Lac-Rapide (réserve amérindienne algonquine)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Superficie - 79 acres.
  • Langue d'usage - L'algonquin.
  • Langue seconde - L'anglais.


  • Éphémérides -


1851 Établissement d'un poste de traite par la Hudson's Bay Company-HBC à Kakibaagino (lac Cabonga).
1873 Incendie du poste de la Hudson's Bay Company-HBC.
1874 Déménagement du poste de traite de Kakibaagino vers Lac-Rapide.
1961 Le terrain de Lac-Rapid est affecté à l'usage exclusif des Autochtones.
1995 La population de la réserve est de 411 habitants.
2000 (10 octobre 2000) Rosiana Poucachishe, 17 ans, est trouvée morte assassinée (traumatisme crânien ; trois profondes lacérations à la tête, du sang et des ecchimoses partout sur le corp) dans son domicile de la réserve amérindienne de Lac-Rapide. L'autopsie révèle qu'elle avait eu une relation sexuelle. Le 6 juillet 2017, grâce à des avancées dans le domaine de la preuve par l'ADN, la Sûreté du Québec-SQ arrête un homme de 33 ans de la communauté de Lac-Rapide ; ce serait cet homme qui aurtait eu une relation sexuelle avec la victime ; comme cet homme était mineur au moment des faits, son nom ne peut être révélé.
2007 La population de la réserve est d'environ 600 habitants.


  • Toponymie -


Lac-Rapide tire son nom de l'ancien lac Rapide confondu aujourd'hui avec le réservoir Cabonga.

  • Repères géographiques -


Sur le versant gauche du bassin du Saint-Laurent.
À environ 215 km au sud-est de Rouyn-Noranda.
Dans la réserve faunique La Vérendrye, au bord du réservoir Cabonga.
Diocèse de Rouyn-Noranda.
Région touristique d' Abitibi-Témiscamingue.
Carte 14.
Carte 14 sur Google Maps

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)