Italiens du Québec (ethnie)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Éphémérides -


1664 Le régiment de Carignan-Salières engage plusieurs Piedmontais pour venir défendre la Nouvelle-France. Certains d'entre eux s'établissent en Nouvelle-France.
1788
Giovanni Donegani originaire de Moltrazio (Lombardie) et Thomasso Delvecchio originaire de la région du lac Como arrivent en Amérique comme troupe de théâtre francophone.
1793
Donegani et Delvecchio achètent cinq hôtels sur l'île de Montréal : un à Pointe-aux-Trembles, un sur la nouvelle place du Marché (aujourd'hui place Jacques-Cartier), et trois sur l'ancienne place du Marché (aujourd'hui place Royale).
1861
Unification de l'Italie.
Entre 1861 et 1914
Plus de 14 millions d'Italiens émigrent à travers le monde.
Fin des années 1860
Une cinquantaine de familles d'origine italienne sont établies à Montréal.
Entre 1871 et 1931, le nombre de Montréalais d'origine italienne passe de 55 à 21 000 ; parmi les nouveaux arrivants on trouve l'ancêtre canadien des Catelli qui fonde son entreprise de pâtes alimentaires en 1877.
Début des années 1880
Fondation de la Fratellanza Italiena, une société italio-canadienne de secours mutuels.
1890-1898
Le nombre moyen annuel d'immigrants et migrants italiens à Montréal est de 361.
1899
Le nombre d'immigrants italiens dépasse le millier.
1901
Le nombre d'immigrants et migrants italiens à Montréal est de 3 497.
Le Canada compte 6 854 immigrants et migrants italiens venus principalement de Sicile, de Calabre, du Molise et de la Campanie. Plusieurs d'entre eux travaillent à la construction du chemin de fer ou simplement dans l'industrie de la construction.
1905
(3 novembre) Érection canonique de la paroisse Madonna del Carmine (Notre-Dame-du-Mont-Carmel, la première paroisse italienne de Montréal ; son territoire est borné par les avenues De Lorimier, Mont-Royal, les rues Redpath, de la Montagne, McCord et le fleuve Saint-Laurent.
Le nombre d'immigrants et migrants italiens est de 5 930.
La colonie italienne de Montréal loge principalement dans le quadrilatère formé par les rues Beaudry, Ontario, Saint-Urbain et Notre-Dame.
1910
(21 octobre) Érection canonique de la paroisse Madonna Della Difesa par détachement des paroisses Saint-Édouard, Saint-Enfant-Jésus, Saint-Étienne, Saint-Geirges, Saint-Jean-Berchmans, Saint-Jean-de-la-Croixet Saint-Pierre-Claver, Notre-Dame-du-Rosaire, Saint-Stanislas, et parties de Saint-Alphonse-Liguori, Saint-Marc, Sainte-Madeleine et Saint-Viateur. La population de la nouvelle paroisse est de 8 000 âmes.
1911
Le Canada compte 34 739 Canadiens d'origine italienne.
1912
(Avril) Les pères Servites de Marie prennent charge de la paroisse Madonna Della Difesa.
1919
Inauguration de l'église Madonna Della Difesa à l'angle de la rue Dante et de l'avenue Henri-Julien ; première église italienne construite au Canada.
1927
Les travaux de construction de l'église Madonna della Difesa terminés ; un des vitraux de Guido Nincheri affiche, entre autres personnages, celui du président de l'Italie, Benito Mussolini, sur un cheval ; kl'église est désignée Site historique national du Canada en 2002.
1933 Ouverture du Marché Jean-Talon.
1934
À la suite de son élection à la mairie de Montréal, Camilien Houde offre un terrain à l'angle des rues Berri et Isabeau pour la construction de la Casa d'Italia (la rue Isabeau deviendra plus tard la rue Jean-Talon ; dès décembre, 4 000 personnes avaient consenti entre 10 $ et 100 $ pour la grande corvée de construction de la Casa d'Italia.
1936
Construction de la Casa d'Italia à Montréal, le premier centre communautaire italien de Montréal ; on dit que cet immeuble de style Art déco, fut construit avec l'aide du régime de Benito Mussolini, le duce italien.
1939-1945
La Casa d'Italia est mise sous séquestre parce que, selon le Gouvernement du Canada, elle pouvait servir de refuge pour les ennemis du Canada.
1940
(10 juin) L'Italie déclare la guerre à la Grande-Bretagne et à la France.
Le premier ministre McKenzie King invoque la Loi des mesures de guerre et ordonne à la GRC d'arrêter les Italo-Canadiens qui pourraient être considérés capables de miner l'effort de guerre. Soupçonnés de collaboration possible avec l'Italie en guerre contre le Canada, 700 Canadiens d'origine italienne sont internés au camp de Petawawa, Ontario, par ordre du gouvernement fédéral. À Montréal, près de 20 000 citoyens d'origine italienne furent considérés comme des alliés des ennemis et furent obligés de s'enregistrer, de fournir leurs empreintes digitales et furent restreints par la GRC.
Guido Nincheri, qui faisait partie des personnes internées, dut prouver que l'inclusion de Mussolini dans le vitrail de l'église Madonna Della Difesa n'était pas son idée, mais celle des autorités religieuses qui l'y avaient obligé sous peine d'annulation de son contrat ; l'église catholique québécoise voulait ainsi rendre hommage au Duce qui avait signé les accords du Latran avec l'Église de Rome. (The Gazette, 27 décembre 2012).
Début des années 1950
La population d'origine italienne est estimée à 30 000 âmes.
De 1951 à 1961
Arrivée massive d'immigrants italiens à Montréal.
Années 1960
25 540 Italiens immigrent à Montréal.
Entre 1946 et 1966, 379 000 Italiens ont immigré au Canada
1969
(3 septembre) Une assemblée tenue par la Ligue pour l'intégration scolaire dégénère en bagarre raciale lorsqu'une cinquantaine de citoyens d'origine italienne font irruption.
(10 septembre) Décret de la Loi de l'émeute par le maire de Saint-Léonard, Léo Ouellet, lorsqu'une manifestation de 2 500 partisans francophones de la Ligue pour l'intégration scolaire se transforme en bataille avec des contre-manifestants d'origine italienne ; bilan: 18 blessés dont 3 de la communauté italienne, une quarantaine d'arrestation et des dommages de plusieurs dizaines de milliers de dollars; 500 policiers dont 300 de la Sûreté du Québec sont réunis pour contrôler l'événement.
1991-2000
Seulement 940 Italiens immigrent à Montréal.
2003
L'île de Montréal compte environ 225 000 canadiens d'origine italienne et environ 75 000 autres résident dans la grande région de Montréal.
2009
La grande majorité des immigrants italiens établis au Québec provient des régions méridionale d'Italie (Naples en Campanie, Sicile, Calabre, Pouilles, Campobasso de Molise, et Abruzzes).
2011
(Mai) Après deux ans de travaux majeurs, la Casa d'Italia rouvre ses portes ; elle loge un écomusée de l'immigration italienne à Montréal, une salle d'exposition, une école culinaire italienne, une salle de conférence, une bibliothèque et un centre d'archives.
Selon le recensement de 2006, il y a 299 660 Québécois d'origine italienne dont le tiers sont venus de Molise, Italie ; 42 % sont issus de mariages mixtes et 71,5 % sont nés au Québec alors que la grande majorité sont au Québec depuis au moins 30 ans. (91,8 % des Italiens comprennent le français et 73,7 % comprennent l'anglais ; 37,7 % utilisent l'anglais et 39,7 % le français à la maison ; 55 % utilisent l'anglais et 39,2 % le français au travail.
En 2013, La Presse évalue à 307 000 le nombre d'Italiens au Québec dont 263 000 à Montréal.
Entre 1997 et 2012, Le Québec n'a reçu que 2 100 immigrants venus d'Italie et l'Ontario en a reçu 3 800.
Selon les statistiques de 2013, il y a 307 000 Québécois d'origine italienne au Québec dont 263 000 vivent dans la région de Montréal et laval principalement dans l'arrondissement Saint-Léonard, Rivière-des-Prairies, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Notre-Dame-de-Grâce, Ville-Émard, Lasalle. 60 000 Italo-Montréalais sont nés en Italie.


Personnes nées en Italie et citées dans la MDQ :

April, François
Bégin, Monique
Bellini, Francisco
Cabotto, Sepastiano
Cabotto, Giovanni
Carli, Tomasso
Catelli, Carlo-Orato
Ciaccia, John
Cimichella, Andrea Maria
Colomb, Christophe
Cordusco, Antonio
Crisafy, Antoine de
Cusano, William
Dalla Riva, Peter
Della Pergola, Luciano
DennaNoce, Vincent
Discepola, Antonio
Discepola, Nick
Feretti Barthe, Marisa
Fiorucci, Vittorio
Gagliano, Alfonso
Gallo, Moreno
Gatti, Arturo
Guzzo, Angelo
Lesage, Jean-Bernardin
Maciocia, Cosmo
Mancini, Gaby
Michele, Antonio de
Nibcheri, Guido
Parisotto, Cesira
Pacchini, Jacques
Ponzi, Carlo
Renda, Paolo
Rescigno, Joseph
Rizzuto, Nicolo
Rizzuto, Pietro
Rizzuto, Victor
Salvail, Pierre
Saputo, Giuseppe
Saputo, Lino
Seccareccia, Pietrantonio
Verrazzano Giovanni
Vespucci, Amerigo
Zaccardelli, Giuliano
Zonato, Gaétan

  • Bibliographie -


Les Premiers Italiens de Montréal. L'Origine de la Petite-Italie du Québec (Bruno Ramirez, Boréal Express, 1984).
Montréal et ses communautés (essai, Jean-Christophe Laurence et Laura-Julie Perreault, Boréal, 2010).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)