Thomas McKay et John Redpath ; les travaux sont dirigés par l'ingénieur britannique Thomas Burnett. Les travailleurs sont en majorité des immigrés venus d'Irlande qui, pour être près de leur travail, construisent leurs résidences dans ce qui deviendra le quartier Griffintown.
1823
Suspension du creusage à cause d'une crue extraordinaire de la rivière Saint-Pierre.
1824
Fin des travaux d'agrandissement du canal qui mesure alors 13,69 km de long sur 15 m de largeur et comporte 7 écluses de 30,5 m de longueur sur 6,7 m de largeur et de 1,5 m de profondeur : 3 écluses près du port de Montréal, une écluse à Saint-Gabriel, 2 écluses à Côte-Saint-Paul et une écluse à Lachine. Les portes des écluses étaient à double vantaux construites en bois renforcé de métal et dotés d'un système de treuils qui seront actionnés à la main jusqu'à l'électrification en 1951.
(24 août 1824)
Ouverture du canal au trafic maritime.
(1825) Inauguration officielle du canal.
1833
La Hudson's Bay Company-HBC acquiert une partie des terres de William Gordon (bande de terre entre le King's Highway et le fleuve et entre le King's Highway et le canal ; George Simpson, le gouverneur de la Hudson's Bay Company-HBC y installe sa résidence principale.
1837
Alexander Ogilvie met en exploitation un moulin à blé près du bassin numéro 2.
Années 1840 Les sulpiciens vendent des terrains qui bordent le canal Lachine à John Redpath et vendent la ferme Saint-Gabriel traversée par le canal.
1843-1848
Travaux d'amélioration du canal de Lachine : élargissement à 120 pieds (37 m) à la surface de l'eau et à 80 pieds (25 m) au fond, réduction du nombre d'écluses de 7 à 5 à des dimensions de 200 pieds (60 m) de longueur et de 45 pieds (14 m) de largeur et aménagement d'un nouveau chenal à l'entrée et construction d'une jetée s'avançant dans le lac Saint-Louis.
(24 janvier 1843) Importante grève des travailleurs irlandais employés au creusage de l'élargissement du canal Lachine et du canal de Beauharnois, dont la paye a été coupée du tiers par leurs employeurs.
(Mars 1843) Autre grève des travailleurs irlandais.
(1 juin) 1843 Importante grève générale des travailleurs irlandais et canadiens-français affectés au creusage du canal de Lachine et du canal de Beauharnois ; ils réclament le salaire qu'ils avaient avant la décision des employeurs et le droit d'acheter leurs denrées ailleurs que chez les commerçants désignés par les employeurs.
(12 juin 1843) L'armée intervient à Saint-Timothée pour briser la grève des travailleurs affectés au creusage du canal de Beauharnois ; bilan : 8 morts parmi les grévistes et 8 ou 9 portés disparus après qu'ils se furent engouffrés dans le Saint-Laurent pour échapper aux soldats.
1846 Augustin Cantin construit son chantier maritime
1847
Le gouvernement du Canada-Uni décide que les terrains jouxtant le canal seront réservés à des fins industrielles.
Le Gouvernement offre en location 20 lots hydrauliques (24 m de façade) au bassin 2, à la hauteur de la rue Mill, près du port de Montréal.
Ira Gould y implante la City Flour Mill qui sera achetée par Ogilvie Flour Mill au début du XXe siècle.
La Saint Lawrence Engine Works de W. P. Bartley y implante son chantier maritime, son atelier d'usinage, sa forge, sa fonderie et sa fabrique de bouilloires, de moteurs à vapeur et de machinerie d'usinage.
Les frères Tate y aménagent une cale sèche.
Les importateurs Frothingham & Workman y installent un élévateur à vapeur et un moulin à maïs.
1848
Les travaux d'agrandissement terminés (la largeur atteint 36 m, le nombre d'écluses est réduit de 7 à 5), le canal devient la tête de pont d'une série de canaux reliant Montréal aux Grands Lacs.
Creusement du premier bassin sur le site de la ferme Saint-Gabriel pour le débarquement et transbordement des marchandises.
1951 Les systèmes d'ouverture et fermeture des portes des écluses jusque-là actionnés à la main sont remplacés par des systèmes actionnés à l'électricité.
1852
Ira Gould sous-loue des lots hydrauliques à Alexander Ogilvie qui agrandit son moulin à blé établi en 1837 et à une corderie (ropery) de John Converse, des fabriques de portes et fenêtres de John Ostell et Thomas Shearer, les chantiers maritimes d'Augustin Cantin et 2 fonderies.
1853
Un premier moulin à scie est aménagé près du canal à la hauteur de Côte-Saint-Paul.
(Décembre 1853) John Redpath achète un terrain appartenant aux sulpiciens au bord du canal de Lachine pour y construire une raffinerie de sucre.
1854
(12 août 1854) John Redpath inaugure sa raffinerie de sucre sur la rive sud du canal en bas du pont des Seigneurs ; les plans de la raffinerie sont de John Ostell ; la cane à sucre raffinée à l'usine sera importée des Antilles et transportée par les navires Helen Drummond et Grace Redpath que John Redpath a acquis à cette fin.
Vers 1868
Implantation de la Montreal Rolling Mills (Stelco)dans le secteur Saint-Gabriel ; la Montreal Rolling Mill deviendra la Steel Company of Canada (Stelco)en 1910.
1871
La Redpath Sugar Refinery agrandit son usine vers l'est, au-delà de la rue Montmorency.
1873-1885
Creusement des bassins numéro 3 et 4.
1875-1884 Travaux d'amélioration et d'élargissement du canal ; les dimensions du canal seront les suivantes : longueur : 8,75 milles (13,92 km) ; dénivellation : 13,7 m ; bief culminant, entre Lachine et Côte-Saint-Paul, 9,25 km par 45,7 m de largeur moyenne ; bief inférieur, de Côte-Saint-Paul au port de Montréal, 4,8 km par 61 m de largeur moyenne ; écluses longue de 82,3 m, larges de 13,71 m, profondes de 4 m aux nivaux des trois écluses supérieures, profondes de 5,80 m dans le bassin et de 5,45 m aux nivaux des deux écluses inférieures entre le chemin de fer du Grand Trunc et le port de Montréal.
1877 Les 1 000 manoeuvres irlandais employés à la construction se mettent en grève pour protester contre la diminution de leurs salaires imposée par leurs employeurs.
1876-1879
Suspension de la production de sucre en raison de la crise économique qui sévit.
1880-1885
Établissement à Lachine de la Dominion Bridge et de la Dominion Wire Manufacturing.
1885
(24 avril) Une embâcle du Saint-Laurent refoule les eaux dans le canal ; la Canada Suger Refiners enregistre un niveau d'eau de 13 pouces dans ses bâtisses W et Y.
1898
Construction du pont dans l'axe de la rue des Seigneurs, à l'ouest de la Canada Sugar Refining (Redpath).
1904 Construction du pont dans l'axe de la rue Charlevoix près du Marché Atwater.
1907 La Canada Sugar Refining démolit son ancienne raffinerie qui servait jusque-là d'entrepôt ; les murs de pierre du premier niveau sont cependant conservés comme fondations de la nouvelle bâtisse appelée alors A1.
1910
La Montreal Rolling Mills devient la Steel Company of Canada (Stelco).
1911
Implantation de la Northern Electric Corporation.
1912
Construction du pont pasculant Gauron au-dessus du canal à la hauteur de LaSalle et de Lachine. par la compagnie Dominion Bridge ; la bascule est facilitée par quatre contrepoids pesant ensemble 725 000 kg.
1914
(4 août 1914) La guerre éclate en Europe.
1917
Pendant la Première Guerre Mondiale (1914-1918), un premier chantier s'installe au bord du canal à la hauteur de Côte-Saint-Paul ; la compagnie Fraser & Brace y construit des bateaux en bois à gros tonnage pour la France. Le bassin d'élimination des eaux des moulins est transformé en une espèce de cale sèche dans laquelle on construit les navires. Quand les navires sont prêts, on inonde le bassin, les bateaux flottent et sortent directement dans le canal ; vers 1940, la compagnie Canadian Power Boat Company-CPBC construit une usine au 4 000, rue Saint Patrick pour y construire des 'speed boats> en bois destinés aux alliés pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945). En 2012, la Ville de Montréal exproprie CPBC, un édifice de 1 300 m2 pour le démolir et y aménager une cour de services de l'arrondissement du Sud-Ouest ; elle expulse les occupants du bâtiment. François Véronneau de la firme SACL chargée de projet pour la Ville de Montréal rappelle «On sait que depuis l'époque du premier élargissement du canal de Lachine (1824), on a mis à profit le surplus d'eau du canal pour développer le pouvoir hydraulique, donc l'industrie.» À la hauteur de Côte-Saint-Paul, où se trouve l'édifice de la Canadian Power Boat Company, s'écoulait auparavant un canal d'amenée qui conduisait l'eau du canal jusqu'aux petites industries, dont deux scieries. Le bassin d'élimination des eaux de ces moulins a servi de rampe de lancement des bateaux de la Canadian Power Boat Company-CPBC. En 2013, on a trouvé des contextes du premier moulin datant de 1853, le mur ouest du bassin d'élimination ainsi que des ouvrages hydrauliques. Les moulins disparaissent en 1879. (source : Le Devoir, 5 novembre 2013, page B7)
1919 (Mars-juin) Une grève des charretiers suivie de celle des employés de la Canada Sugar Refining paralyse la raffinerie de sucre.
1928 La Canada Sugar Refining vend ses derniers chevaux et un terrain de 55 200 pi2 situé au sud de la rue St.Patrick à la compagnie Northern Electric.
1929
15 000 bateaux franchissent le canal.
Le canal est déclaré d'importance historique nationale par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.
1930 (Décembre) La Canada Sugar Refining Co. est absorbée par la Dominion Sugar Co. Ltd qui forme une nouvelle entreprise sous le nom de Canada and Dominion Sugar Co. Ltd.
1959
Ouverture de la Voie maritime du Saint-Laurent ; le canal perd de son utilité.
L'ancienne Redpath Sugar Refinery commence l'exploitation d'une raffinerie moderne à Toronto.
Construction du pont basculant Lafleur à côté du pont Gauron au-dessus du canal entre Lachine et Lasalle.
1965
Une partie aval du canal est remplie pour permettre l'aménagement d'une route menant à la jetée MacKay, puis de là, au site d'Expo 67.
1966-1971
Les bassins 1, 2, 3 et 4 sont remplis avec les déblais de la construction du Métro de Montréal.
1970
(30 novembre) Un dernier bateau franchit le canal qui est dès lors définitivement fermé au trafic maritime.
1974
Début de l'aménagement de pistes cyclables et de la transformation des terrains jouxtant le canal par le ministère des Travaux publics du Canada.
1978
Le ministère des Travaux publics du Canada cède le canal à Parcs Canada en vertu du programme Accords sur la récréation et la conservation.
Postes Canada construit son centre de tri postal sur la rive nord du canal entre l'écluse Saint-Gabriel (numéro 3) et l'écluse numéro 2.
1979
Mise en exploitation de la Papeterie Saint-Armand (Sonoco) sur la rue des Seigneurs près du pont des Seigneurs, une fabrique de papier à partir de chiffons recyclés selon une méthode inventée chez les Chinois en l'an 105 avant notre ère.
Le plan directeur du canal de Lachine est approuvé par le ministre responsable de Parcs Canada ; ce plan identifie comme objectifs la préservation des ressources patrimoniales et leur mise en valeur par l'aménagement d'espaces et d'équipements publics à des fins culturelles, communautaires et récréatives.
(27 septembre 1979) La Canada & Dominion Sugar Co. annonce la fermeture définitive de sa raffinerie de sucre (ancienne Redpath).
1980
(Janvier)
La Canada & Dominion Sugar Co. cesse définitivement de produire du sucre au bord du canal.
1985 La compagnie Stelco située sur la rive nord du Canal à l'angle de la rue Charlevoix et près du pont Charlevoix cesse sa production et ferme ses usines.
1988 Les usines de la Stelco sont transformées en condominiums.
1991
Déblaiement des amas de terres transportées dans le canal à l'occasion d'Expo 67 ; début de rénovation des écluses par Parcs Canada et les municipalités riveraines.
1997-2002
Parcs Canada dépense environ 150 millions $ pour remettre le canal en état d'exploitation pour les bateaux de plaisance.
2002
La raffinerie de la Canada & Dominion Sugar Co. est vendue à la Compagnie immobilière Gueymard qui entreprend de la transformer en édifice à condominiums.
(17 mai) Réouverture du canal au trafic maritime (bateaux de plaisance et yachts).
2003
Postes Canada abandonne son centre de tri postal du Canal et s'établit à Saint-Laurent, sur l'autoroute Trans-canadienne.
2007
Postes Canada vend son ancien centre de tri à la Société immobilière du Canada qui planifie son projet des Bassins du Nouveau Havre pour la construction d'édifices à condominium, commerces et bureaux.
2011-
(Hiver) Parcs Canada dégage la partie des quais originaux des bassins no 3 et 4 qui se trouvent sur sa propriété. La compagnie immobilière Prével acquiert la partie est du site de la Société immobilière du Canada.
2012
(Hiver) La compagnie immobilière Prével commence les travaux de construction d'un édifice à condominiums de 9 étages sur son terrain qui longe la rue du Séminaire entre l'emprise de la rue Basin et le terrain de parcs Canada au bord du canal.
2013
(Automne-hiver) Le Myst, constitué de deux édifices à condominiums reliés entre eux par une passerelle est réalisé près de la piste cyclable entre la rue St. Patrick et la rive droite (sud) du canal et entre les rues des Seigneurs et Charlevoix.
2016
29 mars 2016) La ministre fédérale de l'Environnement annonce que son ministère investira 132 millions $ au cours des 4prochaines années pour réparer les vieux murs du canal et les écluses ; ces travaux se feront à l'automne pour ne pas entraver la circulation des bateaux de plaisance.


Dimensions du canal :

 1821-18251843-18481873-1885
Canal :Largeur en surface 14,5 m36,5 m36,5 m
 largeur au fond7,62 m24,4 m24,4 m
 profondeur :1,37 m2,75 m4,26 m
Écluses :longueur:30,48 m60,96 m82.29 m
 largeur :6,09 m13,7 m13,7 m
 profondeur :1,37 m30,5 m4,26 m




  • Attraits :


Escalade des anciens silos de la raffinerie de sucre Redpath sur la rue St. Patrick, près de la rue Richmond, entre le pont Wellington et le pont des Seigneurs.
Musée de Lachine dans la maison deLe Ber-Le Moyne au bord du lac Saint-Louis.

Marché Atwater, à l'ouest du pont Charlevoix.

 



  • Repères géographiques -


Sur l'île de Montréal.
Région touristique de Montréal.
Carte 12.

Carte 12 sur Google Maps

  • Bibliographie -


En ces lieux que l'on nomma «La Chine» (Normand Moussette, archiviste à la Cité de Lachine, Cité de Lachine, 1978).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)