Pagliarulo (Elio)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Homme d'affaires. 49 ans.

Ancien copropriétaire des Pâtisseries Pagel, une chaîne d'une douzaine d'établissements spécialisées dans la vente de viennoiseries, de pains, de pizzas et de chocolats dont le chiffre d'affaire annuel atteignait environ 10 M $ et employait près de 250 personnes.
Il s'associe à Paolo Catania dans une entreprise informelle qui prêterait de l'argent à des personnes à qui les institutions bancaires normales refuseraient de prêter de grosses sommes d'argent.
En 2009, certains des emprunteurs disparaissent mystérieusement le laissant avec une dette de 1 377 727 $ (1,8 M $ selon La Presse du 4 janvier 2013) envers son associé Catania qui en réclame le remboursement.
Le 1er août 2009, vers 15 h, alors qu'il roulait en voiture sur le boulevard Mont-Royal en direction de l'avenue du Parc, il est contraint de s'immobiliser et il est tabassé par des fiers-à-bras qui lui ordonnent de payer Catania ; de plus, son ex-épouse reçoit une couronne mortuaire à sa résidence, ce qui incite Pagliarulo à porter plainte à la police.
En septembre 2010, alors que sa plainte doit être entendue au tribunal, Pagliarulo décide de ne pas témoigner et la plainte est rejetée.
En juillet 2011, il plaide non coupable à l'accusation de voies de fait sur un ancien employé de l'Hôtel Opus qui réclamait son salaire et sa paye de vacances ; il courtisait alors madame Katherine Evans, la vice-présidente de Trilogy Properties Corporation propriétaire de l'hôtel Opus ; Katherine Evans est la fille de John Evans président de Trilogy Properties Corporation qui avait acheté l'hôtel Opus.
En août 2011, Pagliarulo est trouvé coupable de harcèlement à l'endroit d'une femme de la Rive-Sud de Montréal.
Le 29 octobre 2012, il commence son témoignage devant la Commission d'enquête sur la colllusion et la corruption dans l'industrie de la construction ou Commission Charbonneau. (The Gazette, 30/10/12, page A6) Au cours de son témoignage, il affirme avoir personnellement livré d'importantes sommes d'argent destinées à Frank Zampino, l'ex-président du Comité exécutif de Mntréal, dont un paiement de 100 000 $ fait au club privé 357c rue de la Commune. (La Presse, 19 décembre 2012, page A8)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)