Niemeyer (Frédéric)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)

on père, Reinhold Niemeyer, était un coopérant allemand en Afrique et sa mère, Diana Legresley était une coopérante canadienne ; ses parents se sont rencontrés à Madagascar en 1972.
Sa mère revint à Campbellton en 1976 pour donner naissance à Frédéric, puis retourna en Afrique.
Vers 1986, ses parents s'installent à Deauville (Sherbrooke).
Le 24 juin 2003, au tournoi annuel de Wimbledon (Angleterre) alors qu'il est classé au 308e rang de la liste mondiale des tennismen, il gagne en première ronde d'élimination sur l'Espagnol Félix Mantilla qui occupe le 17e rang de cette liste.
En 2003, lors des épreuves de la Coupe Rogers à Montréal, il défait le Brésilien Gustavo Kuerten et l'argentin José Acasuso, puis estbattu par André Agassi.
Joueur canadien par excellence de l'année 2003 qu'il termine au 168e rang de la liste mondiale des tennismen.
Participe aux Jeux olympiques d'Athènes (Grèce, 2004).
En 2009, lors du tournoi de la coupe Rogers de Montréal, le dernier tournoi majeur de sa carrière professionnelle, il se mesure au numéro un mondial, Roger Federer, mais il doit s'incliner par un compte de 7-6 et 6-4.
Le 19 novembre 2009, il annonce sa retraite comme joueur de tennis et le début de sa participation comme entraîneur des tennismen de haute performance de Tennis Canada.

  • Distinctions -


Intronisé au Temple de la Coupe Rogers en 2013.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)