Wemotaci (réserve amérindienne attikameke)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Superficie - 3 278,98 hectares.
  • Gentilé - Uemitashiulnu.


  • Éphémérides -


1806
Ouverture d'un poste de traite de la North West Company-NWC par Jean-Baptiste Perrault.
1821
Acquisition du poste par la Hudson's Bay Company-HBC.
Vers 1840
Les oblats de Marie-Immaculée-o.m.i.* font leur premières visites aux Attikameks.
1889
Le père Jean-Pierre Guéguen publie un livre de prière en attikamek destiné «à l'usage des sauvages du Saint-Maurice» dans lequel il incite les amérindiens à abandonner «par amour pour Dieu», leurs chants, leurs traditions, leurs plantes médicinales, leurs rituels de transmission de la connaissance.
1972
Construction des premières maisons sur la réserve de Weymontachie.
1986
Officialisation du nom de la réserve Weymontachie à la demande du conseil de bande local.
1992-2001
Onze personnes âgées entre 12 et 33 ans se sont suicidés sur la réserve.
1995
La population de la réserve est de 886 habitants.
1997
(23 août 1997) La réserve adopte le nom de Wemotaci.
2001
Trois jeunes gens se suicident sur la réserve au cours des mois de juin, juillet et août.
2002
La population de la réserve est de 1 400 habitants. Trois jeunes hommes respectivement agés de 20, 21 et 28 ans et une jeune fille âgée de 18 ans se suicident sur la réserve au cours de l'été.
(18 février 2002) Le père oblat Raynald Couture est accusé d'agression sexuelle à l'endroit de 9 enfants de la réserve ; les agressions auraient été commises entre 1982 et 1997.
2010
(26 mai 2010) Feu de forêt dû à la sécheresse d'un été hâtif ; 1 300 résidants de la réserve sont évacués par la Croix-Rouge.
2012
(25 juin 2012) Un groupe d'Attikamekws d'Opitciwan et de Wemotaci bloque les voies d'accès à la forêt obligeant les compagnies à sortir les équipements de bûcherons parce que les camions qui transportent le bois ne peuvent circuler ; les autochtones veulent l'établissement d'une formule de cogestion du territoire qui fait l'objet de leurs revendications territoriales et l'établissement de mécanismes de redevances sur l'exploitation des ressources naturelles sur ce territoire.
2013
La population de Wemotaci est de 1 700 âmes.
2018
(4 octobre 2018) Le Journal de Montréal révèle que les membres de la réserve pourront désormais devenir propriétaires et vendre leur propriété qui jusque-là appartenait au Conseil de bande qui manque de financement. Jusqu'à ce moment, on ne trouvait que des logements sociaux dans les réserves. Les biens situés sur une réserve sont insaisissables ; en conséquence les institutions financières refusaient de financer l'achat. La Société d'épargne des autochtones du Canada-SÉPAC pourra alors prêter l'argent sur hypothèque et ainsi permettre à des propriétaires de négocier avec les consseils de bande..




  • Services -


Aéroport privé.

  • Économie -


Exploitation d'une scierie par le conseil de bande.

  • Toponymie -


Wemotaci est un abrègement du mot amérindien weymontachingue composé de wemot signifiant «regarder», «observer», tchi signifiant «montagne», et ing locatif, le tout signifiant «la montagne d'où l'on voit, d'où l'on observe» ; Weymontachingue est également le nom d'une montagne qui servait d'observatoire aux employés de la Hudson's Bay Company-HBC chargés de la surveillance des Amérindiens qui descendaient à Trois-Rivières pour y faire la traite des fourrures.

  • Repères géographiques -


Sur le versant gauche du bassin du Saint-Laurent.
À environ 200 km au nord-nord-ouest de Trois-Rivières.
Sur la rivière Saint-Maurice*, vis-à-vis de l'embouchure de la rivière Manouane.
Région touristique de la Mauricie.
Carte 7.
Carte 7 sur Google Maps

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)