Paradis (Peter)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Le 10 août 1998, Peter Paradis, un membre du gang des Rock-Machine, est atteint de 4 projectiles au coin d'une rue de Verdun ; il survit à ses blessures. Le 12 janvier 2000, à Montréal, Gilles Nolet, 36 ans, et Normand Barolet, 37 ans, sont assassinés par balles au Bar Adulte, au 2075, rue de l'Église, dans le quartier Côte-Saint-Paul ; Jimmy Larivée, 22 ans et Pascal Conway, 26 ans, 2 prospects du gang des Rock-Machine, sont soupçonnés dans cette affaire. Pascal Conway, 26 ans, est arrêté le 12 mai suivant ; accusé de ces meurtres, Conway est reconnu coupable, puis condamné à l'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération avant d'avoir purgé 13 ans de sa peine derrière les barreaux ; Jimmy Larivée, 22 ans, qui accompagnait Conway le soir du crime, avait reçu un contrat de Peter Paradis, leader du gang des Rock-Machine de Verdun, pour collecter 15 000 $ en dettes de drogue de Gilles Nolet. Le 15 février 2000, à Montréal, Philippe Côté, Alain Dubuc, Mario Filion, François Laporte, Simon Lambert, Éric Leclerc, Daniel «Poutine» Leclerc, Peter Paradis et Sylvie Landry sont accusés d'avoir, d'octobre 1998 à mars 1999, été trafiquants de cocaïne, de marijuana et de PCP, d'avoir comploté avec les coaccusés et d'avoir participé aux activités d'une association de criminels ; le 17 février 2000, Peter Paradis, le seul membre du gang des Rock-Machine, reconnaît sa culpabilité à ces accusations, puis devient délateur contre ses coaccusés ; le 15 mars 2000, Peter Paradis est condamné à 12 ans de prison. Voir également Guerres des gangs.
Outils personels

Publicité

(Annonces   .)