Sainte-Thérèse (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • près de la Grande-Côte*Superficie - 8,62 km2.
  • Gentilé - Térésien, ienne.


  • Éphémérides -


1683
(24 septembre) Concession d'une seigneurie (3 lieues de front sur la rivière Jésus (des Mille Îles) en remontant à partir de la seigneurie de Daulier des Landes, sur 3 lieues de profondeur) par le gouverneur La Barre et l'intendant de Meulles à Michel-Sidrac Dugué de Boisbriant (1638-1688) qui la nomme seigneurie des Mille-Isles (3).
1691
Charles-Gaspard Piot de Langloiserie épouse Marie-Thérèse Dugué, fille de Michal-Sidrac Dugué de Boisbriand.
1706
Jean Petit épouse Charlotte Dugué, fille de Michel-Sidrac Dugué de Boisbriand.
1714
(1 mars) Demeurée inexploitée, la seigneurie des Mille-Isles (3) retourne au domaine royal.
(5 mars) Reconcession de la seigneurie des Mille-Isles (3) (4 1/2 lieues de front sur la rivière Jésus en la remontant à partir de la seigneurie de Dollier des Landes, sur 3 lieues de profondeur) par le gouverneur Vaudreuil et l'intendant Bégon à Jean Petit et Charles-Gaspard Piot de Langloiserie, les deux gendres de Michel-Sidrac Dugué de Boisbriant.
1715
(20 février) Au décès de Charles-Gaspard Piot de Langloiserie, sa part de la seigneurie passe à sa veuve, Marie- de Langloiserie et à ses enfants.
1718 le le 29 novembre /963
Partage de la seigneurie des Mille-Isles (3) ; Marie-Thérèse Du Gué de Langloiserie et ses enfants obtiennent la partie est (2 1/4 lieues de front sur 3 lieues de profondeur) qu'elle nomme Langloiserie, et Jean Petit obtient la partie ouest (2 1/4 lieues de front sur 3 lieues de profondeur) qu'il nomme Petit.
1740
Joseph Charbonneau, François Charbonneau et Jean Charbonneau, trois frères, s'établissent, chacun sur sa terre près de la Grande-Côte.
1742
Joseph Filiatro dit Saint-Louis obtient une concession dans la seigneurie.
1743
(8 juillet) Marie-Thérèse du Gué de Langloiserie cède tous ses droits et biens à son fils, Louis-Hector Piot de Langloiserie, époux de Esther Bridge, et à sa fille, Suzanne Piot de Langloiserie, épouse de Jean-Baptiste Céloron de Blainville ; Louis-Hector Piot prend la propriété de la seigneurie de l'Île-Sainte-Thérèse, alors que Suzanne Piot prend la seigneurie de Langloiserie et la renomme Blainville.
1744-1745
Concession de terres de la seigneurie à Pierre Desjardins, Joseph Coron, François Coron, Louis Filiatro, Michel Limoge, Julien Maisonneuve, Joseph Léonard et Étienne Dubois.
1759
Pierre Maguet (Maillé) s'établit sur sa terre de la Grande-Côte avec son épouse, Marie-Josèphe Filiatreault.
1773 ou 1774
Augustin Matte s'établit sur sa terre avec son épouse Euphrosine Ouimet.
1780
Construction du moulin banal par les seigneurs Lamarque et Hertel.
1781
(17 février) La seigneurie de Blainville est divisée en deux fiefs d'égales superficies (1 1/8 lieue sur 3 lieues de profondeur) et cédés aux deux filles de Louis-Jean-Baptiste Céloron de Blainville, Marie-Hippolyte Céloron, épouse de Louis-Hugues Hertel de Chambly (fief Blainville ou Hertel, à l'est), et Marie-Anne-Thérèse Céloron, épouse de Jacques-Marie Nolan Lamarque (fief Lamarque, à l'ouest).
1782
Augustin Hébert dit Lecomte s'établit sur sa terre de la rivière Cachée avec son épouse, Marie-Louise Duquet.
1789
Fondation de la paroisse Sainte-Thérèse-d'Avila par détachement de celle de Saint-Eustache.
Ouverture des registres de la paroisse Sainte-Thérèse-d'Avila.
La population de la paroisse est de 974 habitants.
1794
Nomination du premier curé résidant de la paroisse Sainte-Thérèse.
(15 juillet) Incapable de payer ses dettes, Louis-Hugues Hertel de Chambly vend le fief Hertel pour 6 000 livres à Simon Fraser, chirurgien de Terrebonne.
(22 août) Simon Fraser vend le fief Hertel à Jacob Jordan pour 7 800 livres.
1795
(10 octobre) Jacob Jordan vend la propriété du fief Hertel communément appelé Blainville, à William Clauss mais en accorde l'usufruit à Louis-Hugues Hertel.
1806
Le fief Lamarque est légué par Marie-Anne-Thérèse Blainville, veuve de Jacques-Marie Nolan Lamarque, à son procureur Hubert-Joseph Lacroix et à son épouse, Pélagie Ponsi ; Lacroix administrait le fief depuis 1792.
1807
Inauguration de la première église Sainte-Thérèse construite sur un terrain donné en 1791 par Jean-Louis Delage et son fils, Louis Delage.
1817
Au décès de Louis-Hugues Hertel, le fief Hertel ou Bienville passe en toute propriété à William Clauss qui lui donne son nom.
1821
Construction d'un presbytère à Sainte-Thérèse par l'abbé Charles-Joseph Ducharme.
(15 juillet 1821) Au décès de Hubert-Joseph Lacroix, le fief Lamarque ou Blainville passe à ses héritiers.
1822
(10 janvier 1822) Marie-Victoire Lacroix et son époux, Antoine-Alexis Dubois, cèdent tous leurs droits dans le fief Lamarque (Blainville) à Janvier-Domptail Lacroix, fils de Hubert-Joseph Lacroix.
(19 janvier 1822) Donation de ses droits dans le fief Lamarque (Blainville) par Joseph-François Lacroix à Janvier Domtail Lacroix, son frère. Paul Lacroix vend tous ses droits dans le fief Lamarque à son frère Janvier Domtail Lacroix.
(29 janvier 1822) Angélique Lacroix, épouse de Jean-Baptiste Pétrimoulx, cède ses droits dans le fief Lamarque (Blainville) à son frère, Janvier Domtail Lacroix.
(30 janvier 1822) Vente de ses droits dans le fief Lamarque (Blainville) par Pélagie Domtail Lacroix, épouse de Pierre Matte, à son frère, Janvier Domtail Lacroix.
(14 février 1822) Vente de ses droits dans le fief Lamarque (Blainville) par Marguerite Lacroix, veuve de Clément Herse, à son frère, Janvier Domtail Lacroix.
(10 mai 1822) Vente de ses droits dans le fief Lamarque (Blainville) par Marie-Euphémie Lacroix à son père, Janvier Domtail Lacroix.
1825
Le curé Charles-Joseph Ducharme commence à donner des cours de latin dans le presbytère.
(14 novembre 1825) Érection canonique de la paroisse Sainte-Thérèse.
1829
(25 mai 1829) Le fief Clauss appartient à Catherine Clauss, veuve de William Clauss, John Johnson Clauss, Warren Clauss, Catherine Margaret Clauss, veuve de Benjamin Geale, Catherine Clauss Geale et Augusta Maria Clauss Geale.
(16 novembre 1829) Le fief Lamarque (Blainville) appartient en entier à Janvier Domtail Lacroix.
1832
Le village compte 90 maisons, une distillerie et une brasserie de bière appartenant à James Porteous, une petite brasserie appartenant au docteur Buchanan tous deux utilisant l'orge et le seigle produit dans les seigneuries de la région, quatre magasins, trois usines de potasse et de perlasse, des tanneries, ainsi qu'une église, une grande école et un presbytère construits en pierre ; il y a aussi une chapelle pour les Protestants desservie par l'Église d'Écosse ; la seigneurie compte 245 fermes, deux moulins à farine et un moulin à scie. James Porteous exploite un pont à péage entre Sainte-Thérèse et Sainte-Rose.
1834
Le curé Charles-Joseph Ducharme achète une maison peinte en jaune, l'agrandit pour y loger son école de latin ; ce sera le Collège jaune (précurseur du Petit Séminaire) pour les futurs étudiants.
1836
Érection civile de la paroisse Sainte-Thérèse.
1837
Tenue des assises du mouvement patriote.
Les Patriotes détruisent le pont Porteous pour ralentir la marche du général Colborne.
Le facteur d'orgues, Joseph Casavant, qui s'est établi à Sainte-Thérèse, livre son premier orgue construit dans son atelier attenant au Collège jaune.
1839
(6 janvier 1839) Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Sainte-Thérèse-de-Blainville par John Morris qui deviendra en 1840 propriétaire de la distillerie de James Porteous.
1842
Le Collège jaune reçoit ses lettres de créance comme Petit Séminaire des mains de Mgr Ignace Bourget conformément au Concile de Trente.
1845
La Corporation du Petit Séminaire de Sainte-Thérèse, constituée par Mgr Ignace Bourget et les abbés Joseph Duquet et Louis Dagenais et Charles-Joseph Ducharme, reçoit sa charte civile du Parlement de Québec.
1845
(8 juin 1845) Constitution de la municipalité de la paroisse Sainte-Thérèse-de-Blainville.
1846
George Henry Monk achète le fief Lacroix et lui donne son nom.
1847
(Mars 1847) Bénédiction du couvent des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.* répondant à la demande du curé Charles-Joseph Ducharme.
(1 septembre) Abolition de la municipalité de Sainte-Thérèse-de-Blainville.
1852
Le pont Porteous est désaffecté.
1854
Construction du pont Bélair entre Sainte-Rose et Sainte-Thérèse.
(18 décembre 1854) Abolition du régime seigneurial.
1855
(1 juillet 1855) Constitution de la municipalité de la paroisse et de celle du village de Sainte-Thérèse-de-Blainville.
1861
La paroisse compte 1 588 habitants dont 974 vivent au village.
David Morris achète le fief Clauss.
1862
Le Petit Séminaire s'affilie à l'Université Laval.
1875
Incendie d'une grande partie du village dont les dépendances du Petit Séminaire.
1876
(9 octobre 1876) Inauguration de la section Saint-Jérôme-Sainte-Thérèse du chemin de fer Quebec, Montreal and Ottawa Occidental Railway.
1881
(5 octobre 1881) Incendie de l'immeuble du Petit Séminaire.
1883
Inauguration du nouvel édifice du Petit Séminaire.
1885
(6 janvier 1885) Incendie de l'église de 1807.
(Automne 1885) Ouverture du cimetière Sainte-Thérèse.
1886
Inauguration de la ligne de téléphone qui relie Sainte-Thérèse à Montréal.
1887
L'église Sainte-Thérèse est ouverte au culte.
1888
Jean Roux, commerçant en carosserie et propriétaire d'un moulin à scie, y installe un groupe électrogène.
1889
En plus des distilleries (qui sont moins actives), le village compte une usine de pianos fondée par Thomas F. Foisy, une usine de chaussures, deux fabriques de cidre jointes aux distilleries, un moulin à carder.
1890
Jean Roux fournit de l'électricité pour l'éclairage des rues de Sainte-Thérèse, du séminaire et de quelques commerces et maisons.
1892
Damase Lesage, associé à Procule Piché, achète la fabrique d'orgues de Thomas F. Foisy, puis la renomme Lesage et Piché. Ouverture, rue Saint-Lambert, de l'école paroissiale dirigée par les Frères de Saint-Gabriel.
(9 août 1892) Ouverture par les Soeurs de la Providence de l'Hospice Drapeau (du nom de Fabien Drapeau, un entrepreneur en plomberie de Montréal, donateur des fonds nécessaires à sa construction) pour orphelins, vieillards et infirmes.
1901
Mise en exploitation de la fabrique de pianos Quidoz par Georges Quidoz et Joseph Sénécal.
Épidémie de variole.
1906
La Shawinigan Water and Power achète l'entreprise de fabrication d'électricité de Jean Roux (voir Hydro-Québec).
1907
Mise en exploitation de la fabrique de pianos Willis Pianos Ltd fondée par Damase Lesage et son fils, Adélard Lesage, et leur associée, la Maison Willis de Montréal.
Incendie des fabriques de pianos Lesage et fils et Sénécal et Quidoz, ainsi que de l'usine de meubles Dominion Furniture Manufacturers.
1911
Les Lesage vendent leurs intérêts dans Willis Pianos et Adélard Lesage construit sa propre fabrique de pianos.
1912
Le village se dote d'un aqueduc.
1914
Construction du bureau de poste et du beffroi municipal.
1916
(22 décembre 1916) Le village de Sainte-Thérèse-de-Blainville devient ville et adopte le nom de Sainte-Thérèse.
Démolition du couvent de 1847 des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.*.
1917
(Automne 1917) Inauguration du nouveau couvent des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.* qui remplace celui qui avait été construit en 1847.
1922
(25 juin 1922) Fondation de la Caisse populaire de Sainte-Thérèse-de-Blainville.
1923
La population de Sainte-Thérèse est de 2 500 habitants. Construction du presbytère de la paroisse Sainte-Thérèse.
1925
(Janvier) Ouverture de la nouvelle école paroissiale (académie et jardin de l'enfance) des Frères de Saint-Gabriel sur la rue Blainville.
1926
(19 mai) Incendie de la fabrique de la compagnie Colonial Piano fondée en 1919 ; elle ne sera pas reconstruite.
1939
La population de la ville est de 4 000 habitants.
1940
Fondation de la compagnie Commonwealth Plywood par un groupe d'investisseurs britanniques.
1946
Constitution de la municipalité de Sainte-Thérèse-Ouest par détachement de celle de la paroisse de Sainte-Thérèse.
1947
Constitution de la municipalité de Rosemere par détachement de celle de la paroisse de Sainte-Thérèse.
Fondation de la paroisse Sainte-Françoise-Cabrini de Rosemere par détachement de celle de Sainte-Thérèse-d'Avila.
1948
(7 mai) Incendie de l'immeuble de la première école paroissiale des Frères de Saint-Gabriel, rue Saint-Lambert.
1949
Constitution de la municipalité du village de Saint-Maurice-de-Bois-des-Filions par détachement de celle de la paroisse de Sainte-Thérèse.
1950
Ouverture de l'école Charlebois (du nom d'un ancien curé de Sainte-Thérèse).
1951
Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-de-l'Assomption.
1952
Construction de l'école Ducharme sur la rue Saint-Stanislas (du nom de l'abbé Charles-Joseph Ducharme, curé de Sainte-Thérèse, 1816-1849).
1953
Fondation de la paroisse Sacré-Coeur par détachement de celle de Sainte-Thérèse. Fondation de la paroisse du Coeur-Immaculé-de-Marie par détachement de celle de Sainte-Thérèse. Les Soeurs missionnaires du Saint-Esprit prennent charge de l'École Ducharme.
1955
(Mai) Bénédiction de l'église paroissiale du Coeur-Immaculé-de-Marie.
1960
(Septembre 1960) Inauguration de l'École Vaillancourt (du nom de l'abbé Arthur Vaillancourt, curé de Sainte-Thérèse, 1892-1911).
(Décembre 1960) Inauguration de l'Hôtel de ville de Sainte-Thérèse.
Inauguration, rue Blainville-Ouest, de l'École Mgr Philippe-Labelle (du nom de Mgr Philippe Labelle, curé de Sainte-Thérèse, 1954-1960).
1963
(29 novembre 1963 vers 18 h 32) Tragédie mortelle ; accident aérien ; écrasement d'un avion DC-8F d'Air Canada à 300 m de la route 117, 4 minutes après son décollage de Dorval en direction de Toronto ; bilan ; 118 morts dont les 7 membres d'équipage; la pire tragédie aérienne impliquant un avion de ligne à survenir au Canada.
1964
Ouverture de l'École Sir-Adolphe-Chapleau, rue Saint-Stanislas. Annonce par la compagnie General Motors qu'elle construira une usine de montage d'automobiles à Sainte-Thérèse-Ouest. Érection canonique de la paroisse Saint-Rédempteur.
1965 (12 octobre 1976) Inauguration de l'usine de la General Motors Company à Sainte-Thérèse-Ouest (Boisbriand). Les Chevrolet Biscayne et Pontiac Strato Chiefs sont les premières marques construites à l'usine GM de Sainte-Thérèse.
1966
Ouverture des registres de la paroisse du Très-Saint-Sacrement.
1967
Fondation du Cégep Lionel-Groulx.
1968
Constitution de la municipalité de Blainville par détachement de celle de Sainte-Thérèse-de-Blainville.
(14 décembre 1968) Fondation de la Caisse populaire du Plateau.
1969
Le gouvernement fédéral exproprie un vaste territoire pour l'aménagement de l'aéroport international de Montréal (Mirabel)
1970
La population de la municipalité atteint 5 600 personnes.
(15 juillet 1970) La municipalité obtient le titre de ville en vertu de la Loi des cités et villes du Québec.
1971
(12 octobre 1971) Réal Chartrand qui venait de commettre un hold-up à la succursale Saint-Augustin de la Banque Provinciale du Canada, est pris en chasse par les policiers Gabriel Labelle et Gilbert Martin de la Sûreté municipale de Sainte-Thérèse ; Chartrand abandonne son véhicule et, armé d'un pistolet Commando Mark III de calibre .45, prend la fuite à pied ; l'agent Labelle tire trois coups de semonce, Chartrand se retourne et tire deux fois dans sa direction ; le policier est atteint par 2 balles dont l'une à l'épaule gauche qui dévie puis lui traverse le poumon et le coeur ; Chartrand continue sa fuite et atteint une maison du boulevard des Ormes où il prend en otage une jeune fille de 13 ans, Hélène Sanche ; se rend finalement à la police sans avoir brutalisé son otage ; le policier Labelle décède de ses blessures, Chartrand est accusé de meurtre, puis condamné à mort à la suite de son procès ; la sentence de mort est commuée en peine d'emprisonnement à perpétuité par le Gouverneur général ; Chartrand, décédé en 2003, fut le dernier condamné à mort au Canada, le Parlement ayant suspendu l'application de la peine capitale en 1969, puis l'ayant abolie en 1975.
1972
(12 janvier 1972) La compagnie General Motors Canada annonce que la voiture de marque Vega sera assemblée à son usine de Sainte-Thérèse.
(10 avril 1972) Incendie de l'usine de la Commonwealth Plywood.
1974
Par décrèt du gouvernement du Québec, la municipalité de Sainte-Thérèse-Ouest prend le nom de Boisbriand.
(30 juillet 1974) Décret de la Loi de l'émeute par le maire pendant une manifestation qui suivait la mort d'un jeune homme atteint par des balles tirées par un policier de la ville.
1976
(9 octobre 1976) Fusion des caisses populaires de Mille-Isles et de Sainte-Thérèse-de-Blainville sous le nom de cette dernière.
1978
Importante grève des travailleurs du fabricant de camions Kenworth.
(7 juin 1978) Violente bagarre entre les policiers et les grévistes de la Commonwealth Plywood.
1981
Érection canonique de la paroisse Saint-Jean-de-la-Croix.
1982
L'ancien couvent des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.* est transformé en hôtel de ville.
Fondation de l'Académie Sainte-Thérèse sur la rue Blainville Est (en 2010, cette institution était privée préscolaire, primaire et secondaire pour filles et garçons).
1983
(11 juin) Fusion des caisses populaires du Plateau, de Rosemère-Lorraine et de Sainte-Thérèse-de-Blainville sous le nom de cette dernière.
1990
La population de Sainte-Thérèse est de 19 336 habitants.
1996
(Avril) Importante grève des employés du constructeur de camions Kenworth.
(8 août) La compagnie Paccar, propriétaire de l'usine de construction de camions Kenworth, annonce la cessation de sa production.
1999
(2 août) Reprise de la production à l'usine de construction de camions Kenworth et Peterbilt de la compagnie Paccar après des investissements de 128 millions $ de la part de la compagnie Paccar et des gouvernements fédéral et provincial.
(23 août) Un premier camion de classe 7 Peterbilt est produit à l'usine de la compagnie Paccar.
2000
La population de Sainte-Thérèse est de 24 524 habitants.
2002
Les municipalités de Sainte-Thérèse, de Boisbriand, de Lorraine et de Rosemère s'entendent pour fusionner leurs services de police et créer la Régie intermunicipale de police Thérèse-de-Blainville.
2007
(15 juin) La compagnie Commonwealth Plywood annonce que le 30 juillet suivant, elle suspendra les activités de ses usines et que ses employés seront mis à pied pour une durée indéterminée à Belleterre, Denholm, Labelle, Lachute, La Tuque, Low, Mont-Laurier, Princeville, Rapides-des-Joachims, Québec, Sainte-Thérèse, Saint-Hyacinthe, Shawinigan et Tee Lake.
2010
La population de Sainte-Thérèse est de 25 930 habitants.
2011
(Janvier 2011) Les vérificateurs du ministère des Affaires municipales épluchent les dossiers et contrats de la municipalité.
le 1er décembre 2014 À la suite du rejet de ses dernières offres pour une convention collective par l'assemblée de ses emplpyés, la compagnie Paccar déclare un lock-out.
2016
Le 16 septembre 2016,vers 21 h, un homme, dont le nom apparaissait sur une liste d'environ 60 personnes soupçonnées d'être membres d'une organisation de criminels liée à des gangs de motards illégaux, est abattu par balles à l'extérieur de sa résidence de Sainte-Thérèse ; une automobile incendiée est trouvée ensuite à Sainte-Adèle ; la police croit que l'automobile incendiée avait servi à un ou des tueurs professionnels.

Térésiens cités dans La Mémoire du Québec -

Joseph-Adolphe Chapleau, Paul-Émile Charbonneau, Samuel Desjardins, Éphrem Filion, Olindo Gratton, Denis Hardy, Louise Harel, Alfred Lapointe, Zénon Lesage, François-Xavier Mathieu, Alfred Rochon.

  • Attraits :


Chapelle-oratoire de Saint-Joseph (1886) ; rue Saint-Louis, en face de l'ancien séminaire ; reconnue monument historique en 1979.
Centre du jardin Dion.
Église Sainte-Thérèse-d'Avila (1887) ; style néo-classique ; plans des architectes Maurice Perrault et Albert Mesnard ; orgue Casavant (1886, restauré en 1925) ; près de l'autel, statue de sainte Thérèse de Avila (vers 1900) par Olindo Gratton.
Hôtel de ville ; logé dans l'ancien couvent des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.* (1917).
Maison Lachaîne (1820).
Séminaire de Sainte-Thérèse (corps principal et pavillon central, 1881-1883, aile arrière, 1898) ; rue Saint-Louis ; construit selon des plans de Victor Roy et Jean-Roch Poitras ; complétée en 1951 selon des plans des architectes Joseph Sawyer et Henri Labelle ; occupé par le séminaire jusqu'à son intégration au Cégep Lionel-Groulx en 1969 ; reconnu monument historique en 1979.

  • Économie -


Industrie de l'automobile (camions Paccar).

  • Services -


Aéroport privé.
Cégep Lionel-Groulx (cégep public, préuniversitaire et technique et pavillon d'ordinique).
Centre Drapeau et Deschambault (244 lits).

  • Toponymie -


Sainte-Thérèse-d'Avila rappelle le souvenir de Marie-Thérèse Dugué de Boisbriand, fille de Michel Sidrac Dugué de Boisbriand et belle-mère de Jean-Baptiste Céloron de Blainville, considérée comme l'artisanne du développement de la municipalité.

  • Repères géographiques -


Sur le versant gauche du bassin du Saint-Laurent.
Au sud-est de Saint-Jérôme.
Diocèse de Saint-Jérôme.
Municipalité régionale de comté de Thérèse-De Blainville.
Communauté métropolitaine de Montréal-CMM.
Région touristique des Laurentides.

Carte 11.

Carte 11 sur Google Maps

  • Bibliographie -


Sainte-Thérèse-de-Blainville 1789-1939 (Société historique de Sainte-Thérèse-de-Blainville, Réédition, 1982).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)